• Politique-fiction par un lieutenant-colonel de l'École supérieure de guerre. Le thème met en cause la stratégie française de dissuasion atomique.

  • 24 février 1991. Dans le désert d'Arabie Saoudite l'attaque aéroterrestre des alliés contre les troupes irakiennes va commencer. A Paris, dans les sous-sols de « l'îlot Saint-Germain », au coeur du Centre opérationnel des armées, veillent les « gardiens du Temple ». Un groupe d'officiers se relaient 24 heures sur 24 pour suivre les événements et conduire la manoeuvre. L'un d'eux, le lieutenant-colonel de Richoufftz, témoigne. Au-delà de l'atmosphère irréelle de ce poste de commandement, du ballet des officiels et des perturbations générées par les informations non contrôlées déversées en permanence par les médias, le récit, non dénué d'humour, d'Emmanuel de Richoufftz nous entraîne dans une réflexion sur le système militaire français vu de l'intérieur. Et si la guerre du Golfe avait fait la preuve que notre organisation militaire est inadaptée ? Si, une nouvelle fois, nous avions une guerre de retard ? Devant cette question qui n'est pas sans rappeler les angoissantes mises en garde lancées il y a plus d'un demi-siècle par le colonel de Gaulle, nul n'a le droit de faire la sourde oreille.

empty