CNRS Éditions via OpenEdition

  • Alors qu'il existe plusieurs atlas de l'Égypte ancienne, aucun atlas de l'Égypte contemporaine n'avait encore été publié. Cet ouvrage vient donc combler un vide, en offrant au grand public un panorama illustré de l'Égypte au début du XXIe siècle. Réunissant les contributions d'une cinquantaine de chercheur.e.s, il présente, sous une forme cartographiée et vulgarisée, les faits saillants et les enjeux de l'Égypte actuelle en matière politique, géopolitique, économique, démographique, sociale, environnementale et culturelle. Il s'appuie, à cette fin, sur des ressources documentaires inédites : les cartes notamment, qui exploitent les résultats du recensement officiel égyptien de 2017, offrent une version actualisée du territoire. Pour mieux connaître et comprendre l'Égypte d'aujourd'hui.

  • Los Angeles n´est pas une ville comme les autres. Malgré des conditions hostiles, naturelles ou liées à son développement - secousses sismiques, approvisionnement en eau difficile, pollution, gigantisme... -, elle témoigne en effet de la volonté de ses 15 millions d´habitants d´en faire la métropole de l´Ouest américain, puis de l´intégrer au club des métropoles mondiales. La deuxième ville des États-Unis représente un poids économique indéniable, axé principalement sur les industries de haute technologie, mais aussi un poids culturel comme capitale mondiale du cinéma qui tout au long du xxe siècle a réussi à exporter L´american way of life. D´une manière ou d´une autre, la ville fait rêver tout en s´affranchissant des clichés traditionnels. Mais paradoxalement, plus la ville s´étale sans notion de limites, plus elle exprime au travers de la violence exercée dans son espace public ce désir d´un centre qui, en faisant référence à la mémoire historique de son peuplement, matérialiserait l´identité d´une société désormais multiethnique. Cynthia Ghorra-Gobin nous fait comprendre avec clarté l´histoire exemplaire et les enjeux de cette mégapole à l´aube du xxie siècle.

  • La seconde partie de la grande épopée du Proche-Orient. Une somme réunissant les meilleurs spécialistes, par-delà tous les clivages partisans. 1917-1948. Bouleversement au Proche Orient, accélération de l´Histoire, ces trois décennies entraînent une profonde modification des données politiques, géopolitiques, ethniques, sociales, religieuses de la Palestine mandataire. Jusqu´au 14 mai 1948, naissance de l´État d´Israël, conséquence autant de la volonté des hommes que des stratégies internationales et d´une guerre mondiale. Cette période cruciale, dominée par la présence britannique, sur fond de prise de Jérusalem, voit l´émergence des nationalismes juif et arabe palestinien. « Avec l´avènement de l´Etat juif et le bouleversement qui en découle pour tout le Moyen-Orient, en parallèle à la constitution (ou non-constitution) de véritables entités arabes, l´implication des puissances européennes, sur le modèle qui prévalait depuis plus d´un siècle, n´est désormais plus d´actualité », écrit par Dominique Trimbur. Un livre indispensable pour mieux comprendre le temps présent.

  • « La colonisation a balkanisé l'Afrique ! », accusent les dirigeants d'un continent qui se fixent pour projet officiel de (re)trouver une unité perdue. Le Sahara est-il un obstacle objectif, définitif, à cette unité ? Non, si l'on en croit les synthèses ici présentées sur les stratégies des pays du Maghreb en direction de leur Sud et sur les relations de toutes natures entre le Maghreb et l'Afrique sub-saharienne. Politiques africaines de l'Algérie et du Maroc, politique de l'Afrique du Sud vis-à-vis du Maghreb, mutations de la géopolitique saharienne après l'effondrement du régime libyen, conséquences pour la région de la sécession d'un Nord-Mali contrôlé par les islamistes radicaux, importance des échanges économiques (formels et informels) et des échanges humains de part et d'autre du Sahara : tous ces thèmes, ici traités par des spécialistes reconnus, éclairent sous différents jours les relations entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne. Ils révèlent que les migrants subsahariens qui s'installent désormais dans les pays du Maghreb ne font qu'exprimer l'unité croissante d'un espace jusqu'ici renvoyé à des logiques géopolitiques divergentes, et renouvellent aussi la vision que nous, Européens, pouvons avoir de notre Sud.

  • Depuis près de vingt ans, l'Inde a changé d'image : les réformes économiques engagées à compter de 1991 et les essais nucléaires de 1998 ont témoigné de sa volonté de s'affirmer comme une puissance émergente. Elle est désormais reconnue comme telle, y compris par la Chine. Après la longue césure de la colonisation et de la guerre froide, le retour de l'Inde dans un continent en mouvement dessine une nouvelle Asie, plus vaste, plus peuplée, plus complexe que la seule Asie orientale. Cette évolution fait naître de nouveaux équilibres sur un échiquier où jouent, entre autres acteurs, l'Inde, la Chine, le Japon, les États-Unis, et les voisins de l'Inde, ceux de l'Asie du Sud comme ceux du « voisinage étendu » qui court du Moyen-Orient à l'Asie du Sud-Est. Ce « grand jeu » contribue à redessiner peu à peu un nouvel ordre mondial, dans lequel les puissances dominantes occidentales doivent apprendre à redéfinir leurs relations avec une Asie nouvelle. En trois étapes qui analysent la « présence du passé », le nouvel échiquier géopolitique et les enjeux économiques de l'Asie en mouvement, cet ouvrage réunissant historiens, économistes et géopolitologues, spécialistes de l'Inde, mais aussi de la Chine, du Japon et de l'Asie du Sud-Est, éclaire de façon inédite les voies multiples par lesquelles l'émergence du pôle indien dynamise l'ensemble de l'Asie et, au-delà, appelle à repenser les relations Nord-Sud. Avec les contributions de Bruno Dagens, Jean-François Huchet, Claude Markovits, Claude Meyer, Jean-Luc Racine, JoelRuet, Isabelle Saint-Mézard.

  • La Francophonie est une réalité injustement méconnue, car elle est une chance et un amortisseur de la violence mondiale. Une chance pour la France de combattre la lepénisation des esprits ; pour le Sud de faire entendre sa voix dans la mondialisation ; pour notre planète d'assurer la paix entre les civilisations en préservant la diversité culturelle. Une chance pour créer des solidarités Nord/Sud, Est/Ouest. Un ouvrage qui allie rigueur scientifique et simplicité du style pour permettre à chacun de sortir des idées reçues. La Francophonie n'est pas un reste du passé, mais un défi pour l'avenir et la cohabitation culturelle.

  • Quand la mondialisation devient « société de la connaissance », la propriété intellectuelle s'installe au coeur de toutes les activités, de l'agriculture à la production culturelle, en passant par la concurrence industrielle et la recherche universitaire et médicale. L'extension croissante de la propriété intellectuelle entraîne aussi des conséquences pour le domaine public, les communs de la connaissance et le partage des savoirs. Les changements techniques et les rapports de force mondiaux en font également un enjeu géopolitique. Cet ouvrage veut donner des repères pour comprendre ces évolutions.

  • La première partie de la grande épopée du Proche-Orient . Une somme réunissant les meilleurs spécialistes, par-delà tous les clivages partisans. Expédition d´Égypte, réveil de la Palestine, rivalités entre grandes puissances, surenchère d´investissements, établissement de comptoirs, de missions religieuses, développement de programmes archéologiques, de réseaux hospitaliers... Sur fond d´Empire ottoman vieillissant, le regard de l´Occidental sur l´Orient se met à changer. De province reculée, elle devient un enjeu aussi original qu´unique de la diplomatie internationale. Esther Benbassa, Catherine Nicault, Jacques Thobie... nous racontent avec talent cette mutation appelée à bouleverser la donne mondiale. Un livre passionnant sur la Palestine d´avant les Mandats.

  • De 1906 à 1947, Marcel Cachin nota jour après jour ses impressions, ses analyses, et surtout, avec une étonnante méticulosité, le détail de ses conversations, de ses rencontres, de ses observations. Membre de la direction du Parti socialiste entre 1907 et 1920, rédacteur de l'Humanité en 1912, avant d'en être le directeur de 1918 à sa mort, quarante ans plus tard, membre de la direction du Parti communiste depuis sa création, Marcel Cachin occupa les plus hautes responsabilités dans le mouvement socialiste, puis dans le mouvement communiste. De Jaurès à Lénine, de Guesde à Trotsky, de Thorez à Clara Zetkin, de Duclos à Boukharine, mais aussi de Lefranc à Bourgeois, ou de Charles à Antoine, ils sont des milliers à défiler, du militant de base aux dirigeants français ou russes, allemands ou finlandais. Avec cet ensemble de près de 3 000 pages, en 4 volumes, nous disposons d'une source d'une importance cruciale pour comprendre la France politique et sociale de la première moitié du XXe siècle. Au moment du Front populaire et à la Libération convergent la stratégie du PCF et l'idée que Cachin se fait naturellement de l'action politique. Les responsabilités qu'il conserve au sein du parti français et celles qu'il prend dans les instances internationales - au sein du Komintern ou dans la direction du Rassemblement universel pour la paix (RUP) - font du quatrième tome qui couvre les années 1935-1947 un document de toute première importance. L'accès aux archives de Moscou et l'exploitation du fonds privé Cachin ont permis de nourrir les notes et les préfaces des découvertes les plus récentes de la recherche historique.

  • Le président des États-Unis serait l'homme - ou la femme - le plus puissant de la planète. Cette perception commune, sans cesse alimentée par les productions d'Hollywood, n'en est pas moins fausse. Contraint par les multiples obstacles des checks and balances constitutionnels, le président doit notamment faire face au Législatif le plus puissant et le plus autonome du monde. La séparation des pouvoirs a en effet permis au Congrès de se construire comme un partenaire indomptable, et souvent capricieux, de la Présidence sans que celle-ci ne puisse intervenir. Le contrôle législatif ainsi créé et protégé repose en particulier - c'est là l'argument central de cet ouvrage - sur la chambre haute, le Sénat, qui dispose en son sein de multiples ressources procédurales lui permettant de bloquer les initiatives présidentielles. Le filibuster, la possibilité laissée à un seul sénateur de s'exprimer sans interruption et sans autre limite que celle de sa résistance physique, en est l'exemple le plus célèbre. Au pays de la séparation des pouvoirs, il existe ainsi un contrôle politique direct, souvent brutal, qui s'exerce en permanence sur l'Exécutif, reléguant le président, dans le meilleur des cas, à un statut d'habile négociateur, bien loin de l'image de héraut du monde libre. En mobilisant le droit constitutionnel, l'histoire et la science politique, cet essai se propose de mettre en relief les modalités d'action du Congrès, et notamment du Sénat, pour souligner que la Présidence impériale est au contraire, pour reprendre le mot de Gerald Ford, bien souvent en péril.

empty