• « La corvée de bois était le nom donné aux exécutions sommaires. On emmenait en pleine campagne un groupe de prisonniers ou de simples suspects pour effectuer une corvée de bois, et là, on faisait mine de leur rendre leur liberté et on les abattait comme des lapins. Et comme on ne pouvait pas obliger les appelés à commettre des assassinats, Rolles choisissait parmi eux des volontaires. Il arrivait souvent que ceux-là se rétractent au dernier moment. »
    Jacques est un jeune appelé du 35e régiment, un de ces hommes envoyés en Algérie dans les années 1959-1960 pour accompagner la transition après les années de guerre, se faire les dents et devenir des hommes, leur dit-on. Il laisse derrière lui son père, et surtout celle qu'il aime, Jeanne, qui reste tout près, en pensée, tout au long de son exil. Là-bas, en Algérie, Jacques retrouve son ami d'enfance, François, un jeune officier plein d'assurance, qui viendra, juste après la proclamation de l'indépendance, rappeler lors d'une cérémonie officielle le sens de l'engagement militaire et les valeurs patriotiques, comme pour mieux organiser l'occultation de l'horreur qui vient de se dérouler. Jacques ne reconnaît plus son ami, devenu un étranger pour lui. Que fera-t-il de son sentiment de trahison ?
    Marie-Aimée Lebreton, après Cent sept ans (Prix Alain-Fournier), revient une fois encore sur la guerre d'Algérie, explorant cette fois le sort de ces jeunes Français engagés dans un conflit qui leur est étranger. Une oeuvre lumineuse qui emprunte au conte.

  • En sept tableaux se déroule l'histoire d'une femme qui essaie de retrouver sa mémoire. Sortie miraculeusement de l'enfer des camps, elle essaie, entre incertitudes et errements, entre souvenirs d'adultes et souvenirs d'enfants, de mettre des mots sur la folie des hommes.

  • « Si j'étais un peu plus patiente, je pourrais être une fille parfaite. J'attendrais que tu répondes à mes mails et si tu ne le faisais pas, ça n'aurait pas d'importance puisque je n'aurais pas de doute sur le fait que tu m'aimes. Pendant que tu ne répondrais pas à mes mails, je me roulerais dans l'indifférence alanguie des fins d'après-midi, j'écouterais la pluie d'été laver les rues, j'ouvrirais grand les fenêtres pour respirer l'odeur de la rue mouillée. »
    Elle l'attend et elle lui écrit. Elle lui écrit qu'elle l'attend, qu'elle attend qu'il lui écrive. Dans Paris déserté par l'été, elle enfile les mails, raconte sa mère, sa soeur, l'enfant, toute la famille Ricoré.
    Marie-Aimée Lebreton nous donne ce que nous attendions depuis que ce média a envahi notre quotidien, le premier roman par mail, dans la pure tradition du roman épistolaire, même si elle convoque au passage Spinoza et la Nouvelle star.
    Pour mieux nous dire ce qu'on vit quand on aime, et taire ce qu'on souffre.
    Marie-Aimée Lebreton est née en Kabylie. Elle est maître de conférences en Esthétique à l'université de Lorraine. Elle publie des romans, du théâtre et vit à Pari

empty