Editions du Panthéon

  • Maurice Racol s'est trouvé face à une nécessité devant l'histoire : créer un nouveau langage. Par cet essai, l'auteur entend rendre hommage à un musicien qui n'a pas cherché à briller. Exceptionnel et inédit, cet opuscule repose sur des informations de la main du compositeur et consiste à sauver de l'ignorance une oeuvre qui risquait de disparaître.

  • Daisy de Palmas Jauze a ressenti le souffle draconique le jour de la soutenance de son master sur la Fantasy. Depuis, elle n'a cessé de quêter chaque facette du fabuleux géant. Elle a publié un premier essai en 2012, Saints et dragons, centré sur la rencontre fatidique de ces deux personnages ; la créature étant alors perçue comme monstrueuse, image véhiculée par le mythe judéo-chrétien de la Fin du Monde.

  • Christophe Agogué nous livre une revue claire et engagée de l'oeuvre du philosophe brillant, érudit, novateur mais dérangeant que fut Michel Foucault.

  • Après « Sartre vivant » et « Foucault vivant », Christophe Agogué nous présente aujourd'hui Deleuze, autre philosophe engagé dans les combats de son époque. Représentatif d'un XXe siècle en mouvement, il était à la fois professeur, penseur et créateur de concepts. Le travail de cet innovateur intellectuel est ici largement salué.

  • La remise en cause de la social-démocratie après la chute du mur de Berlin et celle de la construction européenne sont-elles les deux faces d'une même crise ? Au-delà de cette question, l'auteur recherche des explications et des solutions à cette déconstruction de l'Europe contemporaine.
    Une mutation s'impose à tous, provoquée par une nouvelle mondialisation, conséquence de la disparition de l'Union soviétique et de la volonté de la Chine de s'insérer désormais dans l'économie de marché. Or ceci pose davantage de problèmes à la France qu'aux autres pays de l'UE, compte tenu de l'originalité de son histoire.
    Il ne s'agit pas ici d'élaborer un programme politique mais bien en amont d'essayer, tant qu'il est encore temps, de comprendre comment chacun de nos États s'est constitué. De savoir quel est notre imaginaire commun et celui propre à chacun d'entre nous. Car d'où l'on vient indiquera où l'on va, où l'on peut aller ensemble et à quel prix. Seul cet exercice fera accepter les corrections qui permettront non de disparaître mais justement de continuer notre course parmi les nations.
    Philippe San Marco a été membre du corps préfectoral puis secrétaire général de la mairie de Marseille. Il a ensuite été élu à diverses fonctions (député des Bouches-du-Rhône, adjoint au maire de Marseille). Il a enfin enseigné la géopolitique et la géographie urbaine à l'École normale supérieure de Paris.

  • Faites taire la sorcière Nouv.

    P. Thullier-Girard présente dans ces pages gorgées de références riches allant des confins de l'histoire aux figures de la pop culture actuelles, un mémoire de recherche sur Tituba, la sorcière des sorcières. Un ouvrage empreint de féminisme et visité par les démons quotidiens de cette autrice à l'assaut du patriarcat... Des démons instables et trop présents, qui s'expriment dans un essai aussi renseigné que passionné.
    Théâtre, poésie et féminisme, P. Thullier-Girard associe dans cet ouvrage ses passions. Elle y glisse aussi une ferveur qui emporte tout sur son passage. Salutaire et iconoclaste.

  • éloge de la vie humaine Nouv.

    Dans cet ouvrage accessible à tous, Michel Dabi décrit la trame d'une vie humaine sur Terre. Dans une quête de spiritualité empreinte de philosophie, ancienne comme contemporaine, il met en exergue les richesses de l'existence et nous donne des pistes, des clés pour ouvrir les portes de la volonté, du lâcher-prise et du bien-être afin d'accéder au bien le plus sacré de l'être humain : le Bonheur.
    Le troisième millénaire sera spirituel ou ne sera pas !
    Nous sommes solidaires, les uns des autres et de notre environnement. Nous ne sommes pas une coquille vide trimballée au gré des vagues au milieu d'un océan...
    L'auteur nous entraîne dans un voyage unique, à la rencontre de nous-même. Féru de sciences humaines, adepte de la pensée positive, il nous propose des outils de développement personnel aussi efficaces que variés.

  • In cauda venenum Nouv.

    Après cinquante ans de travail social, salarié puis bénévole, Jean-François Costa a désiré partager les secrets de ce microcosme qui l'a toujours porté. Avec autant d'humour que de tendresse, tour à tour amusé et coléreux, il nous emmène à sa suite dans les coulisses de ce domaine en nous en montrant à la fois les gloires et les travers, dans son oeil aujourd'hui plus détaché.
    Abécédaire décalé, « In cauda venenum » est un révélateur certes facétieux mais profondément juste de notre société. Quelquefois le miroir dévoile les fêlures...
    Jean-François Costa est l'auteur de « Vous m'en direz tant », « Vous en reprendrez bien une becquée », « Quatre saisons pour un printemps » et « Sous le chêne de Véléda », parus aux Éditions du Panthéon.

  • Dans un environnement marqué par la prédation des comportements et la recherche stérile des récompenses, la place de l'homme est indéniablement questionnée. À l'heure où l'économie et le sens de la propriété prennent le pas sur la solidarité et l'engagement artistique, comment redonner sens à une vie trop émoussée par notre société de normalisation ?



  • Pour avoir connu Jéhovah par le biais de Moïse, la communauté chrétienne a développé des racines communes avec la communauté juive.
    Cependant, le doute subsiste :
    Jéhovah et Jésus sont-ils une seule et même personne ? Qui est l'esprit Saint ? Novateur, Augustin Muzalia aborde ce sujet séculaire avec une doctrine originale, dense et cohérente.

  • Il y a plus de 5000 ans, un peuple mystérieux, totalement inconnu, se sédentarisa entre le Tigre et l'Euphrate en Mésopotamie. Ce peuple inventa une civilisation éblouissante qui a forgé les grandes inventions qui, aujourd'hui encore, conditionnent nos existences. Le début de la civilisation porte un nom : Sumer.

  • La société occidentale, ultralibérale, se présente comme le modèle le plus abouti pour une communauté humaine. Mais est-ce vraiment le cas ? Christophe Agogué en appelle ici au sursaut d'une conscience politique pour penser autrement le développement, l'éducation et la solidarité.
    Après son dernier roman, « Le condamné », Christophe Agogué revient dans cet essai philosophique sur un thème qui lui est cher entre tous : la place de l'homme et son devenir. Réfléchir pour s'émanciper et s'élever contre les dogmes : une approche somme toute profondément humaniste.

  • Née en Algérie, Zohra Mahi est avocate exerçant depuis quarante ans entre Paris et Alger, après un bref passage dans la magistrature.
    Céline et son côté « déjanté », l'ont toujours intriguée et la haine féroce dont il a été l'objet, un peu interloquée. Cependant, sa qualité d'étrangère lui défendait d'être partie prenante dans ce litige « franco-français », jusqu'à cette année 2011 où il fut rayé de la liste des personnalités de la commémoration nationale et que, face à cette injustice flagrante, elle n'a pu résister à sa passion de la défense.
    Elle est alors passée outre l'obligation de réserve qu'elle s'était imposée, Céline devenant « l'orphelin » de son peuple qu'il était urgent de défendre, même contre les siens.
    Par ce livre, Zohra Mahi plaide pour la libération de la mémoire de ce géant. Car Céline, qui n'a tué personne, n'est pas plus coupable que certains pamphlétaires d'aujourd'hui qui sévissent en toute impunité et arrogance sans posséder son talent et sa sincérité.

  • L'histoire démarre au début du 20ème siècle dans la Martinique des plantations et des coupeurs de cannes. Plusieurs générations se succèdent jusqu'à aujourd'hui. Chacun choisit son camp : le bien, en demeurant fidèle à Dieu malgré les vicissitudes de la vie, ou le mal, la sorcellerie et le « quimbois ». Dans La vallée des aïeux, Sylvie Duverpré nous révèle sa foi qui repose sur trois certitudes : Dieu existe, Satan existe, nos morts ne sont pas morts. Elle aborde les charismes que le divin octroie à certaines de ses créatures, l'idée d'une vie après la mort et la présence du prince des ténèbres sur la terre qu'on le nomme Belzébuth, le diable, le démon, le malin ou encore le tentateur.

  • Tel Stendhal, Max Malentraide, s'adressant à son "cher lecteur", lui propose, de revisiter, en charmante compagnie, trois de ses auteurs de prédilection : Stendhal, Casanova vu par le Prince de Ligne et Roger Nimier, trois insolents. Cette promenade est, pour l'auteur, l'occasion de vérifier si ces insolents hussards avaient seulement un ton ou bien plutôt un style, que Bernard Frank, "inventeur" des hussards, leur déniait. Pour ce faire, Max Malentraide utilise une méthode originale en passant ces auteurs au crible d'une "grille de lecture" établie par Pol Vandrome, dans une longue définition du "style du hussard". Ce texte, empreint d'une certaine nostalgie, n'en est pas moins aussi humoristique que tonique ; en témoigne l'exhortation de l'auteur à son "cher lecteur" : à cheval !

  • Comment résoudre l'équation du bonheur ? Tout l'exercice consiste à retrouver la capacité enfantine à s'émerveiller. Se poser, contempler et méditer, telle est la vraie sagesse.

  • Dans toute l'Afrique subsaharienne, devenir et être entrepreneur c'est tendre la main aux autres et affronter la dure réalité des faits. Tout peut arriver et les petits porteurs de projets attribuent ce risque à la grande déception de la solidarité des acteurs locaux et à la sorcellerie.

  • Mots rebelles, vies nouvelles est une révolte, un changement de vie, la présence d'une absence. Fait d'éclats et de morceaux fracassés, il s'agit de la dialectique même, de la protestation littéraire. Les mots enfin sont envoyés comme des dés roulant dans le jeu du hasard, sans destination si ce n'est celle du plaisir et de la musique. À lire comme à écouter.



  • L'auteur mène une réflexion pertinente sur l'avenir du continent africain. Lucide, il déplore le manque d'initiatives dont font parfois preuve ses habitants, alors même que la réussite est à leur portée. Partisan du faire ensemble, il incite à mesurer l'impact qu'aurait la réunification de chacun d'entre eux, motivés dans une quête de paix et de justice.


  • Avoir des enfants, un mariage heureux, une grande maison : est-ce vraiment le destin que nous désirons ? Avec douceur, Alessandra Piccinni nous invite à être à l'écoute d'autrui, de nous-même et à enfin accepter de laisser le temps faire son oeuvre. Relativiser nous permet de laisser de côté notre ego et nos a priori. Qui sait de quoi sera fait le lendemain ?


  • En 2006, le navire pétrolier Probo Koala a déchargé au port d'Abidjan 581 tonnes de produits toxiques, provoquant une catastrophe écologique sans précédent, la mort de 17 personnes et l'intoxication de dizaines de milliers de gens. Dix ans après, l'émotion est toujours aussi forte et la vérité loin d'avoir été dite. Que s'est-il vraiment passé ?

  • Dans la continuité de ses deux premiers essais Le sens de l'histoire et Le sens de la vie, Christophe Agogué pousse son cheminement philosophique et politique vers une réflexion sur l'éducation. Féru de culture, sa plume témoigne non seulement d'une fine perspicacité, mais également de l'influence opportune de ses 4 maîtres à penser que sont Sartre, Foucault, Deleuze et Badiou.

  • L'objectif d'Emmanuel Decroix a toujours été de nourrir la réflexion du lecteur. Avec ce nouvel essai, il répond tout à fait à ses ambitions et nous propose une analyse de la société percutante.

  • Destination mythique, le Pérou est un pays qui n'en finit pas de faire rêver l'explorateur en chacun de nous. À travers ce récit très vivant et richement documenté d'un voyage-découverte, Bernard Lucquiaud décrit avec bonheur, dans un style fluide et imagé, ce lien entre le présent, le réel et le passé fabuleux.

empty