Presses Universitaires de Vincennes

  • Cette première édition critique des textes et entretiens d'Alexandre Alexeïeff (1901-1982), inédits ou devenus inaccessibles, rassemble l'essentiel de ses réflexions et contributions théoriques. Elle révèle à quel point l'aventure singulière de cet artiste, décorateur, illustrateur, graveur, cinéaste inventeur de techniques nouvelles, s'est fondée sur une pensée originale du cinéma, de l'animation et des arts comme la gravure, la musique, la poésie, la pantomime, la danse. Pendant plus de cinquante ans, des avant-gardes des années 1920 aux débuts du numérique, Alexeïeff n'a cessé d'innover dans le domaine de l'image, du livre au film, réalisant plusieurs chefs-d'oeuvre animés sur l'écran d'épingles de son invention, ou travaillant pour la publicité. Dominique Willoughby est cinéaste et professeur à l'Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Il a récemment publié Le Cinéma graphique (Textuel, 2009) et dirigé l'édition DVD intégrale des films d'Alexeïeff (Cinédoc-Paris Films Coop, 2005)

  • Cet essai propose une étude des grandes peintures de nus réalisées par le peintre depuis les Demoiselles d'Avignon (1907) jusqu'aux derniers nus de 1972.
    Pour Picasso, il n'y avait que deux sortes de femmes, déesse ou paillasson. Au-delà de la misogynie et de la provocation, le propos renvoie à une tension qui s'instaure dans la représentation du corps féminin. Le conflit se noue à différents niveaux : celui d'une confrontation avec quelques mythes structurants (Vénus, Méduse, Baubô), celui d'une rencontre avec l'Histoire de l'Art (Rembrandt, Goya, Ingres, Manet, Courbet, etc.), celui d'un corps à corps avec l'image peinte. Ici, au risque de s'y perdre, l'auteur choisit de rester au plus près de la toile, d'en explorer les détails, d'en chercher les moindres craquelures pour observer comment le corps féminin devient peinture.

empty