Julliard (réédition numérique FeniXX)

  • Mme Simone Olivier Wormser est la femme de notre ambassadeur à Moscou, récemment décédé. Elle a passé avec son mari deux années dans la capitale soviétique. Elle nous conte ici avec une grande sensibilité ses impressions personnelles et ses souvenirs. Avec un regard objectif, elle a observé la vie du peuple russe à l'époque de Leonid Brejnev, cinquante ans après la révolution d'Octobre. Ce livre n'est ni un guide, ni une étude d'art, ni un ouvrage politique. Il est composé essentiellement de notes sur ce qui a particulièrement frappé ou intéressé l'auteur, qui n'a rapporté que ce qu'elle avait vécu elle-même : une promenade à Sokolnili évoquant les profondes racines nationales d'un jeune Russe, une baignade dans la Berezina rappelant - si nécessaire - l'omniprésence de la police, une visite dans un musée dévoilant l'indifférence politique, la vue d'une affiche représentant Hitler coiffé du chapeau de Napoléon montrant le patriotisme ardent des Russes. A travers cet ouvrage, le lecteur ressentira un climat, une atmosphère. Il en dégagera peut-être une idée plus juste de ce que sont les Russes que celle, plus confuse, qui ressort d'études savantes mais abstraites.

  • Hélène Parmelin s'est rendue au printemps 1956 à Moscou. Poussée par une inlassable curiosité, aidée par sa connaissance du russe, elle a interrogé des paysans, des ouvriers, des intellectuels, étudié l'évolution de la peinture, de la musique et du théâtre soviétiques. C'était au lendemain de la dénonciation officielle du culte de la personnalité. Sur ce point-là aussi, Hélène Parmelin a obtenu de tous des réponses sincères, émouvantes, qui font de son livre un témoignage de première importance sur la Russie du printemps 1956. Les paysages, les anecdotes de voyage, tout ici a un caractère nouveau, précisément à cause de cette curiosité et de cette attente passionnée d'une réponse que le lecteur trouvera au cours de ces pages. Aussi bien ces MYSTÈRES DE MOSCOU sont-ils beaucoup plus qu'un récit de voyage, beaucoup mieux qu'un reportage : ils sont un trait d'union tracé entre deux peuples amis par un écrivain qui garde toujours les yeux ouverts et l'esprit critique même au plus fort de l'enthousiasme du voyage, des découvertes, des aventures.

  • Hélène Parmelin s'est rendue au printemps 1956 à Moscou. Poussée par une inlassable curiosité, aidée par sa connaissance du russe, elle a interrogé des paysans, des ouvriers, des intellectuels, étudié l'évolution de la peinture, de la musique et du théâtre soviétiques. C'était au lendemain de la dénonciation officielle du culte de la personnalité. Sur ce point-là aussi, Hélène Parmelin a obtenu de tous des réponses sincères, émouvantes, qui font de son livre un témoignage de première importance sur la Russie du printemps 1956. Les paysages, les anecdotes de voyage, tout ici a un caractère nouveau, précisément à cause de cette curiosité et de cette attente passionnée d'une réponse que le lecteur trouvera au cours de ces pages. Aussi bien ces MYSTÈRES DE MOSCOU sont-ils beaucoup plus qu'un récit de voyage, beaucoup mieux qu'un reportage : ils sont un trait d'union tracé entre deux peuples amis par un écrivain qui garde toujours les yeux ouverts et l'esprit critique même au plus fort de l'enthousiasme du voyage, des découvertes, des aventures.

  • Mme Simone Olivier Wormser est la femme de notre ambassadeur à Moscou, récemment décédé. Elle a passé avec son mari deux années dans la capitale soviétique. Elle nous conte ici avec une grande sensibilité ses impressions personnelles et ses souvenirs. Avec un regard objectif, elle a observé la vie du peuple russe à l'époque de Leonid Brejnev, cinquante ans après la révolution d'Octobre. Ce livre n'est ni un guide, ni une étude d'art, ni un ouvrage politique. Il est composé essentiellement de notes sur ce qui a particulièrement frappé ou intéressé l'auteur, qui n'a rapporté que ce qu'elle avait vécu elle-même : une promenade à Sokolnili évoquant les profondes racines nationales d'un jeune Russe, une baignade dans la Berezina rappelant - si nécessaire - l'omniprésence de la police, une visite dans un musée dévoilant l'indifférence politique, la vue d'une affiche représentant Hitler coiffé du chapeau de Napoléon montrant le patriotisme ardent des Russes. A travers cet ouvrage, le lecteur ressentira un climat, une atmosphère. Il en dégagera peut-être une idée plus juste de ce que sont les Russes que celle, plus confuse, qui ressort d'études savantes mais abstraites.

empty