FeniXX réédition numérique (Association des publications de la Faculté des lettres de Nice)

  • Fondées sur la mise en présence de trois grandes figures de la littérature française - Ronsard, Rousseau et Nerval -, les interrogations sur le lyrisme, réunies dans ce volume, s'efforcent de confronter, dans la poésie comme dans la prose, les imaginaires de la création propres à des siècles différents. Elles tendent à montrer que le lyrisme réside moins dans la seule expression du moi que dans une opération de dédoublement, à l'oeuvre dans celui qui écrit, entre un moi personnel et la projection d'un moi universel. Lyrique est l'éclosion d'une conscience littéraire qui s'arrache plus ou moins douloureusement à l'individu. Entre ces deux pôles dynamiques de la création, se déclinent toutes les nuances d'un processus de transfiguration, à la fois du « Je » et du langage. Transformation féconde, où les effets des résonances temporelles tissent les harmoniques d'une relation au monde enfin remplie d'échos. Chacune des oeuvres étudiées - Les Amours, Les Rêveries du promeneur solitaire, Les Filles du feu et Aurélia - offre de ce processus une manifestation singulière que le chercheur s'attachera à analyser, et l'amateur à poursuivre de sa propre méditation. Marie-Hélène Cotoni, Josiane Reiu, Jean-Marie Seillan.

  • À quoi tient la cohérence toujours problématique d'un personnage de roman ? De quels antécédents littéraires, intellectuels ou affectifs hérite-t-il l'illusion temporaire d'existence que le lecteur réussit ou renonce à lui accorder ? Quels fils le texte manoeuvre-t-il pour Ce faire se dresser et se mouvoir ? Et que se passe-t-il exactement lorsque ces fils, apparemment trop tendus, laissent le personnage suspendu foin au-dessus du sol, ou bien encore quand ces fils s'entrecroisent et s'embrouillent au point de le faire s'affaisser ? Questions posées ici aux personnages de Corinne ou l'Italie de Germaine de Staël, que l'agrégation, Capitole des temps modernes, a choisi de couronner d'une gloire renouvelée, Par des biais différents - le motif structurant du voyage, l'éthique des Lumières, l'héritage légué par les « âmes sensibles », la délicate gestion du pathétique - ces quatre lectures, présentées et discutées fors d'une journée de réflexion organisée à l'Université de Nice-Sophia Antipolis, s'efforcent d'apporter des éléments de réponse. J.-M. Seillan

empty