Nil éditions

  • «J´aime les livres. Tout ce qui touche la littérature ? ses acteurs, ses héros, ses partisans, ses adversaires, ses querelles, ses passions ? me fait battre le coeur. Le triomphe du «Cid» m´enchante. La «petite société» autour de Chateaubriand et de cette raseuse de Mme de Staël m´amuse à la folie. La mort de Lucien de Rubempré me consterne autant que Wilde ou le baron de Charlus. Et, j´aime mieux le dire tout de suite, Proust me fait beaucoup rire.»En un temps où les livres sont contestés et menacés par la montée de quelque chose d´obscur qui ressemble à la barbarie, cette histoire de la littérature n´a pas d´autre ambition que d´inviter le lecteur à en savoir un peu plus sur les oeuvres passées ici en revue. Si elle donne à quelques jeunes gens d´aujourd´hui l´envie d´ouvrir un roman de Stendhal ou de Queneau ou de découvrir un poème d´Aragon, l´auteur aura atteint son but. Il aura largement été payé de son temps et de sa peine qui fut aussi un plaisir.

  • «Je voudrais ici, tout de suite, dire et répéter avec force que le second tome est très loin de signifier un second choix. Je n´allais pas tirer toutes les cartouches d´un coup, dès le premier assaut. Je gardais pour la suite quelques biscuits de réserve et des trésors encore cachés.La méthode suivie dans ce deuxième volume est la même que dans le premier: présenter en quelques mots l´écrivain et son oeuvre; les situer dans leurs temps; tâcher de leur rendre, sous la rouille leur jeunesse et leur nouveauté; montrer ce qui fait leur importance, et mieux encore leur charme; donner quelques exemples de leur manière et de leur génie. Je ne parle pas des vivants, parce que la mort et le temps n´ont pas pu accomplir leur travail de faucheur, de crible, de critique et d´arbitre; et je parle des morts comme s´ils étaient vivants.S´il fallait résumer en deux mots l´image que nous nous faisons de la littérature, nous dirions: le plaisir et le style. Le plaisir: les histoires, l´intrigue, les personnages, la surprise et la gaieté, l´intelligence et la hauteur, le souvenir et l´espérance. Tout cela n´est rien et ne peut rien être sans le dieu mystérieux qui règne sur les mots et qui donne son statut à la littérature: le style.Tels qu´ils sont, en tout cas, les deux tomes de cette histoire menée au pas de charge et pleine d´impertinence ? dans tous les sens du mot ? peuvent peut-être constituer une sorte d´introduction à un des chefs-d´oeuvre les plus accomplis de l´esprit des hommes depuis son éclosion: la littérature française.»

  • Humour, ironie et originalité caractérisent cet « Exquis d´écrivains » très personnel, dans lequel se lisent, outre les traditions les plus rustiques de la Bretagne (huîtres, crêpes, andouille, galette-saucisse...), des voyages (alcool...), des satires savoureuses concernant les habitudes culinaires parisiennes (critique gastronomique, invitation...) et d´élégantes rêveries érotiques (pêche, sitophilie, c´est-à-dire utilisation de la nourriture à des fins sexuelles ...).
    Après le singulierRequiem pour une huître, publié en 2000, Hubert Michel fait une incursion osée dans le registre parodique pour égratigner, d´une façon drôle et résolument contemporaine, notre société traditionnelle (communion, bénédicité...).
    Il nous donne un livre plein d´imagination et de surprises grâce au foisonnement des formes narratives (saynète, conte, dialogue, poème) et laisse une très grande place àla fiction. Un travail littéraire parfaitement abouti où les évocations les plus simples (pain, beurre, sucette...) sont de véritables moments d´anthologie.

empty