Littérature générale

  • Un roman de foi, de courage et de fraternité. Un hommage rendu à un sous-officier cambodgien qui, pour être resté fidèle, est mort sous la pioche des Khmers rouges, ses frères.

  • CONVOI 42 » est l'histoire d'un groupe de soldats de Diên Biên Phu, capturés le 7 mai 1954, rassemblés en brousse avant d'entreprendre la longue marche qui les mènera, 700 kilomètres au nord, dans le camp « de rééducation par le travail et le repentir ». Il y a « Jo » Allenic, le saint ; Mallier, fragile et dévoué ; Phongue, l'Eurasien fidèle ; Margoz, le légionnaire vaguement anarchiste ; Azam, le gendarme solide ; Norris, l'irréductible. Et les autres, uniquement préoccupés de survivre, lâches ou courageux, la plupart terrorisés à l'idée de la mort. Mais la mort est à la fête. Sur les 400 prisonniers que comporte à son départ le « Convoi 42 », 83 vont disparaître au cours de la longue marche. 250 reposent, à jamais, dans les fondrières de l'effroyable camp « 42 ». Moins de 70 recouvreront la liberté. Quelques témoignages ont été déjà publiés sur les « Camps de l'enfer vert ». Peu d'entre eux ont rendu compte de l'essentiel : la lente dégradation des corps, mais surtout cette transformation morale où la haine des autres, le mépris de soi-même sont autant d'étapes vers le désespoir absolu. Un point de non-retour dont on ne guérit jamais tout à fait. « Jusqu'où peut-on accepter la déchéance pour survivre ? » demandait « Jo ». Lui seul connaît la réponse. On n'invente pas l'horreur ; dans « CONVOI 42 », tout est vrai. Sauf les noms ; les survivants les reconnaîtront. C'est à eux qu'Erwan Bergot a voulu dédier ce récit.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Orphelins, Clémentine et Valentin ont été placés dans une famille de fermiers dans le sud de la France. Exploités, traités durement, ils n'ont comme soutien que la tendresse de leur mère adoptive. Mais le jour où elle meurt, les deux enfants réalisent qu'ils vont être seuls au milieu de l'enfer et décident de s'enfuir. Main dans la main, ils partent pour la colline des contrebandiers connue pour ses grottes mystérieuses et ses chemins secrets. Aidés par un berger et un instituteur qui les protègent, ils passeront dix années cachés dans un univers de pureté où ils découvriront la liberté et l'amour. Dans un roman qui sent bon la Provence, l'auteur nous emporte dans la fabuleuse aventure de deux enfants qui, face à une humanité qu'ils refusent, ont choisi la nature comme refuge.

  • Orphelins, Clémentine et Valentin ont été placés dans une famille de fermiers dans le sud de la France. Exploités, traités durement, ils n'ont comme soutien que la tendresse de leur mère adoptive. Mais le jour où elle meurt, les deux enfants réalisent qu'ils vont être seuls au milieu de l'enfer et décident de s'enfuir. Main dans la main, ils partent pour la colline des contrebandiers connue pour ses grottes mystérieuses et ses chemins secrets. Aidés par un berger et un instituteur qui les protègent, ils passeront dix années cachés dans un univers de pureté où ils découvriront la liberté et l'amour. Dans un roman qui sent bon la Provence, l'auteur nous emporte dans la fabuleuse aventure de deux enfants qui, face à une humanité qu'ils refusent, ont choisi la nature comme refuge.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Je peux vous procurer le Plan Vironov sur un plateau, en échange simplement du droit d'asile et d'un peu de protection. Si vous refusez, c'est que vous êtes complètement fou. Un silence épais tombe dans la pièce. Moi-même, je retiens ma respiration. Le Plan Vironov... Je me tâte un instant pour savoir si l'autre ne se fout pas de nous. Même si c'est le cas, il va certainement réussir à nous intéresser, le Plan Vironov n'étant rien moins que l'ordre de bataille que les Russes adopteraient en cas de conflit. C'est le genre de truc un peu légendaire dont tout le monde connaît le nom, et que personne n'a jamais vu. Bien sûr, ce n'est légendaire que parce que c'est la chose la plus précieusement gardée qui soit.

  • Posséder des sous-marins atomiques capables de naviguer en plongée pendant trois mois, c'est bien. Mais il faut pouvoir, en cas de conflit, transmettre à ces sous-marins en opérations les ordres de l'Amirauté. Récemment des expériences extraordinaires de télépathie ont été tentées et réussies. Elles permettaient à un homme de donner à un autre homme, à bord du sous-marin en plongée sous le Pôle Nord, des ordres que celui-ci recevait et faisait exécuter. Le problème reste la possession des deux individus capables « d'émettre » et de « recevoir ». Un sage égyptien particulièrement renommé pour sa puissance télépathique est convoité à la fois par les Russes et par les Américains. C'est sur ce sujet étonnant que Yaouanc a réalisé sans aucun doute son meilleur roman d'espionnage.

  • Jorg bondit par dessus la balustrade de bois sculpté : le plancher vibra et résonna sourdement sous son poids. L'homme qui lisait se redressa d'un brusque mouvement et fouilla dans sa veste. Jorg, en une fraction de seconde, enregistra l'image de son crâne chauve et de son regard incrédule qui s'affolait. Il le saisit à bras le corps, l'empêchant de saisir son arme, et lui enfonça sa lame sous les côtes. L'homme poussa un cri. Jorg le lâcha. Il trébucha, ses mains se crispèrent sur le manche du poignard... Puis il s'effondra sur le côté comme une masse.

  • - Il s'agit de faire rentrer en France un homme qui vit à l'étranger. Un homme âgé, malade. Je prends l'air le plus stupide. Nous voilà au fait. - Il ne peut pas prendre l'avion ? - Non. Les autorités locales s'opposent à son départ. Quant aux autorités françaises, elles sont impuissantes à lui faire délivrer le visa indispensable. Ceci pour vous dire qu'il ne s'agit nullement d'un acte antifrançais. Vous ne serez pas seul pour remplir cette... cette mission. Il y aura, bien entendu, quelques risques. Mais aussi deux millions pour vous. Vous disposerez d'un passeport régulier et d'argent. A vous de réfléchir.

  • Je me préparais à descendre vous demander une audience, amiral, fit sérieusement Hersault. - Je n'en doute pas Lalouette posa l'extrémité des doigts de sa main gauche sur l'extrémité des doigts de sa main droite et leva sur ses deux officiers d'admirables yeux bleus. - J'aimerais savoir de quoi il s'agit, fit-il doucement. Il se leva et posa devant son chef un dessin, une épure qui montrait le côté, l'élévation et la coupe d'un appareil étrange. - Je crois qu'il s'agit de quelque chose comme cela. Hersault s'assit sur le bras d'un fauteuil et se pencha vers la table. Pour une fois, son ton ne contenait aucune moquerie, aucune légèreté. Imaginez une sorte de lunik sous-marin, amiral. Imaginez un appareil qui évoluerait sous l'eau par sa propre impulsion, mais qui pourrait, de temps en temps, monter à la surface, un appareil qui possèderait des instruments de détection, une mémoire électronique et un poste récepteur-émetteur de radio. Cet appareil parcourt le fond des océans, s'approche des installations portuaires, suit à la trace les escadres. Il récolte et il emmagasine les renseignements. Puis il les apporte ou les transmet à qui de droit. Qu'en pensez-vous ?

  • Un tas de jolies femmes essayent de tuer H, mais H est décidé à ne pas se laisser faire et se trouve aux prises avec l'extraordinaire histoire d'un réseau d'espionnage découvert en Turquie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un vaste bureau moderne, très lumineux, luxueux. Le colonel commandant le Service s'entretient avec le général chargé de mission Inter-Armes auprès du gouvernement. - C'est toujours un avantage, dit le colonel, de perturber les Services de Renseignements d'en face... De plus, la découverte de ce document par nos adversaires les amènera à réviser leurs positions, et cela nous fera gagner du temps pour l'établissement d'une véritable réorganisation. Vous savez que l'île est un foyer d'agitation à destination des pays d'Afrique...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Je peux vous procurer le Plan Vironov sur un plateau, en échange simplement du droit d'asile et d'un peu de protection. Si vous refusez, c'est que vous êtes complètement fou. Un silence épais tombe dans la pièce. Moi-même, je retiens ma respiration. Le Plan Vironov... Je me tâte un instant pour savoir si l'autre ne se fout pas de nous. Même si c'est le cas, il va certainement réussir à nous intéresser, le Plan Vironov n'étant rien moins que l'ordre de bataille que les Russes adopteraient en cas de conflit. C'est le genre de truc un peu légendaire dont tout le monde connaît le nom, et que personne n'a jamais vu. Bien sûr, ce n'est légendaire que parce que c'est la chose la plus précieusement gardée qui soit.

  • Posséder des sous-marins atomiques capables de naviguer en plongée pendant trois mois, c'est bien. Mais il faut pouvoir, en cas de conflit, transmettre à ces sous-marins en opérations les ordres de l'Amirauté. Récemment des expériences extraordinaires de télépathie ont été tentées et réussies. Elles permettaient à un homme de donner à un autre homme, à bord du sous-marin en plongée sous le Pôle Nord, des ordres que celui-ci recevait et faisait exécuter. Le problème reste la possession des deux individus capables « d'émettre » et de « recevoir ». Un sage égyptien particulièrement renommé pour sa puissance télépathique est convoité à la fois par les Russes et par les Américains. C'est sur ce sujet étonnant que Yaouanc a réalisé sans aucun doute son meilleur roman d'espionnage.

  • Jorg bondit par dessus la balustrade de bois sculpté : le plancher vibra et résonna sourdement sous son poids. L'homme qui lisait se redressa d'un brusque mouvement et fouilla dans sa veste. Jorg, en une fraction de seconde, enregistra l'image de son crâne chauve et de son regard incrédule qui s'affolait. Il le saisit à bras le corps, l'empêchant de saisir son arme, et lui enfonça sa lame sous les côtes. L'homme poussa un cri. Jorg le lâcha. Il trébucha, ses mains se crispèrent sur le manche du poignard... Puis il s'effondra sur le côté comme une masse.

  • - Il s'agit de faire rentrer en France un homme qui vit à l'étranger. Un homme âgé, malade. Je prends l'air le plus stupide. Nous voilà au fait. - Il ne peut pas prendre l'avion ? - Non. Les autorités locales s'opposent à son départ. Quant aux autorités françaises, elles sont impuissantes à lui faire délivrer le visa indispensable. Ceci pour vous dire qu'il ne s'agit nullement d'un acte antifrançais. Vous ne serez pas seul pour remplir cette... cette mission. Il y aura, bien entendu, quelques risques. Mais aussi deux millions pour vous. Vous disposerez d'un passeport régulier et d'argent. A vous de réfléchir.

  • Régis arriva à Saigon avec l'avion du matin. Son sourire était sans chaleur et son visage était dur. Il ne semblait pas porter d'arme sur lui, pourtant il laçait sur son mollet gauche un poignard à lame droite et triangulaire. Il connaissait bien Saigon et savait que l'occasion de s'en servir ne lui ferait pas défaut.

  • Il regarda les fusées, les moteurs, toutes pièces secrètes. L'aigle allemand, noir et orgueilleux, était frappé par endroits. - Extraordinaire, reprit-il. Mais ils sont même en avance sur beaucoup de points à ce que je croyais. Qu'allez-vous faire de tout cela ? - Les documents seront donnés à Bauër. Tranquillisez-vous. - Mais pourquoi ? interrogea encore Schwartz, à peine revenu de sa stupeur. Kapz répondit. Il vit ses lèvres bouger, mais n'entendit jamais sa réponse. Une douleur sourde lui fracassa le crâne. Il tomba, les mains en avant.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty