Les Éditions du Net

  • L'Economie française fonctionne-telle bien ? Le niveau de chômage français est-il acceptable ? La France garde-elle son rang parmi les nations ?
    - NON.
    Le présent essai cherche à établir la réalité, à en rechercher les causes, à dénoncer les dérives que subit la France et de proposer une solution de régression du chômage. Le principe proposé a fonctionné dans d'autres nations, et la méthode particulière a été éprouvée dans des entreprises, a la satisfaction des des partenaires sociaux.
    Les travaux de Georges Dumézil sont évoqués. Ils ont déterminé trois fonctions dans nos sociétés occidentales Noblesse, Clergé et Tiers Etat, autrement dit, d'une manière moderne : Politique, Culturelle, Economique.
    Des pages d'histoire de quelques nations, éclairées sous ce prisme trifonctionnel, déterminent les conditions principales du bien vivre ou du mal être du plus grand nombre. Puis des pages de notre histoire récente et ainsi tenter, de la même manière, de dégager les causes du déclin économique français avéré.
    Rappel est fait de quelques principes élémentaires, mais fondamentaux de microéconomie.
    Des solutions sont proposées dans le chapitre «Que faire?» dont la principale est exposée en détail.
    Enfin, les écueils à rencontrer lors de la mise en place.

  • À Milan Kundera,
    et en guise de mot de retard,

    Cette nuit, Milan, je me suis replongé dans ton livre, L'Art du roman, pour y puiser quelques idées sur la structure à apporter à ce présent texte, à travers lequel je me présente aux Français comme candidat à l'élection présidentielle. On réfléchit mieux en bonne compagnie. Dans ton Discours de Jérusalem, daté de 1985, et intitulé « Le Roman et l'Europe », tu cites ce proverbe juif que je ne connaissais pas : « L'Homme pense, Dieu rit. » Et quelques lignes plus loin, toi, l'écrivain tchèque qui écrit en français, tu regrettes qu'on ait oublié le mot « agélaste » créé par Rabelais, repris du grec et qui signifie « celui qui ne rit pas, qui n'a pas le sens de l'humour ». Sois rassuré, je l'ai rajouté dans mon dictionnaire personnel des insultes du capitaine Haddock, aux côtés de « doxosophe », « vouvouzela », « frère d'autruche », « chrysophile » et autres « Vishnuïste », « glébeux » et « pense-phrase ».
    Mais, Milanku, les mots ne suffisent plus pour exprimer la colère de ce pays. Les politiques, ils ne nous font plus rire. Ils ne savent plus penser. Plus personne ne sait quoi penser. Et voilà que je déboule à la dernière minute, comme en courant sur le quai de la gare : « Attendez ! Attendez ! J'ai des idées ! » Et une fois dans le train, de m'excuser auprès du contrôleur en lui tendant ce livre : « Je suis en retard, j'ai réfléchi trop longtemps. »
    « Dépêchez-vous, je crois qu'il me répondrait. Il ne vous reste plus que quelques semaines pour convaincre 500 maires et 44 millions d'électeurs ! »
    « L'homme pense, Dieu rit. » Mais il ne se moque pas. Et tant pis pour qui rirait.

  • Ce livre montre que les pays Africains, plus particulièrement le Sénégal, ont les moyens de se développer et d'assurer le bien-être de leurs peuples. Il suffit juste que, comme on les appelle, les partenaires au développement y mettent de la volonté. Les africains, à qui toutes les frontières étrangères sont fermées, doivent pouvoir s'épanouir en toute liberté chez eux. La prédation a assez duré, et les piliers en sont les dirigeants.

  • Vers les années 3 000 les Africains du sud du Sahara ont fini de détruire tout leur environnement. Après avoir servi longtemps de poubelle des anciennes voitures et de tout ce que le reste du monde ne voulait plus, le continent sombra dans le chaos. Le désert s'empara de la forêt équatoriale et laissa derrière lui des hommes et des femmes cherchant à fuir leur terre au péril de leur vie. C'est ainsi que le cannibalisme devint le seul moyen de survie sur une terre où les animaux avaient disparu. C'est dans ce contexte qu'un homme et son fils furent recueillis par les hommes de la colonie de Djoune. Cette communauté s'était installée sur les hauteurs de Bandiagara afin d'échapper aux désordre qui rongeaient la quasi-totalité du continent. Le seul problème était que les nouveaux arrivants devaient passer un test pour savoir s'ils n'étaient pas atteints « d'Afrose », un trouble complexe accusé d'être la cause de tous les maux du siècle précédent. Cette maladie avait été négligée par les philosophes, ce qui l'avait permis de se maintenir solidement de génération en génération chez les personnes nées dans le vol, la corruption et le crime.

  • Depuis 6 mois une pandémie s'installe en maitre dans le monde. Des millions de malades, des centaines de milliers de décès enregistrés partout et des milliards de personnes sont confinés pour essayer d'éviter la propagation de la pandémie. Les puissances économiques sont ébranlées et se demandent comment redresser la barre. Le monde est totalement perdu dans un tourbillon inattendu et désespérant. Les citoyens n'ont plus d'objectif, sinon de tout faire pour rester en vie. Tous les rêves sont devenus angoissants, des désillusions. C'est un vrai cauchemar qui a frappé en plein coeur la planète terre.
    Au milieu de tout ça, il y a des messages et des leçons à tirer. Les homos sapiens vont-t-ils comprendre les messages ?
    Il semble qu'un appel vient d'être lancé au monde entier pour une reconsidération des choses. Allons-nous profiter pour emboiter le pas et refaire les choses différemment ?
    Quels sont ces messages sur lesquels que l'auteur semble attirer l'attention ?
    Qu'est-ce qui doit être reconsidéré ?

  • Entrons dans l'univers de Patricia Bettancourt, Un univers poétique qu'elle livre au travers de ses textes.
    Ses pensées, lorsque l'artiste contemple la nature, ses convictions lorsqu'elle observe notre monde moderne.
    Le récit est émaillé d'aphorismes de grands auteurs et se termine par des lectures commentées d'ouvrages qui ont accompagné Patricia dans son parcours de vie.

  • Au « hasard » d'une expérience de physique quantique, une particule s'échappe et s'introduit dans l'esprit humain. Cette fiction lance une réflexion sur le développement de la conscience au fil des millénaires. On assiste à l'inflation individuelle et collective du « Moi » et à ses effets destructeurs. La pandémie du covid-19 éclaire massivement les menaces planétaires omniprésentes. Alors, une solution d'harmonie s'impose avec l'élévation qualitative du niveau de conscience. Un nouvel humanisme se répand sur la terre, qui induit une organisation mondiale salvatrice.
    Une synthèse s'opère entre l'astrophysique, la mécanique quantique et la destinée humaine.

  • T hèse et mémoire des origines de l'hommes des religions,ainsi que la stupidité et la cupidité de l'être humain.Tout est relatif comme nous l'a exprimé notre cher Einstein,dans le sens ou tout est changeant et rien est permanent. C'est l'homme qui choisis le penchant menant vers ce paradoxe. Qui ferait bien de prendre conscience de notre futur, et des conséquences de ses actes.

  • Edouard, pourquoi ce titre de survol? « Si j'avais parlé d'envol de mes pensées, j'aurais dû les développer avec précision et l'ouvrage trop long aurait certainement été fastidieux, ce que je reproche à tous les essais trop détaillés. Il s'agit plutôt d'un inventaire de mes idées. Je pense que c'est suffisant pour que le lecteur comprenne l'auteur, l'approuve ou le désapprouve et éventuellement lui demande plus d'explications. » Votre livre est donc un essai ? «La première partie effectivement est un essai de quelques pages sur l'idée de dieu, des croyances et des religions dans lequel je mets clairement en évidence le bien fondé de l'athéisme qui a épaulé mon existence et qui me convient parfaitement. Je cherche à faire comprendre aux croyants, que je respecte, que l'on peut être athée et bienveillant. Je ne remercierai jamais assez mon père athée de ne pas m'avoir porté sur les fonds baptismaux ; je n'ai pas eu à renier une croyance imposée. » Et vos poésies ? « Très souvent la nuit couve mes inquiétudes et mes sentiments qui s'expriment en vers dans mon sommeil, jaillissent sur un carnet au petit matin et sont rédigés dans la journée. Tous mes poèmes émanent d'éléments vécus fortement ressentis. Cette deuxième partie est un recueil d'écrits spontanés sur l'Amour, l'Amitié, la Religion, la politique, la Maladie et bien sûr la Mort. Leur principale vertu est la sincérité. »

  • Colère d'un banal citoyen devant l'affligeant spectacle que nous montre notre classe politique depuis dix ans et particulièrement le gouvernement actuel.

  • "Je t'attends l'ombre s'agrandit il faut venir contre tout sens rien n'existe que notre île au milieu d'un pays la page noire ne me rappelle rien et c'est le soir qui vient m'entends-tu un peu ou as-tu oublié qui je fus?"

  • « - Raconte un peu comment va la vie pour toi ? - Hé bien Lara Croft a troqué son short, jarretière et coutelas, contre un déguisement de ménagère de moins de 50 ans qui a encore braqué tous les supermarchés aux alentours afin de nourrir sa portée. Les enfants sont revenus, et les rappels à l'ordre, musclés pour certains et lassants pour d'autres, ont repris (j'aurai peut-être dû garder le coutelas finalement...) - Sois forte Lara. As-tu essayé de les droguer... ? - Ou alors laisser traîner des tapettes à souris géantes avec du Nutella ? » Le lâcher d'oie blanche dans la jungle du célibat après 40 ans, s'accompagne inévitablement de quelques errements affectifs post-traumatiques. Surtout avec trois pré-adolescents en bandoulière. Puis, un jour, une rencontre... La rencontre. Premier mail d'une longue série, romantique, drôle et spontanée. La sincérité ayant toujours été de mise, nous nous sommes livrés l'un à l'autre, bien avant l'échange des corps et des baisers savoureux. Je vous livre nos confidences comme on partagerait un excellent vin avec des amis, comme on renaît après l'enfer, pour célébrer la vie et l'amour de la vie !

  • L'Afrique hante ses souvenirs d'enfance, l'Afrique la fait rêver... et puis le rêve devient réalité. Mais qui rêve encore de partir en Afrique autrement qu'en safari-photo bien encadré ? Quelle femme envisage sereinement de troquer sa carrière pour découvrir le plus beau métier du monde : celui de Femme d'Expat ? Une vie de luxe et d'exotisme ? Pas si sûr ! A travers les péripéties bien terre à terre, le ton alerte et souvent moqueur devient grave quand il s'agit de décrypter le mode de vie et le fonctionnement d'une société si éloignée de nos conforts et conformismes occidentaux ... Trouver les gestes et les mots qui font que l'on est accepté ou pas, plus difficile encore, trouver les interstices qui permettent de glisser un regard sur cette société autant que sur la nôtre. Et si, au bout du compte, on partait à la rencontre d'une Afrique ... d'un des derniers bastions de la résistance à la société de consommation mondialisée ?

  • 8 cousins et cousines de 2 à 14 ans qui ne se connaissaient pas ou très peu passent ensemble les vacances de La Toussaint 2008 aux Rosaires. Après quelques aventures, ils se retrouvent en juillet 1954 à passer 15 jours avec leurs grands parents qui ont leur âge. Le dernier chapitre est consacré aux histoires que raconte la grand-mère.

  • Il n'y a pas de travail d'analyse de discours qui ne vise la rencontre avec un autre, qui ne cherche un interlocuteur. Il n'y a pas d'écriture de recherche qui ne pose le problème de la place de l'autre dans le texte.
    Le one man show, variante théâtralisée est basée sur la production d'un discours sketch, énoncé sur scène par un seul et même acteur physiquement présent. Se définissant comme un sous-genre théâtral de l'immédiat, de proximité avec le public par le biais d'une parole mise en spectacle, on pourrait penser que le one man show n'est autre qu'une activité monologique et monologale ; une activité qui lie un personnage et un public. Or, nous posons comme hypothèse la présence d'un « autre », une image / instance supposée énonçante, programmée, sortant de l'imagination créative de l'auteur, et sensée lui donner la réplique.
    Le one man show est un outil médiatique manipulatoire. En conséquence, il sera question, dans cette analyse d'un corpus de sketches d'Alex Métayer, de montrer comment, un seul personnage peut simuler un échange avec des interlocuteurs dits «absents». La parole énoncée en public et les textes transcrits selon l'analyse des conversations, nous montrera un fait linguistique pertinent : voir qu'une même parole peut générer deux personnages ; engendrer deux visions sur le monde et la réalité des échanges en société.

  • Qui n'a jamais rêvé de pouvoir pénétrer un jour l'impénétrable cerveau de l'homme ?
    Cet organe est si complexe, que même l'homme n'arrive pas à le contrôler. À travers ses pages, vous allez découvrir les diverses façons dont l'homme procède pour vous témoigner son amour, leur réaction face a la rupture, leur goût, la traduction de leur langage ainsi que les choses à savoir sur nous.
    Un livre consacré exclusivement aux hommes pour vous mesdames.
    Messieurs, attention a votre égo.

  • Afin de donner une rassurance illusoire à leur quête désespérée d'une seconde vie, les êtres humains ont inventé la croyance.
    Hélas, leur entêtement à ne pas mourir a déterminé chez eux toutes les inhumanités.
    Aussi, loin d'un monde qui s'est imposé à dessein de croire, je parle ici... d'une autre voix, d'une autre voie...
    Si tu lis ce petit dictionnaire, tu t'engages à ne pas m'infliger ton animadversion...
    pour une fois, pour une foi...

  • Au millénaire dernier, fortuitement, un site paléolithique fut mis à jour en Bretagne.
    Son industrie lithique de type Levallois avec des éclats retouchés se singularise par la présence de nombreuses représentations à base de scènes de vie, d'animaux souvent disparus, de Vénus et de chasseurs du grand froid.
    Elles laissent entrevoir la vie d'un petit clan.
    Par chance, une gravure a permis son identification.
    C'était celui du Grand Loup.

    En s'appuyant sur ses connaissances de la nature, de la chasse et de la pêche l'auteur a tenté de retisser des liens pour saisir la signification des représentations paléolithiques découvertes.
    Une pendeloque comportant plusieurs représentations a été le point de départ.
    Il a suffi de donner la parole au lointain chasseur qui l'avait réalisée et portée autour du cou. Il y avait enregistré l'essentiel de sa vie. Son témoignage éclaire des facettes de ce qui était déjà la culture mère.
    Le souffle qui guidait le clan du Grand Loup ne s'est jamais éteint. Il sera transmis, pour le meilleur et pour le pire, à des hommes nouveaux, nos ancêtres directs, curieux mais bien moins sages.

    « De Néandertal à Homo Breizh » ne pourra qu'intéresser ceux qui aiment à réfléchir sur les origines de la dimension culturelle, la naissance de l'art paléolithique et le sens contre nature du parcours de l'humanité.
    Toutes les représentations du livre sont inédites.
    Conçues par une humanité cousine, elles sont, en l'état actuel, les plus anciennes manifestations de notre dimension artistique.

  • L'Intelligence Artificielle est déjà partout et ce n'est qu'un début, autant s'y préparer. Pour faire face à ce défi, l'homme doit en comprendre les enjeux et les limites pour se protéger.
    « Il est temps de s'éveiller à l'IA » aborde la genèse de l'Intelligence Artificielle, les enjeux et les opportunités qu'elle fait naître. Avec des témoignages d'experts et des exemples concrets d'applications, ce livre se veut accessible à tous. Il permet de cheminer en se questionnant sur les différentes défis technologiques, éthiques, culturels, sociétaux...
    L'Intelligence Artificielle est déjà partout : Google, Facebook, Amazon l'ont adoptée depuis quelques années. Nous avançons inexorablement vers un monde où l'homme et la machine cohabiteront. Ce livre composé de 27 chroniques permet de comprendre l'IA avec des réponses aux questions telles que : l'IA est-elle créatrice ou destructrice d'emploi ? Peut-on faire confiance aux robots ? Peut-on tomber amoureux d'une IA ? Quand l'IA va-t-elle changer l'humanité ?
    C'est la première fois, dans notre histoire, qu'une nouvelle technologie évolue aussi rapidement et touche à tous les domaines. Ce livre nous invite à nous poser pour y réfléchir.

  • La végétation naturelle est une importante source pour l'alimentation, la santé et la satisfaction des besoins énergétiques des populations. Cependant, elle est menacée par un certain nombre de facteurs biotiques et abiotiques. Face à ce constat, ENDA -Madesahel a mis en place le conservatoire botanique Michel Adanson (Mbour) pour une protection durable des ressources végétales menacées. Cependant, l'insuffisance des données scientifiques limite la gestion de la biodiversité végétale. Cette étude a pour objectif de contribuer à une meilleure connaissance de la flore, de la végétation et l'usage des plantes médicinales par la population riveraine en vue d'optimiser la gestion du patrimoine végétal. L'inventaire de la flore a permis de répertorier 184 espèces réparties dans 54 familles. En raison de la position continentale et probablement de l'adaptation aux conditions bioclimatiques, les espèces africaines et pantropicales dominent cette flore. L'étude comparative entre la flore du conservatoire et d'autres flores naturelles de la zone a montré une faible ressemblance due probablement à la forte introduction d'espèces exotiques. Les espèces endémiques et surexploités du Sénégal ne sont pas bien représentées dans le conservatoire. L'étude de la végétation ligneuse a montré une diversité moyenne et une distribution hétérogène des espèces. La densité, la surface terrière et le recouvrement aérien des espèces sont assez élevés, entraînant ainsi une forte compétition entre les individus. La population riveraine utilise une flore médicinale assez pauvre de 55 espèces. Les affections infectieuses et dermatologiques sont les plus traitées.

  • Saint François d'Assise écrivait à la fin de sa vie : « Frères, commençons car nous n'avons encore rien fait jusqu'ici ». Grande vérité ! Sublime et simple vérité ! Car la connaissance et la vérité sont comme les tonneaux des Danaïdes : elles laissent passer tous nos concepts. Toutefois, tout est possible au penseur qui aime unifier les choses ou qui aime se donner à la pensée interrogative.

    Dieu, l'être, la foi, l'humain, la recherche de la vérité, la sagesse, la vie spirituelle, sont parmi mes thèmes favoris. Et remarquez bien que ces thèmes reviennent souvent dans les textes.

    A tous les niveaux, le monde spirituel nous recherche et nous rejoint. Il est à remarquer également que le monde spirituel et le monde surnaturel sont comme deux frères jumeaux. Le rationalisme moderne supprime le surnaturel et nie la mystique. Le monde surnaturel est celui qui nous plonge au sein des lumières spirituelles et des réalités métaphysiques. La mystique vraie est l'expérience de Dieu au quotidien. Il n'y a donc pas ici de séparation radicale entre l'humain et le divin ; le divin et l'humain sont même étroitement imbriqués l'un dans l'autre.

    Et n'oublions pas ces mots fabuleux de Pascal : « L'homme passe l'homme ». L'homme dépasse l'homme non par quelque mouvement dialectique, culturel ou idéologique se déployant dans le temps, mais dans la mesure où il y a en l'humain une Présence qui le distingue des choses.

  • Sur ces chemins philosophiques et spirituels, un homme marche pour s'ouvrir à ses pensées, pensées dont on ne dira le bien que si elles exercent sur chacun de nous leur vérité (leurs vérités). N'allez pas voir ici une quelconque approche de ce qui nous détermine, mais plutôt une façon d'explorer notre être intérieur et d'aller aux sources de cette conscience pénétrante. Pour être en phase avec celle-ci, il faut être dans un état d'esprit particulier où tous vos canaux cérébraux sont dans une réceptivité adaptée et concentrée. Dans Chemins existants, il veut créer en eux des itinéraires dont le sens se trace dans son avancement ; chacun des textes est le complément de celui qu'il précède pour devenir ainsi le parcours idéal dans sa logique de son cheminement. Ces thèmes sont constitués de trois parties « La Beauté des choses », « La Noirceur des choses », « La Profondeur des choses », car pour lui cela reflète le sens de l'existence dans sa logique propre et profonde ; rien de ce qu'il parvient à dire ne reste à la porte de sa réflexion qui se veut minimaliste, proche de la concision, à l'état brut ; une pensée délivrée de toute pesanteur et ne faisant aucune référence à une philosophie quelconque, d'ailleurs cet homme ne s'imagine pas philosophe, il est le contemplateur de ses propres méditations. Il est à la recherche d'une certaine idée de lui-même par la connaissance de soi. La spiritualité qui l'anime va au-delà de son unique expérience, c'est une spiritualité intrinsèque qui fait partie de son évolution singulière qu'il restitue par ses écrits. Écrits qui le motivent dans son for intérieur avec à la fois sa richesse pure, son éthique personnelle et sa sagesse bienfaitrice.

  • Ce serait erreur de considérer le Revenu Universel comme un outil ou un aménagement économique, une réforme comme une autre pour donner une impulsion à la croissance telle que nous la vivons de nos jours. Le revenu Universel doit se dessiner comme une nouvelle philosophie de vie, un changement sociétal majeur, une vision d'avenir. Pour cela il faut prendre en compte et revoir quelques notions que nous considérons aujourd'hui comme fondamentales :
    - la notion de gagner sa vie,
    - la notion de lien entre la réussite et l'argent,
    - le positionnement de l'argent comme but et non comme moyen,
    - la notion de chômage en opposition avec le travail.

    Pour envisager le revenu universel et le rendre utile sur plusieurs niveaux quelques règles pourraient être mises en place, par exemple et sans exhaustivité, le Revenu Universel pourrait :
    - être universel, donc distribué à chacun sans aucune restriction ou dérogation,
    - être imposable,
    - être éphémère, à savoir consommable dans un délai imparti,
    - être consommable uniquement dans certains types de commerce,
    - ....

  • Lettres parlant d'amour, de l'Amour, de la relation de deux êtres que rien ne destinaient à vivre une histoire aussi complète. Agnès et Martin se sont rencontrés au cour d'un diner, chez une amie commune, Liliane. Au fil de la conversation, Martin dit à Liliane : - « Je cherche un scribe pour m'aider à écrire un livre de réflexion, je me sens incapable de mener à bien ce travail seul, j'ai des idées, et je ne vois pas comment les articuler et comment les formuler ». - « Pourquoi pas le proposer à Agnès, elle est en cour d'écriture de sa biographie... ». Agnès, ne parait pas très emballée, mais polie - « Pourquoi pas ». S'en suit un échange d'adresse et une invitation à se contacter. Quelques semaines plus tard, Agnès retrouve un petit bout de papier au fond de son sac, et se rappelle la proposition qu'elle avait lancée sans grande conviction Martin. Et en voici l'Histoire.

empty