• Le caillou

    Sigolène Vinson

    Le Caillou, c'est l'histoire d'une femme qui voulait devenir un caillou.

    " Avant de raccrocher, je lui confie que j'ai dans l'idée de partir quelques jours en Corse. Je l'entends renifler et pleurer. Pour elle, c'est le premier signe de vie que je donne depuis bien longtemps. Le dernier qu'elle a perçu, c'est le cri que j'ai poussé en venant au monde. Elle oublie qu'enfant, je riais tout le temps et embrassais le bonheur commun. Ce n'est que plus tard que j'ai eu des vues nouvelles, d'abord celle d'un désert sous ma fenêtre, et depuis peu, celle du large. "

  • Venus de Liverpool, Louise, sa fille Helen, 10 ans, qui souffre d'une maladie respiratoire, et leur voisin George, 77 ans, un guitariste à la retraite, sont réunis dans le quartier de Christiania, à Copenhague, chez Angelo, un faux gourou repenti et astrologue de pacotille, qui peint une fresque où se dessinent les silhouettes des Beatles. Une exploration intime sur les traces de George Harrison.

  • Les flammes des torchères de l'industrie pétrochimique brûlent dans les ciels immenses aux couleurs des peintres, les ocres de la Sainte-Victoire se distinguent au lointain.
    De la fenêtre de son immeuble surplombant l'étang de Berre, Jessica passe ses journées à guetter les poissons, prête à alerter son grand-père Joseph et son vieil acolyte Émile qui tendent leurs filets de pêcheurs d'une rive à l'autre du chenal pour y prendre les bancs de muges.
    La jeune femme pourrait pourtant faire autre chose de ses journées, s'intéresser à Ahmed, son compagnon ingénieur dans les usines voisines, ou à Antoine et Dylan, les singuliers petits-fils d'Émile ; elle pourrait essayer d'aimer Sébastien, son fils de 5 ans, qui parle à peine et détourne rarement son attention de l'écran de son téléphone.
    Les habitants de ce territoire mêlé d'odeurs d'industrie, de mer et d'étang semblent ne vouloir être nulle part ailleurs. Jessica rêve-t-elle d'un autre destin, par-delà l'horizon bouché par les usines, là où s'étend le large ?
    Une année, tout bascule. Tragédie ou accident, rien ne sera plus comme avant.
    Sigolène Vinson est journaliste et romancière. Elle est l'auteure de plusieurs romans dont Le Caillou, Courir après les ombres et Les Jouisseurs.

  • Une plongée saisissante dans les mécanismes de la mondialisation et une ode à la poésie sur les traces des "écrits jamais écrits" de Rimbaud.
    *** RENTRÉE LITTÉRAIRE 2015 ***
    Du détroit de Bab-el-Mandeb au golfe d'Aden, Paul Deville négocie les ressources africaines pour le compte d'une multinationale chinoise. De port en port, les ravages de la mondialisation lui sautent au visage et au coeur la beauté du monde dont il ne peut empêcher la destruction.
    Les merveilles qui ne s'achètent pas ne risquent-elles pas de disparaître dans un système où toute valeur se chiffre ?
    Paul se met alors à chasser un autre trésor : les " écrits jamais écrits " d'Arthur Rimbaud - il veut le croire, le marchand d'armes n'a pas tué le poète. Inlassablement, il cherche.
    Trouvera-t-il plus que le soleil aveuglant, la culpabilité d'être et la fièvre ?

  • Ils sont quatre : Olivier et Éléonore, Ole et Léonie. Tous jouisseurs.
    Atteint du syndrome de la page blanche, Olivier dérobe un automate, l'Écrivain, pour composer le roman qu'il n'arrive pas à créer. Sa compagne, Éléonore, visiteuse médicale, dévore sa propre cargaison de psychotropes et, dans ses hallucinations fantasques, s'empare de l'Écrivain pour imaginer Ole et Léonie.
    Dans le Maroc de Lyautey, à deux siècles de là, ces derniers traversent le désert à bord de leur caravane de débauche, instillant le vice et l'alcool à mesure des escales. Comme Olivier et Éléonore, les contrebandiers cherchent à tromper leur mélancolie.
    Des glaciers suisses aux dunes marocaines, du XIXe au XXIe siècle, existe-t-il une jouissance assez puissante pour échapper à la brutalité de l'instant terrestre et accéder à la joie de vivre ?

  • Une jeune avocate, qui défend des entreprises accusées de licenciements abusifs, est brutalement rattrapée par ses rêves d'une enfance passée à Djibouti, le pays d'Arthur Rimbaud, d'Henri de Monfreid, des aventuriers et des pirates...
    Je rêve d'autre chose... La vie d'adulte, en nous mettant un métier et un salaire entre les mains, brade nos souvenirs, remise nos idéaux, raille nos folies de jeunesse. Un jour pourtant, l'enfance se rappelle à nous, cette époque où l'on était quelqu'un, où l'on était sûr de le devenir. Avocate à Paris, S. V. supporte de plus en plus mal les compromis, les trajets en métro, les ciels gris et sa robe noire. Loin, à la Corne de l'Afrique, il y a Djibouti, qu'elle a déserté à la fin de l'enfance. Le pays des braves, des pêcheurs, des bergers, de la mer et du vent. Une terre d'aventuriers où séjournèrent Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid, où l'on raconte qu'accosta Corto Maltese. Un ailleurs où elle doit revenir pour ne pas mourir bête, pour ne pas mourir singe, le pays du premier homme, des origines et des possibles.Avocate, Sigolène Vinson s'est spécialisée dans le droit du travail dans le but " de mener une révolution ". Elle a déjà coécrit deux romans publiés aux éditions du Masque, Bistouri Blues, prix du roman d'aventure 2007 et Double Hélice, paru en avril 2011.

  • Une nouvelle neige circule dans Paris, moins chère mais plus addictive que la blanche traditionnelle. Elle fait des émules chez les junkies. À tel point que les dealers d'héroïne ont du mal à écouler leur marchandise. Le cartel ne peut laisser passer ça. Il est temps de faire couler le sang pour distiller la peur et éliminer cette concurrence déloyale. Une première fusillade a lieu rue Caulaincourt. Le commissaire Cush Dibbeth est dépêché sur les lieux. À Lariboisière, Benjamin Chopski, chirurgien de garde, récupère les blessés par balles. Avant de partir au bloc, l'un d'eux, un certain Denk, lui demande si Georgy Zemmour est vivant. Or il n'est ni sur la liste des survivants ni sur celle des victimes de la fusillade.
    Dans une chambre aseptisée, un homme alité reprend conscience au son des machines qui enregistrent ses battements de coeur. Dans un brouillard neuroleptique, il voit un homme en blouse blanche s'affairer autour de sa jambe et retirer un pansement nauséabond. Que se passe-t-il ? Pourquoi se retrouve-t-il là ? Pourquoi le médecin s'obstine t-il à ne pas répondre à ses questions ? Tétanisé par la douleur et l'angoisse, il sent que son heure est proche...
     

  • Le lendemain de ses vingt-trois ans, Samuel, étudiant en biotechnologie, reçoit un pli en provenance d'une étude de notaires italiens. A l'intérieur, une lettre de son père, le docteur Joshua Adam Lenostre, qui lui donne rendez-vous dans les bureaux de Maître Ricci à Venise. 
    Premier signe de vie de ce chirurgien, mort devant ses yeux d'enfant, onze ans plus tôt lors de l'incendie de son laboratoire de recherche de l'Institut Curie. Le laboratoire était alors à l'aube d'une découverte thérapeutique majeure. Samuel Lenostre, intrigué, se rend à Venise où Maître Ricci lui remet un opuscule intitulé « Voyage à Gênes ». Son père semble être l'auteur de ce journal intime qui relate le quotidien d'un médecin du 21ème siècle projeté à la fin du Moyen Âge, à l'époque d'Ambroise Paré et de Paracelse.
     Comment survivre à l'aube de la Renaissance avec simplement ses connaissances et ses deux mains ? Comment protéger sa famille d'un criminel prêt à tuer pour un brevet ? Comment aimer ses enfants de si loin ? Comment faire quand le temps presse et que l'on n'a que cinq siècles devant soi... 
    Entre les lignes de ce texte incongru et auquel personne ne donne foi, Samuel Lenostre, épaulé par sa soeur Julie et le policier Hugo Gottlieb, va suivre la piste qui mènera à son père, au traitement révolutionnaire du cancer et au criminel à l'origine du drame.
     L'enquête se révélera particulièrement ardue car le mal et la cupidité suivent évidemment le même chemin.

empty