Littérature argumentative

  • Ces mémoires mettent en lumière les qualités d'écrivain du Général, son style, son importante culture littéraire lorsqu'il met clairement en écho certains passages lyriques de son récit avec les grandes oeuvres classiques de Lamartine, Paul Valéry ou encore Chateaubriand.

  • Cette édition bilingue est précédée d´une introduction qui offre de nouvelles perspectives sur ce texte canonique. Ce que nous savons des pratiques festives des chapitres des grandes églises séculières permet de croire que le Jeu d´Adam provenait d´un tel établissement : la composition appartenait vraisemblablement au répertoire d´une importante église séculière. Pour ce qui est des nombreuses irrégularités métriques, nous pensons qu´une grande partie d´entre elles résulte de modifications apportées par les acteurs ; d´après le témoignage remarquable du Jeu d´Adam, texte joué, il apparaît que les acteurs médiévaux, tout comme ceux de notre temps, n´hésitaient pas à retoucher leurs répliques. En ce qui concerne le rapport entre les textes latins de la composition - les répons liturgiques - et le texte vernaculaire, une analyse précise des textes latin et français nous a amené à rejeter l´interprétation traditionnelle qui voit dans le texte français la farciture des répons : en réalité, les répons ont été probablement ajoutés dans un second temps au texte français qui n´en dérive nullement.
    Deux études enrichissent l´introduction. L´analyse détaillée de la langue de la composition, due à Catherine Bougy, revient sur la question de son origine linguistique et remet en question l´interprétation, devenue traditionnelle, qui y voit une composition anglo-normande plutôt que continentale. L´analyse des répons par Andrea Recek, quant à elle, présente l´usage liturgique de ces textes. Grâce à son caractère bilingue, la richesse de l´introduction et des études, cette édition doit permettre l´accès d´un large public à cette oeuvre majeure du répertoire français du Moyen Age.

  • Passeurs culturels d´hier et d´aujourd´hui, les écrivains, poètes, traducteurs n´ont eu de cesse de renouveler l´aventure de la recréation des oeuvres littéraires. L´ouvrage Littératures en mutation-Écrire dans une autre langue présente l´éventail de quelques auteurs explorateurs du Siècle d´Or, XXe et XXIe siècles qui ont choisi de passer le cap d´une frontière linguistique dans leur propre oeuvre. Il ne s´agit guère d´une simple manoeuvre mais d´un choix de passage à l´étrangeté de la langue littéraire afin de renouveler les horizons d´attente du lecteur.
    Ce volume remémore l´âge baroque de Luis de Góngora écrivant un sonnet en espagnol, latin, italien, portugais et bascule dans le monde contemporain en réunissant l´argentin José Luis Borges, l´espagnol Jaime Gil de Biedma, le français Jacques Darras qui ont choisi pour navigation littéraire d´écrire des poèmes en anglais. La romancière dominicaine Julia Alvarez réinvente ses origines également dans la langue anglaise. Tandis que les romanciers Agustín Gómez-Arcos, Jorge Semprun, l´écrivain et dramaturge argentin Copi, le péruvien César Moro, l´espagnol Juan Larrea ou encore le chilien Huidobro passent de l´espagnol au français et vivent un destin d´auteur français le temps d´un passage ou d´une vie. L´écriture de Linda Lê, écrivaine francophone d´origine vietnamienne, la langue inventée en création chez l´Antillais Daniel Maximin et le plaisir du verbe chez Salman Rushdie atteignent les rivages des Vocables sans ombres.
    Écrire dans une autre langue cultive donc le bilinguisme littéraire : l´entre-deux catalan et espagnol chez les poètes Pere Gimferrer et Jenaro Talens. Un défi créateur qu´incarne l´écriture du roman Como fiel amante o la invención del Lazarillo de l´hispaniste et comparatiste Daniel-Henri Pageaux lequel invente une poétique d´auteur au Lazarillo de Tormes. Le lecteur retiendra également l´incroyable sortie de piste linguistique de l´écrivain péruvien d´origine serbe, Goran Tocilovac pour qui il n´y a pas d´ambiguïté : la langue de passage est une langue d´amour, du chant de soi-même dialoguant avec l´imaginaire littéraire.

  • Traduire, se convertit souvent en acte politique, où introduire l´étranger signifie s´opposer aux divers totalitarismes nationaux. Médiation et médiatisation donc que la traduction au service d´une philosophie de la liberté de conscience de Soi-même comme un Autre !

  • 31 chercheurs d'Amérique latine et d'Europe s'interrogent sur la dimension linguistique et créative du double sens dans la littérature, ainsi que sur les échanges culturels et artistiques entre l'Espagne et l'Amérique latine qu'il présuppose, qui en découlent, ou à l'origine desquels il peut être considéré.

empty