Les Presses de l'Université d'Ottawa

  • La gouvernance représente l'une des plus importantes innovations conceptuelles des quinze dernières années dans le discours de l'aide au développement. A-t-elle pour autant transformé les pratiques? A-t-elle conduit à une plus grande appropriation locale des enjeux du développement? Ces questions sont débattues autour de trois thèmes : les nouveaux dispositifs de lutte contre la pauvreté, le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD) et enfin, la décentralisation et la gestion des services publics.

  • Dans un monde en crise multiple, le domaine du développement international a bien changé. Des pays dits « émergents » contestent l'espace qui était réservé auparavant aux pays dits « riches ». Des mouvements populaires d'une ampleur sans précédent occupent la rue. Des mégaentreprises deviennent aussi importantes que les États. Dans tout cela, de « vieux » démons persistent : la pauvreté extrême, l'exclusion, le non-respect des droits. Il faut de nouvelles solutions, de nouvelles manières de s'en sortir ; c'est ainsi que le monde du développement apparaît comme un gigantesque laboratoire.Dans cet ouvrage sont abordées les grandes thématiques de ce développement en changement. Le monde peut-il être changé ? Comment ? Qui sont les acteurs, ceux et celles qui peuvent agir ? Que dire des grandes institutions, l'ONU par exemple ? La place des femmes est devenue centrale dans tout processus de changement, en même temps persiste la discrimination. La dette, la famine, l'analphabétisme, les épidémies sont des problèmes complexes : peuvent-ils être surmontés ? Comment faire face aux grandes crises humanitaires qui résultent des guerres et des catastrophes qu'on dit « naturelles » ?Dans cet ouvrage écrit à plusieurs mains, on trouvera ce grand brassage d'idées qui parcourt le monde du développement et qui exprime mille voix, mille alternatives, partageant toutes cependant une volonté éthique et intellectuelle, à la recherche d'un monde plus juste, plus équitable, plus démocratique.

  • Pourquoi le néopatrimonialisme est-il si fréquemment utilisé pour caractériser les systèmes politiques Africains ? Les pratiques auxquelles renvoie cette notion, qu´il s´agisse du clientélisme, de la corruption ou de la privatisation de l´État, sont pourtant présentes dans la plupart des pays, qu´ils soient ou non Africains. Afin de répondre à ce paradoxe, L´État néopatrimonial propose une exploration théorique et comparative de la diversité des trajectoires et usages contemporains du concept. À partir d´une discussion des références initiales de Max Weber au patrimonialisme, les différentes contributions abordent le néopatrimonialisme dans ses rapports avec l´analyse de la démocratisation, des relations internationales, de la sociologie des conflits et de l´économie du développement. L´ouvrage renouvelle les débats sur le néopatrimonialisme en Afrique, tout en les élargissant également à l´Asie, l´Europe et l´Amérique latine à travers des études de cas.

empty