FeniXX réédition numérique (L'Aube)

  • « Comment dites-vous déjà ? Socialisme, communisme, totalitarisme, stalinisme ? Nos hésitations et nos cafouillages, nos rudes empoignades d'hier et sans doute de demain autour du nom de la « chose » en disent long bien, sûr, quant au mystère de ce qui s'en va avec l'évaporation du « socialisme réel » en Europe de l'Est, la montée du chaos en Union soviétique et la déréliction du mouvement communiste international. En effet, avec et dans l'événement-cassure, ce sont différentes séquences, différentes durées qui viennent se coaguler, qui entrent en collision. Car enfin : quelle est la page, le chapitre, le tome qui s'achève là ? quelle histoire ? celle qui commence avec Yalta ? celle qu'inaugure octobre 2017 ? ou peut-être celle qu'inaugure Le Manifeste communiste ? le messianisme jacobin ? Ou bien encore, pourrait-on dire, suivant le fil d'Hannah Arendt, est-ce là le terme de l'ère noire des mouvements totalitaires qui a pris corps, sur le terreau européen au début des années trente ? »

  • « Le chemin de ronde est un enfant très naturel du cercle et de la spirale, fruit d'un inéluctable hasard de leur croisement. Il rejette des deux les tendances irrépressibles à la rigueur et à l'obstination, ne gardant que les aspirations d'égalité et de juste milieu du cercle, et l'allergie à tout équilibre de la spirale. Il semble qu'il assume cette double hérédité en la transcendant sous des formes modelées tant par la grâce et l'amabilité que par un goût parfois surprenant pour la fantaisie. » Sous forme de notes, Bosquet de Thoran, ce faux solitaire, nous emmène en promenade sur ces lignes de crête du regard que sont les chemins de ronde, parcourus à partir d'un fascinant tableau du peintre flamand Roger Van der Weyden (Saint Luc dessinant le portrait de la Vierge) dont il nous détaille une nouvelle lecture. Et ce sont nos propres chemins de ronde qu'il nous fait, peu à peu, découvrir.

empty