Belfond

  • Délaissant - momentanément - la fiction, Colum McCann nous livre un petit livre original et fort utile, sorte de guide pour tout aspirant auteur et, plus généralement, pour tout lecteur intéressé par l'écriture. Sans oublier les fans de l'écriture sublime de l'auteur des Saisons de la nuit et de Et que le vaste monde poursuive sa course folle.
    " De l'audace devant la page blanche ! Écris au-delà du désespoir. Chante. Chasse tes visions dans le noir. Partage ta rage. Résiste. Dénonce. De la vigueur, du coeur, de la persévérance ! Donne du poids à l'imaginaire. Commence par douter. Va où personne n'est allé. Compose une langue unique. Sublime l'ordinaire. Pas de panique. Révèle une vérité inconnue. Divertis également. Soulage la soif de sérieux et de joie. On peut te retirer bien des choses - même la vie -, mais pas les récits que tu en fais. Pour toi, jeune auteur, ce mot donc, non dénué d'amour et de respect : écris ! "

  • Toutes les guerres sont livrées deux fois, la première sur les champs de bataille et la seconde dans les mémoires. Après le retentissement international du
    Sympathisant, Viet Thanh Nguyen revient avec un essai remarquable et érudit sur la guerre, la mémoire et l'identité. Puisant dans sa propre histoire, celle d'un intellectuel vietnamien ayant vécu l'exil et grandi aux États-Unis, l'auteur s'interroge sur cette guerre que les Vietnamiens nomment " américaine " et que les Américains nomment " du Vietnam ". De quelle manière est-elle remémorée, commémorée, industrialisée ? Quels sont les enjeux de la bataille du souvenir ?
    Analysant de nombreuses formes de témoignage, dont essais, romans, photographies, films, monuments commémoratifs, Viet Thanh Nguyen dépasse l'interprétation binaire du conflit pour tenter de restituer une mémoire juste, globale, qui prendrait aussi en considération d'autres points de vue, notamment ceux des civils, des ennemis, des vaincus et des populations alentour.
    Chercher à restituer la vérité pour que jamais rien ne meure. Reconnaître la part d'humanité et d'inhumanité de chacun. Permettre la réconciliation et, ainsi, éviter que l'Histoire ne se répète.

  •  0500Une fois par semaine, pendant une année, Andrée Chedid et Brigitte Kernel se rencontrent, se découvrent et s'apprécient. Rituel immuable où la poète, sensible et généreuse, se livre toujours un peu plus à la journaliste qui écoute, interroge, admirative et curieuse.Du Caire à paris, entre Nil et Seine, Andrée Chedid passe d'une rive à l'autre. Pudique, aimant plus que tout la vie, elle se dévoile par bribres, évoque l'Égypte, le pays de son enfance, sa famille, mais surtout sa fascination pour l'être humain, inépuisable source d'inspiration, qui constitue l'essence même de son oeuvre littéraire.Des sourires échangés autour d'une intimité partagée, des souvenirs évoqués aux anecdotes dévoilées, Andrée Chedid nous offre des moments emplis de grâce qui laissent entrevoir ce que la vie a de plus précieux...Romancière, nouvelliste, dramaturge, mais surtout poète, Andrée Chedid a reçu de prestigueux prix littéraires pour ses nombreux ouvrages en prose ou en vers, dont le prix Louise Labé et le prix Goncourt de poésie en 2003 pour l'ensemble de son oeuvre.Productrice et animatrice deNoctiluqueet d'Un été d'écrivainssur France Inter, Brigitte Kernel est également l'auteur de biographies, d'essais et de romans, dontMa psy, mon amant,paru aux édditions Belfond en 2004.0300Une année de conversations hebdomadaires entre Andrée Chédid et la journaliste Brigitte Kernel. Un Grand Entretien pour donner la parole et le temps à Andrée Chédid, la femme et l´écrivain, de se confier et de se raconter.
    Brigitte Kernel.À la fin des années 80, Brigitte Kernel croise Andrée Chédid lors de son émission Noir sur blanc sur France Inter. Dix ans plus tard, en 1998, la journaliste la convainc de participer à son projetUn été d´écrivains. Les deux femmes se découvrent et s´apprécient. Aujourd´hui, elles nous livrent un Grand Entretien. Des conversations autour des thèmes chers à Andrée Chédid : son enfance, sa mère, l´Egypte, racontés avec pudeur et nostalgie. Mais aussi son regard sur la vie et l´amour et bien sûr la tendre admiration qu´elle nourrit aujourd´hui pour son fils Louis et son petit-fils Mathieu, brillants musiciens. Et puis elle évoque aussi la question de l´écriture, de l´inspiration, son amour pour la poésie, son goût pour les mots, ses romans, le théâtre...toujours dans le souci de faire surgir l´essentiel.

  • Le témoignage profondément touchant d'un homme confronté au cancer de sa mère, doublé d'un essai passionnant sur les livres, leur capacité à guider des choix de vie, à créer une réelle intimité entre les gens et à insuffler poésie et beauté dans le quotidien le plus dur.
    Qu'est-ce que tu lis ? C'est avec cette question que l'éditeur Will Schwalbe et sa mère, Mary Ann, brisent la glace chaque fois qu'ils se retrouvent à l'hôpital où cette dernière, atteinte d'un cancer du pancréas, doit subir des examens. De ces conversations naît un club de lecture à deux membres, qui va soutenir Will tout au long de la progression de la maladie, et même après la mort de sa mère.
    /> De Bilbo le Hobbit à La Reine des lectrices, de Mille Soleils splendides à Suite française, des Piliers de la terre à La Montagne magique, Will et Mary Ann dévorent livre après livre avec un éclectisme assumé, partagent leur impressions, se découvrent de nouvelles facettes, discutent de la vie, de la mort, de la famille, de l'importance de l'engagement de Mary Ann en Afghanistan, où elle a fait construire la première bibliothèque de Kaboul, et ce faisant se rapprochent toujours plus.
    Superbe lettre d'amour à une mère disparue, hommage passionné à la lecture, un livre unique en son genre, qui immortalise l'amour d'un fils pour sa mère et leur amour commun pour les livres.

empty