• Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Karel Capek. Les tritons de Capek sont de braves salamandres habitant à faible profondeur près des côtes. Ce sont des êtres paisibles, taillables et corvéables à merci et même comestibles. Après les avoir découvert, l'homme les asservit, les exploite, les fait travailler et les mange. Mais un jour elles commencent à parler puis, sous les effets pernicieux des idées de Karl Marx, à se révolter. Elles ne s'en tiennent d'ailleurs pas là et, emportées par leur élan, finissent par réclamer de manière violente encore plus de droits et plus d'espace vital jusqu'à conquérir le monde. "La Guerre des Salamandres" n'est pas un simple roman de Science-Fiction, une dystopie ou un pamphlet politico-prophétique à la H.G. Wells ou à la George Orwell, même si dans l'esprit de l'auteur, les salamandres sont aussi tous les peuples opprimés qui un jour se révoltent contre l'oppression. C'est un chef-d'oeuvre à étages prenant comme hypothèse de départ qu'une autre espèce animale que l'homme devienne le véhicule de l'évolution culturelle jusqu'à ce niveau que nous appelons civilisation, ainsi que la description, aussi minutieuse que drôle, de notre obscurantisme. On en sort en hurlant de rire, même si c'est avec les yeux hors de la tête car Capek, s'il ne se consacre jamais qu'à la réflexion étonnée sur le destin de l'homme, n'est pas un moralisateur. Il erre dans un monde enfoui et, comme l'un de ses personnages, il voit venir la fin du monde en pêchant le goujon.

  • Le Châtiment de Prométhée et autres fariboles se compose de 29 récits, écrits entre 1920 et 1938, qui réinterprètent, avec beaucoup de malice et d'intelligence, les grandes thématiques bibliques et historiques.

  • En 1936, tandis que la Seconde Guerre mondiale menace, l'écrivain tchèque Karel Capek (1890-1938) entreprend un voyage dans le Nord de l'Europe. Forêts à perte de vue, fjords échancrés, vaches noir et blanc, fermes rouges, myriade d'îles ponctuent sa traversée du Danemark, de la Suède et de la Norvège. Au fil du récit, derrière une naïveté feinte et un lyrisme tempéré, où affleurent une tendre ironie et un humour mordant, se profile le portrait troublant, éblouissant de nature et de lumière, d'un continent en sursis. Car, en route vers le cap Nord, Capek pressent la fin d'une époque et dessine une Europe qui, bientôt, sombrera dans le chaos.

  • " Il est temps de relire Capek pour le rire insouciant qu'il crée dans ses contes, rire derrière lequel pointe souvent l'angoisse. C'est une joie de lire l'œuvre de cet incroyable conteur, auteur de récits stupéfiants et inoubliables. " (Arthur Miller)
    Des empreintes qui s'arrêtent soudainement dans la neige, un homme qui a pour seul tort de paraître suspect, un voleur de cactus qui disparaît à l'autre bout du monde, un poète qui se transforme en détective, Dieu qui apparaît comme témoin de la justice humaine, une cellule de prison dont les occupants se repentissent, un cadavre retrouvé dans une valise déposée à la consigne d'une gare... Dans ces quarante-huit nouvelles, dont plus de la moitié était inédite en français jusqu'à présent, Karel Capek mêle comme à son habitude l'ordinaire et l'extraordinaire, l'humour à la satire.

    Crimes, disparitions, énigmes, mystères, enquêtes, ces récits, qui relèvent du genre policier avant l'heure, dissèquent la vérité et jouent avec notre capacité à juger. Ces textes en forme de paraboles, qui continuent de nous hanter longtemps après leur lecture, prouvent encore une fois l'importance de Capek dans l'histoire littéraire.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Karel Capek. Illustrations de Josef Capek. Amoureux des jardins et des coins de balcon potagers, jardiniers débutants ou expérimentés, monomaniaques du sarclage et du rempotage, et avant tout amateurs de poésie et d'humour malicieux, cet almanach écrit par l'un des plus grands écrivains tchèque du XXe siècle vous est destiné. Composé d'une série de courts essais traitant des travaux du jardin au fil des saisons, avec tous les émerveillements, les plaisirs et les peines qui accompagnent cette paisible activité, ce manuel de jardinage est aussi sous son apparence facétieuse un grand livre de poésie philosophique: "L'avenir n'est pas devant nous, car il est déjà sous les espèces de ce germe; il est déjà parmi nous, et ce qui n'est pas à présent parmi nous n'y sera pas non plus dans l'avenir. Nous ne voyons pas les germes parce qu'ils sont sous la terre; nous ne connaissons pas l'avenir parce qu'il est en nous."

  • Oorlog met de salamanders

    Karel Capek

    Een drankzuchtige scheepskapitein ontdekt voor de kust van een Aziatisch eiland een reusachtige, intelligente salamandersoort, die hij als goedkope arbeidskrachten aan het werk zet. De dieren verspreiden zich over de wereld en worden steeds slimmer. Ze leren praten, weten aan wapens te komen - en ontwikkelen zich tot Salamanders. Ze gaan de strijd met de mens aan. Capek's roman over de ondergang van de mensheid verscheen in 1936 en was een onmiddellijk succes: binnen een jaar verschenen er vertalingen in Duitsland, Frankrijk en Engeland; George Orwell vond er zijn inspiratie in voor Animal Farm. Oorlog met de Salamanders is een hilarische, briljante afrekening met het opkomende nationaal-socialisme, het communisme en het racisme, maar vooral met het kapitalisme. Tot in de speelse typografie en illustraties maakt Capek gebruik van talloze mogelijkheden om de ernst van zijn boodschap te maskeren met spot, lachlust en vertelplezier.



    Karel Capek (1890-1938) is een van de belangrijkste Tsjechische schrijvers van de twintigste eeuw. Wereldbibliotheek gaf eerder enthousiast ontvangen werk van hem uit in hoog geprezen vertalingen van Irma Pieper, waaronder Een doodgewoon leven (2008) en De oorlog van de salamanders (2011).

  • Povetron

    Karel Capek

    Tento príbeh zacíná tím, ze do nemocnice privezou muze v bezvedomí, který se zranil pri leteckém nestestí. Nad jeho luzkem se postupne vystrídají jasnovidec, jeptiska a básník a kazdý z nich se snazí prijít na duvod, který muze vedl k tomu, letet v tak spatném pocasí.Vznikají tak tri príbehy, vsechny stejne pravdepodobné, ale pravda zustává skryta.

  • Depuis de longues années la compagnie R.U.R. inonde la planète de ses « robots », parfaitement semblables à l'homme et produits en masse dans son usine insulaire. Mais l'humanité, privée de travail, inactive et oisive, décline, et la révolte gronde au sein des nouvelles masses... Écrite en 1920, la célèbre pièce de Karel Capek a non seulement posé une des pierres fondatrices de la science-fiction, elle a inventé un mot devenu universel : « robot ».
    Traduction de H. Jelinek, 1924.
    EXTRAIT DU PROLOGUE
    DOMIN. - Continuez. (Dictant.) « Que nous ne prenons aucune responsabilité pour les avaries arrivées en cours de route. Nous avons attiré l'attention de votre capitaine lors du chargement sur ce fait que le navire n'est pas approprié au transport des Robots, de sorte que l'avarie ne peut pas être mise à notre charge. Recevez, monsieur... - Pour Rezon's Universal Robots. » Terminé.
    SYLLA. - Oui, monsieur.
    DOMIN. - Une autre : « E. B. Huysums Agency. New York. La date. Nous vous accusons réception de votre commande de cinq mille Robots. Comme vous envoyez votre propre navire, veuillez charger - à titre de compensation - des briquettes de houille pour R. U. R. Agréez... » Terminé ?
    SYLLA (finissant de taper.) - Oui, monsieur,
    DOMIN. - Continuez : « Friedrichswerke, Hamburg. La date. Nous vous accusons réception de votre commande de quinze mille Robots. » (Sonnerie au téléphone de la maison. Domin prend le récepteur.) C'est le directeur général. Oui. Certainement. Mais oui, comme toujours. Mais oui, câblez. Bien. (Il raccroche.) Où en sommes-nous ?
    SYLLA. - Nous vous accusons réception de quinze mille Robots...
    DOMIN (songeur.) - Quinze mille Robots. Quinze mille Robots...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Karel Capek, né le 9 janvier 1890 à Malé Svatonovice dans la région de Hradec Králové en Bohême et mort le 25 décembre 1938 (à 48 ans) à Prague, est l'un des plus importants écrivains tchéques du XXe siècle. Le mot robot, qui apparaît pour la première fois dans sa pièce de théâtre de science-fiction R. U. R. en 1920, sous-titre en anglais du titre tchèque Rossumovi univerzální roboti, a été inventé par son frère Josef à partir du mot tchèque robota, qui signifie « travail » ou « servage ».
    Dans une autre de ses oeuvres, La Guerre des salamandres, Capek peint avec un humour noir et joyeux la géopolitique de son temps, et tourne notamment en dérision le national-socialisme.

  • Playful and provocative, irreverent and inspiring, Capek is perhaps the best-loved Czech writer of all time. Novelist and playwright, famed for inventing the word 'robot' in his play RUR, Capek was a vital part of the burgeoning artistic scene of Czechoslovakia of the 1920s and 30s. But it is in his journalism - his brief, sparky and delightful columns - that Capek can be found at his most succinct, direct and appealing. This selection of Capek's writing, translated into English for the first time, contains his essential ideas. The pieces are animated by his passion for the ordinary and the everyday - from laundry to toothache, from cats to cleaning windows - his love of language, his lyrical observations of the world and above all his humanism, his belief in people. His letters to his wife Olga, also published here, are extraordinarily moving and beautifully distinct from his other writings. Uplifting, enjoyable and endlessly wise, Believe in People is a collection to treasure.

  • R.U.R.--written in 1920, premiered in Prague in 1921, and first performed in New York in 1922--garnered worldwide acclaim for its author and popularized the word robot. Mass-produced as efficient laborers to serve man, Capek’s Robots are an android product--they remember everything but think of nothing new. But the Utopian life they provide ultimately lacks meaning, and the humans they serve stop reproducing. When the Robots revolt, killing all but one of their masters, they must strain to learn the secret of self-duplication. It is not until two Robots fall in love and are christened “Adam” and “Eve” by the last surviving human that Nature emerges triumphant.

empty