• À douze ans, Zoune, la chétive et crasseuse fille de Ticoq et de Sor Poum, quitte son Pays Pourri natal pour aller vivre chez sa marraine, Mme Boyote, commerçante à Port-au-Prince. La petite paysanne ne tardera pas à se transformer en affriolante jeune fille et à tourner la tête de tous les mâles du Bord-de-Mer, au premier rang desquels le Colonel Cadet Jacques, amant en titre de Mme Boyote. Et c´est après lui avoir résisté vaillamment que Zoune sera injustement chassée de chez sa marraine.

  • Éliezer Pitite-Caille est le « héros » de cette audience. Le mari de Velléda, la tireuse de cartes, est un homme d´affaire madré qui paiera au prix fort ses ambitions politiques. À sa mort, ses deux enfants dilapideront l´héritage familial et Velléda sera contrainte de devenir une des maîtresses du Général Pheuil Lamboy.
    Le succès du roman tient tout autant à la description comique des moeurs politiques haïtiennes qu´à l´habileté linguistique de l´auteur. Ce dernier passe avec le plus grand naturel du français au créole, mélangeant les deux langues, les incorporant l´un à l´autre . Et c´est dans la bouche de l´agent électoral Boutenègre que ce créole francisé - ou ce français créolisé - prend toute sa saveur.
    />

empty