• La parole et la mort font un présent sans cesse formulé où se confondent souvenirs et phantasmes. Quelqu'un murmure à l'intérieur de lui et sa vie devient des images terrifiantes et douces : le passé appartient au futur, ce dernier à une période ancienne. Ici, celui qui cherche autrui découvre son misérable moi et pressent que nous ne sommes visibles que dans la disparition.

  • De la pierre en fusion au premier balbutiement de l'homme les forces contradictoires s'interpénètrent, se repoussent, s'associent. Pour atteindre, maîtriser les énergies extérieures parmi lesquelles s'agite notre double, il convient d'avance au plus loin de nous-même, dans ces contrées où pierre et parole s'identifient. Vécus de toute éternité, nous parlons au futur un passé qui nous porte. Notre semence perpétue toute espèce vivante. Sur le corps de la Femme, nous écrivons notre naissance et notre volonté de disparition. Pierre Dalle Nogare est né le 22 décembre 1934, de père italien et de mère lorraine. Dès son adolescence, il entreprend une quête poétique passionnée, malgré les exigences de son métier de typographe. Il travaille aujourd'hui dans l'édition et a publié plusieurs recueils de poésie « Nerfs », « Cellules », « L'autre Hier », et surtout « Hauts-fonds » révélé en 1967 par la collection "Poésie Flammarion". Une pièce, « Les gus », a été jouée au Théâtre du Tertre en 1958.

  • Une île de la côte atlantique, pendant les vacances, la nuit. Fatigué de la compagnie sans surprise de ses camarades, un jeune homme sort dans l'obscurité, marche vers le rivage. A l'aube, il n'a pas reparu. On le retrouve assis sur un banc de rocher, les yeux fixant la mer. Mort. C'est à ce personnage d'un fait-divers récent que Pierre Dalle Nogare, un des meilleurs poètes de notre temps, s'est identifié avec violence. Bouleversé, fasciné, incapable de s'arracher à ce cheminement sans recours qui, en quelques heures. mène à son plus haut période, pour mieux les briser, les forces vives d'un être humain en pleine jeunesse, il a écrit, d'une traite, ce "roman érotique". Prix Apollinaire 1970, Pierre Dalle Nogare est l'auteur de cinq recueils de poèmes publiés depuis 1958. La Mort Assise est son premier ouvrage en prose.

  • Demain, faites une rencontre de l'homme et du Dieu, qu'ils s'unissent, ponctués de traces matricielles dans les fonds marins, et que la femme, enfin, reproduise l'unité, la voie, le signe. Le message réside dans la nuit où s'éveille la naissance manquée : Lui et Moi restent un seul. Les plusieurs sont articulés. Et nul toujours est là.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Je passe ma vie à errer près de ma tombe... Pierre Dalle Nogare se savait condamné. Ce poète du désespoir est mort le 16 novembre 1984.

empty