• Une odyssée pré- et postapocalyptique d'un réalisme extrême. Fascinant, remuant, vibrant.
    Lorsque la civilisation s'est effondrée, le monde allait mal depuis longtemps. Bouleversements climatiques, émeutes, épidémies inquiétantes et dictatures... c'était un monde en bout de course, où l'on faisait semblant de vivre normalement. Le Grand Effondrement était inévitable, mais nul n'aurait pu imaginer ce qui allait suivre.
    Quinze ans plus tard, Lou et Guillaume font partie des survivants. Elle est adolescente, lui a une trentaine d'années. Il l'a recueillie quand elle était toute petite. Réfugiés dans une ancienne villa perchée sur un mont des Flandres, ils savent que le danger peut surgir à tout instant.

  • Une odyssée pré- et post-apocalyptique centrée sur le personnage d'une jeune fille.
    Lou quitte Wim avec un goût amer. Dans le monde d'après l'effondrement, existe-t-il un seul endroit épargné par l'horreur ? Son dernier espoir, comme pour Amir, Cesaria et Maria : la Douceur. Lou ne sait pas encore à quel point la route pour l'atteindre sera longue.
    Au même moment, dans la Douceur qui prospère depuis quatorze années, trois musiciens jouent pour la première fois la Mélodie. Cet air semble avoir un mystérieux effet sur les Cybs, mais permettra-t-il d'éviter le pire ?
    Car, tandis que Lou s'approche de son ultime étape, le danger qui menace d'anéantir la Douceur s'épaissit comme une ombre...

  • Une odyssée pré- et post-apocalyptique d'un réalisme extrême.
    Épuisée, Lou revient vers la mer afin de se laisser mourir sur la plage où Guillaume lui a appris à nager. Marchands d'esclaves, pillards, Entre-Deux... avec son lot d'horreurs, la vie d'après le Grand Effondrement mérite-t-elle que l'on se batte encore pour elle ?
    Plusieurs rencontres inattendues amènent Lou à continuer, malgré tout. Chez les Wims, elle découvre une communauté harmonieusement organisée sous l'autorité d'un Délégué. Et puis, il y a Amir... Une promesse d'apaisement, enfin.
    Lou le savait pourtant bien : c'est au moment précis où l'on baisse la garde que surviennent les pires dangers.

  • Vous aurez une furieuse envie d'inventer le monde de demain ! Le nouveau roman de Jérôme Leroy Le monde de la Douceur vient d'entrer dans sa quatrième génération. Dans la Douceur, il n'y a plus de téléphones portables, plus de pollution, plus de cadences effrénées, l'idée même de profit a disparu. Macha-des-Oyats, qui a cent sept ans, est née au tout début du 21e siècle. Elle est l'une des dernières personnes à avoir connu l'époque ultraviolente et morose du monde de la Fin. Alors, pour les jeunes qui le lui demandent, Macha accepte de raconter sa jeunesse, son amour perdu, sa fuite vers un idéal...

  • Dans un pays de Scandinavie qui ressemble presque trait pour trait à la Norvège, la jeune Clara Pitiksen est en convalescence depuis huit mois à la clinique de la Reine-Astrid, retirée tout au fond d´elle-même, de ce qu´il reste d´elle-même. Dans une longue lettre adressée à Émilie, sa correspondante française, elle raconte et se raconte par petites touches, avec une infinie pudeur, donnant à entrevoir comment l´horreur absolue a pu naître en Norlande, ce pays de contes de fées...

  • Comment réagir quand on apprend à quinze ans que toute sa vie est une couverture, à commencer par son propre nom ? La mère d´Emilie a composé pendant vingt ans, pour elle et sa fille, une vie de fausses identités, de déménagements soudains et de fuites nocturnes. C´était le prix à payer pour avoir fait partie d´un groupe révolutionnaire armé au début des années 80, le prix pour ses engagements d´alors. Arrêtée à quelques mois de la prescription de tous ses crimes, elle est incarcérée dans une prison de haute sécurité. Emilie Ambricourt, ex-Dora Suarez, emménage chez ses grands-parents, un couple de la bourgeoisie rouennaise...

  • Rigoureusement construites et d'une écriture irréprochable, les nouvelles noires de Jérôme Leroy flirtent avec la politique-fiction et projettent notre sombre présent dans un futur (très proche) apocalyptique. Parfois, pourtant, dans un enfer (mal) climatisé, dans un monde ravagé par la pollution et l'effet de serre, des miracles ont lieu... Ces textes magnifiques, d'une lecture passionnante qui force à la réflexion, nous rassurent au moins sur un point : apocalyptique ou pas, notre futur devra compter avec ce remarquable écrivain.

  • Les souvenirs scolaires de Chateaubriand, Balzac, Hugo, Baudelaire, Flaubert, Vallès, Zola, Daudet, Maupassant... tirés de leurs livres ou correspondances.

  • A l'occasion de ses 70 ans, retrouvez dans ce dossier gratuit les premiers chapitres de 9 titres incontournables de la collection Série Noire :

    Les initiés (de Thomas Bronnec), Pukhtu Primo (de DOA), L'ange gardien(de Jérôme Leroy), Or Noir (de Dominique Manotti), Et ils oublieront la colère (de Elsa Marpeau), Tout doit disparaître (de Jean-Bernard Pouy), L'alignement des équinoxes(de Sébastien Raizer), Les Brillants (de Marcus Sakey) et L'exécution de Noa P. Singleton (de Elizabeth Silver).

    Vous pouvez accéder directement à chaque extrait par la table des matières de ce dossier ou lire les extraits à la suite. Retrouvez aussi photographie et biographie des auteurs. Tous ces livres numériques sont en vente chez votre libraire.

  • Ce recueil d'une cinquantaine de courtes nouvelles aborde tous les thèmes du fantastique, de l'horreur, de la science-fiction et de l'épouvante. Il y est question de vampires, de fantômes, d'aliens, de morts vivants, du Diable, d'enfants possédés par le démon, de mutants, de tueurs psychopathes et, bien sûr, de zombies...
    Dernières nouvelles de l'enfer est ainsi un hommage à la grande littérature populaire telle que la pratiquaient les pulps américains dévorés par des millions de lecteurs. Mais Jérôme Leroy, dans ce recueil, rend aussi hommage aux grands maîtres de la série B, voire Z, comme Georges Romero ou John Carpenter.
    Dans le même temps, il s'amuse également à subvertir les codes du fantastique et à renvoyer à travers ces nouvelles une vision décalée et critique de notre société. Les créatures épouvantables qu'il met en scène n'échappent pas au chômage, aux problèmes conjugaux et connaissent des difficultés pour se loger ou faire valoir leurs droits à la retraite.
    On l'aura compris, les moments d'épouvante pure, les chutes surprenantes de ces histoires n'empêchent pas l'humour ou même la tendresse.

  • L'un et l'autre étaient « conseillers en sécurité » du gouvernement de droite ; les voilà bien marris maintenant que la gauche est revenue. Comment convaincre le nouveau pouvoir de leur utilité ? Peut-être en se rapprochant du ministre de l'Intérieur. Cet homme a beau être de gauche, il n'hésite pas à reprendre leurs propres couplets : trop d'insécurité, de laxisme, d'étrangers... et pas assez de flics, de caméras et de citoyens vigilants. Alors, pourquoi ne pas lui donner un coup de main ? Il faudra juste veiller à ne pas laisser de trace...

  • « Une si douce apocalypse », paru en janvier dans « Le cabinet noir », a été une révélation pour de nombreux lecteurs, révélation que la presse a également saluée, Le Monde, Le Magazine littéraire, Le Figaro littéraire, Valeurs actuelles, Le Figaro magazine en particulier. Dans les cinq nouvelles inédites de ce nouveau recueil on retrouve l'écriture rigoureuse et la pensée visionnaire et désespérée, parfois tempérée d'émotion, qui sont la marque de cette oeuvre totalement originale, à la limite du policier et de la science-fiction.

empty