• "Je voyais maintenant que c'étaient les créatures les moins terrestres qu'il soit possible de concevoir. Ils étaient formés d'un grand corps rond, ou plutôt d'une grande tête ronde d'environ quatre pieds de diamètre et pourvue d'une figure. Cette face n'avait pas de narines - à vrai dire les Martiens ne semblent pas avoir été doués d'un odorat - mais possédait deux grands yeux sombres, au-dessous desquels se trouvait immédiatement une sorte de bec cartilagineux. [...] En groupe autour de la bouche, seize tentacules minces, presque des lanières, étaient disposés en deux faisceaux de huit chacun. Depuis lors, avec assez de justesse, le professeur Stowes, le distingué anatomiste, a nommé ces deux faisceaux des mains."

  • "Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur ; tantôt roux, tantôt verts ; ils croissaient, s'étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d'immenses édifices s'élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée - ondoyant et s'évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d'un solstice à l'autre, en moins d'une minute, et que par conséquent j'allais à une vitesse de plus d'une année par minute ; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s'évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps."

  • Les oiseaux disparaissent ; les insectes disparaissent ; les vers de terre, les grenouilles, les libellules disparaissent ; les grandes espèces sont sur le déclin ; et l'homme ? Sur le thème, qui l'obsédait, de la fin de l'espèce humaine, et donc de sa survie, voici cinq textes publiés par H.G. Wells entre 1891 et 1896 ("Zological Retrogression", "On Extinction", "The Man of the Year Million", "The Extinction of Man", et "Intelligence on Mars"), et un constat : la Grande Catastrophe nous guette. "Et nous l'aurons bien mérité."

  • Londres, un soir de 1897. Graham décide de prendre des somnifères pour s'endormir mais tombe dans un coma profond. Il se réveille en 2100 et découvre une société bouleversée, dans lequel il est devenu l'un des hommes les plus riches du monde. Mais très vite, ce nouvel ordre, plus inégalitaire que jamais, le dégoûte et Graham décide de mener la révolution aux côtés d'ouvriers rebelles. Quand le dormeur s'éveillera peut être considéré comme la suite méconnue de La Guerre des mondes.
    Herbert George Wells (1866-1946) est reconnu comme l'un des pères de la science-fiction, avec notamment La Guerre des mondes. Il est également l'auteur de La Machine à explorer le temps (1895), L'Ile du Docteur Moreau (1896) puis de L'Homme Invisible (1897).
    « Wells avait une imagination particulièrement féconde lorsqu'il voulait raconter un désastre. C'est ce qui le rend évidemment très pertinent, surtout aujourd'hui. » - David Lodge
    « Ses histoires d'amour et ses rêves étaient superbes. » - Vladimir Nabokov

  • Seul rescapé d'un naufrage, Edward Prendrick est repêché en mer par un navire chargé d'une cargaison d'animaux. Sur l'île tropicale où il débarque, un certain Dr Moreau se livre à d'étranges expériences de vivisection. Prendrick ne tarde pas à découvrir que les créatures passées sous le scalpel du chirurgien sont le fruit de greffes monstrueuses qui les rendent douées de pensée et de parole.Une sorte d'harmonie règne néanmoins sur l'île, tant que ces hommes-chiens, hommes-porcs ou hommes-léopards obéissent à la "Loi", un ensemble de règles qui prohibent leurs pulsions primitives. Jusqu'au jour où, la Loi bafouée, une véritable chasse "à l'homme" est lancée...Ce roman est suivi de La Machine à explorer le temps, autre classique de H. G. Wells.

  • When the Time Traveller courageously stepped out of his machine for the first time, he found himself in the year 802,700--and everything has changed. In another, more utopian age, creatures seemed to dwell together in perfect harmony. The Time Traveller thought he could study these marvelous beings--unearth their secret and then retum to his own time--until he discovered that his invention, his only avenue of escape, had been stolen. H.G. Well's famous novel of one man's astonishing journey beyond the conventional limits of the imagination first appeared in 1895. It won him immediate recognition, and has been regarded ever since as one of the great masterpieces in the literature of science fiction.
    From the Paperback edition.
    />

  • Monsieur Hoopdriver, modeste vendeur de tissu, s'apprête à partir en vacance sur la côte, sud de l'Angleterre. Il a en tout et pour tout, 10 jours de liberté durant lesquels, il va faire la rencontre d'un couple mystérieux.

    Ce livre de HG Wells est peu connu du grand public, car écrit durant sa jeunesse. Il dépeint l'émancipation de la société anglaise au moment où la bicyclette est devenue accessible aux classes modestes. Ce roman, à la fois drôle et entraînant est en fait une profonde critique des classes sociales anglaise au début du XIXe siècle.

  • « Je suis un pacifiste extrême, je hais jouer au soldat. » En août 1916, à 50 ans, Herbert George Wells part pourtant faire « le tour du Front ». Comme la majorité des grands écrivains britanniques - Rudyard Kipling, Sir Arthur Conan Doyle, Ford Madox Ford -, il a répondu à l'appel du War Propaganda Bureau créé dans les premières semaines de la guerre et chargé de la manipulation de l'opinion. « Ainsi nous passons, la plupart du temps en automobiles qui bondissent sur les routes de la guerre, comme un nuage de témoins, chacun témoignant à sa propre manière », écrit-il dans La Guerre et l'Avenir, livre qui n'avait pas été réédité depuis sa première publication à la fin de 1916. Le périple guerrier du grand écrivain britannique débute par l'Italie et le terrible front de l'Isonzo avec ses âpres combats de montagnes. Puis c'est la France, dévastée, avec ses villages « qui ne sont plus que des déserts de trous d'obus ». Écrivain politique fasciné par le progrès technique, inventeur de la science fiction (La Machine à remonter le temps, La Guerre des mondes, L'Homme invisible), H. G. Wells livre un récit de reporter de guerre où se mêlent portraits de guerriers, ravages des batailles, mais aussi armes futuristes et visions d'avenir sur l'organisation du monde, quand le fracas des armes aura cessé. Mais de ces pérégrinations sur les barrières de feu, de ce tour du front, Wells rapporte aussi des digressions étonnamment prémonitoires. Entre les lignes, c'est le siècle des génocides que cet auteur prolifique annonce. Traduction de l'anglais par Cecil George-Bazile. Préface d'Olivier Weber.


  • Un grand chef-d'oeuvre et sa suite, réunis dans un seul volume :

    LA GUERRE DES MONDES de H.G. Wells
    Le récit culte de l'invasion de la Terre par les Martiens, émergeant de leurs cylindres pour se lancer à l'assaut de la capitale de l'Empire britannique, en conduisant des monstrueux engins de combat - les célèbres « tripodes » - et en balayant toute résistance humaine avec des armes terrifiantes : le Rayon Ardent et la Fumée Noire.
    La Guerre des Mondes fait partie des oeuvres fondatrices de la science-fiction comme genre littéraire, et a été maintes fois adaptée au cinéma et aux autres médias. Le roman originel de Wells a gardé toute son actualité et sa lisibilité grâce à ses thématiques - possibilité de la vie extraterrestre, théorie évolutionnaire, avènement de la « guerre totale », fragilité de la civilisation moderne et de l'écologie planétaire - et à son style « reportage », direct et viscéral dans son réalisme.
    LE MASSACRE DE L'HUMANITÉ de Stephen Baxter
    Cela fait treize ans, depuis l'invasion martienne de l'Angleterre. Le monde a poursuivi sa course, guettant le ciel d'un oeil méfiant, mais rassuré de savoir que les moyens existent pour contrer la menace des Martiens. L'équipement pillé des cylindres et des machines de guerre abandonnés par l'ennemi ont permis un grand bond en avant sur le plan technologique. Et les Martiens sont vulnérables aux microbes terrestres. Les militaires sont prêts à toute éventualité.
    Quand les premiers signes annonciateurs des lancements sur la planète rouge sont aperçus, il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter. Sauf si vous aviez bien écouté les avertissements d'un homme : Walter Jenkins, le narrateur du livre de H.G. Wells. Jenkins est convaincu que les Martiens ont compris les causes de leur défaite et ont par conséquent adapté leurs méthodes.
    Il avait raison.
    Prise au milieu d'une seconde invasion, Julie Elphinstone - journaliste, rescapée de la Première Guerre contre les Martiens et belle-soeur de Jenkins - doit aller au coeur des zones de combat, puis s'en sortir pour transmettre son rapport sur ce nouveau conflit, coûte que coûte. Mais Jenkins et l'armée ont d'autres missions en tête pour Julie.
    Car le massacre de l'humanité a commencé.
    « Je ne peux citer un autre écrivain de nos jours qui mériterait plus que Baxter le titre d'héritier officiel de H.G. Wells. » Adam Roberts (The Guardian)
    « Les admirateurs de H.G. Wells trouveront leur bonheur avec cet hommage. » The Daily Telegraph
    « Stephen Baxter, une étoile brillante dans le firmament britannique de la science-fiction. » The Times
    « Baxter a extrapolé de façon habile les thèmes préférés de Wells, tout en intégrant les théories scientifiques actuelles. » Financial Times
    « Une oeuvre ingénieuse de la part d'un admirateur perspicace de Wells. » Times Literary Supplement


  • H.G. Wells, mondialement connu pour La Guerre des mondes, pour son intelligence incisive et son humour spirituel, nourrissait une passion tout à fait déraisonnable pour les war games, jeux à destination des adultes de bon goût et à l'esprit ouvert.

    Dans Petites Guerres, H.G. Wells détaille avec précision les règles de ce qui est considéré par beaucoup comme le premier war game moderne.
    Fidèle à la générosité qui le définissait, il a mis également son imagination au service des enfants et, dans Jeux de parquet, ces derniers verront déployé un bel éventail de jeux d'intérieur.
    Ce recueil illustré de dessins et photos d'époque est une occasion unique de plonger dans les univers de l'un des monstres sacrés de la littérature du XXe siècle et de faire vôtres ses scénarios.
    « Ce dont nous avons besoin, c'est d'hommes qui ne saignent ou ne souffrent pas, d'armes qui ne détruisent rien, de stratégies qui ne s'appuient pas sur le désespoir et, surtout, de généraux qui ne soient pas des meurtriers. [...] Pour remplacer la guerre et, peut-être, faire un micro-pas vers son évitement, voici Petites Guerres. » - Isaac Asimov
    « Petites Guerres est un ouvrage révolutionnaire. Bon voyage à bord de la machine à jouer dans le temps ! » - Gary Gygax
    « Tout a commencé à Sandgate - en Angleterre.
    Votre serviteur déjeunait en compagnie d'un ami - dont je me permettrai de voiler l'identité sous les initiales J.K.J. - dans une pièce jonchée d'irrépressibles adjuvants de l'extase enfantine. Sur une table voisine trônaient quatre ou cinq soldats, ainsi que l'un desdits canons [à ressort]. M. J.K.J traîna une chaise jusqu'à cette petite table, s'assit, examina discrètement le canon, le chargea d'un air méfiant, visa et abattit le petit soldat pris pour cible. Après s'être rengorgé de sa prouesse, il s'empressa de lancer à la cantonade une série de défis acceptés avec avidité...
    L'écho de son tir en cette journée continue de résonner de par le monde. Il s'est passé là quelque chose - qu'à l'image de la Canonnade de Valmy nous pourrions baptiser la Canonnade de Sandgate - d'inédit, un échange de tir entre deux rangs opposés de soldats guère différent par l'esprit - mais ô combien différent par les résultats ! - des assauts par catapultes ou frondes interposées de l'ère préhistorique. « Mais supposez, avança l'un des belligérants, supposez qu'il soit possible de déplacer les hommes ! » Par cette phrase, tout un nouveau monde d'affrontement s'ouvrit à nous. »
    [...]
    La bataille fait rage. Les canons se perdent, se gagnent, collines et villages sont pris d'assaut ou bien défendus ; soudain, il apparaît que la balance bascule définitivement d'un côté, et le vaincu n'a d'autre choix que de battre en retraite et d'assurer le repli des vestiges de sa fière armée...
    Mais avant d'aborder le sujet des batailles et des campagnes, laissez-moi vous présenter un bref résumé des règles. »
    H.G. Wells, 1913

  • Bien que l'histoire se déroule il y a près de 130 ans, la guerre des mondes est un livre frappant de modernité, ...

  • Ce volume contient les oeuvres d'Herbert George Wells. Version : 1.0 On pourra consulter les instructions pour mettre à jour ce volume sur le site de l'éditeur lci-eBooks, rubrique "Mettre à jour les livres" Contenu du volume : ROMANS LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS L'ÎLE DU DOCTEUR MOREAU LA BURLESQUE ÉQUIPÉE DU CYCLISTE LA GUERRE DES MONDES L'HOMME INVISIBLE UNE HISTOIRE DES TEMPS À VENIR QUAND LE DORMEUR S'ÉVEILLERA LES PREMIERS HOMMES DANS LA LUNE MISS WATERS AU TEMPS DE LA COMÈTE LA GUERRE DANS LES AIRS NOUVELLES (26) ÉTUDE LA RUSSIE TELLE QUE JE VIENS DE LA VOIR Lci-eBooks propose des compilations par auteur sous forme d'une collection numérotée ayant les prétenttions suivantes : Les compilations par auteurs de lci-eBooks sont les plus complètes du marché et sont évolutives. Chaque volume dispose d'une présentation soignée et d'un texte parfaitement formaté. La source des textes ou bien des scans utilisés pour la reconnaissance optique des caractères est donnée en toute transparence

  • Le Pays des Aveugles (titre original en anglais : The Country of the Blind ) est une nouvelle de Herbert George Wells Dickens, parue en 1904. Extrait | À plus de trois cents milles du Chimborazo, à une centaine de milles des neiges du Cotopaxi, dans la région la plus déserte des Andes équatoriales, s'étend la mystérieuse vallée : le Pays des Aveugles. Il y a fort longtemps, cette vallée était suffisamment accessible pour que des gens, en franchissant d'effroyables gorges et un glacier périlleux, parvinssent jusqu'à ses pâturages , et, en effet, quelques familles de métis péruviens s'y réfugièrent, fuyant la cruauté et la tyrannie de leurs maîtres espagnols...| |Wikipédia|

  • L'Homme invisible est un roman de science-fiction de H. G. Wells, publié en 1897. Présentation | Après quinze ans de recherches ruineuses, l'albinos Griffin invente une formule scientifique permettant de devenir invisible. Ayant réussi une expérience sur le chat de sa voisine, le savant décide d'expérimenter la formule sur lui-même, notamment pour fuir ses créanciers, avant de déclencher un incendie visant à effacer ses traces. Néanmoins, Griffin supporte fort difficilement les nombreux inconvénients générés par son invisibilité. D'un naturel caractériel et misanthrope, en butte à mille difficultés matérielles l'empêchant de poursuivre ses expérimentations, il sombre progressivement dans la démence...| |Wikipédia|

  • La Guerre des mondes (The War of the Worlds) est un roman de science-fiction écrit par H. G. Wells, publié en 1898. C'est une des premières oeuvres d'imagination dont le sujet est l'humanité confrontée à une race extraterrestre hostile1, en sus d'être le reflet de l'angoisse de l'époque victorienne et de l'impérialisme. L'histoire | « (...) Par-delà le gouffre de l'espace, des esprits qui sont à nos esprits ce que les nôtres sont à ceux des bêtes qui périssent, des intellects vastes, calmes et impitoyables, considéraient cette terre avec des yeux envieux, dressaient lentement et sûrement leurs plans pour la conquête de notre monde (...) » 1894. Des astronomes sont témoins d'étranges activités à la surface de Mars, comme des éclairs ou des explosions de gaz incandescent. L'étonnant phénomène se répète pendant les dix nuits suivantes puis cesse. Des météores venant de la planète rouge se dirigent bientôt vers la Terre. Le premier s'écrase en Angleterre, dans le Surrey : il s'agit d'un objet ayant la forme d'un cylindre de vingt-cinq à trente mètres. Les curieux se rassemblent autour du cratère formé par la chute du projectile, mais ils sont bientôt tués par un « rayon ardent » projeté par une machine gigantesque à trois énormes pieds sortie du cylindre...| |Wikipédia|

  • La Machine à explorer le temps (titre original : The Time Machine: An Invention) est un roman de science-fiction, écrit en 1895 par H. G. Wells (Royaume-Uni). Il est considéré comme un classique du genre sur le voyage dans le temps. L'histoire | Londres, à l'extrême fin du XIXe siècle. Dans la maison d'un savant, un groupe d'amis écoute celui qui prétend être le premier voyageur du temps narrer ses aventures. Le voyageur du temps commence son récit en décrivant le monde de l'an 802 701. La Terre est habitée par les Éloïs,descendants des hommes. Androgynes, simplets et doux, ils passent leur temps à jouer tels des enfants et à manger des fruits dans le grand jardin qu'est devenue la Terre. À la surface de celle-ci, ne subsiste plus aucune mauvaise herbe, ni aucune autre espèce animale. Le monde semble être devenu un paradis. Seulement l'explorateur du temps ne tarde pas à se rendre compte que cette apparente harmonie cache un terrible secret. Des puits menant à des systèmes d'habitations souterraines sont répartis un peu partout, et un bruit de machine s'en échappe. C'est sous terre que vit une autre espèce descendante aussi des hommes, les Morlocks, sortes de singes blancs aux yeux rouges ne supportant plus la lumière à force de vivre dans l'obscurité. La nuit, ils vont et viennent à la surface en remontant par les puits, pour kidnapper des Éloïs dont ils se nourrissent, devenus ainsi leur bétail à leur insu. L'explorateur, dont la machine à voyager dans le temps a disparu, va devoir descendre sous terre affronter les Morlocks, s'il veut pouvoir retourner chez lui. Entre temps, il va se lier avec une Éloïe, Weena...| |Wikipédia|

  • Senna atmosfera gospody lezacej na prowincji Anglii zostaje zaburzona pojawieniem sie tajemniczego mezczyzny. Ma ciemne okulary i zabandazowana glowe, co kaze wla´scicielom gospody przypuszcza´c, ze zostal dotkliwie poparzony. Go´s´c wynajmuje bezterminowo jeden z pokoi. Dopóki oplaty uiszczane sa na czas, gospodarze zachowuja dyskrecje, ignorujac ekscentrycznego mezczyzne. Problem pojawia sie, gdy pieniedzy zaczyna brakowa´c. Wierzyciele dostaja sie do pokoju, w którym mezczyzna urzadzil zadziwiajace laboratorium. Na tym jednak nie koniec zlowrogich wydarze´n. Lokator niespodziewanie znika. Okazuje sie, ze jest niewidzialny.
    Utwór Wellsa trudno jednoznacznie sklasyfikowa´c. Fantastyka, w której jednak nie brak zarówno elementów grozy, jak i slapstickowego humoru - taka definicja wydaje sie by´c najbardziej satysfakcjonujaca. Mroczny klimat tworzy to nie tylko zlowroga tajemnica, lecz takze pesymistyczna historia kogo´s, kto jest w stanie po´swieci´c czlowiecze´nstwo dla zysków wyplywajacych ze zlowrogich eksperymentów.

  • Senna atmosfera gospody lezacej na prowincji Anglii zostaje zaburzona pojawieniem sie tajemniczego mezczyzny. Ma ciemne okulary i zabandazowana glowe, co kaze wla´scicielom gospody przypuszcza´c, ze zostal dotkliwie poparzony. Go´s´c wynajmuje bezterminowo jeden z pokoi. Dopóki oplaty uiszczane sa na czas, gospodarze zachowuja dyskrecje, ignorujac ekscentrycznego mezczyzne. Problem pojawia sie, gdy pieniedzy zaczyna brakowa´c. Wierzyciele dostaja sie do pokoju, w którym mezczyzna urzadzil zadziwiajace laboratorium. Na tym jednak nie koniec zlowrogich wydarze´n. Lokator niespodziewanie znika. Okazuje sie, ze jest niewidzialny.
    Utwór Wellsa trudno jednoznacznie sklasyfikowa´c. Fantastyka, w której jednak nie brak zarówno elementów grozy, jak i slapstickowego humoru - taka definicja wydaje sie by´c najbardziej satysfakcjonujaca. Mroczny klimat tworzy to nie tylko zlowroga tajemnica, lecz takze pesymistyczna historia kogo´s, kto jest w stanie po´swieci´c czlowiecze´nstwo dla zysków wyplywajacych ze zlowrogich eksperymentów.

empty