Éditions Hurtubise

  • Dans cet essai, Jacques Beaudry soutient que les suicides dHubert Aquin, de Claude Gauvreau et de Saint-Denys Garneau sont en fait des accomplissements de leur uvre littéraire respective et de la vie qui effaceraient, dun coup de baguette magique, la «fatigue dêtre» à laquelle les condamne une société conformiste. Ce nouveau point de vue, qui suscitera inévitablement le débat, sappuie sur des pages suggestives et pénétrantes. Le rapprochement de ces trois écrivains est certes éclairant en lui-même, permettant dinterroger le rapport à lécriture et à la mort qui fonde lentreprise de chacun. Lauteur fait aussi des liens avec dautres figures littéraires proches ou lointaines qui témoignent de sa vaste culture et de son sens des parallèles pertinents.

  • Avez-vous déjà rêvé de squatter le cerveau d'un auteur inspiré et prolifique? De remonter aux sources de sa vocation d'auteur (et donc de lecteur) et de ses influences marquantes? D'assister à l'apprentissage du métier d'écrivain et d'en suivre le parcours du combattant? De découvrir les engrenages de l'inspiration, de la création et de l'édition d'un texte? D'escorter l'auteur dans les coulisses de sa vue publique?
    Questions d'écriture est l'occasion unique de vivre cette expérience privilégiée en compagnie de l'un des auteurs québécois les plus originaux et les plus lus des 20 dernières années. Conçu à partir d'un échantillonnage de 50 questions posées par des lecteurs, l'ouvrage est un passionnant vademecum pour quiconque s'intéresse à l'expérience d'écrire et à ces créateurs qui la poussent au point d'en faire un métier. Il aborde toutes les facettes d'un univers fascinant : techniques, anecdotiques, intellectuelles, autobiographiques. Le tout livré avec l'esprit analytique de l'auteur et son ton savoureux.
    À noter que cet ouvrage est une édition entièrement revue et considérablement augmentée de Écrire pour construire et inquiéter, titre originellement publié en 2002 aux éditions Trois-Pistoles. Cette nouvelle version tient donc compte de l'évolution de la carrière de Pelletier depuis ce temps et parle en détail du volet «essais» qu'il a développé ces dernières années, en même temps que l'ouvrage approfondit toutes les questions abordées 12 ans plus tôt, en plus d'en proposer d'inédites.

  • Louis Fréchette! Ce nom fait partie de l'inconscient collectif des Québécois: on l'a donné à des rues, des écoles, des bibliothèques... Nous savons tous qu'il est une gloire d'un temps révolu, mais le souvenir de ses oeuvres et des hauts faits de sa carrière nous est aujourd'hui quasi inconnu. Jean Claude Germain s'attaque à cet oubli, en même temps qu'il met en valeur l'apport inestimable de Fréchette à notre littérature.

    Le concept de «double vie» décrit bien les directions diamétralement opposées que Fréchette a insufflées à son oeuvre. D'une part, il a été un écrivain au profil classique consacré par l'institution littéraire de son temps, tant au Québec qu'en France, où il fut le tout premier auteur d'ici à être célébré - primé, même, par l'Académie française. De l'autre, Fréchette a été l'un des tout premiers auteurs d'ici à se consacrer au genre du conte et à faire s'exprimer ses personnages dans une authentique langue québécoise, trois quarts de siècle avant l'émergence du joual.

    Toujours aussi fin conteur, Germain, sourire en coin, nous narre des épisodes savoureux de la vie de Fréchette, dont ses rencontres avec Victor Hugo, Louis-Joseph Papineau, Sarah Bernhardt, sans compter ses relations étroites avec les écrivains américains de son temps. Car Fréchette est un Nord-Américain à part entière, avant la lettre!

    Dans la seconde partie de l'ouvrage, Germain souligne l'héritage bien vivant de Fréchette en se livrant à une brève rétrospective de ceux et celles qui lui ont succédé dans l'art du conte, de Jos Violon à Fred Pellerin.

empty