Editions des Régionalismes

  • Comment peut-on parler de géographie sans s'ennuyer ? Pour cela, il faut peut-être (re)-lire l'Histoire d'une Montagne d'Elisée Reclus : un texte à la fois scientifique, humain, poétique et romantique dont le but est de faire découvrir, à travers tous ses aspects physiques, humains, religieux ou purement scientifiques ce que peut cacher ce terme générique de montagne. C'est l'occasion d'une balade foisonnante dans ce véritable univers que sait recréer - avec quel talent ! avec quelle langue ! - un des plus grands géographes français.
    Elisée Reclus, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) en 1830, fils de pasteur protestant, vécut une partie de sa jeunesse à Orthez en Béarn. Il reste l'auteur internationalement reconnu de la monumentale Nouvelle Géographie Universelle (1894-1895) mais son engagement politique (républicain sous le Second Empire, communard en 1871, anarchiste), l'amène à des exils répétés en Suisse et en Belgique où il meurt en 1905.

  • Jadis « Littérature », voici le Poète gascon véritable « Patrimoine » tant sa place est forte dans « l'inconscient collectif » des Agenais. Pour chaque commémoration, la sempiternelle question se pose à ceux qui l'aiment : « Connaissons-nous le Poète ? », et chaque fois en répondant oui, nous trahissons notre ignorance. Avec le « Jasmin Vrai » publié en 1998, nous avons tenté de combler quelques lacunes ; mais comme toujours en histoire, notre approche de l'Homme et de l'oeuvre s'enrichit en permanence de documents inédits nous le faisant aimer davantage ; mais leur nombre et la nature rendent difficile leur tri, donc leur mise en forme. D'où l'idée d'un dictionnaire qui efface la chronologie et facilite l'approche en faisant passer « du coq à l'âne » sans altérer l'intérêt. Comme une cohabitation conduit inévitablement à une intimité n'interdisant pas la critique qui peut parfois, mais rarement, transparaître, le titre en était trouvé : « Dictionnaire intime de Jasmin ». Et le temps passant, et nous avec, le cent-cinquantième de la mort du « poète de bien », paraissait une des dernières occasions de repartir sur les traces de « notre Jasmin » en le faisant revivre parmi les siens, son peuple de fidèles, ses amis, ses territoires, ses convictions ou leur manque, le monde « grand ou petit » et ses hommes, « petits ou grands », tous à l'écoute d'une voix sincère et d'une poésie doublement riche d'une langue originale et de sentiments profonds. Sans doute nous sommes-nous laissés attendrir par quelques figures peu communes, des lieux, des comportements, et peut-être trop par notre « voisinage » dont le poète tirait fierté, mais dans un Agen recouvrant le territoire de notre « vieille » Province. Mais tout cela valait bien un Dictionnaire !
    Jacques Clouché, fonctionnaire, poète, sportif, élu, est passionné d'histoire locale. Ainsi, après son incontournable Jasmin vrai, il vient de livrer un ouvrage sur La Franc-maçonnerie en Lot-et-Garonne (1759-1840). Jacques Clouché travaille toujours à l'élaboration d'un Dictionnaire politique et biographique du Lot-et-Garonne et met la dernière main à une Chronique de l'Athlétisme en Lot-et-Garonne-Les étés de l'amitié (1892-1950).

  • Jacques Ellul est né en 1912 à Bordeaux où il enseigne à la faculté de droit et à l'Institut d'Etudes Politiques de 1944 à 1980. Ses cours sur le Marxisme, l'Histoire des Institutions de l'Antiquité à nos jours, la Propagande et la sociologie de la société technicienne ont laissé leur empreinte sur bon nombre d'étudiants qui gardèrent de lui un souvenir ému et reconnaissant. Historien et sociologue mais aussi théologien, il analyse avec passion et lucidité les phénomènes les plus complexes de notre société dans un langage volontairement simple et compréhensible.
    Précurseur, avec son ami Bernard Charbonneau, du mouvement écologique et initiateur des associations locales de défense de l'environnement en Aquitaine, Jacques Ellul inventa, dans les années 1930, la formule : « Penser globalement, agir localement ». Formule qui fit recette au point d'en devenir le slogan de l'association altermondialiste : ATTAC. On se doit, d'ailleurs, de rappeler, à toutes fins utiles, qu'à l'aube de l'écologie politique en France, l'auteur préconisait une écologie non-politique...
    Le présent ouvrage rassemble les articles parus dans les quotidiens Sud-Ouest et Ouest-France, écrits entre 1953 et 1994 et réunis par sa fille Dominique North-Ellul. Le témoignage de J.-C. Guillebaud (écrivain et journaliste qui débuta à Sud-Ouest) et la préface d'Etienne Jurie (auteur d'un mémoire de maîtrise sur J. Ellul et le protestantisme) viennent éclairer utilement l'oeuvre journalistique d'Ellul. Laquelle, malgré le temps, demeure d'une étonnante et brûlante actualité...

  • Le français d'ici est cette langue aquitano-gasconne pratiquée dans la deuxième moitié du XXe siècle, à Bordeaux, capitale de l'Aquitaine ; nous l'avons retenue pour objet de notre étude. Langue constituée au cours de l'histoire, par les « apports » des différentes populations - issues en général de l'Aquitaine, au sens large, sans oublier celles issues de la péninsule ibérique qui ont contribué au peuplement de la cité gasconne. Ce « français d'ici » (nous garderons cette appellation tout au long de notre ouvrage, la préférant à celle de « français régional », entachée à nos yeux d'une connotation lui déniant son statut de langue à part entière) qui - comme toutes les langues -, évolue et continue à vivre aujourd'hui même en 2008 en tant que variété constitutive de la langue française, ce qui est une idée encore peu couramment admise ; pour ne prendre qu'un exemple, une personne demandant de la « palanque » à son boucher n'a pas forcément conscience - ignorant le plus souvent le terme français « bavette de flanchet » -, d'employer un mot du français d'ici... (extrait de l'avant-propos).
    Une étude linguistique, avec abondance d'exemples et index de recherche, qui ravivera certainement les souvenirs des locuteurs naturels qui s'y retrouveront avec surprise ou émotion, car ce français d'ici a été la langue de tous les jours des Bordelais de souche et d'adoption, même si la globalisation tend aujourd'hui à en gommer les traits les plus caractéristiques...

  • En 1960, un desconegut, Francés Fontan, faguèt publicar un libròt amb un títol enigmatic : Etnisme, cap a un nacionalisme umanista. I explicava que la lenga es l'indici sintetic de la nacion. Que pertot ont i a una lenga parlada sus un territòri donat, i a una nacion e que cada nacion a drech a son Estat independent pròpri. Aquela doctrina novèla, l'intellectual de tria, tot ben que siá estat un autodidacte complet, l'apelèt « etnisme » per referéncia al mot grèc etnos que significa pòble o nacion. L'etnisme tornava dessenhar la mapa del mond en contestant los estats-nacions artificials e los remplaçar per d'Estats correspondent a de nacions que lors frontièras serián etno-lingüisticas e non pas la resulta d'imperialismes guerrièrs. Un an abans, Francés Fontan aviá creat lo Partit Nacionalista Occitan vengut ara Partit de la Nacion Occitana, que sa tòca es justament l'independéncia d'Occitània.
    Mai de 50 ans après, l'etnisme es mai que jamai d'actualitat e representa l'avenir. Pasmens, lo libre presenta tanben una analisi dels raports novèls de promòure entre nacions, entre òmes e femnas, entre classas d'atge e entre classas socialas. Es un projècte per una societat de libertat e d'amor. Aquí n'avetz la primièra revirada en lenga d'òc, deguda al Sèrgi Viaule.
    Francés Fontan (1929-1979) nasquèt a París. Visquèt un moment a Niça, puèi, en 1964, se refugièt dins las Valadas occitanas de l'Estat Italian. I contunharà lo seu trabalh de recèrca politica, lingüistica e sociologica. Abenat e descorat, Francés Fontan es espitalizat a Cunèu en decembre de 1979. Se morís d'una congestion cerebrala lo meteis mes.

  • Ce livre est issu d'un cours professé à l'Université de Nancy en 1907-1908. C'était là une matière bien nouvelle pour le public éclairé auquel nous nous adressions. Le désir de lui faire connaître sous une forme accessible - dépourvue de l'appareil d'érudition qui accompagne d'ordinaire ces études - une période glorieuse de notre ancienne littérature explique le caractère de cet ouvrage. Aussi y trouvera-t-on plus d'affirmations que de discussions. Il est destiné au grand public, à celui du moins qui sait s'intéresser encore aux choses du passé, non parce qu'elles sont le passé, mais parce qu'elles sont belles et intéressantes.
    C'est à l'intention de ce public que nous avons multiplié les citations. Nous aurions désiré les donner dans le texte provençal. On aurait pu ainsi mieux goûter les vers gracieux de Bernard de Ventadour ou de la comtesse de Die, le style ferme et énergique de Peire Cardenal, et surtout tant d'artifices de mètre ou de style dont la traduction ne peut garder la moindre trace. Mais ce volume en eût été démesurément grossi, et de plus toute une partie du charme de cette langue aurait échappé à ceux qui ne la connaissent pas... (extrait de l'Avant-propos.)
    Joseph Anglade (1868-1930), professeur à l'université de Toulouse, publia cet ouvrage en 1908 (jusqu'à une dernière édition datée de 1929). Il compta parmi les plus grands spécialistes des Troubadours occitans.

  • Parue initialement en 1854, puis republiée en 1859 dans les Essais de morale et de critique, la Poésie des races celtiques est une brillante « défense et illustration » de la celtitude, limpidement expliquée au travers de l'histoire de la littérature antique des pays celtes. En mettant un accent particulier sur les Mabinogion, ces légendes celtiques du pays de Galles, redécouvertes au XIXe siècle, base sur laquelle se sont forgés, au Moyen Âge, tous les romans courtois du cycle arthurien et des chevaliers de la Table-Ronde. Un texte majeur à redécouvrir absolument !
    Tout à la fois écrivain, philosophe, historien et philologue, Ernest Renan (1823-1892) est né à Tréguier (Côtes-d'Armor) ; il est l'auteur d'une oeuvre philosophico-religieuse qui connut un profond retentissement au XIXe siècle et n'a jamais laissé indifférent jusqu'à nos jours.

  • Rédigé à partir des notes d'une conférence donnée à la demande de la Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch, le 8 février 2011, à Arcachon, ce petit livre réussit la performance de proposer en quelques dizaines de pages un bref historique, une approche linguistique et un survol des écrits administratifs et littéraires du domaine gascon.
    Pour l'auteur qui a longtemps fréquenté ces mêmes écrits, l'histoire et l'originalité du gascon justifient sans ambages son appellation de « langue étrange » au sein d'un ensemble occitano-roman, distinguant nettement gascon, occitan et catalan.
    Ce texte peut donc être lu comme un condensé ou comme une introduction ; et, pour les lecteurs curieux, la bibliographie fournira la possibilité d'aller plus avant dans la recherche.

empty