M.E.O

  • More

    Daniel Charneux

    • M.e.o.
    • 1 Décembre 2015

    En 2016, on commémorera le cinq centième anniversaire de la parution de L'Utopie de Thomas More. Le hasard veut que Geneviève Bergé ait incité Daniel Charneux à rédiger un essai sur un saint de son choix pour une collection qu'elle dirigeait (mais qui - crise de l'édition oblige - a entre-temps disparu) et que ce choix se soit porté sur Thomas More, un personnage qui le fascinait depuis longtemps. Dans cet « essai-variations », Daniel Charneux tente de percer le mystère de More, ami d'Érasme, bonus pater familias, auteur de l'Utopie, grand chancelier d'Angleterre sous Henri VIII (et, à ce titre, inquisiteur redoutable), décapité sur ordre du même et enfin canonisé, admis dans le sanctuaire de l'Église catholique. Cet ouvrage est un essai, si l'on veut bien rendre au mot son sens d'origine, celui qu'il avait chez Montaigne. Daniel Charneux « essaie » d'évoquer un homme en le passant, comme disait Montaigne, « à l'étamine » de sa sensibilité, de sa culture, de sa perception, des événements qui agitent son temps. Quant à la forme adoptée pour cette évocation, il est permis de la définir par le mot « variations », car le sujet du livre n'est pas seulement More, mais sa recherche, sa poursuite par un écrivain, comme le thème de Diabelli n'est, somme toute, qu'un point de départ pour Beethoven, lorsqu'il compose les variations éponymes. Avec une préface de Geneviève Bergé.
    Né en 1955, Daniel Charneux vit à Dour, entre Mons et Valenciennes. Licencié en philologie romane de l'Université de Liège, venu à l'écriture narrative au tournant du millénaire, il a publié sept romans, un recueil de nouvelles et deux de haïkus. Le thème du vide, du manque est pour lui obsessionnel et se retrouve dans tous ses écrits. « Écart » et « trace », ces mots anacycliques résument les deux axes de son écriture : fantaisie, jeu, création d'un univers imaginaire, d'une part ; retenue, gravité, exploration de destinées humaines réelles, d'autre part. Il a obtenu le prix Charles Plisnier pour Norma, roman. Nuage et eau, l'histoire du moine bouddhiste Ryokan et de la nonne Teishin, a été finaliste du prix Rossel 2008 et lauréat du prix de l'Association des Écrivains de Langue Française.

  • Livre pionnier, fondateur d´une véritable histoire littéraire, le travail de Juvénal Ngorwanubusa ouvre les portes d´une Francophonie parmi les plus secrètes et les plus méconnues. Une Francophonie dont le passage des grandes traditions orales à l´écriture en français commence à s´opérer dès la fin du XIXe siècle, au moment même où la tutelle coloniale allemande cherche à se mettre en place mais doit faire face à la résistance farouche du roi Mwezi Gisabo. Une Francophonie dont la réalité sera dès lors plus lente à se faire connaître et reconnaître que dans d´autres aires francophones. Livre-histoire et livre-anthologie, La Littérature de langue française au Burundi explicite bien les trois grandes phases de cette histoire littéraire. Le travail de collecte et de transcription des grandes traditions poétiques et proverbiales par des ecclésiastiques européens, puis africains, a constitué le premier socle mémoriel en français d´un peuple. Le moment Kayoya marque ensuite l´émergence d´une littérature à part entière - et ce, à l´heure du retour du pays à l´Indépendance. Cette émergence se produit à travers le poétique d´une part, l´inscription de la tension interculturelle de l´autre. Les 40-50, dernières années, enfin, voient franchir progressivement une nouvelle étape, celle de la reprise par la fiction des contradictions et avancées de l´Histoire et de la constitution, au début du xxie siècle, d´une amorce de champ littéraire spécifique.

    Un livre qui vient à son heure. Un livre qui démontre, une nouvelle fois, le pluriel et la singularité des Francophonies culturelles.

    Ngorwanubusa, né en 1953 à Kiganda (Kanyami) en province de Muramvya (Burundi), est docteur en Philosophie et Lettres (Philologie romane) de l´Université catholique de Louvain. Professeur à l´Université du Burundi, il a occupé les fonctions de doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, de conseiller du recteur chargé de la Coopé-ration et de titulaire de la Chaire Unesco en Droits de l´homme et résolution pacifique des conflits. Il a été ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale. Il est par ailleurs l´auteur d´un récit Les Années avalanche paru dans la même collection.

  • Depuis son essai Charles Chaplin, L'âge d'or du comique (1979), Adolphe Nysenholc s'est imposé comme l'un des meilleurs connaisseurs et surtout l'un des meilleurs penseurs de l'oeuvre de Chaplin. Ses travaux, dont l'essentiel Charles Chaplin ou la légende des images (1987), ont inspiré la recherche des trente dernières années, que ce soit sur le personnage comique et son mythe ou sur l'art de Chaplin cinéaste. Dans ce nouvel opus, l'auteur nous offre une traversée inédite de l'univers chaplinien. Sa démonstration, ciselée de la même écriture exigeante et libre, déroule un nouveau fil : celui du rêve. On comprend dès les premières pages que la vie et l'oeuvre de Chaplin en sont pareillement tissées. L'idée s'impose que c'est par les chemins buissonniers du rêve qu'elles s'imbriquent et s'éclairent réciproquement. Mais Chaplin qui a rêvé sa vie, a-t-il vécu son rêve ? « Le Rêve est vraiment un très beau texte, car il reprend ce qu'il y a de plus original dans vos travaux pour le prolonger et le synthétiser de façon définitive. La dimension la plus nouvelle, i.e. l'aller-retour entre la vie et l'oeuvre, renouvelle l'interprétation de façon extrêmement convaincante.» (Francis Bordat). - Adolphe Nysenhol, professeur honoraire de l'Université libre de Bruxelles, est l'auteur de « Charles Chaplin, L'âge d'or du comique », première thèse de doctorat sur Charles Chaplin, et l'organisateur du premier colloque international Charles Chaplin (Sorbonne et Cinémathèque Française, 1989, inauguré par Simone Veil et clôturé par Jack Lang, avec le concours de Géraldine Chaplin). Également romancier et dramaturge, il nous donne avec ce nouvel essai une vision poétique de l'oeuvre chaplinienne. - « Un des tout meilleurs spécialistes mondiaux de Chaplin » (Positif, Paris).

  • Honoré de Balzac (1799-1850) a été le témoin d'une époque troublée où se sont succédé les régimes politiques et où la science et la médecine ont fait des progrès décisifs. Romancier avant tout, il a transmis beaucoup de détails importants sur la société de son temps et peut être, à cet égard, considéré comme un véritable historien. À travers le regard de ce monstre sacré de la littérature, est rapportée la révolution médicale à l'aube du XIXe siècle, à cette période clé où apparaît la médecine scientifique. L'auteur a étudié dans l'oeuvre du maître les conceptions de la médecine et de la maladie, les personnages de médecins et les médecins célèbres de son temps qui les ont inspirés, les personnages de malades et les hypothèses que l'on peut formuler aujourd'hui sur les maladies décrites, les affections dont souffrait Balzac lui-même... Comprendre les progrès à travers les yeux d'un citoyen du monde tel que Balzac, vivant à Paris à une époque où la capitale était le centre des avancées médicales, constitue une approche audacieuse, l'histoire de la médecine étant rarement envisagée à l'aune de la littérature. Longtemps professeur de rhumatologie et de médecine physique à l'Université Libre de Bruxelles, Thierry Appelboom dirige aujourd'hui le Musée de la Médecine de l'hôpital Érasme.

  • Après plus de 25 ans de silence poétique (mais durant lesquels il n´a pas cessé d´écrire), l´auteur effectue avec Histoires de la détermination un formidable retour à la poésie. "Histoires de la détermination" est un recueil hors des sentiers battus, mêlant épique et philosophie, ésotérisme, surréalisme et hyperréalisme, raison et folie, récit et aphorisme. Il traite de l´histoire universelle, de la création vo­lontaire de la vie, de l´activité cérébrale : trois visions de la destinée humaine que seul le dire poétique peut magnifier. Une poésie ouverte au monde, au siècle, au savoir, à l´intuition, à la culture. Un grand vaisseau conduit par un vers ample et généreux, incrusté de formules lapidaires qui tranchent et sauvent. Un livre qui, heureusement, dérange, mais nous parle de chacun de nous. Né à Etterbeek en 1950, Renaud Denuit est un personnage aux multiples facettes. Docteur en philosophie et lettres, licencié agrégé en communication sociale, diplômé d´études européennes, diplômé en gouvernement et administration publique, il a été journaliste politique et présentateur du JT à la RTBF et a collaboré à la presse quotidienne et à de nombreux périodiques. Il a été fonctionnaire à la Commission européenne. Il est aussi professeur invité à l´Institut d´Études européennes de l´UCL et à l´ICHEC Brussels Management School. Il a été actif dans la politique à l´échelon local et reste engagé dans divers mouvements associatifs. Parallèlement, Renaud Denuit avait publié entre 1972 et 1985 cinq recueils de poèmes remarqués. La première décennie de ce siècle a vu la publication d´oeuvres de fiction, de politique et surtout de philosophie.

  • Oeuvre complète

    Stefano Kaoze

    • M.e.o.
    • 10 Novembre 2018

    Stefano Kaoze (1886-1951) a été premier prêtre catholique africain de son pays (1917). La Psychologie des Bantu, publié en 1910, premier texte de la littérature congolaise de langue française, impose quelques solides remises en perspective sur l'histoire des francophonies littéraires africaines, comme sur la précocité et l'intelligence des réactions congolaises aux savoirs apportés par le colonisateur. Stefano Kaoze y explique à ses interlocuteurs occidentaux l'autre forme de culture qu'est celle de ses ancêtres. Il indique ainsi les chemins de l'inculturation en lieu et place de l'acculturation. Tout au long de son existence, à côté de ses tâches pastorales, cette figure subtile et tenace de prêtre et d'intellectuel poursuivit discrètement ce travail en faisant passer en français la mémoire des Batabwa. Il donnait ainsi des assises à la connaissance interculturelle comme à la conscience identitaire des siens. Le rassemblement et l', constitueront une découverte pour beaucoup. Elle pose une balise majeure pour la prise de conscience et l'étude de la littérature francophone congolaise.

empty