Éditions Baudelaire

  • Notre planète, la Terre, a vu la vie apparaître il y a 3,9 milliards d'années. Cette dernière a évolué, prenant des formes différentes : minérale d'abord, puis végétale, animale et enfin humaine. L'Homo sapiens a vu son processus d'évolution s'accélérer depuis deux siècles, entraînant une forte augmentation des nuisances dues à la croissance industrielle effrénée dont il est responsable.
    Avec les progrès de la science, son impertinence l'a conduit à se lancer dans une surexploitation des biens mis à sa disposition. Cette attitude a eu pour motivations essentielles la course au profit, l'appât du gain, sans tenir compte des conséquences de ses actes. Même si les scientifiques ne cessent de nous alarmer sur les dangers d'une telle attitude, il continue sur sa lancée sans en tenir compte.
    La pertinence d'une réaction face à de tels comportements est plus que nécessaire. Il est temps de diminuer notre impact sur la nature, de réparer les dégâts déjà causés, avec pour objectif d'offrir à nos descendants la perspective d'un monde où il fait bon vivre. Il serait judicieux également de remplacer la confrontation à tous les niveaux, par une coopération favorable à la vie harmonieuse. Un autre monde est possible, c'est à nous de le créer et de lui donner forme et vie, en étant attentifs au plein épanouissement de l'humanité.

  • Dans la petite maison parentale de Montoiville, en périphérie de Paris, Julie fait l'expérience de la vie au travers de la complexité de la rencontre de l'autre.
    Certaines, stimulantes et réconfortantes. D'autres décevantes et déstabilisantes.
    Un projet humanitaire épanouissant, pour aider ce jeune handicapé et sa mère... mais aussi des premiers essais amoureux catastrophiques durant lesquels Julie est utilisée comme objet de consommation, objet de fantasme, puis comme objet de maltraitance dans un jeu de manipulation.
    Dans ces situations intenses de souffrance psychologique, comment réagir ?
    On peut si vite faire des erreurs d'aiguillage dans sa destinée...







    Tea Bonnaventure vit en Belgique, en région germanophone, où elle exerce son métier de médecin spécialiste. Suite à un accident allergique grave en 2007, elle décide de consacrer une partie de son temps libre à l'écriture, pour partager ses idées d'altruisme et d'empathie.

    Rencontres salées-sucrées, ponctuées à l'encre de Chine est son troisième roman aux Éditions Baudelaire.



  • Si le tourisme était un continent il serait classé au 5e rang des pays émetteurs de CO2.


    Dans un contexte global de changement climatique, faut-il arrêter de voyager pour le loisir ? Ce secteur n'est-il pas, à l'image de nos surconsommations, le résultat d'addictions ? Plusieurs questions, radicalement novatrices, sont posées.


    Doit-on, maintenant, réfléchir à un droit universel de l'environnement, à un crédit individuel de CO2 ?


    Nous pouvons voir écrit sur les murs de certains écrins touristiques : « All Tourist are Bastards ». Alors stop ou encore ?


    Les auteurs nous transportent dans un tourisme où des pratiques ancestrales se mêlent à d'autres, dignes de la science-fiction et tentent de répondre à la question : quel tourisme pour demain ?









    Les deux auteurs, après les

    Dilemmes du tourisme paru en 2007 et Que serait le tourisme sans pétrole ? en 2012, nous renouvellent ici leurs interrogations. Ils souhaitent, en traitant ce sujet, conscientiser davantage les acteurs de cette noble activité et, en premier, les touristes eux-mêmes. En suggérant de nombreuses innovations, ils posent les jalons de ce que pourrait (devrait) devenir le tourisme.



    Isabel BABOU, consultante, docteur en lettres, enseignante en Tourisme (ESC) et Philippe CALLOT, ex-professeur ESC, docteur en Sciences de gestion, membre du réseau européen Tourist Research Center à Vienne (Autriche), sont spécialistes des questions liées au tourisme et travaillent ensemble depuis plus de 10 ans.


  • L'image d'une énergie propre capable de remplacer le nucléaire et utile dans la lutte contre le réchauffement climatique, entretenue par les partisans de l'éolien, est un mythe qui justifie de coloniser le territoire français sans aucun encadrement public. Les aérogénérateurs investissent dorénavant tout le pays avec des machines monstrueuses de plus de 200 mètres de hauteur, dénaturant les plus beaux territoires et dégradant le cadre de vie de milliers de personnes. L'État protège les spéculateurs du vent contre les citoyens qu'il est censé protéger, par le démantèlement progressif du droit de l'environnement et le recul de la démocratie.


    Antoine Waechter est ingénieur écologue, directeur d'un cabinet de consultants en environnement. Engagé dès l'âge de 16 ans en faveur de la nature et des paysages, candidat à l'élection présidentielle en 1988, il a assumé successivement diverses fonctions électives, du local à l'Europe. Heurté par l'apparition des aérogénérateurs dans des territoires appréciés, il s'interroge dès 2002 sur une filière qui ne répond à aucun des enjeux majeurs de ce siècle et ne poursuit d'autre finalité que la rémunération de ses investisseurs.

    Auteur de Dessine-moi une planète (1990) et Le sens de l'écologie politique (2017).

  • Pour la vie

    Celia Bonier



    La séropositivité est encore taboue,
    Entachée de suspicion,
    Mise à distance...
    Puisqu'elle m'a touchée,
    Et que nous sommes amenées
    À vivre ensemble pour la vie,
    J'ai pris le parti de la regarder en face,
    De l'écouter...
    Le parti pris de la curiosité
    Pour savoir ce qu'elle pouvait bien
    Avoir à me dire, à NOUS dire
    Pour la Vie...

    Celia Bonier



    Née en 1957, Celia Bonier vécut une enfance marquée par la différence, touchée par le syndrome de Turner. Une longue recherche personnelle l'a conduite jusqu'en Afrique, en 1994. Ce fut pour elle une expérience enrichissante de 2 ans, qui tient dans cette phrase : « Quand il n'y a plus rien, il y a l'essentiel. »





    Lors de son retour en France, on lui annonce sa séropositivité. Là encore, elle n'a pas d'autre choix que de se confronter à la marginalité, à la différence, pour apprendre à l'aimer.

    En 2011, elle publie un livre témoignage en autoédition : Séropositive pour aimer mieux...




    Avec ce second livre, elle partage sa réflexion sur les enjeux du VIH et un autre regard sur le travail, le milieu médical, l'écologie, la société... sur notre humanité.

  • Monsieur Néant, alias Professeur Némo, historien et critique d'art, et Madame Milie, Conservatrice du grand Musée, sont les deux principaux personnages de ce dialogue autour de l'Histoire de la peinture européenne, à chaque époque de laquelle ils empruntent les figures et les propos de couples célèbres.
    Tout cela est scandé en quatre actes de théâtre, par les jeux de mots de Némo : (I) L'âme hors de l'art ; (II) L'amor de l'art ; (III) Là ! Mords ! De l'art ! ; (IV) La mort de l'art. Mais le dernier acte se clôt tragiquement dans un non-art explosif.


    Philosophe, André Stanguennec a publié plusieurs ouvrages consacrés à l'art, à la peinture et à la poésie : Mallarmé et l'éthique de la poésie, Vrin, 1992 ; La morale des lettres, Vrin, 2005 ; Peinture et philosophie, Presses Universitaires de Rennes, 2011 ; Mallarmé. Un théâtre de l'esprit, Champion, 2017 ; Arts et sciences du romantisme allemand, Presses Universitaires de Rennes, 2018 ; Novalis-Mallarmé. Une confrontation, Champion, à paraître en 2020.

  • À chaque fois que Damien marche la nuit au bord de la mer, il regarde attentivement le ciel et se pose cette question : « Il y a quelqu'un ? »
    Sommes-nous le fruit du hasard ? Ou bien avons-nous été créés par... mais non, pense-t-il, c'est impossible.
    Avec trois autres personnes, il se lance alors dans une discussion qui va le passionner et le faire réfléchir.
    Les découvertes scientifiques bouleversent ce qu'ils pensaient tous les quatre savoir sur le monde, et vont les amener à comprendre ce que sont « l'existence » et la raison pour laquelle « nous sommes ».


    Né à Bordeaux en 1941, Jean-Michel Touche a vécu plusieurs années au sultanat d'Oman et à Brazzaville (Congo) pour exercer son travail dans l'industrie pétrolière, et a voyagé dans de nombreux pays comme le Cachemire, le Népal et l'Inde. Marié jeune, il est le père de trois fils et le grand-père de trois petits-enfants. Il s'intéresse beaucoup à l'être humain, s'est occupé de SDF et n'hésite pas à parler avec des gens qu'il croise dans la rue, simplement pour échanger un tout petit temps amical. Car selon lui, comme le préconise Dieu, « s'aimer les uns les autres » est la seule manière d'être heureux.
    Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Les messagers de l'alliance, Une lettre de Thomas, Bienvenue dehors, Manigoa, Deux Frères et Tu n'iras pas à Samarkand.

  • Ne nous trompons pas, le but de cet ouvrage n'est pas d'exclure ou de s'exclure du monde du football, mais bien de le servir en le réformant.
    Nos 36 bonnes raisons, ces 36 dysfonctionnements n'attendent qu'à être analysés, étudiés, pour que l'on puisse suggérer tous les remèdes dont ce sport a besoin.
    Il faut lutter contre ce qu'évoque Didier Roustan : « Aujourd'hui, le football est un système vicié, gangrené. »
    Serons-nous capables de nous remettre en cause et trouver, chacun d'entre nous - footballeurs, supporters, journalistes, commentateurs, entraîneurs, présidents de fédérations -, les solutions adéquates ? C'est notre voeu le plus cher.


    Patrice Stern est passionné de sport et en a pratiqué beaucoup avec plus ou moins de talent. Il est aussi professeur émérite de l'ESCP-Europe et a enseigné à l'ENA, à Polytechnique et également à l'Institut Français de la Mode.
    Il a écrit de nombreux ouvrages de management et quelques livrets d'humour sur le monde politique. Avec cet ouvrage, il souhaite apporter sa contribution à une moralisation du football.

  • Nous disposons tous d'un cerveau pourvu de quatre-vingts milliards de neurones qui ne pèse que deux pour cent du poids total du corps humain, mais qui mobilise tout de même en permanence quarante pour cent du sang et de l'oxygène de notre organisme. Comment entretenir notre santé cérébrale dans une société complexe en constante évolution ? [...] ces différents chapitres soutiennent l'hypothèse qu'un entraînement régulier et rigoureux, qu'une ouverture curieuse et positive et que le maintien d'une distance critique et avisée vis-à-vis des développements technologiques sont les meilleurs garants de cette santé.
    Gageons que la manière d'entreprendre ces sujets d'échelles paradoxalement aussi sociétales qu'intrapsychiques l'aura été de manière respectueuse à l'égard des positions et possibilités de chacun. Dans ce maelstrm d'exponentiels actuels, la manière d'entreprendre l'accompagnement des individus est aussi importante que les objectifs atteignables.
    [...]
    Pour la suite, il est possible de poursuivre ensemble afin de mutualiser nos efforts. Soyez les bienvenus sur le forum d'échange d'idées : https://www.mymemory.ch onglet Contact du Menu.


    L'auteur a suivi une formation littéraire et commerciale. Depuis les années 1960, il a eu la chance de pratiquer tous les métiers liés au domaine captivant de l'informatique. L'arrivée de la retraite lui a laissé le temps de réfléchir et d'élargir ses connaissances sur les fonctionnements élémentaires du cerveau humain, des outils numériques, de l'IA et des robots. Son ouvrage Mon cerveau et les défis du numérique, IA et robots explique comment se positionner correctement vis-à-vis de la nouvelle économie du capitalisme cognitif dans laquelle nous sommes engagés.

  • « La bonne santé c'est le bon équilibre avec le vivant qui nous entoure. »
    L'humain doit reprendre racine avec tous les éléments qui permettent son existence et cela commence dès la conception. Pour les grands-parents, faire l'effort de comprendre comment l'environnement agit sur le fonctionnement biologique, c'est aussi parvenir à lutter contre l'impression de toute puissance technologique que l'humain a récemment acquise à tort, et qui menace ses petits-enfants.
    La nature a une puissance surhumaine ; vouloir la soumettre à nos désirs de grands-parents, c'est exposer nos petits-enfants.
    À partir d'exemples du merveilleux fonctionnement du vivant piochés dans les mondes végétal, animal, humain, macroscopique ou microscopique, l'auteur ouvre la porte à une vision scientifique accessible à tous qui permet doutes et prudences argumentés. Cette démarche est malheureusement d'actualité en 2020 et peut être utile pour appréhender la survenue des pandémies.
    Puisse cet éclairage permettre aux grands-parents de se poser les bonnes questions ; celles qui préserveront leurs petits-enfants.


    Pédiatre, praticien hospitalier et ancien chef de service à l'hôpital, Romain Gire est également conférencier dans des universités et des ONG. Ses conférences portent sur les effets de l'environnement sur le fonctionnement du vivant.
    L'auteur est aussi apiculteur, ce qui lui permet de regarder les abeilles comme des « sentinelles » de notre environnement.

  • « La vraie question que je me pose, ne porte pas sur la raison de cette volonté de faire de nous des imbéciles mais bien sur l'attitude à adopter et les actions à mettre en place pour que les bipèdes réapprennent à regarder l'environnement dans lequel ils vivent et comprennent que la vraie connaissance se trouve dans leur relation à la planète et à nos frères les animaux. »









    Jacques Benoît d'Entrevaux, alias Benoît Vauzel, professeur de lettres, directeur d'établissement scolaire et formateur en sciences humaines, mène de pair tout au long de son parcours professionnel une passion pour la musique et la langue française. Auteur, compositeur, interprète, ses chansons tout comme ses écrits nous font grandir un peu...


  • Seul le suspect numéro 1 est prêt à tout pour trouver le véritable assassin.

    Depuis des siècles, les compagniens et les spiritiens, des êtres aux pouvoirs surnaturels, sont en conflit, à l'insu des humains.
    Les compagniens manipulent l'air, l'eau, le feu et la terre.
    Les spiritiens manipulent l'esprit humain, jouant de nous comme des marionnettes.
    Aujourd'hui à Tirips, en France, Maylix Faire, dix-huit ans, l'élite de l'élite spiritinne, est accusée de meurtre. Et alors ? Coupable ou pas, elle devra succéder à ses parents, à la tête d'une des cinq plus puissantes organisations spiritiennes du monde. Sauf que l'enquête piétine, et que la victime est l'homme qui l'a élevée. Est-ce trop demandé de trouver le véritable assassin ? Devra-t-elle le faire elle-même ?
    Et si les compagniens, ses ennemis de toujours, menaient l'enquête à sa place ?

  • Le titre de l'ouvrage illustre le parcours symbolique des cinq héros qui empruntent des passages secrets, des labyrinthes, des grottes et ne retrouvent la lumière qu'à la fin de leurs (en)quêtes.
    De la lumière, véritable archétype de nos inconscients, à l'eau qui nous renvoie à nos origines, on peut dire qu'Enid Blyton connaît assurément bien la psychologie enfantine.


    Michel Montebello s'est toujours intéressé à la bande dessinée (Tintin, Gaston Lagaffe, Spirou, Astérix et Obélix), ainsi qu'à la littérature (notamment aux ouvrages de Jules Verne, Hector Malot et Lewis Caroll).

    Il était donc tout naturel qu'il prenne la plume à son tour.


    Aujourd'hui, il conserve son lien avec le monde magique de l'enfance en exerçant le métier formidable de professeur des écoles.

  • La citoyenneté de l'Union européenne est une composante à part entière de la citoyenneté nationale. Elle a créé un lien entre les individus et les institutions. Les droits ainsi accordés ont fortement accru la valeur de ce statut : qu'il s'agisse de la valeur externe de la citoyenneté, via le passeport européen et la protection diplomatique ; ou de sa valeur éthique et symbolique, par la construction progressive d'une Europe politique et d'une cohésion sociale européenne.

    Cette citoyenneté est l'un des principaux acquis de la construction européenne. Elle a instauré une dynamique constitutionnelle évidente en lien avec le sentiment d'appartenance de l'individu à une communauté. Tant juridiques que politiques, les évolutions récentes de ce statut fondamental des ressortissants des États membres amènent à des réflexions parfois individuelles, mais souvent plus globales sur la nature de l'UE. La question se pose : Qu'est-ce qu'être citoyen européen ?


    Originaire d'Annecy en Haute-Savoie, Thomas Buttin a suivi des études de Droit européen et de droit européen des Affaires à l'Université Jean Moulin Lyon III. Aujourd'hui devenu collaborateur parlementaire à l'Assemblée nationale, son intérêt pour les questions européennes reste inchangé. Son parcours à la fois juridique et politique l'engage dans une réflexion singulière à mi-chemin entre ces deux mondes, et spécialement en ce qui concerne le droit de la citoyenneté.

  • Le vieillissement de la population est inéluctable, que ce soit sur la scène internationale en général et dans les pays développés en particulier. La France n'échappe pas à ce constat et les institutions et infrastructures doivent naturellement s'adapter à ces bouleversements démographiques. Parmi ces institutions, les établissements médico-sociaux jouent un rôle primordial en favorisant la prévention de la fragilité et en accompagnant le déclin fonctionnel des personnes âgées. Par conséquent, l'investissement des EHPAD semble être porteur et peu risqué.


    Pierre Errera est né en 1973 à Paris. Il passe la majorité de son enfance dans une petite ville à une heure de la capitale. Son père est médecin, sa mère femme au foyer. À l'âge de 28 ans, il fera une rencontre déterminante avec la co-fondatrice du 4e plus grand groupe français de gestion d'EHPAD (Groupe Colisée), qui lui fera changer sa vision sur l'investissement et sa carrière.

  • Panafricain, républicain, égalitaire et édificateur d'une nation viable : la République de Guinée.
    Dans un monde où les fous sont plus nombreux que les sages, les élections présidentielles africaines sont souvent perçues comme une tempête.
    Du chaos à l'espoir, le continent africain danse sur une planète de lumière que les ténèbres cherchent à éteindre.

    Convaincu que l'écrit est la meilleure manière de dénoncer l'injustice diplomatique, politique, ou sociale, BALDÉ A. SCHAADANE s'engage contre le racisme, l'inégalité, l'ethnocentrisme et la discrimination.
    Auteur, compositeur, réalisateur et scénariste, cet afro futuriste se consacre au mythe et à la progression du mouvement panafricaniste.

  • Voici un traité révolutionnaire sur le comportement humain qui classe tous les êtres humains en trois types de personnalités différentes et fondamentales.
    Fondée sur les travaux de deux experts en thérapies émotionnelles, cette étude révèle trois émotions profondes qui catégorisent l'humanité entière : la colère, la peur et la culpabilité. Elle décrit en détail comment chaque type de personnalité se comporte et permet très simplement de s'identifier soi-même et de reconnaître son entourage.
    Un guide inspiré à la portée universelle.
    Un manuel idéal pour progresser dans la connaissance de soi et du monde.


    Thérapeutes, Krrish (Ranjit Uppal) et Vishwa (Isabelle Fraisseix) travaillent ensemble depuis plus de dix ans. Le premier a cinquante ans et vit à Goa en Inde. La deuxième a soixante ans et partage son temps entre Lyon et Goa. Depuis toujours animés par un besoin d'écrire et de transmettre, ils ont rédigé Nos trois démons, fruit de plusieurs années de thérapies et d'un grand nombre de sessions, entre l'Inde, la France, et le Royaume-Uni. Pour sa part, Isabelle Fraisseix élabore un nouveau manuscrit intitulé Il n'y a pas de mots..., récit de son long combat après le décès de sa fille en février 2019.

  • Qu'est-ce que l'Homme ? À cette interrogation classique, Alfred Adler a entrepris d'apporter une réponse d'abord dans le cercle fermé des premiers psychanalystes, puis de façon indépendante. Sa conception de la psychanalyse qu'il nomme « psychologie individuelle » ne peut se soustraire à la connaissance de l'Homme. Ce livre, issu d'une longue réflexion, expose le point de vue adlérien sur l'Homme en général et sur l'individu sujet (individuum - sujet un et indivisible) en particulier.
    Georges Mormin propose une analyse synthétique de la méthodologie adlérienne, et un tour d'horizon sur l'apport de l'adlérisme à l'édification du champ des sciences psychologiques et anthropologiques.
    L'adlérisme, cette branche méconnue de la psychologie abyssale, met en lumière une esquisse cohérente de la personnalité, les sources d'un humanisme individuel et sociétal, une méthode éducative et préventive, une clinique analytique. Plutôt qu'une réponse vague prétendant englober toute l'étendue du questionnement humain, il est proposé un cadre de pensée et une conception de la vie en vue de la quête de vérité.

  • Qu'est-ce qu'être français ? La question traverse le débat politique en France depuis des siècles mais anime aussi les anciennes provinces françaises d'Amérique, connues sous le nom de Nouvelle-France. Si pour le général de Gaulle il existait des « Français de part et d'autre de l'Atlantique », ou encore des « Français du Canada », si encore, en 2008, à Québec, le Premier ministre français de l'époque affirmait qu'on ne devient pas moins français pour être Québécois ou Acadien, l'État français répond l'inverse sur le plan du droit. Face à cette contradiction, qui rend assez illisibles certains aspects du rapport de l'Hexagone à ses anciens ressortissants d'Amérique, une enquête s'imposait. L'exhumation de passionnants destins acadiens, québécois, autochtones, afro-américains, permet de trouver la réalité historique et les situations de droit qui en découlent... et qui engagent les autorités françaises, bien qu'elles l'ignorent.


    Historien, spécialisé dans la question des empires et de leurs réappropriations, Edouard Baraton a, après des études au Québec, retrouvé la France pour soutenir une thèse en Histoire byzantine à Rouen en 2018. Son attention a été rappelée vers le Canada par les décisions de l'État français, de 2009, relatives aux demandes locales de nationalité française. Dans un contexte de questionnement généralisé sur la francité, il traite du problème sur le plan historique à travers ce cas méconnu.

  • La migration internationale apparaît comme l'une des empreintes indélébiles de l'histoire de l'humanité. On compte aujourd'hui par millions le nombre de personnes exerçant une activité rémunérée en dehors du pays dont ils ont la nationalité.
    Dégager les lignes de force qui sous-tendent, non sans contradictions ni crise la protection de ces personnes : tel est l'objectif de cet ouvrage.
    Importante par son actualité et son ampleur, la migration professionnelle l'est également par sa globalisation, puisqu'elle concerne toutes les parties du monde. Il n'est donc pas un continent, pas une région, pas un pays qui n'ait son lot de travailleurs non nationaux.
    Cet ouvrage constitue un bilan actuel des forces et des faiblesses du droit, pour autant que soit concernée la sauvegarde des droits de cette catégorie fragile de personnes que sont les travailleurs migrants. Elle permet de réaffirmer l'égalité juridique des individus, face à l'inégalité économique criarde des états. C'est dire si le droit est lui-même un enjeu permanent de la protection de l'Homme en général, et du travailleur migrant en particulier.

  • La déflagration inévitable et attendue de l'élection présidentielle de 2017 a mis en lumière le pouvoir total sur toute une population d'un seul homme, le Président de la République, légitimé par le fonctionnement de nos institutions. Le seul et unique moyen de sortir de ce piège institutionnel est de reprendre en main notre démocratie.
    En partant de ce début de quinquennat, reflet des mandats présidentiels précédents, et en passant par la crise des Gilets jaunes et le grand débat national, l'auteur dénonce nos institutions qui légitiment la prise de pouvoir, et les décisions de ce seul Président pour l'avenir du peuple français.
    Cet acte 1 d'une Humaine Démocratie est la prise de conscience que l'auteur soumet à tous les citoyens français, afin de constater le piège dans lequel ils se trouvent et dans lequel ils resteront pour les élections futures s'ils ne font rien.


    En faisant le choix de l'anonymat, l'auteur ne se cache pas. Simplement, il ne souhaite pas personnifier ce combat démocratique qui concerne tous les citoyens français. Il revient à eux seuls de définir leurs choix de société future.

  • Cet ouvrage porte sur Marcel Proust un « jugement transitif », qui cherche à éluder les idées philosophiques, médicales, psychiatriques ou psychanalytiques, trop souvent dépréciatives, mal définies et professées à son sujet par nombre de commentateurs. Il s'agit de porter un regard débarrassé de certaines traditions de lecture de l'oeuvre de Proust et d'interprétation de sa biographie. Celles-ci prennent leur source à la fois dans son hypothétique inversion, dans la méconnaissance de son attirance pour les femmes, et dans l'ignorance de ses amours, douloureusement interrompues pour deux d'entre elles. Enfin, cet essai remet en question un héritage incontesté d'informations fallacieuses et de convictions, dont la répétition a fini par créer l'évidence.
    Lucien Karhausen a fait des études de médecine à l'Université libre de Bruxelles, avant de se diriger vers une formation en médecine interne à la Cornell Medical School de New York puis d'obtenir une maîtrise à l'Université de Harvard. Il a enseigné à l'Université libre de Bruxelles et à l'Université La Sapienza de Rome, et s'est occupé du développement de la recherche médicale à la Commission Européenne. Il s'intéresse à la philosophie de la médecine et des sciences, à Wolfgang Amadeus Mozart et à la culture européenne.

  • L'auteur profite de ce moment de pause permis par la crise du coronavirus pour réfléchir à la création de modes de vie plus durables et plus épanouis.
    Au-delà de l'urgence sanitaire qu'elle provoque, cette pandémie dévoile en effet nos limites et donc nos marges de manoeuvre et de progrès vers un tout autre monde. Nous sommes intimement et profondément appelés à changer et à nous repenser, dans notre rapport aux autres, à la nature et à nous-même. C'est ce que nous invite à faire cet essai qui, loin d'être normatif, ouvre au contraire à tous les possibles.
    « Du chaos naissent les étoiles » disait Charlie Chaplin. Que cet ouvrage soit une petite étoile parmi tant d'autres pour former de nouvelles constellations ! À nous tous·tes de les développer ensemble, sans attendre que les décideurs le fassent (car ils ne le feront pas !).


    Thierry Long est enseignant-chercheur en sciences humaines et sociales à l'Université Côte d'Azur de Nice. Ses recherches et ses enseignements tournent autour de l'éthique et de la société. Il a déjà publié deux ouvrages sur ce sujet : L'éducation par le sport : imposture ou réalité ? (2008, 2015) et Un monde sans argent... « L'utopie », cinq siècles après Thomas More (2016).

    Thierry Long aime à dire que « son cheminement scientifique n'est autre qu'un cheminement vers lui-même ».

  • Cet ouvrage invite à la méditation autour de la différence entre être et exister, à partir de la sidérale « insignifiance » parménidienne : l'Être est ; le non-Être n'est pas, il existe.

empty