• Prenant son essor au XIXe siècle avec la découverte de milliers de papyrus en Égypte, la papyrologie consiste à étudier les textes grecs et latins écrits sur un support transportable (papyrus, tessons de poterie, tablettes de bois ou parchemin). Alors que les inscriptions et les sources littéraires peuvent présenter une image normative, idéalisée ou parfois déformée des individus, les papyrus - aussi fragmentaires soient-ils - nous font entrer dans leur quotidien, rendant possible une archéologie de leurs pratiques culturelles. Tenter de déchiffrer « ces lambeaux, gardiens de la mémoire des hommes », pour paraphraser Léonard de Vinci, tel est le défi du papyrologue, qui ne cesse ainsi de renouveler notre connaissance du passé. Jean-Luc Fournet est papyrologue byzantiniste. Il a été membre de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire, chargé de recherche au CNRS, puis directeur d'études en papyrologie grecque à l'École pratique des hautes études. En mars 2015, il a été nommé professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Culture écrite de l'Antiquité tardive et papyrologie byzantine ».

    1 autre édition :

  • « Ma grande église et ma petite chapelle » : c'est ainsi que Gaston Paris, illustre médiéviste, désignait en 1894 le Collège de France et l'École pratique des hautes études, les deux établissements entre lesquels il partagea son enseignement. Fondées respectivement en 1530 et en 1868, ces deux maisons de la « science en voie de se faire » (Ernest Renan) n'ont cessé d'entretenir des liens presque symbiotiques : de très nombreux enseignants sont passés de l'une à l'autre ou ont exercé simultanément dans les deux. Ce sont ces affinités électives que ce livre, issu d'un colloque organisé au Collège de France lors du cent-cinquantenaire de l'EPHE, tente de mettre en lumière à travers des études sur l'histoire de ces deux institutions, des bilans par discipline (grammaire comparée, histoire des religions, anthropologie, sinologie, assyriologie, égyptologie) et des portraits de quelques personnalités marquantes (Ernest Renan, Gaston Paris, Abel Lefranc, Sylvain Lévi, Louis Robert). Au-delà de l'anecdotique, de la prosopographie ou des hasards des croisements institutionnels, ces études sont l'occasion de réfléchir sur le rôle conjoint de ces deux établissements dans l'histoire des savoirs.

  • Papyrology, which burgeoned in the nineteenth century after the discovery of thousands of papyri in Egypt, consists in the study of Greek and Latin texts written on a transportable medium (papyrus, clay potsherds, wooden tablets or parchment). While inscriptions and literary sources can render a normative, idealized and sometimes deformed image of individuals, papyri - no matter how fragmented they may be - take us into their daily lives, thus making possible the archaeology of cultural practices. Attempting to decipher "these shreds, guardians of the human memory" - to paraphrase Leonardo de Vinci - is the challenge of the papyrologist, who ceaselessly renews our knowledge of the past.

empty