Éditions de la Maison des sciences de l'homme

  • La cour d'honneur de la Sorbonne est domínée par deux statues - celle de Víctor Hugo et celle de Louis Pasteur - un poète et un homme de science. C'est à I'extérieur, sur la place de la Sorbonne, que se trouve le monument à Auguste Comte, fondateur et patron de la sociologie. Tandis que la littérature et les sciences avaient leur place assurée à l'intérieur de l'Université, la sociologie a dû conquerir le droit d'y entrer. Ce livre restitue la lutte que se livrent trois protagonistes, trois cultures : les sciences, les lettres et la sociologie. Certes, les forces en présence ne cessent de se redéfinir. Et que de différences entre la France marquée par l'héritage d'un Auguste Comte et déchirée par ses luttes idéologiques, l'Angleterre où une évolution moins polarisée produit de surprenantes alliances et l'Allemagne, où, plus tard venues, les sciences sociales provoquerit une scission radicale entre des cultures irréductibles. Mais nul schématisme dans ces pages où une érudition étourdissante, un art consommé de la composition et de la narration reconstituent toute la complexité des controverses, des idées et des positions sans négliger la bizarrerie du destin.

  • Lettres, papiers administratifs, brouillons, listes... sont autant de formes de ce qu'il est aujourd'hui convenu d'appeler des écritures ordinaires. Quel que soit notre milieu social et notre profession, notre quotidien n'y échappe pas. Spontanées ou réfléchies, imposées ou choisies, elles nous accompagnent dans les situations les plus diverses. Nous sommes tous des écrivants. Ateliers d'écriture, concours de nouvelles, associations pour l'autobiographie sont autant de signes que l'écriture se porte bien. Tout se passe comme si le besoin de témoigner de son existence, d'exprimer ses pensées, ses opinions, d'affirmer son individualité passait aujourd'hui de façon privilégiée par une mise en écriture, dans laquelle l'acte même d'écrire semble avoir autant sinon plus d'importance que la chose écrite. Écrire au quotidien, écrire le quotidien : c'est de cela que ces seize terrains d'écriture veulent rendre compte. Depuis la façon dont les Tsiganes entrelacent l'oral et l'écrit jusqu'au courrier présidentiel ; des difficultés aux bonheurs d'écrire ; du foisonnement des écritures domestiques à la circonspection apparente des lettres type ; du recours à l'écrivain public au journal intime, c'est un parcours ethnographique qui est ici proposé dans ce que la culture peut avoir, à la fois, de plus officiel et de plus intime.

  • Quels rituels scandent la vie familiale et villageoise à Minot-en-Châtillonnais ? Avec qui se marie-t-on ? Comment se transmettent les biens ? Comment utilise-t-on l'espace communal selon que l'on est bûcheron, agriculteur ou artisan ? Tels sont quelques-uns des thèmes abordés dans les articles rassemblés ici, ...

  • Serie de coups de projecteur sur les vicissitudes de la traduction du chinois dans les langues européennes depuis trois siècles, sur la diversité des idiomes et des personnages impliques. Variation aussi, de la proximité du traducteur au texte d'origine,

  • Cette collection d'essais écrits par Maurice Garden au fil des années permet d'entrer dans la fabrique de l'historien. Véritables travaux pratiques d'histoire sociale, ces textes montrent comment utiliser, ou détourner, des sources traditionnelles et comment faire parler des documents improbables. La ville est le lieu des enquêtes ici réunies. Elles questionnent la porosité des hiérarchies sociales, détectant les frontières invisibles au coeur des groupes apparemment les mieux constitués. Elles pénètrent les réseaux et les solidarités qui les traversent tant dans l'hétérogénéité des groupes professionnels que dans les migrations génératrices de la croissance urbaine. Les institutions d'éducation et de santé analysées le sont avec la volonté de traiter dans leur complexité tous les acteurs de ces mondes, y compris les usagers. S'agissant de la médecine, les derniers essais cherchent à révéler les débats des milieux « savants » et « populaires » autour de l'introduction des nouvelles médecines, comme l'homéopathie et les médecines « naturelles ». Au total, cet ensemble de textes révèle des manières de travailler très actuelles : celles de l'historien qui construit son objet d'étude à partir de plusieurs angles de vue, aussi attentif à toutes les catégories sociales qu'au genre, et qui fait varier systématiquement les échelles. Les relire aujourd'hui est une manière de faire de la théorie par la pratique en entrant dans l'analyse concrète et multidimensionnelle des sources. Ces dernières permettent de réfléchir aux moyens de saisir tout à la fois la cohérence et les fractures internes aux groupes et la diversité des individus. Ce qui est, en soi, un programme plus que jamais actuel.

  • La linguistique a été l'une des disciplines pionnières participant dès le milieu des armées 1950 au « programme cognitiviste », conjointement avec la psychologie et l'intelligence artificielle. Le présent ouvrage a pour objectif de présenter les problématiques théoriques, les recherches actuelles et les acquis de la linguistique cognitive. La première partie de l'ouvrage est consacrée à un panorama des principaux courants contemporains, qui se réclament de deux grands paradigmes théoriques : d'une part, le paradigme classique du cognitivisme (appelé paradigme computo-représentationnel symbolique), qui a été adopté par les « grammaires formelles », et notamment par la grammaire chomskienne ; et d'autre part, un paradigme alternatif encore en émergence (parfois appelé paradigme constructiviste), représenté principalement par les « grammaires cognitives », mais auquel se rattachent également certains tenants de la linguistique fonctionnaliste, ainsi que des approches typologiques et diachroniques des langues. La seconde partie de l'ouvrage est consacrée aux interactions entre la linguistique cognitive et d'autres disciplines des sciences cognitives abordant le langage non plus à partir de l'étude spécifique de la structure et du fonctionnement des langues, mais en tant que faculté supérieure de l'espèce humaine mise en oeuvre par des sujets (c'est l'objet de la psycholinguistique), donnant lieu à l'activation de certaines zones du cerveau (c'est l'objet de la neuropsycholinguistique), et susceptible d'être simulée sur ordinateur (c'est l'objet de l'intelligence artificielle). Signe incontestable de jeunesse, ce foisonnement des approches témoigne aussi de la vigueur de la réflexion dans un domaine particulièrement complexe - celui des liens entre la diversité des langues et la faculté de langage, et de leur inscription dans l'architecture et le fonctionnement de l'esprit et du cerveau - où nombre de questions demeurent encore sans réponse, voire même informulées.

empty