Audiolib

  • Lettres à un jeune poète Nouv.

    « Les lettres que Rainer Maria Rilke adressait au jeune poète Franz Kappus, me sont apparues comme une eau claire. J’ai plongé dans cette lecture sans reprendre mon souffle. Ma rencontre avec ces lettres reste un choc ; une émotion au bord des larmes. » Barbara
    En 1903, Rilke répond à Franz Kappus, un jeune homme de vingt ans, élève d’une école militaire, qui lui a envoyé ses premiers essais poétiques. Neuf autres lettres suivront, que Kappus publiera en 1929, trois ans après la mort de Rilke.
    Leur retentissement n’a fait que s’accroître depuis. Bien plus, en effet, qu’un entretien sur le métier poétique, elles forment une extraordinaire méditation sur la solitude, la création, et l’accomplissement intérieur de notre être.
    /> La lecture puissante, sensible et généreuse de Barbara séduira aussi bien les amateurs de littérature que les admirateurs de cette artiste inoubliable.
    Un enregistrement d’exception, réalisé en 1991, dont Audiolib publie ici une version remasterisée inédite pour faire revivre ce chef d’oeuvre du patrimoine sonore.
      Avec la participation de Marie-Ève Dufresne pour l'annonce des titres.
    © et (P) Audiolib, 2021
    Enregistrement original (p) 1991, Editions Ducaté © Librairie Générale Française, 1989
    Durée : 1h13

  • Que savons-nous de La Fontaine, sans doute le plus grand poète de notre langue française ?
    Voici une promenade au pays vrai d'un certain tout petit Jean, né en 1621, dans la bonne ville de Château-Thierry, à l'entrée de la Champagne. Bientôt voici Paris, joyeux Quartier latin et bons camarades : Boileau, Molière, Racine. Voici un protecteur, un trop brillant surintendant des Finances, bientôt emprisonné. Voici un très cohérent mari : vite cocu et tranquille de l'être, pourvu qu'on le laisse courir à sa guise. Voici la pauvreté, malgré l'immense succès des Fables. Et voici des Contes, que l'Éducation nationale, qui n'aime pas rougir, interdisait de nous apprendre. Vous allez voir comme La Fontaine ressemble à la vie : mi-fable, mi-conte.
    La Fontaine, une école buissonnière a donné lieu à une série d'émissions diffusées sur France Inter pendant l'été 2017. Cette édition en reprend les enregistrements, par l'auteur, et les complète avec la lecture, par Dominique Pinon, de chapitres et fables additionnels figurant dans l'édition originale du livre.
    Quand Erik Orsenna s'empare d'un personnage, il le met en scène de manière jubilatoire et transmet l'histoire par son grand talent de conteur. Sur le chemin de cette école buissonnière, surgit la statue dépoussiérée de La Fontaine. Un essai biographique brillant et joyeux ; à déguster sans retenue.
    Jean de La Fontaine ? On connaît son nom, on connaît ses fables, mais qui est l'homme et qui est l'artiste ? Erik Orsenna raconte, en mêlant son talent de conteur à son érudition joyeuse : on part avec lui faire l'école buissonnière.
    © Éditions Stock, 2017 - © Éditions France Inter, 2017
    © et (P) Audiolib, 2018
    Durée : 3h14

  • « Je chanterai maintenant la beauté de ce monde qui est notre tout fragile, passager, fluctuant et qui est notre seul trésor pour nous autres, pauvres hommes, aveuglés par l'orgueil, condamnés à l'éphémère, emportés dans le temps et dans ce présent éternel qui finira bien, un jour ou l'autre, par s'écrouler à jamais dans le néant de Dieu et dans sa gloire cachée. »
    À partir d'une promenade dans nos origines, ce livre raconte l'histoire de l'univers. Sous les traits d'un détective métaphysique, Jean d'Ormesson mène l'enquête et tente avec gaieté de percer ce mystère du rien, c'est-à-dire du tout. Ravissements et surprises sont au rendez-vous de son épatante entreprise.
    © 2014, Éditions Héloïse d'Ormesson
    © et (P) Audiolib, 2014
    /> Durée : 2 h 14 min

  • « Quelque chose a changé ».
    Avec ces quatre mots, commence le nouveau livre de Philippe Labro. Ce « quelque chose », n'est autre que le début de la plongée dans une dépression nerveuse dont le célèbre romancier, journaliste et cinéaste, a été victime entre septembre 1999 et mai 2001.
    Dans un récit sans concession, l'auteur raconte ce que signifie perdre le désir, l'énergie, la passion, l'estime de soi.
    Il va tenter de chercher dans des scènes de son passé des explications à ce qui n'est « peut-être pas explicable ». Il démontre que l'on peut « en sortir ».
    Car ce témoignage unique, porté par le souffle de l'écriture, constitue aussi une éclatante affirmation de la force de la vie et de l'amour.
    Journaliste, écrivain, cinéaste, après des études aux Etats-Unis, Philippe Labro débute à Europe 1 et devient grand reporter pour « France Soir » et la télévision (« Cinq Colonnes à la Une »). Il dirige RTL pendant 16 ans.
    Vice-Président de Direct 8, il est l'auteur d'un éditorial quotidien sur cette nouvelle chaîne de la TNT.
    Philippe Labro a publié de grands succès littéraires dont L'étudiant étranger (prix Interallié 1986), Le Petit Garçon, La Traversée et a réalisé 7 films dont L'héritier avec Jean-Paul Belmondo et Rive Droite, Rive Gauche avec Gérard Depardieu et Nathalie Baye.
    Durée : 6 h

  • « Dans la liste des précautions oratoires, celle-ci occupe une place à part. Elle souhaite jouer la surprise par sa forme, une vulgarité appuyée qui aurait pour mission de gommer à l'avance le pire des soupçons : une pensée réactionnaire. L'interlocuteur ne doit pas se récrier avant la remarque promise. Mais une petite réticence aux commissures des lèvres signifiant "Toi, passer pour un vieux con !?" semble bienvenue. Elle était espérée. »
    Traquant les apparentes banalités de nos discours, nos petites phrases toutes faites, Philippe Delerm révèle pour chacune un monde de nuances, de petits travers, de rires en coin. La vérité de nos vies, en somme.
    br>Laisser aux phrases les plus convenues leur dimension de banalité quotidienne tout en disséquant la subtilité de leur sens implicite, c'est la performance qu'accomplit ici Pierre Arditi dans son interprétation des perles verbales dénichées par Philippe Delerm.
    Durée : 1 h 40

  • Le Débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, passe à juste titre pour un des grands tournants de la Seconde Guerre mondiale – à tel point que dans l’esprit de beaucoup de Français le reste de la guerre ne fut qu’une formalité. Or, il n’en est rien. Si le Débarquement fut un de ces moments où se forgent les légendes, la bataille qui s’ensuivit, connue sous le nom de bataille de Normandie, fut autrement plus longue, difficile et décisive.
    Antony Beevor révèle, pour la première fois, à quel point le désordre, l’improvisation, les erreurs stratégiques et tactiques, l’impréparation de leurs troupes faillirent coûter leur victoire aux Alliés. Seule leur écrasante supériorité aérienne leur permit de l’emporter – mais à quel prix, notamment en vies civiles françaises et en morts accidentelles dans leurs propres rangs !
    Grâce à des archives inédites et aux debriefings des soldats américains sur le terrain, Antony Beevor nous livre une reconstitution entièrement nouvelle et à rebours des mythes dominants.
     
    Une immersion fascinante sur les plages du Débarquement et au sein des états-majors des différentes armées.
    TABLE DES MATIERES 
    Chapitre 1  : La décision
    Chapitre 2  : Le poids de la croix de Lorraine
    Chapitre 3  : Surveillance sur la Manche
    Chapitre 4  : Le bouclage de la zone d’invasion
    Chapitre 5  : La nuit des parachutistes
    Chapitre 6  : La traversée de la Manche
    Chapitre 7  : Omaha
    Chapitre 8  : Utah Beach et les paras
    Chapitre 9  : Gold et Juno
    Chapitre 10  : Sword
    Chapitre 11  : La consolidation des têtes de pont
    Chapitre 12  : Échec à Caen
    Chapitre 13  : Villers-Bocage
    Chapitre 14  : Les Américains dans le Cotentin
    Chapitre 15  : Epsom
    Chapitre 16  : La bataille du Bocage
    Chapitre 17  : Caen et la colline du Calvaire
    Chapitre 18  : Ultime combat pour Saint-Lô
    Chapitre 19  : Goodwood
    Chapitre 20  : Le complot contre Hitler
    Chapitre 21  : Opération Cobra – la percée
    Chapitre 22  : Opération Cobra – la déferlante
    Chapitre 23  : La Bretagne et l’opération Bluecoat
    Chapitre 24  : La contre-offensive de Mortain
    Chapitre 25  : L’opération Totalize
    Chapitre 26  : Le marteau et l’enclume
    Chapitre 27  : Le piège meurtrier de la poche de Falaise
    Chapitre 28  : L’insurrection de Paris et la poussée vers la Seine
    Chapitre 29  : La libération de Paris
    Épilogue
    Remerciements
    © et (P) Audiolib, 2020
    © Ocito Ltd., 2009 © Calmann-Lévy, 2009
    Durée : 24h38

empty