• Depuis son indépendance en 1958, la Guinée a connu plusieurs types de transitions politiques. La première, post Sékou Touré, s'est terminée par la prise du pouvoir par l'armée (1984). Après un régime d'exception de six ans, la Guinée s'engage dans une nouvelle transition. Cependant, l'ère démocratique fut éphémère. Après une tentative de renversement de pouvoir par des militaires en 1996, le régime de Lansana Conté bascula dans l'autoritarisme jusqu'à sa mort en 2008, suivie d'un putsch militaire dirigé par le capitaine Moussa Dadis Camara. Après une tentative d'assassinat du capitaine Camara, le général Sékouba Konaté conduisit cette transition à l'élection présidentielle de juin et novembre 2010.

  • C'est en décrivant rigoureusement et magistralement chaque événement que l'auteur retrace ainsi le placement abusif de son fils. Un récit déroutant qui révèle combien les placements d'enfants, financés à coups de milliards d'euros, sont source de dérives extrêmement dangereuses.

  • Une proposition de modèle de société guinéenne concret, innovant et réaliste pour sortir la Guinée de l'ombre et trouver le chemin de l'espérance.
    C'est avec un fort réalisme que l'auteur propose à la Guinée un nouveau paradigme social ainsi qu'un mode innovant de gouvernance permettant d'affirmer que la mal gouvernance sera bientôt un lointain souvenir. Un livre à mettre entre les mains de tout public, en Guinée, en Afrique et bien au-delà.
    Ibrahima Bah, professeur universitaire, expose son Plan national pour une bonne gouvernance. Audacieux, réaliste et ambitieux, le docteur a décidé d'apporter des idées et des solutions concrètes et d'incarner la force et la volonté du peuple guinéen pour lutter contre le mal absolu qu'est la mal gouvernance.
    EXTRAIT
    Certains croient que notre pays est irréparable, que le remède est introuvable, que la misère est notre seul horizon. Ils ont tort. Nous nous en sortirons en remontant dans le temps et en appliquant les recettes qui ont fait le succès des grandes nations, notamment la démocratie et le progrès social. Par ailleurs, regarder l'histoire récente du Rwanda, un exemple de saut hors du seau, parmi d'autres, fera retrouver le chemin de l'espérance.
    D'autres imaginent que la Guinée ne changera pas sans eux. Que l'alternance politique n'est pas une bonne idée. Après la dictature (1958-1984), la démocrature1. Les mêmes hommes, les mêmes visages, les mêmes héritages, depuis bien longtemps.
    Il est évident que les uns et les autres ont tort. Ce sont leurs projets et leurs modèles qui nous ont précipités dans les tourments. Je suis convaincu que la Guinée a le ressort nécessaire pour rebondir. Elle a l'envie et des hommes nouveaux pour le faire. C'est une vérité qu'il est facile de voir en face. Où devons-nous aller, et par quels chemins prioritaires??
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Ibrahima Bah, fondateur du mouvement Respect des Deniers Publics et du Citoyen, est docteur en Sciences Économiques et enseignant. Il apporte ici sa contribution et des innovations réelles au profit de la Guinée. Un livre  qui dessine les contours concrets d'un nouveau modèle de société qui fera briller la Guinée au-delà de ses frontières.

  • Une quinzaine de réformes éducatives ont été initiées durant la Première République de la Guinée. Tout au long de ces réformes, l'éducation s'est retrouvée au centre de luttes politiques entre différents groupes d'intérêts. Des changements drastiques, des remodelages constants de structures et des renouvellements fréquents de styles de direction, il a résulté une relative désorganisation du système et un sentiment d'insécurité institutionnelle. Aujourd'hui il y a un besoin d'une profonde remise à plat vers plus de franchise académique, moins de politique en éducation et des enquêtes intraverties pour faire le bilan des acquis afin d'identifier les besoins insuffisamment satisfaits. C'est sur cette base qu'on pourrait reconstruire avantageusement les structures et les programmes éducatifs du pays.

empty