• Amours légitimes ou illégitimes, ayant connu la passion et les drames, Jean des Cars nous conte la vie des couples tragiques les plus célèbres de l'histoire.Jean des Cars, avec le talent de conteur que nous lui connaissons et qui fait son succès, nous présente la vie des couples tragiques les plus célèbres de l'histoire. Qu'ils soient mariés ou clandestins, ces couples ont connu l'amour, la gloire, le divorce, l'exil, la prison ou encore la mort.
    De Louis XVI et Marie-Antoinette au chah d'Iran, Jean des Cars fait ici revivre les amours de roi, reine, empereur, impératrice... qui ont connu les affres de la passion et la tragédie de l'histoire.
    Liste des couples tragiques :
    Dom Pedro de Portugal et Inès de Castro
    François II et Marie Stuart
    Pierre III de Russie et Catherine d'Anhalt - Zerbst (future Catherine II)
    Louis XVI et Marie-Antoinette
    Napoléon Ier et Marie Walewska
    Le duc et la duchesse de Berry
    Maximilien et Charlotte du Mexique
    Le duc et la duchesse d'Alençon
    L'Archiduc François-Ferdinand de Habsbourg et Sophie de Hohenberg (Sarajevo)
    L'empereur Charles et l'impératrice Zita
    Le roi Zog et la reine Géraldine d'Albanie
    Le roi des Belges Léopold III et la princesse Liliane de Réthy
    Le roi Umberto II et la reine Marie-José d'Italie
    Le chah d'Iran et l'impératrice Fara

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps des Lumières à la manière du  petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse.La vulgarisation de l'histoire de France est au centre de ce projet faisant appel à des historiens repérés par le grand public de par leur production dont Jean des Cars est l'un des représentants.


  • En 2019, une vingtaine de pays ont à leur tête un souverain ou une souveraine. D'Europe, d'Asie d'Afrique, héréditaires ou électives, constitutionnelles ou absolues, passées ou présentes, Jean des Cars vous initie aux secrets de dynasties, de familles et de personnages qui ont incarné un pays soit par naissance, soit par la force, voire par hasard...

    Alors que l'Union Européenne est souvent hostile à rappeler ses traditions historiques, dix Etats européens conservent, fièrement, un régime politique ancré dans le passé, celui des monarchies héréditaires constitutionnelles ou parlementaires. C'est le point commun entre la Belgique, le Danemark, la Suède, la Norvège, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Liechtenstein, Monaco, le Royaume-Uni et l'Espagne. Certains monarques sont déjà entrés dans l'histoire par la longévité de leur règne comme celui d'Elizabeth II, souveraine puis 67 ans.
    Des héritières et héritiers, bien préparés à leur fonction, sont prêts à assurer des transitions paisibles dans l'enthousiasme des peuples. Si le principe royal reste encore efficace et soutenu aujourd'hui, c'est probablement par la façon dont une dynastie remplit son mandat. Un royaume, un grand-duché ou une principauté ne sont pas soumis aux élections de chef d'Etat, à la durée d'un mandat ou à une campagne électorale. L'incarnation de l'Etat n'y est pas remise en question. Sauf révolution...
    Que son pouvoir soit limité à une pure représentation ou intervenant sur la vie publique, le souverain décède sur le trône ou abdique, ce régime étant plus sévère que d'autres puisque la sanction est sans appel. Si les monarchies de l'ancienne Europe sont un exemple de stabilité, elles ne sont pas les seules.
    Les monarchies du Proche et du Moyen-Orient jouent un rôle à part mais d'une importance croissante. Tour à tour décriées ou présentées comme des garantes d'un équilibre fragile, elles puisent souvent leur légitimité dans un contexte international complexe. Le Japon, qui demeure le dernier empire existant au XXIe siècle, démontre que loin d'être une survivance surannée, l'institution impériale reste cruciale. Les Japonais, qui n'oseraient critiquer l'existence même de la maison impériale, sont témoins de l'accession du 126e empereur de la plus vieille dynastie du monde, supposée remonter à 2 600 ans.

  • Elizabeth II

    Jean Des Cars

    • Perrin
    • 25 Octobre 2018

    Tout public.
    Respectée, souvent adulée, Elizabeth II règne sur le temps. Si la souveraine est la femme la plus célèbre du monde, elle reste pourtant largement secrète et méconnue. Depuis 1952, elle a toujours étonné ses contemporains, évoluant avec son époque tout en restant la même afin de préserver la monarchie dont elle est l'héritière et la garante. Elle incarne un univers qui serait impensable sans elle, sans ses inévitables chapeaux, son sourire de rigueur et sa discrète façon de battre la mesure de son pied droit lorsqu'une fanfare défile devant elle.
    Agée de 92 ans, celle que rien ne predistinait à monter sur le trône connait aujourd'hui le plus long règne de la monarchie britannique.
    Puisant aux meilleures sources, Jean des Cars nous plonge dans la vie d'Elizabeth II, de son enfance à son accession au trône en passant par tous les petits et grands épisodes, publics et privés, qui ont marqué sa vie : guerre mondiale, mort de son père, rumeurs sur son couple, vie dissolue de sa soeur, problèmes conjugaux de ses enfants, relation avec son oncle damné, sans oublier sa passion pour ses corgies et ses chevaux... Le maître des cours européennes nous invite dans l'intimité de "The Queen".

  • La Russie ne cesse de renouer avec son passé impérial. Sans haine ni a priori, le temps des tsars sort de l'oubli organisé, pour être reconsidéré après les mensonges et la désinformation imposés par la Révolution, puis la guerre civile et la dictature.
    Avec son talent coutumier, Jean des Cars raconte comment la dynastie des Romanov, qui régna de 1613 à 1917, a construit la Russie impériale et bouleversé l'histoire du monde.
    De Pierre le Grand à Nicolas II, en passant notamment par la Grande Catherine et Alexandre II, il dépeint l'histoire et la personnalité de ses souverains, soulignant l'extraordinaire de leurs destins où la grandeur côtoie presque toujours la tragédie.
    " A chacun, Jean des Cars restitue sa juste place et sa personnalité propre.
    Quelle famille, quelle destinée, quelle nation aussi ! " Laurent Theis, Le Point.
    Nouvelle édition


  • Rois et reines dans la tournmente des deux guerres mondiales.

    À l'été 1914, l'Europe est très majoritairement monarchique : sur vingt-deux États, dix-neuf sont des royaumes, des empires, des principautés ou des grands-duchés. Circonstance exceptionnelle : leurs souverains, qui vont s'unir, se combattre et parfois se trahir, sont presque tous parents, liés par le sang et les mariages (Romanov, Habsbourg, Hohenzollern, Windsor...). Ainsi la " guerre des rois " sera-t-elle un incroyable règlement de comptes familial à l'échelle d'un continent, puis du monde.
    Au lendemain des deux guerres mondiales, que sont devenus les monarques ? Quels sont ceux qui sont toujours en place ? Ceux qui ont abdiqué, ont été banni ou ont choisi l'exil ?
    Avec le brio qui le caractérise, Jean des Cars nous conte le " crépuscule des rois ", un demi-siècle durant lequel la peur côtoie la grandeur, et la barbarie la geste héroïque.
    Jean des Cars est l'historien des grandes dynasties d'Europe et de leurs plus illustres représentants. Parmi ses grands succès : La Saga des Romanov ; La Saga des Habsbourg ; La Saga des Grimaldi ; La Saga des Windsor ; Nicolas II et Alexandra ; François-Joseph et Sissi.
    Citations dans le cartouche couleurs :
    " Passionnant ! "
    Le Parisien

    " Jean des Cars, éminent spécialiste des sagas dynastiques, expose les faits, pays après pays, décennie après décennie, dans un ouvrage vivant, et documenté, d'autant plus plaisant à lire qu'il se compose de près de 170 sous-chapitres qui racontent chacun une histoire. "
    Le Figaro Magazine

    1 autre édition :


  • La première biographie illustrée d'un couple légendaire parmi les plus célèbres de l'histoire.

    Pour l'éternité, ils constituent un couple légendaire parmi les plus célèbres de l'histoire. Pour le meilleur et pour le pire, entre quelques joies et d'innombrables tragédies, toutes ancrées dans la mémoire européenne, préludes à la fin d'un monde, celui d'avant 1914, " le monde d'hier " de Stefan Zweig.
    Etayé sur une nouvelle approche documentaire, cet ouvrage relate l'histoire de ce couple imprévu, donc romanesque. Quelle fut leur vie, publique et privée ? Comment fonctionnait cette monarchie conjugale, double elle aussi ? Dans quels domaines furent-ils d'accord ? Savaient-ils la vérité sur la mort de leur seul fils et héritier à Mayerling ? Et cette question simple mais essentielle : se sont-ils réellement aimés à défaut d'être heureux ?
    De l'union à la cohabitation, des crises à l'entente cordiale, de l'amusement à l'agacement, de l'exaspération à la colère, cette biographie croisée présente le destin exceptionnel de deux têtes couronnées devenues des mythes de leur vivant. Celui du " dernier monarque de la vieille école ", amoureux définitif de son épouse fuyante, assassinée par un anarchiste ignorant que sa victime était bien plus révolutionnaire que lui et qu'elle espérait cette délivrance. Une mort qui bouleversa les peuples et laissa son mari inconsolable. Jean des Cars, avec le talent et la finesse qu'on lui connaît, dévoile l'intimité d'un homme de devoir et d'une femme en rébellion.

  • Le destin tragique et désormais mythique d'une inoubliable figure de femme. En 1898, Sissi était assassinée à Genève par un anarchiste italien. Depuis, l'impératrice d'Autriche et reine de Hongrie est devenue un mythe. Souveraine à la beauté légendaire, fantasque et solitaire, elle a inspiré peintres, poètes, psychanalystes, cinéastes. Voici la Sissi historique, cette princesse bavaroise qui, en 1854, épouse l'empereur François-Joseph. A Vienne, on la critique ; à Budapest, sous le prénom d'Erzsébet, on la vénère, car elle défend le nationalisme magyar contre l'emprise autrichienne. Voyageuse acharnée, Sissi se réfugie aux frontières du non-conformisme, plus lucide que bien des diplomates sur les déchirements balkaniques. Pendant cinq ans, l'enquête de Jean des Cars l'a conduit dans l'ancien empire des Habsbourg à la rencontre des descendants de Sissi, et à la recherche des archives et de souvenirs inédits.

  • Un éclairage nuancé sur la dernière souveraine des Français. Le 11 juillet 1920, à 94 ans, disparaissait l'impératrice Eugénie, dernière souveraine des Français. Dans la mémoire nationale, cette fière et belle Andalouse n'a pas la meilleure réputation. On l'a soupçonnée de frivolité et taxée de frigidité au point que Napoléon III, son mari séducteur, avait dû chercher satisfaction auprès d'autres femmes ; on a moqué son autoritarisme maladroit après qu'elle eut été nommée régente ; surtout, on l'a accusée d'avoir poussé à la funeste guerre de 1870. On oublie ainsi qu'elle a aimé et défendu son pays d'adoption. Stendhal l'a initiée à l'histoire des Français, Mérimée lui a appris notre langue, elle s'est passionnée pour la défense de Flaubert, traîné en justice, et lui a obtenu la Légion d'honneur. A rebours des clichés caricaturant une Espagnole confite en dévotion et incapable de saisir l'esprit de son temps, Jean des Cars montre une impératrice appliquant les principes de la doctrine sociale chrétienne : elle crée les Fourneaux économiques, lointains cousins des Restaurants du coeur, elle encourage la formation scolaire et professionnelle des jeunes filles et soutient Pasteur dans sa croisade hygiéniste. Après la chute du régime, Eugénie, muette, accablée par la mort de son fils unique, et respectée, parcourt pendant quarante années l'Europe avec nostalgie. En 1914, elle est du côté de la France qui souffre. Jean des Cars dresse le portrait d'une grande dame d'hier qui, malgré ses erreurs, n'a jamais manqué de courage. Jean des Cars a publié de nombreux ouvrages dont Sissi ou la fatalité, Rodolphe et les secrets de Mayerling et Le roman de Vienne.

  • De la reine Victoria à la naissance de Baby George, le roman vrai d'une famille extraordinaire, aux prises avec le tragique de l'histoire comme avec les drames intimes. Par un maître du genre.
    De l'Angleterre encore imprégnée du prestige de la légendaire reine Victoria au long règne d'Elizabeth II, de l'Empire britannique dominant le monde d'avant 1914 au Commonwealth des Nations, des gentlemen en chapeau melon aux Beatles, de la fin des prestigieuses colonies au mariage de William et de Kate et à la naissance de l'héritier Baby George, voici l'extraordinaire saga d'une lignée de monarques, de reines, de princes et de princesses dont les destins sont de véritables romans. Dans leurs bonheurs comme dans leurs malheurs, ils continuent de nous fasciner par un unique mélange de traditions et d'audaces. Windsor ? Une passionnante synthèse britannique.

  • En 1774, Louis XVI offrait le Petit Trianon à Marie-Antoinette désireuse de disposer d'un lieu pour échapper à l'étiquette rigide et contraignante de la Cour. La jeune reine va passionnément aimer ce domaine, bientôt prolongé d'un jardin "anglo-chinois" à l'opposé de la splendeur géométrique des jardins de Versailles. En 1782, elle y ajoute un "nouveau jardin" qui abrite, autour d'un étang, des chaumières à colombages formant un véritable village aux façades rustiques mais aux intérieurs souvent raffinés. Le Hameau comprend en outre une ferme et son fermier chargé de l'exploitation, gérant le bétail, les cultures, le moulin et la laiterie.
    Longtemps abandonné, considéré, à tort, comme une excentricité de Marie-Antoinette qui y avait vécu des moments heureux mais aussi des heures dramatiques, le Hameau revit peu à peu. La restauration de la Maison de la Reine, au coeur du domaine, a inspiré cet ouvrage inédit, abondamment illustré par une documentation originale.

  • Entre les pommes soufflées, inventées en 1837 à cause du retard du premier convoi de Paris à Saint-Germain et le TGV Est qui va changer les relations européennes en 2007, voici 170 ans de notre histoire. Des voyages pour rêver, un livre pour voyager.0500Qui n'a rêvé de monter à bord de l'Orient-Express, du Transsibérien, du palace sur rails des maharadjahs ou encore de s'embarquer avec Paul Morand, Agatha Christie, Valéry Larbaud et Joseph Kessel?

    Un livre raconté par un écrivain qui, comme son arrière-grand-père, ne peut voir partir un train sans être du voyage.0300Qui n'a rêvé de monter à bord de l'Orient-Express, du Transsibérien, du palace sur rails des maharadjahs ou encore de s'embarquer avec Paul Morand, Agatha Christie, Valéry Larbaud et Joseph Kessel?

    Un livre raconté par un écrivain qui, comme son arrière-grand-père, ne peut voir partir un train sans être du voyage.

  • Une biographie inédite et illustrée du dernier tsar de Russie et de sa famille au destin fascinant et bouleversant qui s'achève en tragédie. Coupable ou martyr ? Coupable et martyr ? Longtemps, l'histoire officielle, d'inspiration marxiste, a accablé Nicolas II, chargé de tous les crimes, accusé de toutes les erreurs. Depuis la chute de l'URSS, la spectaculaire révision de son rôle, de son attitude, de son influence, les drames personnels qu'il a subis et l'engrenage de la Première Guerre mondiale nous montrent un autre souverain, un homme différent de celui qu'on présentait, dépassé par les événements, miné par la fatalité et finalement broyé par une histoire éminemment tragique. La destinée du dernier tsar, patriote jusqu'au bout, est plus fascinante et bouleversante que celle de ses illustres prédécesseurs parce que, précisément, le pouvoir des Romanov s'achève en tragédie. Cent ans plus tard, dans cette biographie inédite et richement illustrée, Jean des Cars dresse le portrait intime du couple formé par Nicolas II et Alexandra Fedorovna, et de leurs enfants : les grandes-duchesses Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexis qui naîtra hémophile - un calvaire pour son entourage, une menace sur la dynastie. Du couronnement à l'assassinat de toute la famille, l'auteur nous conte avec son talent coutumier la vie du dernier couple impérial russe, des années de bonheur à l'épreuve de la guerre et des révolutions, des réformes intérieures au pouvoir de Raspoutine, de l'abdication au massacre.

  • Les douze souveraines dont Jean des Cars a choisi de raconter les vies sont autant de mythes qui enflamment les mémoires et parlent à la postérité par leur destinée et leur contribution décisive à l´histoire du monde : Catherine de Médicis, Elizabeth Ire d´Angleterre, Christine de Suède, Marie-Thérèse d´Autriche, Catherine II de Russie, Marie-Antoinette, Victoria, Eugénie, Sissi, l´impératrice Zita, Astrid reine des Belges et Elizabeth II.

    Leurs noms sont ancrés dans nos sensibilités. Leurs vies, longues ou brèves, et celles des peuples qu´elles conduisaient ou incarnaient furent jalonnées de grandeurs et de tragédies, d´intrigues de palais, de bonheurs et de souffrances qui expliquent la fascination qu´elles n´ont cessé de susciter.

    Reines en titre placées à la tête de l´État, épouses de monarques ou régentes, elles ont marqué leurs époques, forgé des ententes, ourdi des complots, affronté des luttes successorales, déclenché des guerres, recherché ou obtenu la paix, rayonné par leur action, leur intelligence ou simplement leur charme qui est une valeur essentielle de la monarchie. Mariées ou non, de moeurs sages ou amoureuses aux liaisons connues, voire supposées, certaines furent plus que reines par l´étendue et la diversité des territoires relevant de leurs couronnes.

    Sans elles, notre histoire eût été différente et, osons le prétendre, moins passionnante.

  • Après le succès de La Saga des reines, Jean des Cars signe les étincelants portraits des favorites les plus célèbres. Proches du pouvoir, et l'exerçant parfois d'une manière clandestine, elles forment un galant cortège de femmes à qui de grands hommes doivent beaucoup.
    Qu'est-ce qu'une favorite ? Le mot, sans doute d'origine italienne, signifie qu'une femme " a les faveurs " d'un personnage de haut rang. Elle ne se contente pas d'être une maîtresse, elle dispose de moyens, a une influence politique, économique ou artistique ; elle obtient des résultats, heureux ou calamiteux. Rien ne se fait ni ne se défait sans elle.


    Les égéries retenues par l'auteur ont toutes joué un rôle en raison de leur emprise sur un monarque, prince-président, roi, empereur, qu'il soit marié, veuf ou célibataire : Agnès Sorel, Diane de Poitiers, Gabrielle d'Estrées, Louise de La Vallière, la marquise de Montespan, Mme de Maintenon, les soeurs de Nesle, la marquise de Pompadour, Mme du Barry, Zoé du Cayla, Lola Montez, Miss Howard, Katia Dolgorouki, Blanche Delacroix, Magda Lupescu et Wallis Simpson.
    Une quinzaine de portraits de femmes qui ont bousculé l'histoire du monde. Pour le meilleur et pour le pire.



    Jean des Cars s'est fait l'historien des grandes dynasties d'Europe et de leurs plus illustres représentants. Parmi ses grands succès : Eugénie, la dernière impératrice ; Sissi ou la Fatalité ; La Saga des Romanov ; La Saga des Habsbourg et La Saga des Windsor.

  • En historien et témoin privilégié, Jean des Cars, dont on connaît le talent de conteur, dresse le portrait d'une famille qui a plus de 700 ans, et pour qui la ferveur populaire n'a jamais faibli. Depuis des années, la question alimentait les rumeurs : le prince Albert de Monaco allait-il se marier ? Après la disparition de son père Rainier III en 2005, le nouveau prince était la cible de tous les commérages. Enfin, il annonce qu'il épousera Charlene Wittstock, une championne de natation sud-africaine qui ne le quitte plus. L'histoire de la Principauté a souvent été écrite par les femmes, depuis la redoutable Pomelline de l'époque médiévale jusqu'à la lumineuse et inoubliable Grace Kelly dont l'étoile ne s'éteindra jamais. Mais si on parle beaucoup de Monaco, parfois avec envie, parfois avec des sous-entendus, qui connaît vraiment l'épopée de la plus ancienne dynastie régnante d'Europe ? La grande histoire de ce petit pays commence une nuit de 1297. Seigneurs défendant âprement leur Rocher, puis princes de Monaco depuis 1619, les Grimaldi sont engagés dans tous les enjeux européens pour construire un Etat moderne, mais attentif à ses traditions. Jean des Cars a publié chez Perrin plusieurs biographies de référence : Sissi ou la Fatalité ; Eugénie, la dernière impératrice ; Rodolphe et les secrets de Mayerling ; Haussmann, la gloire du second Empire, plusieurs albums et l'histoire de grandes dynasties comme La Saga des Romanov et La Saga des Habsbourg.

  • Par le plus fin connaisseur des cours européennes, l'histoire romanesque et authentique d'une dynastie qui incarne le destin de l'Occident.0500 Le 11 novembre 1918, le descendant de Rodolphe, Charles Ier, signe à Schönbrunn sa renonciation à la couronne impériale d´Autriche. De l´un à l´autre, durant plus de six siècles, les Habsbourg - Charles Quint, Marie-Thérèse, François-Joseph et tant d´autres puissantes figures - ont dominé une grande partie de l´Europe. Leur disparition marque l´écroulement de tout un monde, mais leur nom reste porteur de rayonnement artistique, de grandeur politique et d´identité européenne.
    L´auteur a consulté les archives, visité tous les hauts lieux de la dynastie, et recueilli les témoignages de l´impératrice Zita et de l´archiduc Otto de Habsbourg.

    Jean des Cars, qui fut journaliste àParis-Matchpuis grand reporter auFigaro Magazine, s´est fait avec un succès jamais démenti historien des grandes dynasties d´Europe, et de leurs capitales. Parmi ses nombreux ouvrages,Eugénie, la dernière impératrice;Sissi ou la Fatalité;Rodolphe et les secrets de Mayerling;La Saga des Romanov;Dictionnaire amoureux des trains;La Véritable Histoire des châteaux de la Loire.0300En Suisse, dans le canton d´Argovie, se dresse fièrement sur un piton l´antique forteresse de Habsbourg. Ici a commencé, au XIesiècle, la prodigieuse destinée d´une famille exceptionnelle, qui prend son véritable essor en 1273, lorsque le comte Rodolphe de Habsbourg, à la surprise générale, est élu empereur du Saint Empire romain germanique. Le 11 novembre 1918, le descendant de Rodolphe, Charles IV, signe à Schonbrünn sa renonciation à la couronne impériale d´Autriche. De l´un à l´autre, durant plus de six siècles, les Habsbourg ?Charles Quint, Marie-Thérèse, François-Joseph, tant d´autres puissantes figures- ont dominé une grande partie de l´Europe, du Proche-Orient et de l´Amérique du Sud. Leur disparition marque l´écroulement de tout un monde, mais leur nom reste porteur de rayonnement artistique, de grandeur politique et d´identité européenne. L´auteur a consulté les archives, visité tous les hauts lieux de la dynastie, et recueilli le témoignage de l´impératrice Zita et de l´archiduc Otto de Habsbourg.

  • Rodolphe, fils unique de François-Joseph et de Sissi, héritier de l'Autriche-Hongrie, avait été assassiné ! C'est la déclaration que fit l'impératrice Zita à Jean des Cars en 1982. Et voici le livre tant attendu que l'historien en a tiré. C'est l'une des plus célèbres énigmes de l'histoire. A l'aube du 30 janvier 1889, dans le pavillon de chasse de Mayerling, aux environs de Vienne, on découvre le corps de l'archiduc héritier d'Autriche-Hongrie, Rodolphe de Hasbourg, l'unique fils de Sissi et de François-Joseph - et celui d'une jeune fille de 17 ans, Mary Vetsera. Immédiatement, les plus folles rumeurs circulent. Laborieusement, la Cour impériale tente d'accréditer la thèse du suicide. Le futur empereur et roi aurait été incapable d'assumer le scandale de sa liaison adultère avec la très jeune Mary Vetsera. Pendant près d'un siècle, cette version "officielle", romanesque, fut imposée. Face aux doutes et aux contradictions relevées, le silence l'emporta. En, 1982, à la veille de son retour à Vienne, l'impératrice et reine Zita, dernière souveraine d'Autriche-Hongrie, livre à Jean des Cars des révélations spectaculaires qui ébranlent la thèse d'un amour maudit et remettent en question les rares certitudes de l'affaire. La rigoureuse contre-enquête de Jean des Cars démontre, d'une manière implacable, que la vérité pourrait être fort différente... Jean des Cars a publié de nombreux ouvrages dont, en tempus, Sissi, impératrice d'Autriche.

  • Il a édifié des châteaux fantastiques exaltant l'éthique de la chevalerie médiévale et le génie de la France du Grand Siècle. Il a sauvé de la faillite Richard Wagner, imposant son oeuvre mais contraint d'exiler le musicien au comportement intéressé. Il a été le premier mécène du festival de Bayreuth. Son homosexualité le révulsait et défrayait la chronique. Il fut cependant l'étrange confident de sa belle cousine, la célèbre Sissi, impératrice d'Autriche et reine de Hongrie. Il s'est battu pour défendre l'identité de son royaume, dans l'Empire allemand. Accablé par l'effondrement français en 1870, il se réfugia dans ses montagnes, construisant de fascinants palais et s'isolant dans un monde que personne ne pourrait atteindre ni détruire. Il est mort sur le rivage d'un lac, dans des circonstances énigmatiques. Accident ? Suicide ? Assassinat ? Louis II n'est pas seulement le plus célèbre des rois de Bavière, il est aussi le plus mystérieux. Grâce à une enquête minutieuse dans les archives et les dossiers de son règne, Jean des Cars réussit à expliquer la vie et la mort de ce monarque visionnaire, longtemps victime d'une réputation injustifiée parce qu'il percevait parfaitement les pulsions de son siècle.

  • En 1898, Sissi était assassinée à Genève par un anarchiste italien. Depuis, l'impératrice d'Autriche et reine de Hongrie est devenue un mythe. Souveraine à la beauté légendaire, fantasque et solitaire, elle ne cesse de fasciner des millions d'hommes et de femmes. Son destin, marqué par la fatalité qui frappe les grandes dynasties, nous fascine toujours. Elle a inspiré peintres, poètes, psychanalystes, cinéastes.
    Voici la vraie Sissi, nimbée du charme d'une princesse bavaroise qui, en 1854, épouse François-Joseph, l'empereur qui règne sur cinquante millions de sujets. Si, à Vienne, on la critique, à Budapest, sous le prénom d' Erszébet, on la vénère, car elle défend le nationalisme magyar contre l'emprise autrichienne.
    Personnage moderne et voyageuse acharnée dans une fin de siècle foisonnante, des palais danubiens aux côtes grecques ou normandes, Sissi fuit le protocole et se réfugie aux frontières de la nostalgie et du non-conformisme. Séduisante et rebelle, plus lucide que bien des diplomates sur les déchirements balkaniques, elle est une visionnaire des tragédies fin de siècle. Aujourd'hui, en Europe centrale, le souvenir de Sissi recueille une nouvelle popularité.
    Pendant cinq ans, l'enquête de Jean des Cars l'a conduit dans l'ancien empire des Habsbourg à la rencontre des descendants de Sissi. Minutieux et argumenté, il apporte des souvenirs inédits ou peu connus, des témoignages et d'archives et, grâce à de spectaculaires révélations, éclaire d'une manière originale cette inoubliable figure de femme. De l'histoire au mythe, un livre de référence, déjà traduit en Allemagne, au Japon, en Espagne et en Hongrie.

  • 15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !

  • La beauté glacée et immuable de Diane de Poitiers demeure légendaire, attestée par de grands peintres, mais ce ne fut pas sa seule arme. Favorite d'Henri II bien qu'âgé de dix-neuf ans de moins qu'elle, elle a fait preuve tout au long de sa vie de détermination et d'intelligence et son rôle à la cour des Valois a marqué l'histoire de France.
    Le récit de sa vie est ici porté par le talent d'historien et de conteur de Jean des Cars.

  • Gabrielle d'Estrées fut pendant plus de huit années la principale maîtresse du premier roi Bourbon, Henri IV, et sans doute sa plus grande passion, régnant sur son coeur et ses idées, poussant le roi huguenot à se convertir afin de pouvoir l'épouser. Car comme à toutes ses autres conquêtes, il lui avait promis le mariage. Pouvait-elle le croire ? Elle venait d'une famille où l'on n'était guère farouche, l'amour y était un calcul avant d'être un plaisir. Rien n'était interdit.
    Le récit de sa vie est ici porté par le talent d'historien et de conteur de Jean des Cars.

empty