Littérature générale


  • De la Patrouille de France au Boeing 747

    De la lecture d'un premier livre à l'âge de sept ans naît une vocation pour le métier d'aviateur chez un petit garçon qui gardait les vaches chez ses grands-parents. Cette orientation sera confortée lors de l'adolescence par des visites d'expositions et des livres qui orienteront Christian ROGER vers une volonté opiniâtre de devenir pilote de chasse.
    La réussite au concours de l'École de l'Air permettra au jeune homme de vivre sa vocation pour un métier où il sera pilote de chasse supersonique à vingt-trois ans et où il participera à la guerre d'Algérie. Sa passion pour la voltige le fera remarquer par le Chef d'État-Major de l'Armée de l'Air qui le nommera Leader de la Patrouille de France.
    Plus intéressé par le pilotage des avions que par les tâches d'État-Major, Christian ROGER quittera l'Armée de l'Air assez tôt, pour mener une carrière de pilote de ligne à Air France. Il jouera un rôle déterminant dans l'évolution de cette profession, tant sur le plan technique que social, en s'appuyant sur le puissant moyen d'action du Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL), dont il fut une figure marquante au long de près de trente années.
    Ce livre relate comment a été vécue cette carrière, avec des situations comiques ou tragiques qui retracent de façon vivante ce parcours qui est le rêve de tant d'enfants.

  • Na primeira história "A dor do amor" falo sobre uma jovem cantora que se refugiava na música para esquecer a solidão. Depois de conhecer alguém, sofre uma decepção amorosa prepositada pelo seu melhor amigo.
    Na segunda história "O sósia" quebro a froteira e uno as duas ilhas irmãs com um lindo romance entre um casal santomense das duas ilhas.
    Na terceira história "Almas sensíveis" falo de uma menina tratada como uma princesinha pelos pais, ignorando a dura realidade da vida de outras crianças. Desde pequena tinha um enorme coração e gostaria que todas as crianças fossem tratadas de igual forma.
    Na quarta história "O olhar do amor" falo sobre um casal de apaixonados que tiveram de quebrar preconceito familiar que se vinha perdurando há gerações, para selarem a união.
    Na quinta e última história "Achei-te, mas não eras minha" falo sobre dois irmãos que enfrentaram uma disputa amorosa. Os dois preferiram savalguardar a fraternidade, deixando o coração partido.
    Em suma são todas histórias de amor vivenciadas diferentemente dependendo da percepção que cada um tem sobre regras sociais. Por isso, existem muitas almas gêmeas "falsas", por causa da incompreensão do amor.
    Moral do livro : O que queremos para nós pode não dar certo para o outro. Portanto, dar conselho é bom mas impor os hábitos ou certas regras é uma anomalia.

  • Julien vit au Maroc. Chaque année, dès que l'hiver pointe son nez, il tente de convaincre son père de lui rendre visite. Il sait que ce dernier souffre de cet interminable hiver québécois. Mais le Père refuse obstinément. Car il a peur... Pourtant cette année-là, le Père se laisse convaincre et s'embarque ainsi dans une aventure hallucinante dont il ne sortira pas indemne. Car son fils n'est pas à l'aéroport d'Agadir comme il l'a promis. C'est Abdoul qui l'attend. L'un des membres du commando qui a procédé quelques jours plutôt à l'enlèvement de Julien... Le Père va bientôt faire la connaissance de Sana qui dirige ce petit groupe de révolutionnaires maghrébins. C'est elle qui va mettre le Père « au parfum » et lui expliquer ce qu'elle attend de lui. Le but que poursuivent Sana et ses comparses ? L'assassinat du roi Hassan II qui doit bientôt faire une visite officielle dans la région d'Agadir.

  • Nous naissons tous médium.
    Pourtant, la plupart d'entre nous laisseront des voiles occulter peu à peu ce don, jusqu'à le faire disparaître de leur vie.
    Mais pour celles et ceux qui acceptent la mission que le Ciel leur confie, la médiumnité se révèle un outil précieux pour guider ceux qui en ont besoin, afin que leur parcours ici-bas soit le plus harmonieux possible. Passé, présent, futur... les maux ni les mots ne connaissent les frontières, et ils franchissent parfois les limites de l'espace-temps, résonnant ainsi sur plusieurs générations.
    Grâce à son don, Nathalie Internicola aide des personnes se heurtant à des écueils sur leur chemin de vie à comprendre et agir sur l'origine des difficultés qui entravent leur destinée. Les témoignages qu'elle reçoit à la suite de sa guidance n'expriment d'ailleurs que reconnaissance et amour...

  • J'ai aimé trois hommes passionnément, trois hommes aussi différents que complexes, trois hommes qui ont profondément impacté ma vie.
    Tout au long de mon parcours, j'ai suivi mon intuition, mes rêves et mes visions, qui se sont toujours réalisés tôt ou tard. Ces prémonitions ont fortement influencé et dirigé ma perception et ma sensibilité.
    C'est à coeur ouvert que je me dévoile dans ce récit, témoignage d'une destinée hors du commun.

  • Difficile d´avoir du succès dans les salons littéraires si l´on ne produit pas régional !


    Partant de cette évidence, Sigismond Beauregard décide pour se faire connaître, et parce qu´il est lorrain, d´écrire un roman où une bergamote devient l´arme du crime.


    Avec beaucoup d´humour et une dose d´autodérision, Lucette Simon-Boulanger nous fait partager les affres d´un écrivain qui n´est pas le seul maître de son histoire et s´en révolte.


    Qui de l´auteur ou du personnage est le double de l´autre et dans quel monde ?

  • Anche se il titolo di questo libro possa apparire un po' provocatore, il proposito del suo contenuto si trova in realtà nelle dualità dell'esistenza umana : Dualità stabili fra il bene e il male, l'ombra e la luce, la spiritualità e l'ateismo.

  • Biographie comparative de Claude Bernard et Louis Pasteur.


    Louis Pasteur : un savant glorieux pour la découverte du vaccin contre la rage.


    Claude Bernard : un illustre inconnu qui a martyrisé les animaux.

    C'est souvent la réponse aux questions posées au sujet de ces deux colosses de la science du XIXème siècle.
    Ce livre rétablit la vérité historique en expliquant que Louis Pasteur, vitaliste, n'a pu être le concepteur de ce vaccin puisqu'il n'a pas compris qu'une immunité puisse naître d'un germe chauffé et tué, suivant les découvertes des deux vétérinaires Henri Toussaint et Victor Galtier.
    Le vaccin antirabique est en effet à base d'un virus tué et stabilisé. Quant à Claude Bernard, c'est grâce à l'expérimentation animale qu'il a pu expliquer le fonctionnement de nos systèmes digestifs et circulatoires.
    Ce livre nuance donc les louanges excessives attribuées à Pasteur en redonnant à Bernard la place que la physiologie lui doit. Aujourd'hui, on garde l'image d'un Pasteur sauveur de l'humanité, qui guérit, en face d'un Bernard bourreau qui tue !
    Ce livre donne les preuves que l'histoire des sciences a parfois été la victime de la légende.

  • Amour inconditionnel, pour une femme, pour un fils... ces poèmes proclament le désir de prolonger la vie au travers de l'amour sous ses multiples formes.
    Ils sont une invitation à restaurer notre vision du monde à la faveur d'un voyage intérieur.
    Ils sont une réponse à l'appel des cieux occultés par le halo urbain, comme la jeune pousse en quête de lumière se fraie un chemin de vie dans les fissures de l'asphalte.

  • Princes obscurs de la Terre, la violence, les larmes et la mort continuaient à régner dans les nations du Sud du Levant. Les habitants de ces pays en guerre devenaient les proies des conflits et de la guerre. Brutalité et malaise de vivre instillent chez certains un désir d'une autre vie, une réalité et une vérité plus céleste ; s'échapper et voyager dans l'espace. Les métamorphoses prédites par la Tradition.
    Isrà serait-elle une autiste, la petite fille qui détient le « Pouvoir des Clefs », celui de dissiper le corps et faire éclore l'Esprit ? L'Être pur mentionné dans la prophétie annoncée par Soun l'ermite égyptien et décrit dans le Livre des Secrets de Attar ? L'Être qui s'affranchit du Temps et de l'Espace au moment de la pleine lune ?
    Au même moment, dans le Centre de Recherches en Astronomie d'Alger, deux astronomes à l'écoute des bruits du ciel vont décrypter de bien étranges phénomènes, des "quasi-pulsars" en provenance de la constellation du Vautour et qui leur livreront de troublantes informations.

    Préface : Marc Türler, Astrophysicien. Genève.
    Photo de couverture : peinture de Nataliya Kartseva, Voronezh, Russie.

  • Le livre « sur la route du bon berger » s'adresse à un très large public. Conçu au départ comme un beau conte d'enfants, cet ouvrage vous ouvrira finalement les yeux sur le monde actuel et vous fera réagir au plus profond de vous-même.

    L'être humain est en perte de repères, il se cherche et se questionne beaucoup, sans trouver les bonnes réponses à ses attentes. La société moderne a perdu ses réelles valeurs et la base essentielle de son fonctionnement. Il n'y a plus de fondation, c'est pour cela que l'Homme est bloqué et ne parvient plus à avancer sur le chemin de la vie. Pour preuve, la tendance à la couleur noire progresse vertigineusement : idées noires, vêtements noirs, etc...
    Sans un réel sursaut, tout s'écroulera comme un château de cartes. Dans ce recueil, accompagné de paraboles et illustré de dessins, vous obtiendrez et découvrirez des réponses, des solutions et un véritable sens à votre vie.
    L'éclairage ainsi obtenu à travers la lecture et découverte de ce véritable guide universel, bénéficiera à votre bien-être et à votre sérénité. Votre santé morale et physique s'en trouveront forcément au beau fixe.

  • Couleur locale

    Mehmet Lapoul

    Dans un pays imaginaire, après la découverte d´une tête dans les faubourgs d´un port coincé entre mer et désert, constitué d´éléments mémorisés à Dakar, à Papeete, à Abidjan, à Nice et à Marseille, l´inspecteur et son adjoint s´efforcent de suivre les fils fragiles dont ils disposent.
    Cette tête sans corps, obsédante, n´est pas sans infecter bientôt la leur et la vie des proches, voire ce livre lui-même.
    Leurs couples s´en ressentent...
    Plus de quatre ans ont passé. L´inspecteur a pris sa retraite et l´adjoint monte en grade. Après qu´ils se soient rencontrés par hasard, les choses se précipitent : une seconde tête tombe.
    On envoie un spécialiste chargé de régler la question.


    Débuté en 2007, révisé en 2013, Couleur locale s´attache au thème de prédilection de l´écrivain : l´identité, cette fois-ci sous la forme d´un roman noir exotique.

    Mehmet Lapoul est sur Facebook.

  • Cantine

    Mehmet Lapoul

    Je me rappelle très bien de Granpère.
    La dernière fois que je l´ai vu il était monté en coup de vent (« en coud´vent » comme il disait) traiter un genre de questions dont il ne me livra pas le détail avec des gens du gouvernement ; de ces grands et graves commis de l´État qui ne se déplaçaient pas aussi facilement que les flibustiers policés avec lesquels il avait ses habitudes (tout ce noyau hétéroclite de relations, de connaissances et d´amis qui frétillaient dans ses alentours, toute cette... bigarrure, dont il a su forcer le respect en les tenant à sa pogne par des deals juteux qui les rendaient tout miel).
    Mais d´ailleurs, c´était du flan, car si ces gens du ministère ne daignaient pas le visiter à la ferme dans un tout premier temps (parce qu´après c´était autre chose, ils étaient tout le temps pendus à ses basques), vraisemblablement pour sauvegarder les apparences d´une hiérarchie subtile, préserver une dignité spécieuse précieuse à des interlocuteurs mandatés soucieux de préserver leur différence par une distinction qui les établirait à leurs propres yeux pour un petit peu plus que des salariés, c´était de Granpère dont les ministres avaient besoin, et non lui d´eux.

    Cantine est un paysage, ou peut-être une peinture : une image élégiaque assez noire, un collage émaillé de figures et de noms, de pastiches, de citations, d´emprunts et de renvois.
    Évoquant les mille et un petits "faits" de cette campagne imaginaire, esquissant des figures, et entres autres un portrait de Granpère dont l´appât du gain et l´ultralibéralisme ne sont pas sans s´unir idéalement à l´avarice archaïque et séculaire du "paysan", le narrateur contaminé entre dans la danse, au risque d´y perdre la vie au cours d´un rétrécissement drastique du temps (« Les murs bleuissent et la nuit vient. »).
    Par fragments et périodes, entre dialogues, monologues et descriptions, de Granpère en Toto, de Mirette à Quoiqui, c´est une sarabande paradoxale, lente, qui se déploie et se répète, avant de se refermer à la façon d´un éventail, d´un coup.

    J´ai voulu me saisir de certains registres de la langue, entre le subjonctif et le vernaculaire, l´officiel et sa déformation, le propre et le vulgaire, et en les réunissant manifester autant ce qui les sépare que ce qui les rapproche, sur cette base extravagante d´une histoire à dormir debout. Ceci parce que ce ne sont pas les faits qui importent et constituent la chair du monde, la réalité à nos yeux, mais la manière de les raconter ; attendu que l´horizon du monde repose pour nous essentiellement sur les mots.


    Du même auteur en ebook : "Couleur locale" Mehmet Lapoul est sur Facebook

  • Louis

    Mehmet Lapoul

    Partis à la recherche du père et de l´époux réclamant leur présence, la mère, le fils et le chat prennent la route vers le Nord. Louis raconte les rencontres, la dégradation de la situation, le meurtre de sa mère. Seul, fugitif, il n´aura bientôt plus affaire qu´à lui-même, face à un paysage unique : un désert de mots.
    C´est ainsi, aujourd´hui et pour toujours, me dis-je à voix haute au saut du lit. Il y avait des pères et des mères, il n´y en a plus, c´est fini.
    J´ouvris la porte-fenêtre ; il était tôt, le jour se levait à peine, rosissait les montagnes basses au loin, quand, devant, proches à les toucher, les cyprès s´érigeaient contre un ciel idéalement plat, sombres volutes jaunies de pollen semblant autant s´y sertir que s´y découper, ornements tarabiscotés, baroques, et dont la gratuité faisait ressortir l´illusoire profondeur de celui-ci. D´ailleurs, me disais-je, qu´est donc le ciel, sinon cette toile immuable à la surface de laquelle s´inscrit un instant la vanité des événements ?
    L´image, plaisante, dotait d´un vernis de classicisme une aporie des plus banales et me faisait valoir plus que je ne valais, ce que j´avais très souvent tenté de faire sans jamais y parvenir, avant de parvenir à cette conclusion que la solitude était mon lot et mourir seul mon destin. Le mien parmi tous ceux de tous les autres... C´est amusant : on veut même posséder cela qui vous possède.
    L´air embaumait ; cet air vif d´un début de saison, porteur de toutes les promesses, rougeoyant déjà d´un embrasement contigu où tout serait calciné, sacrifié en deux semaines au plus à cet instant perdu aussitôt qu´atteint, à ce modèle inaccessible d´un renouveau à peine ébauché qu´abattu.
    Mais qu´est-ce que tu te racontes, me dis-je, dégrisé soudain. Reprends tes esprits et ne te laisse pas aller à la "beauté du monde", tu sais trop ce qu´elle cache : épines et poison ; tu n´es pas venu admirer ce paysage que tu connais de toujours et sur le bout des doigts, ni te reposer de tes fatigues de citadin tertiaire mais rendre un service à ta mère et par-là même, à toi. Donc, fais-moi le plaisir de laisser tomber ces fadaises. Échanger une vieille douleur sûre contre un ravissement fugitif, perdrais-tu la tête ?

    Du même auteur en ebook : "Couleur locale", "Cantine".

    Mehmet Lapoul est sur Facebook.

  • Ce roman est une satire ; or s'il n'est rien de plus sérieux qu'une satire, cela n'empêche pas de rire un peu.
    Le désir d'Insulte m'est venu à la lecture du livre d'un auteur américain à succès dont je ne me rappelle pas le nom (mauvaise conscience) malgré tous mes efforts. Le héros souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette arpente le pavé de Brooklyn en éjaculant fort mal à propos des propos [sic] qui ne lui apportent que désagréments dans ce milieu de la petite pègre où il s'agite.
    « Puis-je transposer ce concept sans faire de tort à cet écrivain respectable et me voir traîné devant les tribunaux pour plagiat manifeste ? » me demandais-je ; « et puis, quoi faire de ce tic, comment le transposer ? »
    Après deux ou trois ans de vague maturation, la chose exigea d'être couchée par écrit.
    - Ne vous inquiétez pas Madame Bellon, ne vous inquiétez pas, cela me ferait de la peine. Ce n'est rien. De temps à autre, figurez-vous... ce n'est rien, cela me prend parfois de dire un mot ou deux dans le vide. Ils ne sont adressés à personne en particulier voyez-vous... à personne je vous rassure. Ce sont... juste des mots qu'il m'arrive de prononcer à voix haute comme pour les essayer dans l'air vous voyez ? Pour savoir comment cela sonne, comment cela s'entend, les mots. Il ne faut pas faire attention, c'est un test, un test à tétons - à tâtons veux-je dire. Un test que je tente rarement, le plus rarement possible à vrai dire, afin de ne déranger personne, mais il arrive que malgré tous mes efforts, toute ma contention, un ou deux mots m'échappent, sans intention particulière, comme à un poète il faut dire à voix haute ses vers pour les comprendre, savoir s'ils chantent ou pas, vous comprenez ? Je vous prie de ne pas vous inquiéter, cela ne se reproduira plus, je vous assure, je ne tiens pas à vous faire perdre votre clientèle de tap - tapinois-tapis-persan ! vous aimez les tapis noirs ? Je vais de ce pas vous en acheter un beau pour me faire pardonner cette incartade, je me sentirai mieux, cela me fera plaisir. Cela vous plairait-il ? Je l'espère. Cela me redonnera le courage d'apparaître devant mes semblables sans mourir de la honte d'avoir dû... de la honte d'avoir dû un court instant m'écarter d'eux et leur donner à croire à mon insu qu'ils s'écartaient de moi, ce qui est un sentiment pénible lorsqu'on saperlipopute ! » « Pardonnez-moi, c'est une crise de mots, je me retire, j'ai tout lâché... Une bonne journée Magame, une bonne journée ! J'ai des médicamenteurs dans ma trousse, cela va passer tout de suite et mon cul dans ton cuuuuul, met ta main dans la mieeeeenne... ! »
    Vaincu par le parasite, je m'étais mis à vocaliser comme à l'opéra.

    Du même auteur en ebooks : Couleur locale, Cantine, LOUIS, Hébride Nouvelle, mour.
    Mehmet Lapoul est sur Facebook.

  • Mour

    Mehmet Lapoul

    À propos de chat, il y a ici une souris ; je l'entends qui fourrage sous le plancher chaque matin vers les cinq heures, furieusement, dans une agitation étrange et qui fait peu de cas de la discrétion tant c'est à croire qu'elle change ses meubles de place en poussant et tirant sans souci d'être entendue, identifiée, détruite. Durant le jour, ...

  • « Lorsque je rêve de la vie après la mort, l'action se passe toujours au Ritz à Paris », se plaisait à raconter Ernest Hemingway. Son attachement pour ce palace qu'il avait contribué à libérer en août 1944 n'était que l'un des nombreux signes de la passion qu'éprouva cet auteur pour la ville Il consacra deux titres à Paris : une partie de ...

  • Égypte, 17 novembre 1997. Un groupe terroriste de la Gama'a Al Islamiyya déclenche un attentat meurtrier au temple d'Hatshepsout. Lors du carnage, deux professeurs historiens font partie des tués.
    Un service d'investigation criminelle recueille le témoignage troublant d'une rescapée. Il découvre ainsi l'existence d'une phalange religieuse intégriste italienne qui, pendant deux millénaires, a caché à Rome un Manuscrit d'Isis dérobé à Philae, dénommé par l'Eglise « l'Opus in Septem ». Les historiens travaillaient sur les influences, en Europe et en Egypte, de l'ancien culte égyptien - le culte d'Isis - sur le christianisme primitif.
    Outre l'attentat terroriste, un complot a manifestement été planifié. Quelles influences et origines secrètes le Manuscrit devait-il révéler ? Quelles furent finalement les conclusions finales de l'investigation criminelle ?

  • James Dean

    Bertrand Meyer-Stabley

    Le 30 septembre 1955, sur une route de Californie, un garçon de vingt-quatre ans devenu une star de cinéma en quelques mois se tuait au volant de sa Porsche. James Dean allait devenir un mythe avec seulement deux pièces et trois films à son actif.
    Elève à l'Actor's Studio, il lui faut deux ans pour conquérir Broadway. Avec « A l'est d'Eden » naît un nouveau profil de héros, juvénile, tourmenté et rebelle. Bisexuel, Jimmy multiplie les aventures, mais seule sa romance avec l'actrice Pier Angeli le marque profondément.
    Après avoir tourné coup sur coup « La Fureur de vivre » et « Géant », il signe un contrat de neuf productions avec la Warner, qui s'engage à lui laisser en diriger deux. L'accident fatal vient couronner sa fulgurante carrière mieux qu'aucun film.
    « Il est mort au bon moment, dira Humphrey Bogart. Il a juste eu le temps de devenir une légende. Si Dean avait vécu plus longtemps, il n'aurait jamais pu l'assumer. »

  • Cher Zlatan

    Jean Eyoum

    « Le gamin de Rosengard », « Le géant suédois », « Ibracadabra »...

      Tels sont les surnoms qu´ils te donnent tous, très cher Zlatan. Mais combien d´entre eux te connaissent réellement ? Combien peuvent prétendre ne pas être influencés par les médias et assurer penser par eux-mêmes ? Nous sommes dans une société où le conformisme domine les mentalités. Or, tu es l´anticonformiste par excellence.

      C'est pourquoi j´ai décidé de te mettre à nu. Il est temps que tu arrêtes de te cacher derrière une image. Il est temps que tu sortes de ta tanière. Je vais dévoiler au monde entier pourquoi tu es le meilleur joueur du monde. Je vais démontrer pourquoi tu n´as pas le sang si chaud qu´on le dit.

      Tu vas comprendre pourquoi je t´admire mais aussi pourquoi je t´ai tant détesté pendant longtemps. Si tu t´appelles « Doré », c´est qu´il y a une raison. Au-delà de l´apparence extérieure, je vais également tenter de percer ton enveloppe intérieure.

      Enfin, tu vas comprendre pourquoi Paris est si magique !

      P.S : Zlatan, ceci est une lettre personnelle donc bien entendu cela reste entre nous, n´est-ce pas..?

      Par l´auteur de « Super Cagnotte » (Ed. Kirographaires).

  • Le mois de Mai est plus beau que jamais.

    Luc LARCANGE, spécialiste de la communication politique, manipulateur d´informations, metteur en scène de scandales, est une « plume ».

    Un spin doctor qui invente des vérités pour créer des contre-vérités.

    En plein questionnement sur sa vie, il décide de s'accorder une journée de repos bien méritée.

    Une longue flânerie l'entraîne sur les quais de Seine... Le ciel se couvre... Un orage gronde... Une "ombre de pluie et de lumière" l'enveloppe un instant...


    Lorsqu'elle se dissipe, Luc LARCANGE ne sait pas encore que rien ne sera plus jamais pareil qu'avant...

    Ses activités officielles et officieuses se côtoient, se mêlent, se superposent, s´additionnent, se multiplient, s´interfèrent et le constat est tel que la réalité n´est plus que fiction alors que la fiction elle-même n´est plus qu´un rêve psychédélique qui n´est peut-être qu´une ultime machination de son esprit.

  • Le personnage principal, René du Perron, Canadien de souche française, revient en France missionné auprès de Louis XV, dont la cour est le cadre idéal d'une société cooptée par la cupidité et l'ambition. C'est dans ce contexte que l'auteur expose les préceptes d'honneur, de grandeur et ceux du bel esprit, seuls capables de faire fleurir une nation et où il trouvera néanmoins l'amour sincère.
    Avec un récit aimable et élégant, il expose les grandes idées des penseurs les plus illustres du 18ème siècle, thèmes si transcendants comme les règles du comportement humain.
    Ainsi se détache le rôle primordial de Mme de Pompadour - si décriée par les commérages de toute époque - dans un chant d'amour, véritable et unique objet de l'existence.

empty