Etats-Unis

  • Homme d'affaires, politicien, animateur de télé-réalité, « artiste » (comme il aime à se définir) : le personnage de Donald Trump est multiple. Cependant, toutes ses facettes se résument en quelques mots : un expert en marketing. Il sait, à l'instinct et sans scrupules, analyser le marché potentiel pour un produit donné, identifier ses cibles (consommateurs ou électeurs), et se positionner afin d'optimiser ses parts de marché (ou le nombre de votes en sa faveur).
    Ce que l'histoire retiendra de Donald Trump, c'est que, le temps d'un mandat, il aura transformé la Maison Blanche, la Bible, sa femme, les Mexicains, les Afro-américains, la communauté LGBTI+, le drapeau des États-Unis, le désarroi d'une classe moyenne en déclin, et la misère crasse d'une classe ouvrière droguée aux opiacés, en outils marketing de conquête du pouvoir.
    Paradoxalement, si de nombreux ouvrages ont été publiés sur ce personnage hors normes, aucun n'a pris Trump a son propre piège : en conduisant une analyse marketing du marketeur.
    L'exercice, pourtant, pourrait être salutaire : Trump n'est ni le premier ni le dernier des populistes ; et une considération rapide des « méthodes com' » utilisées par Boris Johnson, Jair Bolsonaro, Marine Le Pen, Recep Tayyip Erdogan, ou Viktor Orbán, mettrait à jour de nombreux points communs dans leurs stratégies.
    Cet ouvrage, écrit par un enseignant-chercheur en marketing, tente de combler cette lacune, avec l'espoir que les pièges marketing ici exposés serviront à éviter, dans un pays comme la France, l'accession au pouvoir d'un populisme du même acabit.
    Zeil a reçu un doctorat d'Arizona State University (États-Unis), un MBA de l'Université du Texas à Austin (États-Unis), et un mastère de Grenoble École de Management. Auteur de divers articles académiques sur le comportement du consommateur, il a été enseignant-chercheur aux États-Unis (où il résida durant 16 ans), en France, au Canada, aux Caraïbes, et au Moyen-Orient. Il est l'auteur de Sup de Cons (Éditions de la Différence 2017) et du Manuel d'anti-marketing (Éditions Hermann, à paraître, 2021). Il est directeur général associé d'Alasala College of Business.

  • Les Etats-Unis bénéficient d'un modèle de laïcité (secularism) bien vivant que les Américains considèrent comme largement supérieur au modèle français. Si nos élus ne jurent pas sur la Bible, nos écoles privées en revanche profitent de l'argent public, situation parfaitement impensable aux Etats-Unis... Un article traite de la réforme de l'assurance-maladie et un autre porte un regard historique sur la nature du conservatisme américain.

  • Une idée largement répandue au sujet du mouvement ouvrier et des syndicats américains veut qu'ils soient toujours demeurés apolitiques. Cette perception est encouragée par le fait que, contrairement à d'autres pays, l'action syndicale et les luttes populaires aux États-Unis n'ont pas connu l'émergence d'un parti distinctif, dédié à leurs intérêts propres. La scène politique y fut et reste essentiellement dominée par deux grands partis, les républicains et les démocrates. Mais qu'en est-il véritablement ? À partir d'un réexamen exhaustif de toutes ces années qui vont du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale à nos jours, cet ouvrage monumental livre une véritable histoire du mouvement social américain et de son rapport au pouvoir politique, qu'il resitue dans ses origines et ses traditions.
    Sur la base d'une riche documentation, l'auteur reconstitue les voies, les moyens et la nature de l'action politique du syndicalisme américain depuis 1938, ses rapports au système de partis et à la mise en forme des identités partisanes contemporaines. Il évalue les grandes contributions analytiques qui ont voulu rendre compte de ses pratiques et de son évolution. Il se penche sur l'intervention en politique des autres grands mouvements sociaux. Enfin, Serge Denis analyse la situation d'aujourd'hui du mouvement ouvrier des États-Unis et revient à la caractérisation de ses traits d'exception. Il réussit ainsi à éclairer et à expliquer magistralement des dimensions fondamentales et déterminantes, mais trop souvent occultées, de la vie sociale et politique des États-Unis.
    Serge Denis est professeur émérite de science politique à l'Université d'Ottawa. Docteur d'État de l'Institut d'études politiques de Grenoble, il a été président de la Société québécoise de science politique et directeur de l'École d'études politiques à l'Université d'Ottawa. Il a obtenu le prix Trillium du livre de l'Ontario en 2004 pour son ouvrage Social-démocratie et mouvements ouvriers?: la fin de l'histoire?? Il est l'auteur de Un syndicalisme pur et simple. Mouvements ouvriers et pouvoir politique aux États-Unis, 1919-1939.

empty