La découverte

  • Au terme d'une enquête originale, les auteurs de ce livre s'attachent à comprendre comment les banques ont fini par accepter une mission de police, contraire à leurs principes de protection du secret et de non-intrusion dans les affaires de leurs clients.
    La lutte contre l'argent sale fait, depuis la fin des années 1980, l'objet d'une mobilisation internationale sans précédent. Faute de pouvoir s'en prendre directement aux auteurs des activités illégales (trafic de drogue, armes, corruption, terrorisme), la communauté internationale a entrepris de bloquer leurs flux financiers. Les banques se sont ainsi retrouvées à l'avant-poste de ce combat, contraintes d'adapter leur logique jusque-là exclusivement commerciale à une mission de police : détecter, et au besoin déclarer, les transactions jugées douteuses. Aujourd'hui, le dispositif bancaire de vigilance, équipé d'outils de filtrage, de profilage et de gestion des risques, concerne tous les clients et toutes les opérations.
    Tout au long d'une enquête sociologique originale, les auteurs de ce livre ont tenté de comprendre comment les banques avaient fini par accepter une mission contraire à leurs principes de protection du secret et de non-intrusion dans les affaires de leurs clients. Au fil de nombreux entretiens, ils ont cherché à cerner les profils de spécialistes (banquiers, mais aussi anciens policiers et magistrats), les outils et les pratiques privilégiés. Alors que ces acteurs privés apparaissent tiraillés entre leurs impératifs professionnels et la menace de sanctions de la part d'institutions aux attentes imprécises, se pose la question de la légitimité et de l'efficacité de cette nouvelle forme de policing financier inaugurant une forme de collaboration inédite entre les milieux bancaire et policier.

  • Le droit pénal est le droit de la punition, pour des comportements que la loi désigne comme punissables, et qualifie de crimes, délits et contraventions. Quel est le fondement du droit de punir ? Que sait-on de la délinquance ? Quelles sont les règles fondamentales du droit pénal ? Quelles sont leurs difficultés d'application ? À quelles controverses donnent-elles lieu ? Pourquoi le droit pénal est-il particulièrement étendu et complexe ? Comment justifier, dans une société démocratique, l'emprise que l'État peut exercer sur la liberté ou les biens des individus, en réponse à certains faits ? Par quels mécanismes institutionnels protège-t-on les individus de la création intempestive, par l'État, d'infractions qui menacent les libertés en raison des sanctions encourues ? Ce livre constitue une initiation au droit pénal pour des juristes débutants, mais aussi pour des citoyens curieux et prévoyants.

  • Le droit pénal est le droit de la punition, pour des comportements que la loi désigne comme punissables, et qualifie de crimes, délits et contraventions. Quel est le fondement du droit de punir ? Que sait-on de la délinquance ? Quelles sont les règles fondamentales du droit pénal ? Quelles sont leurs difficultés d'application ? À quelles controverses donnent-elles lieu ? Pourquoi le droit pénal est-il particulièrement étendu et complexe ? Comment justifier, dans une société démocratique, l'emprise que l'État peut exercer sur la liberté ou les biens des individus, en réponse à certains faits ? Par quels mécanismes institutionnels protège-t-on les individus de la création intempestive, par l'État, d'infractions qui menacent les libertés en raison des sanctions encourues ? Ce livre constitue une initiation au droit pénal pour des juristes débutants, mais aussi pour des citoyens curieux et prévoyants.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Comment la justice est-elle organisée ? A-t-elle assez de moyens ? Peut-on toujours faire appel ? Le juge d'instruction a-t-il trop de pouvoir ? Les peines sont-elles plus sévères qu'autrefois ? Comment régler les litiges sans faire de procès ? À quoi sert la prison ? Les magistrats sont-ils indépendants ? Pourquoi la justice est-elle autant critiquée ?

  • Les bouleversements qui affectent la société mondiale depuis la fin de la guerre froide défient souvent l'analyse. L'approche juridique est très rare, et c'est ce qui fait tout le prix de ce livre majeur, où l'auteur propose une vaste fresque de l'histoire contemporaine au regard du droit international, qui est aussi une histoire de cette discipline encore incertaine. Les bouleversements qui affectent la société mondiale depuis la fin de la guerre froide défient souvent l'analyse. Histoire, sciences politiques et géopolitique sont appelées à la rescousse pour éclairer cette sombre scène, sans toujours y parvenir. L'approche juridique est beaucoup plus rare, et c'est ce qui fait tout le prix de ce livre majeur, où l'auteur propose une vaste fresque de l'histoire contemporaine au regard du droit international, qui est aussi une histoire de cette discipline encore incertaine. Elle rappelle en effet que les relations entre les acteurs de la scène mondiale sont aujourd'hui sous-tendues par un droit dont les faiblesses et les impuissances sont souvent dénoncées, mais dont le renforcement est sans doute aucun le défi majeur de la période actuelle. Car c'est du droit que sortiront clarifiées les notions d'humanité et de souveraineté, placées au coeur des conflits modernes. Il importe donc, comme le fait ici Monique Chemillier-Gendreau, de s'interroger sur les racines historiques du droit international, forgé au départ avec l'expansion impériale des puissances occidentales, transformé ensuite par des résistances diverses, celles du camp socialiste et celles du tiers monde décolonisé. Cet éclairage lui permet de repenser les questions essentielles de cette fin de siècle : face à la mondialisation, la souveraineté des États a-t-elle encore un sens ? Quelles doivent être les rapports entre l'économique et le politique, les rôles du marché et de l'État ? Comment faire évoluer cette " société " internationale encore primitive, où les contrats (entre États ou entre firmes) ne connaissent l'armature d'aucune loi ? Quelles valeurs pourraient fonder cette nécessaire mutation ? Un ouvrage de référence, utile aussi bien aux étudiants en droit et en sciences politiques qu'à tous ceux qui souhaitent disposer d'un cadre d'analyse cohérent de l'actualité internationale.

  • Le Brésil est un géant - quinze fois la France ! - aux contrastes sociaux et culturels saisissants. Ainsi, une poignée de grands propriétaires fonciers accapare presque 60 % des terres cultivables. À côté de ces immenses domaines - parfois en friche - des millions de posseiros et de paysans sans terre tentent, obstinément, de survivre. La démocratie, réinstallée en 1985, n'a pu mettre en oeuvre une réelle réforme agraire, et les assassinats de leaders syndicaux et de militants paysans ont été, cette année-là, 2,5 fois plus nombreux qu'en 1983... Olivier Colombani a effectué quatre voyages dans ce Brésil de l'intérieur et, à chaque fois, il a dialogué avec des notables de toutes opinions, des travailleurs sociaux, des paysans sans terre, des syndicalistes, des politiciens, des prêtres, etc. Leurs témoignages détruisent quelques mythes tenaces, comme celui concernant le Nordeste qui n'a qu'un ennemi : le climat, ou celui faisant de l'Amazonie un Eldorado à découvrir... Prenant le contre-pied du misérabilisme ambiant, l'auteur nous montre une multitude d'expériences, d'actions, de projets, élaborés et réalisés au niveau local, qui améliorent considérablement la vie quotidienne de cette population démunie. Il suit aussi les chômeurs (gamelles froides) qui, au petit matin, s'entassent dans des camions inconfortables (perchoirs de perroquet), avec l'espoir d'être embauchés pour une journée et parfois plus... Il décrit l'occupation de terres et l'extraordinaire mobilisation qui l'accompagne. Il montre, enfin, comment le Brésil met en place les conduites de son futur : réforme agraire et démocratie y tiennent, impérativement, une place décisive.

  • Qui échappe aujourd'hui à l'incessant tourbillon d'annonces, de spots, de clips, de slogans publicitaires ? Partout présentes, les puissantes compagnies internationales de publicité (Dentsu, Saatchi & Saatchi, Young & Rubicam, Mc Cann-Erikson, WPP-J. Walter Thompson, HDM, Publicis...) constituent des réseaux téléscopant la plupart des clivages politiques et économiques et managériaux que l'auteur, spécialiste de la communication, nous révèle au terme d'une sérieuse et passionnante enquête nourrie de très nombreux exemples, pour la plupart inédits en français.
    Un produit n'est pas utilisé partout de la même façon et ne répond pas à des besoins identiques, les motivations varient. Ainsi, les Danois et les Allemands achètent le dentifrice au fluor pour prévenir la chute des dents ; les Français et les Italiens pour des raisons cosmétiques. Volvo met en France l'accent sur le statut et le loisir, en Suède sur l'économie, la résistance et la sécurité... Armand Mattelart montre ainsi la diversité et la sophistication des stratégies nationales par les agences internationales.
    Mais il s'intéresse aussi à la logique globale de ce secteur en expansion et explique en détail ses évolutions. Il montre enfin comment cette dynamique contamine la presse - Reader's Digest, Newsweek, Elle, etc. - et en plus généralement les médias - y compris le cinéma -, entraînant une mondialisation du contenu rédactionnel et l'adoption d'une langue internationale. Visitez la planète pub, cet ouvrage vous servira de guide.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Jean-Marie Spaeth est président (CFDT) de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM). Particulièrement bien informé, et passionné, il a décidé de s'adresser à l'opinion, pour dresser un tableau sans complaisance de la situation du système de soins et de Sécurité sociale, pour convaincre chacun de la nécessité de le faire progresser. La société évolue, et pour que vivent les principes fondateurs de la Sécu, il est urgent que chacun prenne sa part dans la réorganisation du système de soins, quitte à bousculer certaines habitudes. D'où la forme choisie pour ce court essai : une douzaine de lettres adressées à tous les acteurs concernés. En expliquant, de façon claire et pédagogique, la nature des enjeux, et des difficultés à relever, il interpelle ainsi successivement les assurés sociaux, les syndicats, le patronat, les responsables politiques, les fonctionnaires, les mutuelles et les assurances, les médecins et leurs syndicats.., et le président de la CNAM. L'auteur propose ainsi un document sans équivalent, et sans détour, pour préparer la sécurité sociale du XXIe siècle.

empty