Sciences humaines & sociales

  • Si Friedrich Nietzsche a pu, en son temps, déclarer « Dieu est mort », personne, à ce jour, à notre connaissance, ne s'est aventuré à proclamer la mort de Satan.
    Nous ne nous y risquerons pas. Nous nous contenterons d'évoquer sa haute figure dans ses métamorphoses, ses pompes et ses oeuvres. Et, en un prolongement dramatiquement logique, le bouc émissaire tout trouvé qu'est la femme. À l'heure où le féminisme prend un nouveau visage et s'incarne dans la figure mythique de la sorcière, il est essentiel de revenir sur le processus qui a conduit à cet état de fait : le Diable.
    Du Moyen Âge à nos jours, Dominique Labarrière dresse les multiples visages de l'incarnation du Mal, mettant en exergue l'utilisation qui en a été faite afin de modifier le statut des femmes : découvrez quelle est cette conception de la femme que les puissances religieuses et laïques vont s'employer à promouvoir à partir des dernières décennies du XVe siècle.

  • « Le 13 novembre 2015 ne fut au final qu'un jour dans notre vie. Un seul jour qui a déformé l'existence d'une personne, d'une famille, d'un groupe d'amis, d'une ville, d'un pays. »
    Un seul événement peut-il déterminer toute notre existence ? Peut-on poursuivre après l'horreur ? Cette nuit-là, David est confronté à sa mort.
    Alors que l'enquête judiciaire s'achève et que le procès devrait s'ouvrir en 2021, le jeune homme revient sur ces cinq dernières années, la difficulté de se reconstruire, la force de vivre.

  • « J'ai eu besoin de faire le point, de repartir sur les traces de l'expérience qui avait changé ma vie. Trop de choses s'étaient passées, le décès de mon mari, les ennuis matériels, mon statut de « femme de » à qui il manquait l'essentiel : lui, l'âme soeur, le complément, la raison de poursuivre. Quelque chose en moi me soufflait qu'il fallait que je me sauve. Dans les deux sens du terme : que je sauve mon âme et ma peau et que je m'extraie du passé, que je parte pour me retrouver.
    J'ai sorti un sac de mon placard, y ai jeté l'essentiel... et ai commencé mon périple. »

  • Reine de France par son mariage avec le roi Louis VII, auquel elle ne donne que deux filles, Aliénor d'Aquitaine est répudiée en 1152. Erreur politique sans doute, car elle se remarie un peu plus tard avec le futur roi d'Angleterre, lui apportant en dot le Poitou, la Gascogne, la Marche, le Limousin et le Périgord. Les historiens nationalistes lui ont fait grief d'avoir été à l'origine des guerres qui, pendant deux cents ans, ont opposé France et Angleterre.
    Philippe Delorme rend à Aliénor d'Aquitaine sa véritable stature : celle d'une femme maîtresse de son destin, d'une souveraine lucide et lettrée, protectrice des artistes et des troubadours, disparue à l'âge, alors exceptionnel, de quatrevingt-deux ans.

  • Qu'est-ce que le pardon ? Comment apprend-on à le vivre et à l'appliquer?
    Si tout le monde pense en connaître la définition, il n'est pas si évident de l'atteindre. Du moins, le pardon véritable. Cela demande un cheminement spirituel propre à chacun.
    Jean Graciet et Valérie Motté vous proposent d'explorer les diverses étapes du pardon ainsi que de découvrir des outils pratiques pour tenter de l'appliquer au quotidien afin de vous réconcilier avec vous-même et de guérir de vos blessures.

  • Words are wind, « les mots sont du vent ».
    C'est une phrase qui peu à peu s'installe entre les pages de la saga de George R.R. Martin, A Song of Ice and Fire, connue en français sous le titre Le Trône de Fer.
    On la retrouve aussi bien dans la bouche de Tyrion Lannister que de Daenerys Targaryen ou de Jon Snow, dans des contextes très différents. Mais sous la plume de George R.R. Martin, cette expression devient indice. Les mots sont du vent, c'est le rappel que les mots sont magiques, car polysémiques. Chargés de sens, mais de sens multiples et changeants.
    Avant d'être un monde de dragons, de complots et de trahisons, l'univers du Trône de Fer est un monde de mots. Décrypter ces mots, et les multiples indices littéraires laissés par George R.R. Martin, permet de mieux comprendre les intrigues du livre et la portée de l'oeuvre.
    George R.R. Martin est-il vraiment un écrivain à l'imagination fertile mais au style basique, comme on le croit trop souvent ? Comment a-t-il fait pour captiver autant de lecteurs avec des mots d'apparence si simples ?
    Des procédés littéraires de l'auteur culte aux différentes théories qui en découlent, Les Mystères du Trône de Fer est un ouvrage incontournable pour comprendre pourquoi et comment George R.R. Martin a révolutionné l'écriture et la littérature de fantasy.

  • D'où viennent-ils, qui sont-ils, pourquoi signent-ils des contrats de cinq ans, ces hommes qui, depuis 1831, ont façonné la légende de cette Légion étrangère que le monde envie à la France ? Quel passé, quelle identité se cachent sous le nom d'emprunt du légionnaire ? Quelle existence essentiellement guerrière ont-ils vécue ? A ces interrogations, Pierre Montagnon fournit des réponses.
    Les légionnaires de Camerone en 1863, de Tuyen-Quang en 1885, du RMLE de Rollet en 14-18, de la " 13 " d'Amilakvari en 40-45, de Diên Biên Phu en 1954, de la prise d'otage de Djibouti en 1976, sortent de l'anonymat. La Légion demeure une institution unique au monde, plus vivante que jamais. Comme autrefois, elle est présente partout où le devoir l'appelle, en particulier en Afghanistan. Issu des quatre coins du monde, sévèrement sélectionné, longuement entraîné, le légionnaire d'aujourd'hui s'engage pour avoir un métier, se bâtir un destin d'homme libre, parfois obtenir une nationalité.
    Comme celui d'hier, il reste fidèle aux valeurs traditionnelles : Honneur-Fidélité.

  • Fin 2014, le hashtag Payetonuterus affole la toile. Les femmes dénoncent enfin leurs pires expériences chez le gynéco. Depuis, les témoignages se multiplient.
    Ce livre retrace le parcours gynécologique des femmes, de la première consultation à la dernière, en évoquant les grands moments : contraception, grossesse, accouchement, etc.
    En donnant la parole aux femmes, en partageant leurs histoires, nous ne cherchons pas à pointer du doigt les professionnels de santé mais simplement montrer aux victimes qu'elles ne sont plus seules.
    Vis ma vie avec un utérus aborde les violences obstétricales tout en offrant des conseils pratiques. Être une femme, cela se mérite !

  • Depuis toujours, l'archéologue Graham Hancock se passionne pour l'origine de l'humanité. À ses yeux, les mythes et les légendes façonnés par les civilisations les plus anciennes puisent leurs sources dans des réalités historiques. Que s'est-il passé exactement sur la terre à la fin de l'ère glaciaire, lorsque le niveau des mers s'est mis à augmenter en submergeant des continents ? Pour lui, le doute n'est guère possible : des civilisations entières, dont on n'a pas encore retrouvé trace, ont été englouties.
    Fort de cette conviction, il s'est donc muni de radars très puissants et des moyens d'investigation les plus modernes pour explorer pendant de longues années, avec une extrême minutie, le fond des mers et des océans. Ses conclusions sont stupéfiantes. Car, réfutant les assertions des archéologues les plus respectés, il a découvert de troublants vestiges aux emplacements mêmes où les mythes les plaçaient : dans la mer du Bengale et l'océan Indien, sur les côtes japonaises, en mer Méditerranée et dans l'océan Atlantique.
    De quoi ébranler bien des idées reçues et remettre en cause les données scientifiques les plus communément admises.

  • Jane Evelyn Atwood, Brigitte Bardot, Bérénice Bejo, Jane Birkin, Marie-Claude Bomsel, Hermine de Clermont-Tonnerre, Anny Courtade, matali crasset, Édith Cresson, Mireille Dumas, Nanou Garcia, Nathalie Garçon, Marielle Goitschel, Francine Gomez, Claudie Haigneré, Gwendoline Hamon, Adriana Karembeu, Brigitte Lahaie, Caroline Loeb, Ariane Massenet, Macha Méril, Catherine Millet, Martine Monteil, Michèle Mouton, Orlan, Anne-Sophie Pic, Marina Picasso, Babette de Rozières, Anouche Setbon, Chouchane Abello-Tcherpachian, Sylvie Testud, France Zobda...

    Catherine Jacob et Franck Leclerc ont interrogé ces personnalités exceptionnelles, abordant leur vision des relations hommes/femmes et la place de ces dernières dans notre société. Chacune s'est racontée sans fard.
    Ce qu'elles en disent, ce qu'ils en pensent, comment les choses avancent... Les réponses se trouvent entre ces pages.

  • Qui n'a jamais entendu parler des Templiers, cet ordre militaire et religieux, tellement novateur dans la société médiévale ? Nous pourrions considérer que tout a déjà été dit, et pourtant... Malgré la qualité des recherches effectuées par les historiens, beaucoup de zones d'ombre demeurent autour de sa création et de son histoire.
    Une chose est certaine, la dimension politique est bel et bien présente d'emblée, facilitant grandement la reconnaissance officielle de l'ordre. Officialisation assortie de privilèges considérables qui devaient rapidement provoquer les plus vives jalousies et les plus violentes critiques. En peu de temps, l'ordre est devenu puissant. Très puissant. Riche. Très riche.
    Mais tant de puissance et de richesses devaient à terme se retourner contre l'ordre même.
    Au terme d'une procédure de plusieurs années, chef-d'oeuvre de rouerie et de cynisme, en 1312, lors du concile de Vienne, le pape décrète la suppression de l'ordre. Deux années plus tard, en 1314, son dernier grand maître, Jacques de Molay, périt sur le bûcher à Paris sur ordre du roi de France.
    De cela, Maurice Druon a tiré une fresque passionnante, incroyablement romanesque, une fiction pleine d'invention.
    Mais qu'en est-il de la réalité?

  • Dans notre quotidien, les réseaux sociaux sont devenus incontournables. Formidables outils d'échanges, ils sont aussi le support de dérives souvent douloureuses, parfois dramatiques. Le cyberharcèlement, qui s'est récemment imposé au coeur de l'actualité, nous concerne toutes et tous. Mais parce que ce qui se passe sur Internet est le reflet de la société dans laquelle nous vivons, femmes et minorités apparaissent davantage ciblées par les insultes, menaces et invectives répétées en ligne.
    Mettre des mots sur cette violence, c'est tout l'objet de ce livre. À travers les témoignages recueillis, nous souhaitons faire une place à la parole des victimes - qui existe depuis longtemps mais a tardé à être réellement entendue - et affirmer, une bonne fois pour toutes, que oui, le cyberharcèlement est un fait grave qui peut avoir des conséquences bien réelles.
    Est-il réaliste de penser que le cyberharcèlement pourra un jour être éradiqué ? Ou bien est-ce la société dans son ensemble et les logiques qui la traversent qui pourraient avoir besoin d'un reset complet en matière de violences et de rejet des minorités ?

  • Derrière les dangers mortels que représentèrent, lors de la dernière guerre, les meutes des sous-marins allemands écumant les mers pour intercepter et tenter d'anéantir le trafic maritime allié à destination de l'Angleterre, se profile l'inflexible silhouette de leur chef suprême Karl Dönitz, grand ordonnateur de la Bataille de l'Atlantique, aussi redouté de ses adversaires qu'adulé de ses hommes qui le surnommaient « Le Lion ». Combattant fanatique, patriote jusqu'à l'aveuglement, ce fut lui que Hitler désigna pour lui succéder à la tête de l'Allemagne en déroute. Condamné pour crimes de guerre au procès de Nuremberg, mais toujours révéré par l'immense majorité de ses anciens marins, Karl Dönitz demeure, plusieurs années après sa mort, une figure hautement ambiguë et controversée. Alors quel homme fut-il exactement ? Quels furent sa place et son rôle réels dans le tragique déroulement du dernier conflit mondial ?Fondée sur des archives inédites de la Kriegsmarine, cette biographie, la première à lui être consacrée, ne laisse rien dans l'ombre. Elle apporte notamment, de manière exhaustive, nombre d'informations révélatrices tant sur la guerre des U-Boote que sur la tactique et le comportement de leur chef implacable, détruisant par là bien des idées reçues.

  • O oeil pour oeil, dent pour dent.o Alea jacta est.o Aimez-vous les uns les autres.o Plutôt tête bien faite que bien pleine.o Et pourtant, elle tourne.o Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit.o Enrichissez-vous.o Prolétaires de tous les pays, unissez-vous_!o Du sang, de la sueur et des larmes.o Je vous ai compris !o On ne naît pas femme, on le devient.o Indignez-vous !On croit tout savoir sur ces petites phrases devenues mythiques. Il n'en est rien. Comment sont-elles nées ? Dans quel contexte ? Qui étaient ceux qui les ont incarnées ? Comment se sont-elles incrustées aussi fortement dans l'Histoire ? Bien des surprises surgissent dans ce livre passionnant.

  • L'ascension politique et sociale des Médicis est l'une des plus formidables de l'Histoire. Après avoir pratiqué le simple métier d'usurier sur les marchés de Florence, ils formèrent la famille la plus puissante d'Italie et s'illustrèrent notamment à travers sept grands-ducs, trois papes, deux reines de France et de nombreux cardinaux. Impliqués dans tous les grands événements de leur temps, en outre artistes, poètes, inventeurs, bâtisseurs, ils furent aussi des mécènes autour desquels gravitèrent Politien, Pic de la Mirandole, Michel- Ange, Raphaël, Botticelli, Léonard de Vinci, Galilée, ou encore Haendel et Scarlatti. Enfin, collectionneurs éclairés, ils rassemblèrent pendant trois siècles les plus belles oeuvres d'art venues du monde entier et exposées aujourd'hui dans les musées de Florence. Henri Pigaillem brosse un panorama complet de cette glorieuse dynastie, de la révolte des Ciompi en 1378 à la conspiration des Pazzi, du sac de Rome au schisme anglican, du concordat de Bologne à la chute de Florence, du premier grand-duc Cosme Ier à la dernière représentante de la famille, Anne-Marie-Louise, disparue en 1743.

  • De la Neva la Sibrie, dans les neiges et le froid, sur des milliers de verstes, la Russie se droule l'infini. cette immensit, il fallut un matre : l'une des plus fabuleuses dynasties de tous les temps, les Romanov. Si leur nom remonte une famille de boyards tablie en Russie au XIVe sicle, c'est au mois de juillet 1613 que le premier des leurs - un jeune garon de seize ans - ceint la couronne. Mikhal Fodorovitch Romanov prend la tte d'un tat embryonnaire. Durant un peu plus de trois sicles, ses successeurs vont s'imposer comme l'incarnation de la Russie ternelle. Au cours d'une pope tisse d'amour et de haine, de trahisons, de crimes, teinte de splendeurs et de solennit, les Romanov vont connatre vingt tsars. Des gants comme Pierre le Grand, l'autoritaire, le btisseur de Saint- Ptersbourg ; Catherine II, l'ambitieuse, la stratge, l'indomptable, l'amie de Diderot et de Voltaire, l'amante insatiable. Au fil des pages, on y dcouvre aussi le gnial Alexandre Ier, ardent dfenseur de son peuple ; Alexandre II, le visionnaire ; des femmes cruelles comme lisabeth et Anne ; et mme un fou, Paul Ier. Sans compter le dernier souverain, Nicolas II, le tsar martyr, que la rvolution d'octobre 1917 conduit la mort. travers ces destins souvent inous, Bertrand Deckers s'immerge dans les splendeurs d'une Russie oublie et, d'une plume nerveuse, vibrante de passions, redonne vie aux grands noms d'une dynastie complexe et combien fascinante.

  • En trois millénaires, l'Égypte pharaonique n'a été gouvernée que quatre fois par une reine ayant officiellement adopté les attributs d'un monarque à part entière. Mais bien plus nombreuses furent celles qui, régentes pendant la minorité d'un roi, dirigèrent de ce fait l'État, parfois pendant plus d'une dizaine d'années. D'autres encore eurent une influence de tout premier plan à travers leur époux, et s'investirent dans les affaires du pays en jouant à ses côtés un rôle à la fois politique et religieux. Cet ouvrage rassemble douze portraits de reines dont les traits nous ont été transmis par de nombreux monuments. Les plus célèbres ? Hatchepsout, Tiyi, Néfertiti, Néfertari ? en côtoient de moins connues, mais toutes ont marqué leur temps, qu'elles aient par leur présence garanti la continuité de l'État, ou, au contraire, menacé sa stabilité par des intrigues de cour. En relatant ces douze destins hors du commun, Pierre Tallet nous fait revivre de grands moments de l'histoire égyptienne, de ses origines à la fin du Nouvel Empire.

  • Quelle place, dans la Gaule du Ve siècle finissant, une princesse pouvait-elle tenir ? Aucune, en principe, dans un univers entièrement dominé par la violence et la sauvagerie des hommes... Lorsque, à vingt ans, Clotilde, princesse burgonde et catholique, épargnée dans son enfance lors de l'assassinat de ses parents, accepte d'épouser le jeune roi païen des Francs, Clovis, elle est destinée à devenir le pion docile d'une vaste stratégie diplomatique où des souverains barbares ambitionnent de se tailler des royaumes. Mais elle refuse de jouer ce rôle. Restée fidèle au catholicisme, elle devient l'alliée de l'Église et conduit, malgré les épreuves, son époux à la foi de Rome, décidant ainsi du destin de la France. Veuve à trente-cinq ans, elle est confrontée aux haines, rivalités et meurtres qui minent sa famille. Elle se retire dans un monastère de Tours où elle finit sa vie, en 545, dépouillée de toute vanité terrestre.

  • Entre soie, dentelles, baleines et lacets, cet instrument de torture ou de plaisir que fut le corset a réellement marqué toutes les époques.
    C´est assurément davantage en dénouant son corset qu´en affichant son long nez que Cléopâtre a tenté de changer la face du monde. C´est autour du corset d´Isabeau de Bavière que se sont ourdies les grandes trahisons de la guerre de Cent Ans. Celui d´Agnès Sorel ? En le voyant si plein, si soyeux, Charles VII l´Indolent ne songeait plus qu´à devenir Charles le Victorieux...
    Noir pour la Maintenon, rouge pour Marie-Antoinette, pincé pour l´impératrice Eugénie, troué de balles pour Mata Hari ou bien clos pour Marthe Richard, ce sont, au total douze corsets pour douze femmes dont les ambitions, les rêves, les passions et les secrets d´alcôve ont bouleversé bien des existences, influencé la politique et changé l´Histoire.

  • Dans l'histoire de la France, les femmes, et avant tout les reines, ont souvent régné sur le coeur et l'esprit de leur peuple, bien qu'elles n'aient pas toujours.
    Exercé le pouvoir. Pendant quinze siècles, certaines ont joué un rôle prépondérant en se montrant plus lucides, plus préoccupées du bonheur de leurs sujets, sinon plus attentives au rayonnement de la monarchie. Si les rois ont fait la France, on peut dire que les reines l'ont sans doute aimée davantage. Héritière des Médicis, belle-fille de François II, épouse d'Henri H, mère de François II, de Charles IX et d'Henri III, elle tient pendant trente ans la barre de l'État, dont quatorze de pouvoir absolu.
    Confrontée à huit guerres de religion, aux luttes des Guise et des Bourbons pour s'arroger le pouvoir, aux interventions de l'Espagne et de l'Angleterre, elle se bat avec un courage admirable contre tous les facteurs de désintégration. Mais, on ne peut laisser dans l'ombre ses fautes - dont la Saint-Barthélemy au premier rang - ni ses erreurs politiques, sa méconnaissance des thèses économiques des premiers mercantilistes, ses dépenses inconsidérées et ses guerres.
    Jean-Pierre Poirier signe ici une biographie magistrale qui remet en lumière la grandeur et les lacunes d'une reine hors pair.

  • Écrire sur les Goldman? Aucun problème. D'ailleurs, un ouvrage sur les frères, ça n'a jamais été fait.
    Il n'était pas question de sortir Jean-Jacques de sa retraite ou de révéler à ceux qui l'ignorent que Pierre a été assassiné. Il s'agit de leur rendre hommage, tout simplement. Brosser leur portrait à travers leurs convictions, talents et inquiétudes.

    L'ouvrage que vous tenez entre les mains traite du goût de ces célèbres frères pour les mots. Les beaux, les féroces aussi. Il parle de leur complexe relation à la mort et plus encore au judaïsme. Il énonce leurs opinions politiques, raconte leur difficile concubinage avec la notoriété, renseigne sur leur famille. Il fait aussi la part belle à ce don qu'on appelle l'humour et dont ils sont assurément dotés.
    Dans ce livre, vous trouverez des prises de positions que vous ignoriez sans doute, des interviews que vous n'aviez pas lues ou vues, mais ce que vous verrez surtout dans ces pages, c'est le génie de ces frères. Indiscutable.

  • La reine de France Anne de Kiev est une ombre de l'Histoire sur laquelle il est bien difficile de jeter quelque lumière ! Mariée en 1051 à Henri Ier, petit-fils de Hugues Capet, elle n'a laissé aucune trace dans les chroniques slaves et n'apparaît qu'en filigrane dans les archives françaises. Elle est pourtant l'ancêtre de presque tous les princes d'Europe et de nombre de célébrités, de Bernadette Chirac à Céline Dion ! C'est grâce à elle que Philippe est devenu un prénom royal, porté aujourd'hui par les souverains belge et espagnol comme par le mari d'Élisabeth II d'Angleterre.
    À une époque où l'Ukraine, confrontée au grand voisin russe, s'interroge sur son identité, la personnalité de la reine Anne acquiert un relief nouveau. Philippe Delorme s'emploie à le révéler, dans un récit qui, pour être rigoureusement historique, n'en prend pas moins les allures d'une épopée.

  • Autant le débarquement en Normandie du 6 juin 1944 reste dans toutes les mémoires, autant celui de Provence, commencé le 15 août 1944, demeure méconnu. Jusqu'au 12 septembre, neuf cent mille hommes, cent soixantedix mille véhicules et quatre millions de tonnes de matériel et d'approvisionnements débarquèrent sur la côte méditerranéenne pour contribuer à la libération du territoire national et à la victoire finale. Au coeur de l'action, la célèbre 1ère armée française du général de Lattre de Tassigny, qui représentait massivement la France combattante. Elle était composée, dans sa très grande majorité, par des unités de l'armée d'Afrique qu'avaient préservées les généraux Weygand et Juin. Équipées de façon américaine selon les accords d'Anfa en 1943, ces troupes qui venaient de s'illustrer dans les campagnes de Tunisie et d'Italie refoulèrent peu à peu l'ennemi par une série de combats éclatants. Ce sont ces hauts faits d'armes que retrace magistralement ici l'historien Pierre Dufour.

    Couverture: Troupes alliées devant le fort Saint-Jean à Marseille, août 1944 © Rue des Archives / Tal ? Véhicule amphibie de la Marine Américaine sur les plages françaises, août 1944 © Rue des Archives / Tal

  • De quoi sont-ils vraiment morts... ou de quelles maladies souffraient-ils ? La médecine fait sans cesse des progrès. Désormais, au vu des documents dont on dispose (rapports d'autopsie, témoignages, tests ADN, etc.), il est possible de remettre fondamentalement en cause les diagnostics qu'établirent les médecins d'alors sur la mort de grands personnages. Le docteur Jacques Deblauwe s'est ainsi penché sur près d'une trentaine de cas. Et ses découvertes sont saisissantes : saint Louis n'est pas mort de la peste ni François Ier de la syphilis, comme on l'a toujours dit. L'auteur enrichit aussi nos connaissances : il analyse le genre de folie dont souffrit Charles VI et les causes de l'impuissance de Philippe Auguste. Autre découverte : ce fut un infarctus du myocarde qui emporta Charles V en 1380. En se mettant au chevet de l'Histoire, Jacques Deblauwe rouvre ainsi de célèbres dossiers et bouleverse bien des idées acquises.

    Couverture : Hyacinthe Rigaud, Portrait en pied de Louis XIV (détail), huile sur toile, 1702, Château de Versailles © Photo Josse / Leemage. Portrait de Franck Ferrand par David Ignaszewski / Koboy © Flammarion

empty