• De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800) est un livre dont l'importance tient au rôle qu'il a joué dans la naissance de l'histoire littéraire et, plus généralement, des sciences humaines. Germaine de Staël s'y intéresse aux relations complexes que la littérature entretient avec la vie sociale et l'expérience historique, qu'elle conçoit comme les vecteurs par excellence de la transformation des mentalités, des cultures et des oeuvres. Cette question des rapports au sein desquels s'invente la littérature l'invite surtout à appréhender l'histoire des nations européennes à la lumière d'une théorie de la perfectibilité, qui suppose le développement graduel et irréversible des connaissances humaines, et d'une définition nouvelle de l'écrivain, qu'inspire l'exigence de l'engagement.
    Dans un contexte où elle participe d'un monde en devenir, la littérature doit s'accomplir dans une parole capable de transformer ses aspirations et ses raisons en une volonté d'agir, c'est-à-dire en « une impulsion involontaire », voire en « un mouvement qui passe dans le sang ». Au sein de cette alliance entre la pensée et le sang s'affirme alors une conception des lettres indissociable d'une figure extrêmement originale de la rationalité, que Germaine de Staël désigne par la belle expression de « raison exaltée ». C'est cette idée dont les articles réunis dans cet ouvrage approfondissent le sens et la portée, en s'intéressant tour à tour à l'une ou l'autre de ces trois configurations : 1. Les impulsions du coeur et de l'esprit, ou la littérature dans ses rapports avec la République ; 2. La passion réfléchissante, ou la littérature dans ses rapports avec les femmes ; 3. La sensation investie par les idées, ou la littérature dans ses rapports avec la création.

  • Au coeur de ce numéro, tout d'abord un grand dossier préparé sous la direction de Nicholas Dion et s'interrogeant sur les livres anciens en sol québécois. Ces écrits du Moyen-Âge, de la Renaissance et des quelques siècles suivants constituent notre patrimoine lettré. Leur importance est capitale : « De fait, au-delà de leur contenu ou de leur valeur intrinsèque, ces imprimés anciens permettent de mieux comprendre la dynamique des transferts des savoirs entre l'Ancien et le Nouveau Monde, de manière à retracer la formation, au Québec, d'une culture à la fois littéraire et philosophique ». Quels sont-ils, et où sont-ils aujourd'hui conservés? Principalement dans les différentes institutions d'enseignement, bien entendu. Études littéraires nous dresse donc plusieurs portraits de joyaux du patrimoine livresque : bibliothèques universitaires (McGill, Sherbrooke), religieuses (Séminaire de Québec), manuscrits d'époque reculées (XVe et XVIe siècles... La revue propose également des analyses littéraires ainsi qu'une section débats où dialoguent Maxime Decout et Jean-Paul Sermain.

  • Joseph-Sabin Raymond est l'auteur d'Entretiens sur l'éloquence et la littérature qu'il compose vers 1833 et qui, depuis lors, étaient restés inédits. Lecteur enthousiaste de Chateaubriand et des romantiques, il s'y livre à une critique fiévreuse de la raison et des Lumières, pour mieux exiger de la littérature qu'elle fasse entendre les accents puissants d'une parole pathétique. Cette édition permet au lecteur du XXIe siècle de découvrir un texte où, pour la première fois au Québec, la tradition rhétorique enseignée dans les collèges s'épanouit dans une réflexion sur les pouvoirs de la littérature. C'est pourquoi la découverte de ce manuscrit où se formule une véritable esthétique de l'exaltation offre un point de vue privilégié sur l'univers culturel des collèges classiques de jadis, dont Raymond aura été l'un des plus brillants représentants.

empty