Grasset

  • Trumpitudes et turpitudes

    Corbe Philippe

    • Grasset
    • 10 Janvier 2018

    A la stupéfaction du monde entier, Donald Trump a été investi à la présidence des Etats-Unis il y a un an, le 20 janvier 2017. Et, depuis un an, cette stupéfaction se renouvelle chaque jour, sous forme de tweets, d'interviews et de déclarations intempestives, absurdes, parfois violentes et vulgaires, souvent cocasses, que Philippe Corbé résume en un mot  : «  trumperies  ».
    En voici la chronique quasi-quotidienne. Les meilleures déclarations du président ou de ceux qui répandent sa bonne parole sont présentées et expliquées par Philippe Corbé, qui suit la politique américaine sur place, et quelle place  ! Celle des mots qui mentent, blessent et nuisent. Les mots sont des actes. Voici les sinistres trumperies qui nous menacent. 

  • « L'élection de Donald Trump envoie un message définitif à l'establishment américain. L'expulsion des loyalistes en 1780 avait signifié le caractère irréconciliable de la rupture définitive avec la métropole britannique. La violence sanguinaire de la guerre de Sécession avait rendu définitivement inacceptable la poursuite de l'esclavage. Le reste mit un bon siècle à accoucher mais, dès cette époque, la citoyenneté était ouverte à tous les habitants noirs et, plus tard, indiens et asiatiques du pays. « Your huddled masses yearning to breathe free » (Vos masses en rang serrés aspirant à vivre libres), proclame fièrement la Statue de la Liberté du frère franc-maçon et français Bartholdi dans les vers magnifiques de la poétesse juive new-yorkaise Emma Lazarus. Aujourd'hui, malheureusement, la leçon joue dans l'autre sens : n'abandonnez pas le peuple au profit d'une culture que nous rejetons, disent les électeurs de Donald Trump. Mais que s'est-il passé au coeur de la société américaine pour que nous en soyons là ? Stupéfait moi aussi de cette élection, je questionne ici l'Empire américain, l'histoire de ses héros, réels ou symboliques ; les racines de la contre-révolution ; et bien sûr les inquiétantes relations internationales... »A.A.

empty