• Médecine générale

    Olivier Cadiot

    Tu te rends compte ce qu'on a dû encaisser pour te suivre : rêver de hold-up, bâtir une nouvelle abbaye, transformer le paysage, fonder une religion, faire du théâtre, réparer une maison, écrire un livre avec la vraie vie des gens, etc. C'est délirant. Comme si tout ça allait nous guérir. Alors qu'on n'est pas malade.

  • Vingt ans après la Revue de littérature générale et ses deux numéros historiques, Olivier Cadiot a eu envie de revenir sur le sujet, mais cette-fois sans l'aide de sociologues, de philosophes, de musiciens ou de paysagistes. Avec les seuls moyens de l'écrivain contemporain. Sans plans, ni cartes, ni partitions, ni théorie. Cela donne un feuilleton en plusieurs épisodes, comique et sensible, une histoire en zig-zag émaillée de conseils à de futurs auteurs... et surtout à soi-même. Une suite de variations consacrées aussi bien au passé de la littérature qu'à son présent, à son avenir, à sa mort annoncée mais toujours différée. Ce n'est pas à proprement parler une fiction, bien que cela y emprunte des personnages, des « figures », des cas psychologiques et une vraie liberté de ton ; ce n'est pas non plus un essai bien que s'y retrouvent théories, hypothèses et débats : c'est un livre d'Olivier Cadiot.

  • Vingt ans après la Revue de littérature générale et ses deux numéros historiques, Olivier Cadiot a eu envie de revenir sur le sujet, mais cette fois sans l'aide de sociologues, de philosophes, de musiciens ou de paysagistes. Avec les seuls moyens de l'écrivain contemporain. Sans plans, ni cartes, ni partitions, ni théorie. Cela donne un feuilleton en plusieurs épisodes, comique et sensible, une histoire en zigzag émaillée de conseils à de futurs auteurs... et surtout à soi-même. Une suite de variations consacrées aussi bien au passé de la littérature qu'à son présent, à son avenir, à sa mort annoncée mais toujours différée...

  • Ce livre poursuit la série des aventures de Robinson (après Futur, ancien, fugitif et Le Colonel des Zouaves) mais cette fois-ci pas d'île, ni de caisses retrouvées sur la plage, pas de château anglais ni d'affaire d'espionnage, juste un cerveau autodidacte qui essaie de s'en sortir au mieux avec pour seul bagage des idées inadéquates et des livres mal compris.

  • Le Colonel des Zouaves est le deuxième volet de la série des Robinson commencée avec Futur, ancien, fugitif. Il nous fait entrer dans la folie extraordinairement maîtrisée d'un majordome, un "butler" qui, pour accomplir son service et/ou parce qu'il accomplit ce service, s'appuie sur une construction psychique insensée. Chacune des scènes de sa vie quotidienne (repas, formation des domestiques dont il a la charge, ménage, etc.) est pour ce personnage-narrateur occasion de perfectionner son ingénieux et menaçant système délirant, principalement fondé sur l'imaginaire du roman d'espionnage, et sur l'organisation méthodique de sa survie dans un monde hostile (comme Robinson). Le livre tout entier, scène après scène, chapitre après chapitre, déroule son monologue intérieur grâce auquel nous sont décrits et commentés ses actes et l'environnement dans lequel il les accomplit, les maîtres et les serviteurs qu'il côtoie, la maisonnée. De ce fait, le lecteur est, en quelque sorte, aux premières loges. Car plus encore que dans l'esprit du personnage-narrateur, nous sommes dans son discours.

  • Fairy queen

    Olivier Cadiot

    Invitation à déjeuner chez Gertrude Stein, pour celle qui, Fairy queen ou Super soeur, ne stocke rien, à la différence de certains, Robinson par exemple, ce bavard des livres précédents. Robinson qui, tout seul dans son île, passe son temps à imaginer que tout compte, que chaque chose compte et qu'il faut la garder, qui passe son temps à calculer le taux d'abandon de chaque endroit pour savoir s'il peut y habiter un peu abandonné, mais pas trop. Non, plutôt l'imagination, vitesse et ralentis, plutôt passer au neuron'art, au vocal-en-relief art. Au théâtre direct-brut. 'On trouvera un nom plus tard, vaut mieux dire tout simplement Ce sont des poèmes'. Elle va avoir du mal à avaler, la Gertrude...

  • Un mage en été

    Olivier Cadiot

    Cela commence par une célèbre et très belle photo de Nan Goldin, Sharon in the river, une photo qu´on ne voit pas mais que décrit le narrateur, ce « mage » qui donne son titre au livre et, de fil en aiguille, cela va très loin dans l´espace et dans le temps pour périodiquement revenir à cette photo, centre énigmatique du livre, irradiant de sensualité, avant de repartir encore pour de nouvelles aventures. Un mage ? ou un artiste, et pourquoi pas un écrivain ? Un écrivain, un artiste, un médium, doué d´une perception ultra-pénétrante tout autant des choses matérielles que mentales, imaginaires, mémorielles, présentes et passées. C´est un monologue d´une inventivité inouïe, d´une drôlerie vertigineuse, qui va de l´infiniment petit à l´infiniment grand, du plus intime et du plus autobiographique à l´évocation historique à grand spectacle. C´est une réflexion en mots et en images sur l´art, la représentation, le deuil, la souffrance et l´amour. Abondamment illustré d´images qui viennent baliser ce parcours narratif débridé, cela crépite de toutes parts pour, suprême élégance, masquer le coeur souffrant du livre.

  • Providence

    Olivier Cadiot

    Une créature se retourne contre son auteur ; un jeune homme devient brusquement une vieille dame ; une jeune fille monte à la capitale ; un homme âgé ne comprend plus rien.

  • Futur ancien fugitif

    Olivier Cadiot

    Rapide, rigoureux, imprévisible et implacable, irrésistiblement drôle et cependant inquiétant, moderne : ce livre contient la liste complète de ce qu'il faut faire en cas d'exil. Des conseils précis pour la fabrication d'objets simples à réaliser soi-même. Une rétrospective des choses qui ont eu lieu. Un manuel raisonné d'exercices poétiques. Un mémento des manières de table et des usages en général. Une réhabilitation de la mémoire cachée. Des descriptions de vies quotidiennes différentes. Une analyse des choses qui risquent de recommencer. Une technique d'observation des individus que vous connaissez. Un concentré des sensations individuelles et leur explication. Une méthode de dialogue à une voix. Un plan de visite de la nature.

  • Un nid pour quoi faire

    Olivier Cadiot

    Cour royale en exil à la montagne cheche conseiller image, chambre tt cft dans chalet atypique, artistes s'abstenir, envoyer prétentions.
    Voici l'annonce qui déclenche ce roman. Une dynastie en fuite? au ski? Le château n'est plus qu'un chalet. Le système de la cour se réduit à des histoires de famille. On y croise un chambellan devenu commercial et un Roi déprimé perdus dans l'histoire, mélangeant héraldiques et logos, entreprise et droit divin. Un professeur de ski? un analyste? un décorateur? un confident de tragédie? un publicitaire? un chasseur de tête? on ne sait pas bien ce qu'ils attendent. Un homme qui croyait avoir déjà bien rempli sa vie, un dandy prêt de la retraite bien installé dans son basement anachronique décide, sous la pression de son entourage, au lendemain d'une fête mémorable, de reprendre du service et de rejoindre ce club d'émigrés. Long voyage, traversée d'un paysage plus grand que prévu, rencontre de constructions étranges, nids à taille humaine, notre homme rentre dans un conte déjà vu encore jamais vu. Escalades des Rocheuses et plongée dans Forêt Noire. Doué d'une grande faculté d'adaptation, et aidé par une série d'accidents qui vont modifier ses perceptions, il se plie aux dimensions de chacun des cercles qu'il traverse. Comprendre sur le tas pourquoi les princes parlent si mal, à quoi sert un nid, comment inventer un nouveau sport ou l'art de réussir un putsch. Ce caméléon va devenir valet, dame et Roi en accéléré, et faire exploser cette petite société mythologique. Il va rendre le chalet à son état de nature. Et on pourra ainsi redescendre de l'autre côté du livre, par paliers, retraverser tous ces décors, terminer l'histoire avec notre narrateur guéri dans son petit jardin, au secret. Le conseiller travaillait pour lui-même.
    Construit dans des matériaux légers, ce roman articule des paragraphes et des chansons, des boules de paroles et d'actions à de petits notes, pour, en variant les positions du son, essayer de bouger les images.

  • L'art poetic'

    Olivier Cadiot

    L'Art Poetic' est un recueil de poèmes 'en série qualifiée', sorte de mise en vers de la grammaire du 'bon usage'. Olivier Cadiot s'appuie sur un système de répétition détournée du mot qui prend tour à tour toutes les formes que la syntaxe et le sens veulent bien lui donner. Et des détours par la langue latine, l'Angleterre, la musique.

empty