Chiflet

  • Le Roland-Barthes sans peine

    Burnier M-A.

    • Chiflet
    • 3 Septembre 2015

    Roland Barthes naquit en novembre 1915 et on célèbre un peu partout cette année le centenaire de la naissance du père du structuralisme et de la sémiotique.
    Un de ses ouvrages les plus connus en dehors de Fragments d'un discours amoureux est sans conteste Le degré zéro de l'écriture dans lequel il développe une théorie linguistique selon laquelle " une opposition signifiante peut-être "neutralisée' par un troisième terme appelé "degré zéro' " (sic). Comme on le voit, ce genre de livre est difficilement accessible aux non initiés
    et cela n'avait pas échappé à Michel-Antoine Burnier et à Patrick Rambaud r(édacteur d'Actuel à l'époque) qui en 1978 publiaient ce pamphlet dans lequel ils s'en donnent à coeur joie pour " dézinguer " le sabir du grand Barthes ; lequel à l'époque avait, paraît-il, très mal vécu cette satire plutôt féroce...
    L'ouvrage se présente comme une espèce de dictionnaire " Français-Barthes " et ça donne ceci :
    Question - Comment t'énonces-tu, toi ?
    Français : Quel est votre nom ?
    Réponse - Je m'énonce L.
    Français : Je m'appelle William
    Question - Quelle stipulation verrouille, clôture, organise, agence l'éco-nomie de ta pragma comme l'occultation/exploitation de ton ek-sistence ?
    Français : Que faites-vous dans la vie ?
    Réponse - J'expulse des petits bouts de code.
    Français : Je suis dactylo.
    Avec en prime, bien sûr, des exercices :
    1. Opérez des redoublements simples sur les phrases suivantes : " Je marche dans la rue ", " J'adore plonger des langoustes dans l'eau bouillante ", " Le petit garçon m'a battu ".
    2. Énumérez des couleurs, des matières, des noms de ville, les sept collines de Rome, les traité de Louis XIV. Exercez- vous à placer votre énumération avec naturel au milieu d'une conversation.
    3. Prenez un sujet " au vol ", n'importe lequel, et ramenez-le à vous. Le passage doit se faire par énumération. Passez de :
    o Michel-Ange à " J'ai été coincé dans un portillon automatique. "
    o Langage à pois cassés.
    o Révolution textuelle à " mon oreiller ".

  • Pierre Jourde et Éric Naulleau persistent et signent dans leur entreprise de nuisance littéraire.
    Enfin une version revue et augmentée de leur pastiche du Lagarde et Michard, dans laquelle ils s'amusent à épingler, avec une certaine ironie, des écrivains remarquables et remarqués.
    Si l'on retrouve leurs cibles de toujours : Marie Darrieussecq, Alexandre Jardin, Camille Laurens, Bernard-Henri Lévy, Philippe Labro, Christine Angot, Philippe Sollers... viennent enfin se joindre à ce brillant aréopage : Patrick Besson, Anna Gavalda, Marc Lévy, Florian Zeller... Enfin, pour couronner le tout, découvrez Olivier Adam, François Bégaudeau et Philippe Djan.
    Leurs oeuvres sont présentées et annotées, afin de goûter toute la saveur de leur style. Et pour ceux qui désireraient tester leurs connaissances : des sujets de devoirs et leurs corrigés !

empty