• Entre les années 1915 et 1946, Thomas, un gamin du Nord, a grandi dans un orphelinat. A l´âge adulte, marié et père de famille, il tente de vivre et d´aimer malgré les épreuves.
    « Pendant mes premières années, je pus croire que j´étais un enfant comme les autres, avec des parents pour l´aimer et prendre soin de lui. Mais la femme qui m´élevait n´était pas ma mère, et l´homme qui me grondait et me punissait si je désobéissais n´était pas mon père. Je ne le savais pas, et cette ignorance me fut bienheureuse jusqu´au jour où je découvris brutalement la vérité. » En 1915, dans le nord de la France, Yolande met au monde le fruit de son amour avec un soldat anglais. Mais le nouveau-né, « enfant du péché », lui est arraché à la naissance par sa famille qui le fait passer pour mort. Placé dans un orphelinat voisin à la discipline impitoyable, Thomas grandit maltraité, mal nourri, mais surtout mal aimé et s´invente une mère au doux sourire qui viendrait le chercher. Ses seuls moments de bonheur sont ceux qu´il passe avec le jardinier, qui le prend en affection et lui fait aimer le métier de la terre. Aussi, quand à quatorze ans Thomas est placé dans une ferme, il rêve d´une vie meilleure. Il y rencontre Pauline, sa future épouse.

    Bien des années plus tard, lorsque Yolande qui a repris un semblant de vie, apprend l´épouvantable vérité, bouleversée, elle se met aussitôt à la recherche de son fils...

  • Le Pain rouge est une impressionnante évocation de la vie rurale dans le Nord auXVIIIesiècle.


    « La récolte de l´été avait été très mauvaise, à cause de l´ouragan de grêle. Nous vivions dans l´incertitude. Quand Louis, notre valet de charrue, et Florent, le journalier que mon père embauchait parfois, venaient battre au fléau dans la grange, ils déclaraient que beaucoup de grains étaient pourris ou à moitié germés et qu´ils ne se conserveraient pas. Mon père faisait la grimace et se grattait la tête sans répondre. Je voyais bien qu´il était inquiet. » Près de Douai, la jeune Mathilde a grandi dans la ferme familiale dans une petite paroisse de neuf cents âmes, dépendante du châtelain tout-puissant du lieu. La communauté paysanne y vit dans un ordre social immuable depuis des siècles, harassée de labeur, accablée d´impôts, souvent menacée par les famines et les pillages. Mathilde aide sa mère pour les travaux de la ferme, tandis que les hommes de la famille sont aux champs.

    Mais depuis Paris, la révolte gronde et un vent puissant souffle, chargé de colère. Des temps nouveaux s´annoncent et Mathilde aimerait croire en un monde meilleur...

  • Au début du XX e siècle, le portrait de deux paysannes du Nord, reflets fidèles d'une région où le bonheur se gagne à force de volonté. Un grand roman au féminin.
    Née à l'aube du XXe siècle, Mélanie a grandi dans une ferme du Nord, la " Cense aux alouettes ". Douceur du foyer familial et bonheur d'un quotidien rythmé par les rituels des champs comblent la fillette qui n'aspire qu'à devenir fermière. Des années plus tard, lors d'une ducasse, une fête locale, elle rencontre Jean-Pierre, un séduisant bourrelier. Mais, le 1er août 1914, la guerre lui ravit son fiancé. Au cours d'une permission, qui sera la seule, elle s'offre à lui. Commence alors pour Mélanie, enceinte, le temps des épreuves...
    Magnifique portrait de deux paysannes, reflets fidèles d'une région où le bonheur se gagne à force de volonté.

empty