Stock (réédition numérique FeniXX)

  • Le 21 avril 1997 restera une date dans l'histoire de la République. Ce jour-là, Jacques Chirac, président depuis moins de deux ans, en butte à l'impopularité et voyant poindre l'échec de sa politique économique, tentait un coup de poker en provoquant des élections législatives anticipées. Les Français ont discerné l'aveu d'impuissance que tentait de camoufler ce défi. C'est ainsi que la gauche, revigorée et réordonnée par Lionel Jospin, a été appelée à prendre la relève plus tôt qu'elle ne l'imaginait. Longtemps dominatrice, au point de s'identifier à la Ve République, la droite française semble décidément incapable d'assumer le pouvoir. Et Jacques Chirac se retrouve isolé au « Château ». Pour combien de temps ?

  • Le 21 avril 1997 restera une date dans l'histoire de la République. Ce jour-là, Jacques Chirac, président depuis moins de deux ans, en butte à l'impopularité et voyant poindre l'échec de sa politique économique, tentait un coup de poker en provoquant des élections législatives anticipées. Les Français ont discerné l'aveu d'impuissance que tentait de camoufler ce défi. C'est ainsi que la gauche, revigorée et réordonnée par Lionel Jospin, a été appelée à prendre la relève plus tôt qu'elle ne l'imaginait. Longtemps dominatrice, au point de s'identifier à la Ve République, la droite française semble décidément incapable d'assumer le pouvoir. Et Jacques Chirac se retrouve isolé au « Château ». Pour combien de temps ?

  • En plongeant dans l'univers mental helvétique, l'auteur tente de comprendre le ressort quasi-paranoïaque de l'isolationnisme helvétique, et de son système unique de défense, frappés d'obsolescence par la fin de la guerre froide. Se devant d'affronter la réalité d'une histoire revisitée après 1945 pour donner une image vertueuse et exemplaire, la Suisse traverse une grave crise d'identité.

  • Jacques Chirac ? Pour certains, un impulsif impénitent, spécialiste des volte-face - voire des tête-à-queue. Une sorte de hussard qui ne se plaît qu'à la furia des assauts, mais à qui cette fougue même interdit de mener à bien tout projet de longue haleine. Pour d'autres, un perpétuel hésitant, un homme à l'identité incertaine et aux convictions floues, et donc soumis aux influences de ses entourages successifs. Analyses différentes mais conclusion identique : une inaptitude radicale aux stratégies longuement méditées, minutieusement réalisées. Puis il y eut ce jour de mai 1995, où stéréotypes et lieux communs durent faire place à l'évidence : Jacques Chirac, élu président de la République, avait bel et bien atteint son but. Deux ans pour se convaincre que les clichés avaient tort. Et deux mois - d'avril à juin 1997, le temps d'une dissolution-catastrophe - pour de nouveau penser qu'ils avaient peut-être raison. Du palais élyséen où désormais il réside plus qu'il ne préside, que nous réserve celui qui est chargé - rien de moins - de nous conduire dans un Nouveau Monde à l'orée d'un nouveau siècle ? S'il pose aujourd'hui un problème au pays, comment ce dernier peut-il le résoudre ? Pour esquisser des réponses à quelques-unes de ces questions, il m'a paru nécessaire de retracer son parcours. Afin, à travers son passé, de tenter d'éclairer notre avenir.

empty