• L'institution HLM gère aujourd'hui 4,5 millions de logements accueillant près de 10 millions de personnes : c'est dire l'importance du logement social dans le parc immobilier français et son rôle dans l'économie de l'habitat. Or, ce secteur traverse depuis quelques années une crise importante : dépréciation de son image, paupérisation grandissante des locataires, dégradation du bâti, déliquescence des liens sociaux, enfermement territorial... Cet ouvrage se propose de retracer l'histoire de l'habitat social et de faire la synthèse des concepts qu'il mobilise, alors que la question des banlieues sensibles, des politiques de la ville, des cités HLM reléguées, est au coeur de polémiques politico-médiatiques récurrentes.

  • Les difficultés de logement, récurrentes depuis plusieurs décennies en France, ont placé l'habitat social au coeur du débat public, ce qui n'a pas manqué de susciter approximations, croyances et idées reçues. Les logements sociaux seraient ainsi pour les pauvres, ils seraient également un repère de délinquants qui zonent entre des barres et des tours délabrées, etc.
    Pourtant, créées au début du XXe siècle, les HBM, devenues HLM en 1950, hébergent aujourd'hui plus de 10 millions de personnes dans près de 4,6 millions de logements. C'est dire si le logement social s'est développé et diversifié ! Partant des idées reçues les plus courantes, cet ouvrage permet au lecteur de mieux comprendre cet univers complexe du logement social au travers de statistiques, d'analyses précises et de témoignages factuels, fruits de nombreuses années de recherche des auteurs sur ce sujet.

  • Depuis un quart de siècle, le discours sur la ville se focalise majoritairement sur les grands ensembles de logements sociaux situés à la périphérie des villes. Ce type d´habitat, longtemps convoité par les classes moyennes, incarne aujourd´hui tout à la fois la misère et la relégation, la violence et la ségrégation, l´insécurité et le ghetto, l´échec urbanistique et la segmentation sociale des territoires urbains.
    Cet ouvrage montre qu´il n´existe pas une banlieue unique, mais plutôt des territoires périurbains qui agglomèrent une grande diversité de lieux, d´activités et de populations. Il analyse les processus de fragmentation sociale et spatiale, ainsi que la spirale de l´exclusion caractéristique des banlieues sensibles.

  • La politique de réhabilitation du logement social a déjà une histoire. On peut dire qu'elle naît en même temps que les grands ensembles à travers les critiques que ces projets suscitent chez certains architectes et sociologues en 1960. Durant les deux der

  • Henri Raymond, sociologue né en 1921, a porté un regard sociologique sur l'architecture urbaine. Pourquoi les lieux culturels ne trouvent-ils pas leur place dans l'espace urbain, ou comment les phénomènes architecturaux peuvent-ils expliquer la société ? D'un point de vue épistémologique, il s'est très tôt démarqué du paradigme structuralo-marxiste, il a essayé de comprendre les idéologies et les représentations qui se déploient dans le monde urbain. A travers les textes de ce pionnier, voici un éclairage sur les principaux apports de sa production scientifique.

  • Les territoires périurbains sont des zones qui se situent « autour » de la ville. Ni tout à fait urbains ni tout à fait ruraux, ils sont le reflet des choix urbanistiques du xxe siècle. On les juge aujourd'hui avec sévérité : ils seraient l'espace du repli sur soi, de l'égoïsme et de l'homogénéité sociale ; ils seraient une dénaturation du monde rural depuis l'arrivée des néoruraux dans des lotissements « sans âme » ; ils seraient également un sous-espace urbain dépourvu de centralité. Pire : ils ne seraient pas écologiques, gaspillant l'espace et multipliant les infrastructures routières tout en dévorant espaces agricoles et naturels.

    Pourtant, les études menées depuis une quarantaine d'années permettent de nuancer ces visions caricaturales. Elles rendent justice à un espace diversifié, pluriel et socialement ouvert. C'est même au coeur du périurbain que s'inventent des pratiques parmi les plus innovantes (énergie alternative, agriculture bio et solidaire, gouvernance participative, aménagement, animation culturelle...).

  • L'hypothèse de Henri Lefebvre, qui envisageait en 1970 une urbanisation totale de la planète, se vérifie de plus en plus. En un siècle, le nombre de citadins au niveau planétaire a en effet été multiplié par douze. La moitié de la population mondiale réside dans une ville, soit près de trois milliards sept cents millions de personnes : il devient plus que nécessaire de réfléchir à l'urbain, au citadin et aux rapports qu'ils entretiennent. C'est dans cette perpective que la sociologie urbaine apporte, depuis plus d'un siècle, des éléments de compréhension au phénomène urbain.
    En présentant les grandes perspectives théoriques de cette discipline, cet ouvrage fait le point sur cette sociologie de et dans la ville.

  • La ville en tant qu'établissement humain s'est largement imposée dans nos manières de penser, de sentir, d'agir, de bouger, de communiquer, d'aimer, de consommer... Il n'est donc pas étonnant de voir les grands auteurs de la sociologie intégrer la ville dans leurs réflexions. Qu'il s'agisse de Karl Marx, Émile Durkheim ou encore Max Weber, tous ces pionniers de la sociologie ont vu dans la grande ville le lieu même de la modernité, et leurs travaux ont permis le développement de la sociologie urbaine.
    Si dans cet ouvrage les grandes figures (Henri Lefebvre, Raymond Ledrut, Henri Raymond...) sont étudiées, cela ne veut pas dire pour autant que seuls les sociologues urbains sont mobilisés. Géographes, politistes, philosophes, architectes étayent ponctuellement le propos au point que les limites de la sociologie urbaine deviennent parfois si poreuses qu'il semble préférable de parler plus largement d'études urbaines (urban studies). Ce manuel entend déborder le champ de la sociologie urbaine en étudiant nombre de problématiques liées au monde urbain actuel (fragmentation territoriale, gouvernance, patrimonialisation, aménagement...).

  • De la banlieue, on ne retient bien souvent qu'un ou deux aspects, en fonction de notre propre expérience et de ce que nous donnent à voir les médias. Or la banlieue est multiple : du lotissement pavillonnaire à la banlieue ouvrière qui s'embourgeoise, de l'enclave résidentielle ultrasécurisée au bidonville produit de la mondialisation et au centre commercial, ce voyage au pays des banlieues nous permet de mieux cerner la réalité de ces lieux que l'on approche souvent de façon réductrice.

  • Cet ouvrage entend croiser de façon systématique deux questions très actuelles et au coeur des enjeux de sociétés contemporaines : celle du territoire et celle des identités. L'ambition peut paraître déraisonable tant les notions de territoires et d'identités font l'objet de multiples définitions et sont sujettes à débat et controverses.

  • Face aux mutations profondes de notre société, les rapports sociaux se complexifient et nécessitent de trouver des formes originales de régulation et a fortiori des médiations (familiale, sociale, professionnelle). Des sociologues, des juristes, des psychologues entendent présenter diverses façons d'appréhender les nouvelles médiations qui se développent dans notre monde contemporain. IL apparaît nécessaire de penser et d'organiser ces nouveaux cadres de régulation à même de faciliter le "vivre-ensemble".

empty