Etats-Unis

  • " Vous êtes prêts pour la révolution ? " Alexandria Ocasio-Cortez commence ses meetings par cette phrase : la promesse d'un avenir radicalement différent pour des millions d'Américains laminés par les inégalités insupportables et le néolibéralisme. Plus jeune femme jamais élue au Congrès, l'ancienne serveuse de Manhattan incarne le visage d'une nouvelle gauche décidée, enfin, à remporter des batailles. " Seuls des radicaux, dit-elle, ont changé ce pays. Je représente un mouvement. "
    Dans l'Amérique du ploutocrate raciste Donald Trump, " AOC " est l'envoyée spéciale en politique d'une nouvelle génération. L'étoile la plus visible d'une constellation de jeunes activistes qui dessinent un avenir dont il est permis de rêver. Grandis dans la guerre et la crise financière, anciens d'Occupy Wall Street ou de Black Lives Matter, réveillés par Bernie Sanders, ils défient le capitalisme, le suprémacisme et la catastrophe climatique.
    Au coeur de l'empire américain, ils ont lancé la bataille des grandes idées. Ils s'organisent au sein de mouvements inclusifs, contestent les discours dominants qui contrôlent nos vies et limitent notre imagination. Optimistes sans être naïfs, ils importent avec créativité les savoirs mili-tants du passé dans les luttes du présent. De la réussite de leurs combats dépendra aussi notre futur. Et si nous écoutions ce qu'ils ont à nous dire ?

  • - 29%

    Le pouvoir et l'influence des First Ladies.Passées de l'ombre à la lumière, les
    First Ladies, flamboyantes ou méconnues, incarnent depuis 250 ans la longue marche des femmes vers l'égalité et le pouvoir. En puisant dans les meilleures sources américaines, enrichies par de nombreux entretiens et les archives présidentielles, les auteurs font défiler les plus emblématiques et révèlent leur véritable influence.
    Onze femmes d'exception, onze étapes d'une conquête qui mènera peut-être à la présidence des États-Unis : un livre sans précédent, au croisement de l'histoire et de l'actualité.

  • « Le meurtre de Mike Brown par un policier blanc a marqué un point de rupture pour les Afro-Américains de Ferguson (Missouri). Peut-être était-ce à cause de l'inhumanité de la police, qui a laissé le corps de Brown pourrir dans la chaleur estivale. Peut-être était-ce à cause de l'arsenal militaire qu'elle a sorti dès les premières manifestations. Avec ses armes à feu et ses blindés, la police a déclaré la guerre aux habitants noirs de Ferguson. »
    Comment le mouvement Black Lives Matter a-t-il pu naître sous le mandat du premier président noir ? L'auteure revient sur l'« économie politique du racisme » depuis la fin de l'esclavage, le reflux des mouvements sociaux des années 1960 et l'essor d'une élite noire prompte à relayer les préjugés racistes et anti-pauvres. Elle défend le potentiel universaliste de BLM : afro-américain et tourné contre les violences policières, il peut parfaitement rallier d'autres groupes et s'étendre à une lutte générale pour la redistribution des richesses.
    Militante antiraciste, féministe et anticapitaliste, Keeanga-Yamahtta Taylor enseigne au Département d'études afro-américaines de l'université de Princeton. Black Lives Matter, son premier livre, a reçu de nombreux prix et a été plusieurs fois réimprimé depuis sa sortie aux États-Unis.


  • Repères et clés pour décrypter l'actualité

    Qu'y a-t-il derrière la formule "Make America Great Again" ? L'immigration, chance ou fardeau ? Quelles relations avec l'Union européenne ? Les États-Unis, toujours leader des industrie

  • La politique étrangère des États-Unis est singulière, elle résulte d'une dialectique permanente entre les intérêts et la morale, entre le pragmatisme et l'idéologie, entre l'action et la pensée. Après avoir retracé les principales étapes de l'histoire de la politique étrangère américaine, cet ouvarge analyse les instruments et objectifs de ceux qui « font l'Histoire » aujourd'hui.

  • L' Affordable Care Act de 2010 a permis à vingt millions de citoyens américains de bénéficier d'une couverture maladie. Réforme la plus ambitieuse en matière de santé depuis les années 1960 aux États-Unis, l'Obamacare est aussi une réussite politique. Même Donald Trump n'est pas parvenu à la faire abroger.
    Ce succès tient au travail de fond, à l'abri des regards, d'un petit groupe de « gardiens des politiques de santé », habitués de longue date aux arcanes washingtoniennes et fins connaisseurs des rouages du système de santé américain. En périphérie du pouvoir sous la présidence de George Bush Jr. puis au sein de l'administration fédérale sous celle de Barack Obama, ces insiders échaudés par l'échec de la réforme Clinton au début des années 1990 ont usé de leurs ressources politiques pour faire évoluer un système devenu obsolète. S'ils n'ont pu mettre en place une couverture universelle, du moins ont-ils accru les capacités de régulation de l'État fédéral dans le domaine de la santé, créant par là-même la possibilité de futures améliorations.
    L'enquête de William Genieys met au jour le rôle de ces nouvelles élites politiques américaines qui oeuvrent pour que l'État fédéral soit au service non pas des lobbyistes, mais de l'intérêt général.
    William Genieys est directeur de recherche CNRS au Centre d'études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

    Willam Genieys est directeur de recherche CNRS. Il est notamment l'auteur d'une Sociologie politique des élites (Armand Colin, 2011).


  • À un an de l'élection présidentielle américaine, Gilles Winckler et René Chasset proposent avec Le dernier homme de revenir sur les ressorts qui ont permis la victoire inattendue de Donald Trump en 2016. Déplorant que les électeurs du candidat républicain soient souvent présentés de manière caricaturale comme intolérants et influençables, ils décortiquent les erreurs successives qui ont conduit le camp démocrate à la défaite, ainsi que l'abandon par la gauche de ses racines républicaines et universalistes au profit de théories absurdes et dangereuses. L'outrance de Trump serait-elle le retour de bâton d'une autre forme d'obscénité et de violence ? Post-colonialisme, fluidité du genre, animalisme et transhumanisme : les deux auteurs étrillent méthodiquement les nouvelles lubies des élites américaines, dont ils démontrent au passage la dimension religieuse. Gilles Winckler et René Chasset signent un essai sans concession, qui apporte un éclairage nouveau sur les campagnes électorales passées et à venir, aux États-Unis mais aussi sur celle d'Emmanuel Macron en France.



  • Traductrice de presse, Bérengère Viennot s'est trouvée confrontée à un défi inédit après l'élection de Donald Trump.
    Le président américain a fait exploser les codes de la parole politique. Sa langue est vulgaire et confuse, truffée de fautes de syntaxe et de phrases sans queue ni tête, de sarcasmes et d'invectives - signes d'un rapport dévoyé à la réalité et à la culture.
    D'une plume aussi désopilante qu'incisive, l'auteure raconte son casse-tête de traductrice et s'interroge. Comment glisse-t-on de la violence des mots à la violence politique? En quoi est-ce là un symptôme de l'état de la démocratie ? Pourquoi sommes-nous tous concernés ?
    La langue de Trump est un miroir implacable : du président lui-même, de l'Amérique et de notre époque.

  • The Valley

    Fabien Benoît

    The Valley est une enquête sur l'idéologie politique de la Silicon Valley qui, depuis près d'un siècle, transforme le monde avec ses innovations technologiques.
    Après les utopies hippies et contre-culturelles des années 1960 et 1970, la Silicon Valley a enfanté un capitalisme radical, hyper-individualiste et spéculatif, défiant lois et règles collectives.
    Le regard politique de la Valley est façonné par quelques visionnaires et chefs d'entreprise.
    Ils ont un ennemi : l'État. Ils se heurtent à un obstacle : la condition humaine, imparfaite.
    Les dirigeants de ces entreprises à la croissance exponentielle rêvent d'un nouvel ordre du monde et veulent repousser nos limites humaines.
    Réalisons-nous à quel point ce projet d'essence libertarienne fragilise nos sociétés?

  • Les États-Unis d'Amérique n'ont pas de Hobbes, de Locke, ou de Rousseau ; cependant, leur théorie du contrat social sort tout droit de la philosophie européenne, et le western est cette création artistique qui anime la théorie politique, qui la donne à voir, plein écran et pure fiction. Le western est analysé ici comme une philosophie en action où sont mis en scène les acteurs et les protagonistes de la création d'une république dont l'entrée est refusée à l'Indien, systématiquement « sauvage ».

  • La présidence Trump n'est pas une aberration mais la convergence de forces profondes ; elle résulte d'une montée du populisme et d'attentes jamais prises en compte par les élites. Le rejet par le président de la vérité factuelle, ses attaques contre le Congrès, le pouvoir judiciaire et la presse ont un impact sur les institutions et la primauté du droit. Les politiques actuelles grignotent, voire détruisent des pans entiers de l'État-providence, les droits et libertés conquis dans les années 1960. Ce démantèlement a des conséquences sur les droits humains, le soft power et le rayonnement à l'international des États-Unis.

  • Aux côtés de 25 autres candidats, Joe Biden s'est lancé à son tour dans la bataille des primaires démocrates. Dès le 1er jour de sa campagne, il a écrasé celle-ci et s'est annoncé comme le leader en assurant qu'il allait battre Donald Trump en 2020.
    Cette campagne a tout de suite été placée sous le signe du retour à la morale politique et à l'espoir pour l'avenir : on y retrouve donc les éléments qui ont fait le succès de Barack Obama. Joe Biden a visiblement décidé de jouer à plein la nostalgie ressentie par le peuple démocrate pour le 1er Noir de l'histoire du pays. C'est donc sa vice-présidence qu'il va tenter de sublimer pendant la campagne, parce qu'elle le lie indéniablement à l'ancien président : le but est que les électeurs votent à nouveau pour Barack Obama, même si c'est Joe Biden qui est écrit sur le bulletin de vote.
    Après une remise en contexte des parcours politiques de Barack Obama et de Joe Biden, l'ouvrage aborde le mandat qui a été celui de ce duo hors-norme : Rien ne les rassemblait, mais c'est justement leur complémentarité qui a fait le succès de cette présidence.
    1. Deux hommes si différents
    2. En route vers la Maison-Blanche
    3. Économie
    4. Politique sociale
    5. Défense de l'environnement
    6. Politique étrangère
    7. Leadership moral
    8. En route vers la Maison-Blanche (bis repetita)
    À travers le parcours de ces deux hommes, les nombreuses facettes de leurs réalisations communes sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020.

  • Voici le best-seller - plus de 300.000 exemplaires vendus aux États-Unis - du candidat qui a créé la surprise lors des dernières primaires Démocrates. Dans Notre révolution, Sanders partage l'expérience de sa campagne, relatant les péripéties de la primaire historique à laquelle il a participé, et des personnes qui l'ont rendue possible.
    Pour les millions de citoyens qui veulent poursuivre la révolution politique, il trace un plan d'actions en matière de conversion de l'économie, d'écologie, de justice sociale et de lutte contre les discriminations, qui permettrait de créer de nouveaux emplois, d'augmenter les salaires, de protéger l'environnement, d'assurer à tous une couverture santé - et finalement de transformer les États-Unis et le monde. Nous n'en sommes selon lui qu'au début d'une révolution politique. Sa campagne est terminée, mais le combat continue...

  • C'est quasiment une drogue. Aussi addictif que drôle... si ce n'était pas dramatique. Parce que chaque jour Donald Trump multiplie les bourdes, les propos hallucinants, engage, critique puis limoge conseillers ou ministres, insulte la presse, les autres pays... on en vient à attendre sa gaffe quotidienne. Voici une année du pire du pire de l'actuel président américain. Un jour, on le voit - sale gosse - poussant avec violence le Premier ministre du Monténégro lors d'un sommet international pour être en avant sur la photo. Un autre, il tacle son propre ministre de la Justice sur Twitter. Un troisième, il se prétend le meilleur président des USA de tous les temps. Un quatrième, il se prend les pieds dans ses relations avec la Russie, confond les pays, voit sa femme refuser de lui prendre la main. Et pendant ce temps-là, il n'arrive pas à faire abroger l'Obamacare, à construire son mur de la honte, joue au golf, monte sur des tracteurs... Donald Trump, le président dont on a honte, celui qui met en colère chacun d'entre nous tellement il est arrogant, pathétique, vantard, mauvais, etc etc. Eh bien, ce livre est l'éphéméride amusant (à défaut d'être amusé) de toutes les frasques du personnage. Après les best-of, voici son worst-of. De quoi fêter en souriant (au moins on aura eu çà) sa première année à la Maison Blanche.
    Qu'on se rappelle : si tous les experts le donnaient perdant durant la campagne, l'impensable est arrivé. Et après l'impensable, c'est au pire du pitre que nous avons droit. Depuis le 20 janvier 2017 en effet, le roi de la téléréalité, l'homme qui prétend " attraper les femmes par la chatte ", qui critique la famille musulmane d'un héros mort à la guerre, le milliardaire narcissique, brutal, fantasque est devenu le 45eme président des Etats-Unis, le leader du Monde libre. Et ceux qui pensaient que l'exercice du pouvoir ferait rentrer l'ours mal léché dans le rang se sont encore trompés. Ubu habite la Maison Blanche. D'éminents psychiatres, convaincus qu'il souffre de maladie mentale et qu'il n'est pas apte à gouverner, font circuler une pétition pour appeler à sa destitution... D'autres, au contraire, croient qu'il s'agit d'une stratégie délibérée, disruptive, censée dynamiter les codes politiques pour séduire l'électorat populaire. Diplomatie, droit des femmes et des minorités, rêve américain, remise en question de la démocratie, attaque en règle contre les médias... le " monde selon Trump " n'en finit pas de nous sidérer. Retour donc, avec humour et effroi - à travers des brèves, des textes courts, des tweets présidentiels ainsi que quelques images - sur une année folle qu'aucun scénariste d'Hollywood n'aurait osé imaginer.

  • Les Etats-Unis bénéficient d'un modèle de laïcité (secularism) bien vivant que les Américains considèrent comme largement supérieur au modèle français. Si nos élus ne jurent pas sur la Bible, nos écoles privées en revanche profitent de l'argent public, situation parfaitement impensable aux Etats-Unis... Un article traite de la réforme de l'assurance-maladie et un autre porte un regard historique sur la nature du conservatisme américain.

  • L'élection de Donald Trump a généré une onde de choc sans précédent, bouleversant à très grande vitesse les équilibres internes et internationaux. La nouvelle équipe mène un véritable coup d'État contre ses nombreux opposants, en implantant méthodiquement des élites de substitution. Les divisions internes sont si importantes que les affaires étrangères vont passer au second rang. Dans les années à venir, les États-Unis vont se retirer des affaires du monde pour revenir à un isolationnisme forcé. Leur seule façon de conserver une certaine influence consistera à provoquer des déflagrations analogues à celle qui les a frappés. Par un retournement singulier, l'Amérique va donc utiliser l'arme de la diplomatie transformationnelle, si utile jadis pour faire éclore des révolutions, dans un but exactement inverse. En Europe, les joutes politiques verront s'opposer les partisans des identités reconstituées aux adeptes du technologisme mondialisé. Qu'en attendre ? Sans doute une violence redoublée. Th. F.

  • À la fin de la guerre froide, nous avons assisté à une quête désespérée menée par la communauté intellectuelle et politique américaine : celle de la définition d'un nouveau « paradigme structurant ». Cette quête est plus que jamais en cours avec une administration Trump qui semble vouloir briser tous les principes les mieux établis de la diplomatie américaine. Ce numéro de Politique Américaine fait l'état des lieux du débat stratégique américain à l'heure où l'unilatéralisme fait son grand retour.

  • Donald Trump s'est hissé à la présidence des États-Unis en proposant une politique unilatéraliste et souverainiste, promettant le retour d'un État qui protègerait de la mondialisation. En ce sens, la géographie de l'électorat qui porta Trump à la Maison-Blanche s'avère riche d'enseignements. Traditionnellement démocrates, les États de la Pennsylvanie, du Michigan et du Wisconsin ont penché en faveur du candidat républicain. Dans ces anciens bassins industriels de la Rust Belt, le message protectionniste et populiste a porté. Ce numéro entend examiner les liens entre désindustrialisation et populisme, et analyser les conséquences sociales et électorales de l'économie des services, des flux de capitaux et de la mobilité. Dans la perspective de l'élection de 2020, il s'agit de cerner et d'analyser les enjeux politiques, économiques, culturels et sociaux à l'oeuvre.

  • Deux thèmes dominent ces Americana : le rôle du catholicisme à Cuba et le fonctionnement des processus d'intégration régionale, en particulier en Amérique centrale. Mais une préoccupation revient sans cesse : celle de l'attitude des sociétés politiques des Amériques, qu'elles soient démocratiques ou non, face aux phénomènes transnationaux. Mêlant les outils de la science politique et l'approche diplomatique, ces textes constituent une lecture à la fois savante et pragmatique de certaines évolutions de fond du continent américain.Cet ouvrage reprend l'essentiel des travaux effectués par Philippe Létrilliart sur les sociétés américaines et ibéro-américaines.

  • À lire tant qu'il est temps ! E'lu par Twitter ? Contrairement a` Hillary Clinton, Donald Trump a appuye' toute sa campagne sur les re'seaux sociaux. Faible cout, large porte'e, ciblage de masse, versatilite' du contenu et impunite' de l'e'phe'me`re, sa communication immate'rielle lui a permis en quelques semaines de convaincre 14 millions d'Ame'ricains de lui donner l'investiture d'un parti dont il n'e'tait pas meme un e'lu. Ce livre raconte ce rapt viral, l'irruption d'un candidat surprise qui se pre'pare a` etre pre'sident des Etats-Unis depuis 30 ans. Philippe Mottaz et Ste'phane Bussard ont travaille' ensemble a` partir de sources premie`res, exclusivement ame'ricaines, et les ont confronte'es a` leurs regards d'Europe'ens. Selon eux, Donald Trump a puise' son pouvoir de'vastateur dans les nouvelles technologies dont l'impact sur les de'mocraties marque la mutation du populisme classique vers son incontrolable avatar nume'rique. Retrouvez toute l'actualite' de la campagne sur le blog des auteurs et rejoignez-nous pour participer en temps re'el au de'bat sur www.hashtagtrump.site Un ouvrage brillant qui analyse la stratégie médiatique de Donald Trump, entre populisme et réseaux sociaux. EXTRAIT De la même manière qu'il a saisi l'opportunité que lui offraient la déliquescence du Parti républicain et la lassitude des Américains devant la langue de bois des hommes politiques, Donald Trump joue pleinement avec ce que les technologies offrent désormais à chacun : bousculer l'ordre établi à un coût marginal. L'élection de Donald Trump serait évidemment un séisme politique d'amplitude majeure qui, au vu de ses positions, signi?erait un véritable saut dans l'inconnu pour les États-Unis et donc pour le monde. Quoi qu'il advienne, on peut aujourd'hui penser qu'il y aura un avant et un après Trump qui conduira à un nouveau brassage des cartes politique américaines. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE Un des livres les plus originaux sur cette campagne, écrit par deux journalistes suisses, Stéphane Bussard et Philippe Mottaz, sur un thème qui est au coeur de la bataille en cours : le populisme numérique. Passionnant. - Alain Frachon, Le Monde Dans un livre publié chez Slatkine, Stéphane Bussard et Philippe Mottaz racontent avec talent l'ascension du candidat Donald Trump vers la candidature à la présidence des Etats-Unis. - Olivier Bot, blog de La Tribune de Genève À PROPOS DES AUTEURS Accre'dite' dix ans a` la Maison-Blanche, ancien Directeur de l'information de la Te'le'vision Suisse Romande, Philippe Mottaz a couvert toutes les e'lections pre'sidentielles ame'ricaines, de Jimmy Carter a` Barack Obama ; il est spe'cialiste des nouvelles technologies. Correspondant du quotidien suisse Le Temps a` New York depuis 2011 et du quotidien belge Le Soir de 2011 a` 2013, Ste'phane Bussard est un spe'cialiste des E'tats-Unis et a ve'cu en direct la fabrication du trumpisme.

  • Et si l'improbable irruption de Bernie Sanders dans les primaires démocrates n'était pas un phénomène fortuit et passager ? Et si Donald Trump était le témoin en colère d'un changement majeur que l'Amérique conservatrice ne peut plus arrêter ? Ce livre offre une vision inattendue des États-Unis. Cartes et données à l'appui, il montre que la vieille Amérique est en train de mourir pendant qu'une autre naît, portée par la montée en puissance des minorités et l'ouverture culturelle de la nouvelle génération, les millennials. Jeune, métissée, progressiste, c'est elle qui a élu Obama, qui a obtenu le doublement du salaire minimum dans plusieurs États, qui réclame l'instauration d'un système public de santé et la réduction des inégalités... Et si l'Amérique qui vient surprenait le monde ?

  • Pourquoi les États-Unis ont-ils attendu 2010 pour se doter d'une couverture maladie universelle, pourtant présente dans tous les autres pays occidentaux ? Depuis, quels ont été les effets de l'Affordable Care Act, ou Obamacare, sur l'accès aux soins et sur la performance générale du système de santé américain ? Après des débuts hésitants, controversés et une mise en oeuvre hyperpolitisée, la réforme commence-t-elle à produire les résultats escomptés par les démocrates ? Analyse historique, institutionnelle et politique du système de santé américain depuis un siècle, cet ouvrage retrace les moments clés de son évolution jusqu'aux transformations entraînées par l'Obamacare. Une évolution qui refl ète les contraintes inhérentes à un système politique construit pour préserver les minorités de la tyrannie de la majorité et qui témoigne des hésitations de la société américaine elle-même, en particulier quant au rôle de l'État. Adoptant une approche centrée sur le Congrès et sur les questions de protection face à la maladie, Anne-Laure Beaussier montre à quel point les mutations du pouvoir fédéral depuis les années 1970 et la polarisation idéologique accrue entre démocrates et républicains ont affecté les politiques sociales de ce pays.

  • Qui est vraiment Donald Trump ? Voici un petit livre clair, percutant et objectif pour tout savoir sur sa psychologie et la construction du personnage. Pour comprendre ce que le phénomène Trump révèle de la révolte profonde qui secoue l'Amérique - et plus largement l'Occident -, et les défis qu'il pose à l'Europe et à la démocratie. L'homme a dynamité la politique américaine. Incontrôlable, outrancier, provocateur. Inclassable politiquement, prenant à rebrousse-poil les postulats idéologiques traditionnels. Pourfendeur de l'immigration illégale, héraut des " oubliés du système " et chantre de " l'Amérique d'abord ", il pétrifie les élites. Mais qui est vraiment Donald Trump ? Le milliardaire à la mèche orangée est-il un diable raciste et machiste qui déteste les musulmans et méprise les femmes ? Un " imposteur " à l'ego surdimensionné ? Ou un businessman patriote qui s'affranchit des limites et veut aller à contre-courant du modèle de globalisation ? Malgré les millions d'articles qui lui sont consacrés, l'homme reste un mystère. Ce livre propose une plongée dans la psychologie et la construction du personnage. Il nous permet aussi de comprendre ce que le phénomène Trump révèle de la révolte profonde qui secoue l'Amérique - et plus largement l'Occident. Il nous instruit sur les défis posés à l'Europe et à la démocratie.

  • Comment battre Donald Trump? D'ailleurs, peut-il d'ailleurs être battu? Voilà bien les questions existentielles pour les candidats démocrates qui vont s'aligner sur la ligne de départ en 2020.
    Se souvient-on encore que, en 2016, ces questions n'étaient même pas évoquées?
    Du côté des démocrates, on veut se montrer confiant. Le patron du parti, Tom Perez, en est sûr, et il l'a affirmé haut et fort : «Donald Trump peut être battu en 2020». Cette déclaration a eu pour effet d'amplifier un mouvement qui se dessinait déjà et qui présage que les démocrates pourraient bien battre le record de candidats dans cette élection. Il y a tellement de postulants qui pensent avoir une bonne chance de l'emporter que le parti pourrait se retrouver avec plus de 20 candidats à la présidentielle, qui vont se déchirer dans des primaires qui seront très confuses, et violentes comme jamais. Parmi tous ceux-là, on trouve des sénateurs, des ex-sénateurs, des gouverneurs, des députés, et même, et ce sera une nouveauté, des élus locaux comme des maires, mais aussi des personnalités qui n'ont jamais exercé la moindre fonction politique. Il y a même un milliardaire de New York, du côté des démocrates : un parfum de déjà-vu...
    Ce qui ne sera pas pareil, en revanche, c'est que les chances de Donald Trump ne seront pas ignorées, comme ce fut le cas la dernière fois.

empty