Sciences humaines & sociales

  • L´ère du contribuable mouton est terminée !

    Une lame de fond balaie aujourd´hui les fonctionnements inadaptés au 21e siècle. L´impôt ne peut échapper à cette mutation. Trop longtemps asservi à des intérêts partisans, il a dégénéré. Trop souvent injuste, arbitraire, complexe, opaque, incohérent, il est à certains égards un reflet de notre société.

    Mais voilà que la société, bousculée dans ses certitudes, ne peut plus fonctionner comme dans le passé et doit lui donner un autre visage, celui de l´avenir.

    Que cessent les guérillas électorales qui prennent l´impôt pour terrain d´affrontement ! Que cessent les promesses jamais tenues, les salades racontées de droite à gauche, saupoudrées de carottes fiscales !
    />
    L´impôt des temps modernes doit être redéfini par des équipes de travail capables de dépasser les clivages idéologiques, regroupant politiciens et spécialistes de terrain. La réforme fiscale profonde, courageuse, attendue par tous, est urgente. La société a un besoin pressant de réduire ses fractures : l´argent de l´impôt doit assumer un rôle pacificateur. Don de chacun selon ses moyens, pour tous selon les besoins, il inscrit en lettres d´or au coeur de la citoyenneté le mot « solidarité». Devenant un ciment entre les différentes couches sociales, au lieu d´écraser il peut aider ; au lieu de provoquer la défiance, il peut inciter au partage ; au lieu de diviser, il peut unir.

    Voilà sa véritable mission !

  • Vive la philosophie libre ! Nouv.

    Cet ouvrage parle essentiellement de la Vie avec une majuscule, comme celle qu'on met à dieu, et pour les mêmes raisons. La philosophie libre s'adresse à toutes celles et ceux qui s'empoignent avec la Vie, la vie pas toujours drôle, et qui se demandent si elle en vaut la peine. Penser librement, c'est ne pas se raconter d'histoire, mais c'est quand même comprendre l'histoire, alors les grands auteurs sont cités, mais critiqués. Le but est de donner des raisons de vivre la vie que la Vie nous impose. Il éclairera particulièrement celles et ceux qui sont attachés à un art de vivre. De vivre en paix, d'aimer vivre, car « avec l'amour retrouvé, que c'est beau, c'est beau la vie » disait un chanteur philosophe.

  • Les journalistes forment-ils une espèce en voie de disparition ? Si c'est le cas, que risque-t-on en les perdant ? C'est la question qui sous-tend cet état des lieux du journalisme à l'ère d'Internet et des réseaux sociaux, des fake news et de la précarité.

  • Né d'un père disparu et d'une mère alcoolique, Stanley Vollant est sauvé de l'orphelinat par son grand-père innu, pêcheur de saumons et trappeur de Pessamit, sur la Côte-Nord. Élève brillant doté d'une mémoire prodigieuse, il doit surmonter sa peur du sang et sa phobie des cadavres pour devenir, en 1994, le premier chirurgien d'origine autochtone de l'histoire du Québec. Tout au long de son parcours, il se fera remarquer par ses succès scolaires... et ses prouesses athlétiques. Coureur de fond, joueur de football, marathonien, il prendra part à plusieurs compétitions jusqu'à ses études supérieures. Mais à la suite d'une série d'échecs personnels, dont deux divorces, il sombre dans une dépression qui le mènera au bord du suicide. C'est le visage de ses enfants, apparaissant sur l'écran de son téléphone portable, qui le retiendra au moment de poser le geste ultime.
    Aujourd'hui considéré comme un modèle de réussite pour les autochtones et pour les Québécois dans leur ensemble, il a entrepris en 2010 une grande marche pour sensibiliser l'opinion publique à la cause des Premières Nations et à l'importance de l'exercice physique. Conférencier recherché, lauréat de plusieurs prix, il mène de front plusieurs batailles, dont celle consistant à former plus de médecins issus de minorités culturelles.
    « Le tracé est fait, suivez le chemin » conclut le médecin à l'endroit de ses compatriotes.

empty