Anovi

  • Parallélisme historique étonnant! ... Vraiment ?
    1853, les navires américains du Commodore Perry jettent l'ancre dans le port d'Edo (futur Tokyo). 88 années de déshonneur, puis de modernisation, avec ses besoins en matières premières, en énergie et en nouveaux marchés, placeront le Japon sur la voie impérialiste. Les victoires militaires sublimées par la propagande nationaliste conduiront des gouvernements militaristes de plus en plus totalitaires, à la confrontation mondiale : Pearl Harbor, 1941.
    Suite aux guerres de l'opium et au dépeçage de la Chine par les puissances occidentales, la république remplace en 1911, l'empire déshonoré des Qing. Mais la marche vers la démocratie engendre dictature après dictature. Le communisme de Mao Tsé-toung va d'échecs en échecs. Pourtant institutionnalisé «Dieu vivant», Mao Tsé-toung n'a pas réussi à créer le nouvel «être» socialiste. A défaut d'un «être» socialiste, la Chine doit donc, sous Deng Xiao Ping, s'ouvrir à une modernisation indispensable afin de fournir «l'avoir» socialiste à un pays épuisé. « L'avoir» matérialiste, seule légitimité de ce gouvernement communiste dictatorial, alimente l'impérialisme économique chinois. Les victoires économiques, sublimées par la propagande, conduisent le président chinois, Xi Jinping, à la confrontation mondiale, «pire que Pearl Harbor !» (D. Trump). La crise du Covid 19 exacerbe en effet les dysfonctionnements systémiques et la logique totalitaire, du régime communiste chinois de Xi Jinping.
    F.D. Roosevelt a relevé le défi militaire de Pearl Harbor, en sauvant le monde. La défaite militaire du Japon a permis l'avènement de la démocratie.
    J.Biden, le nouveau président des États-Unis, relèvera-t-il le défi historique de «pire que Pearl Harbor !» ? La défaite de Xi Jinping, en sauvant le monde, sera essentielle à l'avènement de la démocratie en Chine.

empty