• Élevée comme un garçon selon les principes rigoureux d'un père despotique et d'une gouvernante redoutable, Claude de Varèze vit avec le poids d'un terrible secret... Propriétaire d'un château en Provence, cette femme superbe passe ses journées à chevaucher sauvagement sur ses terres comme pour oublier une étrange malédiction. Devra-t-elle renoncer à l'amour très pur que lui porte le jeune ingénieur Georges Servet au profit d'amours interdites avec la capiteuse et perverse Mariette? Sera-t-elle à jamais contrainte de cacher à un monde hostile son bouleversant secret?

  • Michaëla a abandonné son noble milieu pour devenir écuyère de cirque. Mais, après avoir épousé le directeur, Hermann Kier, elle est victime d'un accident et perd la raison. Contre l'avis des médecins, son mari la garde auprès de lui, enfermée dans une roulotte d'où elle ne sort que le soir. La démente se croit princesse d'un royaume imaginaire... Sa «cour» est formée des artistes du cirque : clowns, funambules, trapézistes et dompteurs. Hélas, Michaëla craint d'avoir été remplacée dans le coeur d'Hermann par Isabelle. Dès lors, le drame menace ce trio amoureux pas comme les autres...

  • Un riche Américain est retrouvé assassiné dans sa luxueuse cabine du paquebot De Grasse. Assis sur le lit-couchette, prostré, les mains ensanglantées, Jacques Vauthier, sourd-muet et aveugle de naissance, reconnaît formellement être l'auteur du crime. Il se laisse arrêter sans opposer la moindre résistance et fait comprendre à sa femme qu'il ne donnera aucune explication. Pourquoi a-t-il commis un acte aussi barbare? Chargé de défendre «la brute», le vieil avocat Victor Deliot va tout mettre en oeuvre pour le découvrir.

  • Charles Davoud a quarante-cinq ans. C'est un homme qui a réussi. Ce riche industriel est passionnément amoureux de sa très jeune épouse. Il est heureux. Pourtant le cours entier de son existence va brusquement changer. Que va-t-il découvrir qui le fera succomber aux pires excès d'une jalousie féroce, désespérée ? Comment devient-on un faiseur de morts ? Avec son premier roman policier, Guy des Cars a su se placer d'emblée au niveau des maîtres du genre. Le faiseur de morts est un suspense haletant dont les rebondissements ne laissent aucun répit, jusqu'à la dernière page. C'est aussi un livre de Guy des Cars, où celui-ci se montre, comme toujours, un grand analyste des coeurs et un merveilleux conteur.

  • Mais la jolie Yolande doit encore révéler à ses parents que ce garçon sympathique et intelligent, Jacques, de nationalité française, est son amant. Elle veut l'épouser et l'accompagner en Afrique où il souhaite ouvrir un cabinet d'avocat. Dès qu'ils auront obtenu leur doctorat, elle le suivra là-bas, pour travailler avec lui. « Papa, maman, quoi que vous en pensiez, cette Afrique que vous avez connue n'est plus la même. Elle est en pleine transformation. C'est la pépinière des dirigeants de demain ». Contre leur gré, elle quitte la France et découvre un pays agité par les remous de l'indépendance. Yolande s'initie à des rites magiques, déguste une étrange cuisine et côtoie de curieux personnages, broussards nostalgiques, aventuriers sans scrupules et politiciens promis à un bel avenir.
    Son amour peut-il affronter les bouleversements de sa nouvelle vie ? Dans ce livre audacieux, l'auteur décortique, avec talent, tous les aspects d'une métamorphose gigantesque : la décolonisation.

  • Dans le pavillon de banlieue des Hervieu, le déjeuner dominical est prêt. Le colonel, qui a fait toute sa carrière en Afrique centrale, son épouse et leur fille Yolande attendent leur invité. L'invité de leur fille, qu'elle a rencontré à la Faculté de Droit. Lorsqu'il arrive, ponctuel et courtois, porteur d'un bouquet de roses, les parents de Yolande sont stupéfaits : l'inconnu est Noir... Yolande ne les avait pas prévenus. Pour l'officier en retraite, c'est un choc insupportable. Sa fille fait tout ce qu'elle peut pour détendre l'atmosphère, rappelant qu'à l'École des Soeurs de Libreville, au Gabon, elle avait tout de même fréquenté toutes les communautés et que dans la France des années soixante, le temps des colonies appartenait au passé. Son amour peut-il affronter les bouleversements de sa nouvelle vie ? Dans ce livre audacieux, l'auteur décortique, avec talent, tous les aspects d'une métamorphose gigantesque : la décolonisation.

  • Au coeur de Paris étincelle l'Opéra. Au coeur d'Adeline Piedplus, fille de concierge, brûle l'amour de la danse. Tant qu'elle possède l'agilité et la souplesse nécessaire, ce sont ses jambes qui expriment ses sentiments : l'amour, la douleur, la joie, la tendresse, la jalousie féminine. Elle connaît trois guerres, des passions dévorantes et coupables, la gloire et l'abandon, l'opulence et la misère, les rois et les poètes, des machinistes et des financiers. Elle ruine les vieillards, entretient des jeunes gens, a rang de danseuse étoile et devient vedette de revue au music-hall. Elle s'éteint enfin au premier muguet de mai 1947, peu après son centième anniversaire. Dans son sillage parfumé, la plume inspirée de Guy Cars (des) nous fait revivre, d'un siècle à l'autre, à travers une destinée éblouissante, toute une époque - la Belle époque.

  • Michaela a abandonné son milieu pour devenir écuyère. Mais après avoir épousé son directeur, Hermann Kier, l'amazone est victime d'un accident qui lui fait perdre la raison. Contre l'avis des médecins, son mari la garde auprès de lui, enfermée dans une roulotte d'où elle ne sort que le soir pour présider "le souper de son Altesse". La démente se croit en effet Princesse d'un royaume imaginaire... Hélas, un soir, Michaela comprend qu'elle a été remplacée dans le coeur de Hermann Kier par la Française Isabelle. Dès lors, le drame menace ce trio amoureux pas comme les autres. La mort serait-elle la seule issue possible ? C'est compter sans les caprices du destin...

  • « Adeline Piedplus, ex-danseuse-étoile de l'Académie Nationale de Musique, a la douleur de vous annoncer la mort de sa fille bien-aimée, Giselle, décédée le 16 avril 1899 à Cabrissac, dans sa trentième année, et vous prie de vouloir bien assister à la cérémonie qui aura lieu le mercredi 27 avril, à trois heures précises, en sa maison d'Auteuil. » Il n'était fait nulle mention d'église ou d'inhumation dans un cimetière. La seule chose que savaient tous les invités était qu'Adeline avait fait embaumer le corps de Giselle comme celui d'une défunte antique.

  • Le Grand Monde se terminait par la disparition, en Chine, de l'agent secret Serge Martin et de la mystérieuse Ng Thi Maï Khanh. Si le Français échappe au cauchemar de la Révolution culturelle et surgit à Macao, colonie portugaise, rentré à Paris, c'est encore la Chine qu'il affronte en la personne de son ennemie mortelle, qui dirige le restaurant La lampe de Jade. Dans cet établissement, la belle Chinoise se révèle être l'une des plus dangereuses espionnes du gouvernement de Pékin. Sa cruauté et son pouvoir de dissimulation valent à Ngo Thi Maï Khanh l'inquiétant surnom de La Vipère....
    Entre les deux adversaires, la lutte est implacable. Serge Martin, lui-même retors et machiavélique, ajoute à sa terrible mission un désir de vengeance : en effet, c'est bien LA VIPERE qui, quelques années plus tôt, en Orient, a fait assassiner le meilleur ami de Serge Martin. « Il ne pouvait s'empêcher d'observer cette criminelle en se demandant de quelle façon il pourrait l'éliminer ».
    Pour triompher, Serge Martin ne craindra pas de recourir au plus inhumain des chantages...
    Une fantastique aventure d'espionnage entre l'Asie et l'Occident, doublée d'une périlleuse mais fascinante histoire d'amour. Les admirateurs du Grand Monde y retrouveront toute la maîtrise de Guy Cars (des) qui tient son vaste public en haleine...

  • Quelle est la femme, merveilleusement belle et atrocement malheureuse, qui ne vendrait sa vingt-sixième année contre l'assurance d'un bonheur immédiat et durable ? C'est le marché que le baron Graig propose un soir à Sylvia et qu'elle accepte sans hésiter. Mais a-t-elle bien mesuré la valeur d'une année de sa jeunesse ? C'est en payant un semblable prix à l'énigmatique et tout puissant vieillard que six autres jeunes femmes ont acquis de par le monde la gloire, l'amour, la puissance et le luxe. Maintenant, non content du pouvoir qu'il a conquis sur ces sept femmes, le baron Graig veut écraser de sa puissance un homme jeune et comblé par la vie. Entre le vieillard et son rival s'engage une lutte féroce et courtoise qui ne peut déboucher que sur la folie ou la damnation.

  • Par une nuit chaude de Rio... Fascinant regard, peau cuivrée de métisse, corps splendide dans sa transe religieuse... Geoffroy contemple Edna - en prêtresse d'Exu, dieu du mal. Mais Edna, c'est aussi une mystérieuse aventurière qui tient en échec des pétroliers français décidés à s'implanter au Brésil. Et le « cinéaste » Geoffroy Morin est leur émissaire. Beau, implacable ; et qui a carte blanche... Le voici introduit auprès d'Edna qui prétend n'avoir qu'un but : sauver ses frères indiens traqué, massacrés... Le lendemain, elle disparaît, laissant un tendre message à Geoffroy...Mais Edna n'a pas tenu parole et Geoffroy erre seul dans Manaus, au bord du fleuve-mer...

  • Nadia est très belle, jeune encore... mais étrangement solitaire. A trente ans à peine, «Madame Nadia » est l'une des voyantes les plus renommée de la capitale. Ses moments d'évasion, elle les passe dans sa maison de Sologne, toute peuplée de souvenirs. C'est là que, dans des circonstances tragiques, elle a eu pour la première fois la révélation de ses dons ; là encore qu'elle a rencontré Marc, son seul amour ; là qu'elle apprend l'identité de cette femme suberbe et inquiétante dont la visite l'a si profondément troublée l'autre jour. Elle s'appelle Celsa Davault et n'est autre que la femme de son bien-aimé. Consciente du danger qui menace Marc - elle l'a vu dans les cartes -, forte du hasard qui les a de nouveau réunis, Nadia décide d'user de tout son pouvoir pour protéger et reconquérir celui qu'elle n'a jamais cessé d'aimer.

  • L'Abbaye, une belle propriété en pleine forêt. C'est pour sa jeune épouse que Fabrice Dernot l'a achetée. Gersande est sa joie de vivre, sa raison d'être. Quand il ne travaille pas, il court la rejoindre. Elle, cependant, ne quitte jamais l'Abbaye. Etrange, qu'une jeune femme choisisse ainsi de vivre cloîtrée.
    Etranges aussi, ces lourdes grilles, ces volets clos. Pour protéger le secret de l'industriel ? Car dans le laboratoire qu'il a aménagé dans les sous-sols de la propriété, il a mis au point une machine qui devrait bousculer l'avenir de l'humanité. Et qui, en attendant, a transformé sa vie.
    Que se passe-t-il vraiment derrière les murs de l'Abbaye ? Et qui est Fabrice Dernot ? Un savant génial ou un homme que la passion a rendu fou ?

  • Victor Deliot, le fameux avocat des causes désespérées et qui croyait qu'on l'avait oublié, accepte de défendre Jules Bournot, accusé d'avoir empoisonné son compagnon de cellule Bruno Carvault. Celui-ci a été condamné à la réclusion perpétuelle pour l'enlèvement et le meurtre du jeune Serge, le fils d'une richissime et jolie veuve, Thérèse Vifral.
    Personne ne croit « le bon Jules » capable de tuer un homme. Il n'est, dit-on, qu'un petit truand et sa bonne conduite en prison le promettait à une libération prochaine. Il ne rêvait que de retrouver sa femme qui lui avait donné une petite fille. Son défenseur découvre que les charges qui pèsent contre son client sont, en réalité, bien faibles. Et si le kidnappeur, pris de remords, s'était simplement suicidé ? « La foule des grands procès était là, se posant, comme tous les journalistes accrédités, la double question : Bournol est-il, oui ou non, l'assassin de Carvault ? Et si la cour d'Assises ne le déclare pas coupable, qui est-ce ? ».
    Maître Deliot, dans sa contre-enquête menée avec ses vielles méthodes, s'aperçoit que tout est douteux dans cette étrange affaire. Ils pressent un imbroglio monstrueux. Rien n'est évident, ni les faits, ni les gens, ni leurs plans machiavéliques...
    Avec son habituel talent de conteur, l'auteur nous entraîne dans un univers glauque d'intérêts, de passions et de rancoeurs où même Thérèse, la mère éplorée de la victime, n'est peut-être pas celle que l'on pense...

  • Etrange destin que celui de Sylvana, élevée par un couple qui ne songe qu'à monnayer sa beauté. Elle vit dans la souvenir de sa mère, dont le suicide conserve une part de mystère : pourquoi avoir abandonné ainsi sa fille unique, sinon poussée par le désespoir et un chagrin d'amour inconsolable ? Sylvana souhaiterait plus que tout connaître la vérité.
    Lorsque surgit du passé Vittorio, ce cousin si affectueux, et si tendre, Sylvana pense enfin échapper à une existence luxueuse, certes, mais solitaire. Pourra-t-elle se soustraire à son destin ?

  • Poursuivi par la Brigade criminelle, Jacques Rivaud est arrêté et jugé. Condamné, que peut devenir ce « faussaire de génie » à sa sortie de prison ? C'est alors qu'il est sollicité par l'homme qui s'était acharné à obtenir sa perte, l'illustre et puissant Dimitri Périclès, propriétaire de la plus influente galerie parisienne. M. Périclès veut faire de Jacques Rivaud un artiste célèbre. La chance... mais à quelles conditions ? Prodigieuse analyse d'un tempérament d'artiste, ce roman est aussi une formidable enquête sur le monde des galeries, des intermédiaires et des collectionneurs, vrais connaisseurs ou abusés par leur snobisme. Et un reportage édifiant, d'une inquiétante, actualité sur le trafic mondial des faux tableaux.

  • On ne peut pas dire que la belle Eva reçoive un accueil chaleureux lors de son arrivée à La Tilleraye, le château de la famille Maubert, dont elle vient d'épouser le dernier descendant. Peu lui importe ! Son ambition est démesurée et les douloureuses épreuves qu'elle a subies l'ont suffisamment endurcie pour qu'elle parvienne à ses fins. La jeune femme intrigue et dérange. « Une rumeur commença à courir dans Saint-Pierre-sur-Loue et à se répandre dans la campagne. Les gens s'abordaient en disant :
    -Vous ne savez pas ? La femme du comte Eric...C'est une juive ! » (...) « Eva était devenue célèbre mais sa notoriété n'était pas tout à fait celle qu'elle souhaitait ».
    Mais quel est donc le but d'Eva ? Accaparer la fortune des Maubert ? Ils n'ont pas un sou ! En dépit de la méfiance dont elle est l'objet dans la région, parfois à juste titre, celle que l'on regarde toujours comme une étrangère va révéler une personnalité bien surprenante...

  • "À l'aurore, après une marche forcée harassante, le 1er bataillon traverse une agglomération : quelques visages de femmes ahuries apparaissent aux fenêtres pour regarder passer cette infanterie dont l'aviation ennemie vient de sonner l'hallali et qui, bientôt peut-être, perdra son titre glorieux de « reine des batailles ». «Où vont-ils, ces fantassins ? semblent dire les civils. À quoi peuvent-ils bien servir maintenant qu'ils sont incapables de lutter à armes égales contre le feu qui vient du ciel ni d'empêcher que nos foyers ne soient détruits ? »

  • Jamais Maître Victor Deliot, vieux routier du prétoire, n'aurait imaginé qu'une telle affaire lui serait confiée : il a la double charge de faire restituer à un père désemparé son fils qu'on a voulu lui enlever et en même temps, d'arracher ce même homme à une condamnation en Cour d'Assises s'il est reconnu coupable du meurtre de sa jeune épouse! L'avocat découvre l'univers particulier des mères porteuses et l'une de ses troublantes dérives où deux femmes osent défier les conventions en vivant avec un enfant auquel elles refusent le droit d'avoir un père... Les personnages se heurtent, se méprisent ou se haïssent... au nom de l'amour. L'amante délaissée se venge de celui qui l'a trahie ; une riche héritière, qui ne parvient pas à être enceinte, est prête à tout, comme son père, industriel soucieux de son nom. Dans cette histoire au déroulement implacable, Maître Déliot déploie tout son talent. Qui triomphera ? Le père bafoué ou l'homosexuelle éprise de la mère porteuse ? Le lecteur va de surprise en surprise dans l'analyse passionnante d'un phénomène social...

  • Jusqu'où donc peut aller une femme subjuguée par l'amour, enchaînée à un homme qui physiquement la comble ? C'est la question que se pose le
    commissaire Belin tandis que, fasciné, il écoute Mad Maugué - venue à lui volontairement et sous le sceau du secret. Oui, depuis deux ans, Mad aime Fred. Elle : fille de grands bourgeois et secrétaire de direction. Lui : terroriste prêt à tout pour détruire la société. Alors Mad s'est faite la complice de rapts, de hold-up. L'enivrement du risque et de la passion ! Mais hier, l'attentat à la bombe organisé par Fred a tué la mère de Mad. Et elle vient venger ce crime... Que fera le commissaire Belin, face à cette fatalité tragique ?

  • Monsieur Lucien n'a rien d'un aventurier, encore moins d'un séducteur. Jeune et paisible employé, sa vie est banale, presque entièrement consacrée à son travail. Jusq'au jour où il épouse Adrienne, une terrible maîtresse femme. C'est par elle et pour elle qu'il va se transformer en un personnage sans nom, sans visage, et qui cache son second métier. Un étrange métier, longtemps inimaginable. Lucien devient un de ces hommes grâce à qui l'insémination artificielle est désormais possible... Sans pudeur ni dissimulation, cet homme révèle ici ses hantises, ses joies bizarres, ses désirs refoulés. Il contribue à donner la vie sans jamais savoir le résultat de ses dons. Entre l'éthique et la médecine, il est troublé...

  • André Serval rêve de construire une nouvelle cathédrale à Paris, un monument qui sera la synthèse de tous les arts de notre époque et l'oeuvre commune dont l'édification symbolisera enfin l'union de tout lepeuple frnçais dans le travail. Mais aussitôt les ennemis surgissent de partout : hommes politiques, architectes rivaux, financiers et même ecclésiatiques... Seule une jeune femme, Evelyne, cherche à l'aider dans ce combat inégal et gigantesque. Evelyne aime André Serval, mais celui-ci est trop absorbé par sa grande idée de cathédrale pour prêter attention à une femme. Et c'est une autre lutte, secrète et terrible, qui se livre entre la femme de chair et le créateur épris de son oeuvre... Qui l'emportera ? La femme ou la cathédrale ? L'amour ou la haine ?

  • "Le Grand Monde" ? C'est le plus célèbre cabaret d'Asie, où se côtoient deux civilisations : l'Orient mystérieux et fascinant, avec ses traditions et ses ambitions, face à l'Occident qui cherche à comprendre, préoccupé de profit. Chaque soir, dans ce faubourg du Vietnam, une foule avide de plaisirs recherche toutes les sensations. Une nuit, le peintre Jacques Fernet et son ami Serge Martin rencontrent une ravissante taxi-girl, Maï. Chinoise fanatique, sensuelle, à la fois cruelle et douce, la jeune femme est au coeur d'une curieuse intrigue.

empty