• Knock

    Jules Romains

    "Le tambour : Quand j'ai dîné, il y a des fois que je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt ça me gratouille.
    Knock : Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous grattouille ?
    Le tambour : Ça me grattouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi...
    Knock : Est-ce que ça ne vous grattouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?
    Le tambour : Je n'en mange jamais. Mais il me semble que si j'en mangeais, effectivement, ça me grattouillerait plus."

  • Les copains

    Jules Romains

    "Approche-toi. Tire un peu sur les manches, et sur le col. Ça va. Je te fais officier de la Légion d'honneur. Ne me remercie pas ! Tout le monde en ferait autant à ma place... Comme tu es assez grand, assez maigre, et que tu as le nez rouge, que ton faciès présente quelque chose à la fois de bilieux et d'alcoolique, tu seras mon attaché militaire. Quel grade veux-tu ? Colonel ? Tu es un peu jeune ! Commandant ! Je t'appellerai "Commandant !" Tu m'appelleras : "Monsieur le Ministre !" Entendu ? Rompez !..."

  • On sait l'importance de la ville et, en premier lieu, de Paris dans l'oeuvre poétique et romanesque de Jules Romains, depuis La vie unanime jusqu'aux Hommes de bonne volonté.
    Paru pour la première fois en 1911, ce recueil de 'radioscopies' unanimistes tentait de fixer l'âme d'une grande métropole, d'en saisir les lois physiques, mentales, d'ausculter ses rythmes et ses pulsations, comme d'un être aux multiples visages, à la fois changeants, insaisissables et mystérieux.
    Les 'puissances de Paris', c'étaient les forces, les pouvoirs qui émanaient de ses rues, de ses squares, de ses places, de ses passages et de ses rassemblements plus ou moins éphémères que Jules Romains, inlassable arpenteur de 'sa' ville, prétendait détecter pour nous en restituer la singulière poésie, conçue comme une traversée des apparences.

  • DONOGOO a été représenté pour la première fois le 25 octobre 1930, sur la scène du Théâtre Pigalle, avec la mise en scène de Louis Jouvet, sous la direction de Philippe de Rothschild, Georges Fouilhoux étant directeur technique de la scène, et dans les décors de Paul Colin.
    Donogoo a été inscrit au répertoire de la Comédie-Française le 9 novembre 1951, M. Pierre-Aimé Touchard étant administrateur général ; avec la mise en scène de Jean Meyer, Bernard Roussillon étant directeur général de la scène, et dans les décors de Georges Wakhevitch.

  • 'L'auteur de Le Trouhadec est un des très grands auteurs comiques de la première moitié du XXe siècle. Et pourtant il y avait de la concurrence ! Il y avait Georges Feydeau, Courteline, Alphonse Allais, Tristan Bernard, Sacha Guitry. Par un coup de maître, avec Knock, il se détache du peloton de tête [...].
    Un autre grand type créé par Jules Romains est Monsieur Le Trouhadec. Ce membre de l'Institut, un peu gâteux (il en existait encore aux environs de 1930), a prodigieusement amusé son auteur.'
    Marcel Achard.

  • Pièce de théâtre en quatre actes.
    Cette comédie a été représentée pour la première fois, le 21 novembre 1930, sur la scène du Théâtre de l'Atelier, par Charles Dullin et la Compagnie de l'Atelier, avec la mise en scène de Charles Dullin.

  • La rencontre de Pierre Febvre, officier de marine, transforme la vie d'une jeune fille, Lucienne, professeur de piano dans une ville de province. La découverte du "dieu des corps", les souffrances de la séparation la conduiront à donner une dimension spirituelle à leur union. À force d'exaltation et de volonté, elle parviendra à abolir l'espace qui l'éloigne de son mari.
    Ces trois romans consacrent ainsi le triomphe de l'âme sur le corps, à travers une analyse de l'amour sentimental, de l'amour charnel et enfin de l'amour métaphysique.

  • Jallez et Jerphanion, les camarades de promotion de l'École normale ; Gurau, le député idéaliste ; le criminel Quinette ; Louis Bastide, l'enfant de Montmartre ; le marquis de Saint-Papoul ou encore le chien Macaire... Ces individus d'une diversité passionnante peuplent la multitude dont Jules Romains nous raconte la vie dans Les Hommes de bonne volonté. Ce roman-fleuve est aux dires de l'auteur même son oeuvre majeure. Par ses dimensions, bien sûr : vingt-sept volumes déroulant une fresque d'un quart de siècle, du 6 octobre 1908 au 7 octobre 1933. Mais aussi par son dessein grandiose, puisque Jules Romains a l'ambition d'y exprimer « dans le mouvement et la multiplicité, dans le détail et le devenir, [sa] vision du monde moderne ». Une vision « unanimiste » qui prend la société comme sujet, avec sa diversité de destinées individuelles, s'entrecroisant parfois, mais s'ignorant le plus souvent. Chaque personnage mène ainsi sa propre aventure, qui se fond sans cesse dans la grande Histoire, avec Verdun comme point culminant du roman. Mais, face aux désastres qui ébranleront cette génération, Jules Romains veut croire qu'il subsiste encore des Hommes de bonne volonté. Ce volume contient : - Les Superbes ; - Les Humbles ; - Recherche d'une Église.

  • Pour la première fois sont proposées au public, ensemble, deux des plus célèbres comédies de Jules Romains, Knock ou le triomphe de la médecine et M. Le Trouhadec saisi par la débauche, interprétées par l'auteur lui-même, qui réussit la prouesse de travestir sa voix pour donner vie à ses personnages.
    Ce véritable enregistrement historique, que nous présente Olivier Rony (Succession Jules Romains), permet de redécouvrir de manière jubilatoire ces oeuvres majeures de notre patrimoine théâtral.
    "Pour un auteur, donner à haute voix la lecture d'une de ses oeuvres est l'achèvement naturel de son travail. C'est aussi une épreuve d'authenticité."
    Jules ROMAINS
    "(...) Jules Romains illustre une race de créateurs méprisée par les cuistres. Il est un de ces parias sur l'épaule duquel les critiques dits sérieux gravent au fer rouge la marque d'infamie la plus indélébile : celle de la dérision, ou pire encore, du silence. Il est un humoriste, un prince de l'humour, infiniment supérieur à Alphonse Allais.(Nouvelle Revue des Deux Mondes, octobre 1972)."
    Paul Guth - 1972
    L'auteur de Le Trouhadec est un des très grands auteurs comiques de la première moitié du XXe siècle. Et pourtant, il y avait de la concurrence ! Il y avait Georges Feydeau, Courteline, Alphonse Allais, Tristan Bernard, Sacha Guitry. Par un coup de maître, avec Knock, il se détache du peloton de tête (...) Un autre grand type créé par Jules Romains est Monsieur Le Trouhadec. Ce membre de l'Institut, un peu gâteux (il en existait encore aux environs de 1930), a prodigieusement amusé son auteur (...) Si on ajoute quatre ou cinq chefs-d'oeuvre indiscutables qu'il a donné au théâtre français, le parfum toujours poétique, subtil et parfois sarcastique de ses petites en un acte qui font la nique à celles de Becque, on n'a qu'une constatation à faire : le poète comique Jules Romains a du génie. Et n'oubliez pas que cet éloge vient d'un homme qui écrit lui aussi des comédies !"
    (Nouvelle Revue des Deux Mondes, octobre 1972). Marcel Achard, de l'Académie française - 1972

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • "Les Hommes de bonne volonté, parus de 1932 à 1946, constituent l'oeuvre majeure de Jules Romains. Cette fresque en vingt-sept volumes, dont l'action s'étend de 1908 à 1933, propose une vaste mise en scène du premier quart du vingtième siècle secoué par la guerre de 1914 et par les bouleversements sociaux qui l'ont précédée et suivie. Une multitude de personnages, issus de toutes les classes sociales, de "bonnes" comme de "mauvaises" volontés sont là, recréés avec un souffle étonnant par un romancier parfaitement maître de son métier. Cet événement éditorial, dont les précédents s'appelleraient La Comédie humaine ou Les Rougon-Macquart, trouva ensuite un prolongement exceptionnel grâce aux enregistrements - restés inédits jusqu'à aujourd'hui - que Jules Romains fit pour la radio en 1952. Il parvint en effet, après un minutieux travail de sélection, à condenser et à présenter en vingt-sept lectures - autant que de volumes de l'oeuvre et réunies ici en quatorze disques - l'essentiel de son roman. C'est donc avec le plus vif plaisir que l'on suivra Jules Romains, tour à tour narrateur, acteur, reproduisant leurs dialogues, plongeant lui-même dans les Hommes de bonne volonté pour en extraire les plus belles pages, qu'il interprète avec une présence, une chaleur et une vérité remarquables. Une grande oeuvre, devenue un monument sonore."
    Patrick Frémeaux et Olivier Rony

  • "Les Hommes de bonne volonté, parus de 1932 à 1946, constituent l'oeuvre majeure de Jules Romains. Cette fresque en vingt-sept volumes, dont l'action s'étend de 1908 à 1933, propose une vaste mise en scène du premier quart du vingtième siècle secoué par la guerre de 1914 et par les bouleversements sociaux qui l'ont précédée et suivie. Une multitude de personnages, issus de toutes les classes sociales, de "bonnes" comme de "mauvaises" volontés sont là, recréés avec un souffle étonnant par un romancier parfaitement maître de son métier. Cet événement éditorial, dont les précédents s'appelleraient La Comédie humaine ou Les Rougon-Macquart, trouva ensuite un prolongement exceptionnel grâce aux enregistrements - restés inédits jusqu'à aujourd'hui - que Jules Romains fit pour la radio en 1952. Il parvint en effet, après un minutieux travail de sélection, à condenser et à présenter en vingt-sept lectures - autant que de volumes de l'oeuvre et réunies ici en quatorze disques - l'essentiel de son roman. C'est donc avec le plus vif plaisir que l'on suivra Jules Romains, tour à tour narrateur, acteur, reproduisant leurs dialogues, plongeant lui-même dans les Hommes de bonne volonté pour en extraire les plus belles pages, qu'il interprète avec une présence, une chaleur et une vérité remarquables. Une grande oeuvre, devenue un monument sonore."
    Patrick Frémeaux et Olivier Rony

  • "Les Hommes de bonne volonté, parus de 1932 à 1946, constituent l'oeuvre majeure de Jules Romains. Cette fresque en vingt-sept volumes, dont l'action s'étend de 1908 à 1933, propose une vaste mise en scène du premier quart du vingtième siècle secoué par la guerre de 1914 et par les bouleversements sociaux qui l'ont précédée et suivie. Une multitude de personnages, issus de toutes les classes sociales, de "bonnes" comme de "mauvaises" volontés sont là, recréés avec un souffle étonnant par un romancier parfaitement maître de son métier. Cet événement éditorial, dont les précédents s'appelleraient La Comédie humaine ou Les Rougon-Macquart, trouva ensuite un prolongement exceptionnel grâce aux enregistrements - restés inédits jusqu'à aujourd'hui - que Jules Romains fit pour la radio en 1952. Il parvint en effet, après un minutieux travail de sélection, à condenser et à présenter en vingt-sept lectures - autant que de volumes de l'oeuvre et réunies ici en quatorze disques - l'essentiel de son roman. C'est donc avec le plus vif plaisir que l'on suivra Jules Romains, tour à tour narrateur, acteur, reproduisant leurs dialogues, plongeant lui-même dans les Hommes de bonne volonté pour en extraire les plus belles pages, qu'il interprète avec une présence, une chaleur et une vérité remarquables. Une grande oeuvre, devenue un monument sonore."
    Patrick Frémeaux et Olivier Rony

  • Jallez et Jerphanion, les camarades de promotion de l'École normale ; Gurau, le député idéaliste ; le criminel Quinette ; Louis Bastide, l'enfant de Montmartre ; le marquis de Saint-Papoul ou encore le chien Macaire... Ces individus d'une diversité passionnante peuplent la multitude dont Jules Romains nous raconte la vie dans Les Hommes de bonne volonté. Ce roman-fleuve est aux dires de l'auteur même son oeuvre majeure. Par ses dimensions, bien sûr : vingt-sept volumes déroulant une fresque d'un quart de siècle, du 6 octobre 1908 au 7 octobre 1933. Mais aussi par son dessein grandiose, puisque Jules Romains a l'ambition d'y exprimer « dans le mouvement et la multiplicité, dans le détail et le devenir, [sa] vision du monde moderne ». Une vision « unanimiste » qui prend la société comme sujet, avec sa diversité de destinées individuelles, s'entrecroisant parfois, mais s'ignorant le plus souvent. Chaque personnage mène ainsi sa propre aventure, qui se fond sans cesse dans la grande Histoire, avec Verdun comme point culminant du roman. Mais, face aux désastres qui ébranleront cette génération, Jules Romains veut croire qu'il subsiste encore des Hommes de bonne volonté. Ce volume contient : Le 6 octobre - Crime de Quinette - Les Amours enfantines - Éros de Paris.

  • Jallez et Jerphanion, les camarades de promotion de l'École normale ; Gurau, le député idéaliste ; le criminel Quinette ; Louis Bastide, l'enfant de Montmartre ; le marquis de Saint-Papoul ou encore le chien Macaire... Ces individus d'une diversité passionnante peuplent la multitude dont Jules Romains nous raconte la vie dans Les Hommes de bonne volonté. Ce roman-fleuve est aux dires de l'auteur même son oeuvre majeure. Par ses dimensions, bien sûr : vingt-sept volumes déroulant une fresque d'un quart de siècle, du 6 octobre 1908 au 7 octobre 1933. Mais aussi par son dessein grandiose, puisque Jules Romains a l'ambition d'y exprimer « dans le mouvement et la multiplicité, dans le détail et le devenir, [sa] vision du monde moderne ». Une vision « unanimiste » qui prend la société comme sujet, avec sa diversité de destinées individuelles, s'entrecroisant parfois, mais s'ignorant le plus souvent. Chaque personnage mène ainsi sa propre aventure, qui se fond sans cesse dans la grande Histoire, avec Verdun comme point culminant du roman. Mais, face aux désastres qui ébranleront cette génération, Jules Romains veut croire qu'il subsiste encore des Hommes de bonne volonté. Ce volume contient : - Province ; - Montée des périls ; - Les Pouvoirs.

empty