Éditions du remue-ménage

  • J'ai hurlé, hurlé, hurlé, hurlé. Est-ce que vous m'entendez maintenant? Est-ce que quelqu'un m'entend? La grande marche est commencée. - L'Euguélionne

    À la façon d'une archéologue littéraire, France Théoret a mené en 2006 une série d'entretiens inédits avec Louky Bersianik, alors âgée de 75 ans. Fortes de décennies de luttes communes et d'écriture, les deux penseuses revisitent les thèmes d'une oeuvre monumentale: la famille, la mythologie et les symboles, la transformation de la langue, l'imaginaire patriarcal et l'émergence d'une culture au féminin. Au sortir de ces conversations, on connaît mieux l'univers bersianikien, entre l'engagement et la conscience, où tout est sujet à transgression, où peuvent cohabiter la violence et la vie.

    Mais qui est Lucile Durand, alias Louky Bersianik, cette écrivaine visionnaire née à Montréal en 1930 et emportée par la maladie en 2011? Après des études à l'Université de Montréal et à la Sorbonne, elle fut rédactrice pour la radio, la télévision et le cinéma, ainsi qu'auteure de contes pour enfants et de paroles de chansons. Mais c'est en publiant le roman triptyque L'Euguélionne en 1976 (aux éditions La Presse, alors dirigées par Hubert Aquin) qu'elle entama l'une des oeuvres féministes les plus savantes et épiques du siècle dernier. Elle publia par la suite poèmes, essais et romans dont La main tranchante du symbole (Remue-ménage, 1990) et Le pique-nique sur l'Acropole (VLB, 1979).

  • Lieu d'invention, laboratoire où s'élaborent une pensée originale et la recherche d'un langage inédit, La lettre aérienne rassemble douze essais de Nicole Brossard écrits entre 1975 et 1985. Ces textes témoignent de la quête individuelle de l'écrivaine, ancrée dans l'histoire, dans l'affirmation de la modernité québécoise et l'émergence d'une culture affranchie de la norme patriarcale. Vingt-cinq ans après l'édition originale, l'ouvrage nous incite toujours à explorer de nouveaux territoires, en marge des petites et grandes dominations. La réédition de La lettre aérienne trouve ainsi écho dans la révolte de ceux et celles qui refusent la pensée unique.
    «L'écriture est une conscience formellement à l'oeuvre dans le territoire imaginaire. Là où les mots font images, là où les images prennent corps en mots, tout peut arriver comme une fièvre soudaine, comme une stratégie prémonitoire pour ne pas perdre la raison, ou encore comme une évidence inaliénable.» - N. B.

  • Combinant les apports de la génétique textuelle et les théories de l'écriture au féminin, Julie LeBlanc s'intéresse à la genèse de certaines oeuvres de Marie-Claire Blais, Nicole Brossard, Annie Ernaux, Madeleine Monette et Madeleine Ouellette-Michalska. Pour réaliser cette étude, elle a tiré profit d'un corpus très varié déposé dans les archives publiques : manuscrits, brouillons, dossiers préparatoires, journal personnel ou journal d'écriture. Elle a aussi pu consulter les archives personnelles de ces écrivaines, qui lui ont donné accès à des manuscrits et à des journaux d'écriture, des documents pour la plupart inédits.

  • Le féminisme n'a pas vu le jour avec les années 1960, loin de là. Au Québec, comme ailleurs dans le monde, de nombreux combats ont été menés dès le début du XXe siècle par des femmes d'avant-garde bien décidées à faire valoir les droits de l'autre moitié de la population. Micheline Dumont et Louise Toupin ont choisi de faire appel directement aux textes des militantes (archives diverses, articles de journaux, mémoires, conférences), en les regroupant par périodes et par thématiques. Des textes signés par des femmes très connues, comme Marie Gérin-Lajoie ou Thérèse Casgrain, et par d'autres qui sont restées dans l'ombre, illustrent ainsi l'évolution de la pensée féministe dans de nombreux domaines, parmi lesquels l'accès à l'éducation, au travail, à la contraception, les luttes contre la discrimination, contre la violence, la recherche d'autonomie.

    Cette anthologie comble un certain vide historique et corrige des perceptions erronées tout en mettant en relief la continuité et l'ampleur du mouvement féministe

  • Tout à la fois dramaturge, poète, romancière, critique, éditrice ou fondatrice du Festival de Trois, l'engagement d'Anne-Marie Alonzo dans le milieu culturel québécois est indéniable. À travers son oeuvre, elle aura ouvert une brèche pour qu'advienne la parole des femmes, elle sera une des voix les plus fortes à exprimer le désir au féminin. Par son écriture, une écriture de survie, elle aura su nous toucher.

    Diverses facettes de son travail sont ici abordées, que ce soient les aspects politiques et éthiques de son écriture, sa contribution à la littérature lesbienne, les thématiques de l'errance et du corps souffrant, les rapports mère/fille, ou la théâtralité et le rôle du dialogue dans ses textes, les relations épistolaires, le rapport entre la danse et l'écriture, et les autres formes de création, la danse notamment. Ce recueil inclut aussi des textes plus personnels qui se veulent un hommage à la poète et une façon de souligner l'importance de son rôle sur la scène littéraire.

empty