• Wakolda

    Lucía Puenzo

    En 1959, sur une route désolée en Patagonie, un médecin allemand pas comme les autres croise une famille argentine ordinaire et lui propose de faire route ensemble, afin d´être moins isolés. Ce médecin n´est autre que Josef Menguele. Très vite, il est fasciné par l´un des enfants, une jeune fille qui porte le doux nom de Lilith et qui est bien trop petite pour son âge. La fascination semble réciproque : elle ne peut quitter des yeux cet homme si cultivé et sophistiqué. Alors, quand il s´installe finalement dans la pension fraîchement ouverte par sa famille d´accueil, tout s´accélère. Surtout lorsque la mère de famille accouche de deux fragiles petites jumelles qu´il faut soigner. Traqué par des agents israéliens, il continue pourtant à vivre tranquillement, allant même jusqu´à investir dans le projet d´usine de poupées du père. Des poupées parfaites. Aryennes.  Contrairement à Wakolda.Wakolda, quatrième roman de Lucía Puenzo, nous entraîne au coeur d´une société argentine infiltrée par l´émigration nazie. En immergeant la figure énigmatique de Menguele dans la vie quotidienne, Lucía Puenzo s´appuie sur les détails les moins visibles de sa personnalité pour faire ressortir avec une grande subtilité l´horreur de sa pensée profonde. Un roman captivant qui entraîne le lecteur sur les routes de la mémoire.

  • Tino a onze ans. Il vit à Buenos Aires avec sa mère, son père, sa soeur, Bruno le garde du corps et Irma la bonne paraguayenne, dans une maison bourgeoise cossue, sous surveillance vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Car sa famille n´est pas comme les autres : son père, Razzani - dont le plat préféré est la langouste au jerez -, est un des hommes les plus puissants du pays. Ce qui inquiète Maia, une amie d´école avec laquelle Tino entretient un jeu amoureux. Jusqu´au jour où Razzani fait les gros titres de la presse et que le père de celle-ci, présentateur de l´émission « Le chasseur », l´invite et tente de le démolir en direct. Tout s´effondre autour de Tino : et s´il ne connaissait pas son père ? Qui est cet inconnu qui l´a élevé ? Pourquoi tous ces mensonges ? Et quand l´homme le plus recherché du pays prend la fuite, c´est toute sa famille qui s´effrite : la soeur, anorexique et sous antidépresseurs, la mère, qui refuse de voir la réalité en face et Tino qui fait l´expérience de la disgrâce.Lucía Puenzo nous entraîne au coeur de la société argentine malade en chroniquant avec une grande subtilité la chute d´un homme puissant, à travers la voix d´un fils meurtri et innocent. De situations cocasses en instants tragiques, elle explore la perte des valeurs dans un monde où la seule réalité reste la possibilité de la violence.

  • Pepino - littéralement, concombre - est un jeune homme petit et désorienté. Il vit dans la Plata, à Buenos Aires, un quartier en marge. Tenant son surnom de la série Señora Maestra, qui mettait en scène une classe d´enfants dans laquelle il jouait un bègue, il est obsédé par son auteur : Santa Cruz.
    Un soir, alors qu´il a décidé de tuer Bochatón - un chanteur rock sur le retour - pour le faire accéder à la gloire, il rencontre une jeune femme grande et perdue : Twiggy. Schizophrène, droguée et loufoque, elle reconnaît sa solitude dans les yeux de ce garçon aux airs d´orphelin. Ils tombent amoureux. Devenus inséparables, après avoir cru croiser Santa Cruz dans la rue, ils apprennent la mort mystérieuse de Jacinta Pichimahuida, l´institutrice de la série. S´ensuivent des disparitions tragiques d´anciens acteurs, enfants stars, tombés depuis dans l´anonymat. Mais Santa Cruz est-il toujours vivant ? Qui se cache derrière Pepino, celui que personne ne reconnaît jamais ?  Lucía Puenzo nous offre avec La malédiction de Jacinta un portrait au vitriol d´une Argentine cernée par la violence et la drogue. Enfants déboussolés d´avoir connu le succès trop jeunes, mère ambitieuses qui confondent leur reflet avec celui de leur progéniture, auteurs de séries à succès vaniteux... Aucun des travers de notre société du spectacle éphémère n´est épargné. Avec un humour noir et décapant, Lucía Puenzo nous propose une vision décalée et extrême d´une civilisation en perte de repères.

  • En 1959, sur une route désolée en Patagonie, un médecin allemand pas comme les autres croise une famille argentine ordinaire et lui propose de faire route ensemble, afin d´être moins isolés. Ce médecin n´est autre que Josef Menguele. Très vite, il est fasciné par l´un des enfants, une jeune fille qui porte le doux nom de Lilith et qui est bien trop petite pour son âge. La fascination semble réciproque : elle ne peut quitter des yeux cet homme si cultivé et sophistiqué. Alors, quand il s´installe finalement dans la pension fraîchement ouverte par sa famille d´accueil, tout s´accélère. Surtout lorsque la mère de famille accouche de deux fragiles petites jumelles qu´il faut soigner. Traqué par des agents israéliens, il continue pourtant à vivre tranquillement, allant même jusqu´à investir dans le projet d´usine de poupées du père. Des poupées parfaites. Aryennes.  Contrairement à Wakolda.Wakolda, quatrième roman de Lucía Puenzo, nous entraîne au coeur d´une société argentine infiltrée par l´émigration nazie. En immergeant la figure énigmatique de Menguele dans la vie quotidienne, Lucía Puenzo s´appuie sur les détails les moins visibles de sa personnalité pour faire ressortir avec une grande subtilité l´horreur de sa pensée profonde. Un roman captivant qui entraîne le lecteur sur les routes de la mémoire.

empty