• C'est à Montréal que le concept du stress a été découvert !

    En 1936, le docteur Hans Selye publie, dans la revue scientifique Nature, le premier article sur le « syndrome général d'adaptation », associé à d'innombrables maladies. Le chercheur, venu d'Europe centrale, place dès lors la métropole québécoise au coeur des travaux sur le stress. En plus de fonder l'Institut de médecine et de chirurgie expérimentales de Montréal, il signe près de 1 700 textes savants et rédige 39 livres. 

    Mais que sait-on de Hans Selye ? Alternant entre l'écriture scénique et le récit journalistique, Le stress d'une vie nous révèle les tribulations de ce scientifique hors norme qui ponctue ses journées de travail en sonnant le gong. S'il connaît la fortune et la gloire, Selye reste cependant rongé par l'amertume de ne pas décrocher le prix Nobel... 

  • Devant des tueurs et des délinquants dangereux qu'il doit animer durant leur incarcération, Richard E. Tremblay, qui n'a alors qu'une formation en éducation physique, s'interroge?: quand naît la propension à la violence??

    Cette simple interrogation le mène à une quête qui durera toute sa vie - et plus longtemps encore, car ses travaux ne font que commencer. Il suivra pas à pas la trajectoire de dizaines de milliers d'enfants très jeunes, de leur naissance jusqu'à l'âge de leur retraite, traçant des parallèles entre les comportements en maternelle et les difficultés d'adaptation à l'âge adulte. Il poursuit ses études sur les descendants de ses premiers sujets de recherche et les poursuivra encore avec les descendants de ceux-ci.
    Un demi-siècle après avoir lancé sa première «?étude longitudinale?», le professeur Tremblay a acquis une notoriété mondiale?: il est le sixième chercheur le plus cité au monde dans les études sur le développement de l'enfant. Maintes fois honoré pour ses travaux, il a apporté une réponse à sa question originelle. Selon lui, l'être humain naît méchant - les agneaux dans les garderies, en vérité, commettent le plus grand nombre de gestes agressifs de toute leur existence - et la société le pacifie. C'est une remise en question sans appel de l'idée dominante de Jean-Jacques Rousseau voulant que l'humain naît bon et que la société le corrompt...

    Voici l'histoire d'un iconoclaste.

  • Les journalistes forment-ils une espèce en voie de disparition ? Si c'est le cas, que risque-t-on en les perdant ? C'est la question qui sous-tend cet état des lieux du journalisme à l'ère d'Internet et des réseaux sociaux, des fake news et de la précarité.

  • Né d'un père disparu et d'une mère alcoolique, Stanley Vollant est sauvé de l'orphelinat par son grand-père innu, pêcheur de saumons et trappeur de Pessamit, sur la Côte-Nord. Élève brillant doté d'une mémoire prodigieuse, il doit surmonter sa peur du sang et sa phobie des cadavres pour devenir, en 1994, le premier chirurgien d'origine autochtone de l'histoire du Québec. Tout au long de son parcours, il se fera remarquer par ses succès scolaires... et ses prouesses athlétiques. Coureur de fond, joueur de football, marathonien, il prendra part à plusieurs compétitions jusqu'à ses études supérieures. Mais à la suite d'une série d'échecs personnels, dont deux divorces, il sombre dans une dépression qui le mènera au bord du suicide. C'est le visage de ses enfants, apparaissant sur l'écran de son téléphone portable, qui le retiendra au moment de poser le geste ultime.
    Aujourd'hui considéré comme un modèle de réussite pour les autochtones et pour les Québécois dans leur ensemble, il a entrepris en 2010 une grande marche pour sensibiliser l'opinion publique à la cause des Premières Nations et à l'importance de l'exercice physique. Conférencier recherché, lauréat de plusieurs prix, il mène de front plusieurs batailles, dont celle consistant à former plus de médecins issus de minorités culturelles.
    « Le tracé est fait, suivez le chemin » conclut le médecin à l'endroit de ses compatriotes.

  • « Le cheval est là pour rester. L´automobile n´est qu´une mode passagère. » Le banquier de la Michigan Savings Bank annonçant à Henry Ford qu´il n´accordera pas de prêt à la Ford Motor Co. en 1903.
    « Les machines volantes plus lourdes que l´air sont impossibles. » Lord Kelvin, mathématicien britannique, président de la British Royal Society, 1895. Il dira aussi, en 1897 : « La radio n´a aucun avenir. » Ce ne sont là que quelques-unes des innombrables prédictions qui se sont révélées absolument fausses !
    Car tenter de prévoir est un défi pour l´imagination. Et la futurologie a ses limites. Mais l´anticipation n´est pas qu´une fantaisie d´auteurs de science-fiction. C´est un travail qui peut servir à construire un encadrement éthique ou à poser, dans les secteurs les plus risqués, le principe de précaution.
    Le journaliste Mathieu-Robert Sauvé s´est livré à cette délicate exploration pour l´émission de la première chaîne de Radio-Canada L´après-midi porte conseil. Ce livre regroupe les textes - revus, complétés et augmentés - de ses interventions radiophoniques.
    Sans prétention et de façon très vivante et accessible, il y traite de 17 sujets d´avenir. Entre autres : le sexe du futur, les robots ménagers, les transports sans pétrole, les nutraceutiques, l´immortalité et la fin du monde.
    Comme le constate avec humour Pierre Chastenay dans la préface : « En parcourant l´ouvrage de Mathieu-Robert Sauvé et en visitant le futur prêt-à-porter qu´il nous dévoile, je risque la prédiction suivante : la lecture de ce livre sera une expérience enrichissante que vous ne regretterez pas. L´avenir dira si j´ai raison... »

  • Vous avez gagné! Félicitations à vous! Oui, vous, qui tenez ce livre entre vos mains! À titre d'être vivant, vous êtes un privilégié de l'évolution. Mais comment? Par la sélection naturelle, évidemment. Tout le monde croit connaître la théorie de l'évolution, mais la connaît-on vraiment? Pourtant, la théorie de l'évolution devrait faire partie intégrante de la culture générale. Inscrit à un cours d'initiation à la théorie de l'évolution, le journaliste Mathieu-Robert Sauvé a eu, dès les premières leçons, l'idée de produire, avec la collaboration des professeurs Jacques Brisson, Bernard Angers et François-Joseph Lapointe, un livre destiné aux non-spécialistes. Sous-tendant sa motivation, l'idée toute simple que la science de l'évolution devrait pouvoir se résumer facilement, comme on devrait savoir résumer les principales dates de l'histoire ou les grands écrivains et artistes de notre civilisation. Et il a réussi. Survivre ! La science de l'évolution en un clin d'oeil se lit comme un roman, une saga qui est la nôtre et dont nous sommes sortis gagnants ! Journaliste depuis 1988, MATHIEU-ROBERT SAUVÉ a publié plusieurs centaines d'articles dans une vingtaine de publications québécoises, dont L'actualité. Il est l'auteur de cinq essais et cinq biographies et a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Ses articles et livres lui ont valu une vingtaine de prix individuels, dont le Grand prix du journalisme indépendant 2015 dans la catégorie «portrait - entrevue».

empty