• Concevoir une exposition temporaire, monter un spectacle ou un événement, organiser un festival, préparer une application numérique, autant d'activités liées à un mode de fonctionnement particulier largement appliqué en management - la gestion de projets - mais dans un contexte très spécifique  : celui de la culture.
    La nouvelle édition de cet ouvrage s'enrichit de nombreuses études de cas présentées par différents acteurs du secteur de la culture et exposant les méthodes à convoquer et les écueils à éviter  : monter un budget d'exposition, fédérer autour d'un projet, gérer la signalétique, la prise en compte du handicap, la politique tarifaire, les négociations autour d'un festival, la recherche de mécénat, le dossier de demande de subventions, communiquer un projet artistique par les réseaux sociaux, etc

  • Cet ouvrage explore les trois principaux modes d'organisation et de gestion des musées, en fonction des logiques du marché et de celles de l'intervention publique, mais aussi selon les principes du don dont le rôle a régulièrement été sous-évalué, au bénéfice d'une opposition parfois manichéenne entre partisans du marché et défenseurs du rôle de l'État.

  • Que voyons-nous lorsque nous regardons La Joconde ? L'ouvrage cherche à préciser la relation que le public entretient avec Mona Lisa: d'abord en s'interrogeant sur le singulier rituel que constitue la visite à La Joconde et sur le dispositif qui a été mis en place afin de canaliser les foules et valoriser l'oeuvre. Ensuite en s'interrogeant sur ses publics multiples. Quelle est au final notre relation singulière avec les oeuvres d'art et les dispositifs conçus pour les présenter ?

  • Zbynek Z. Stránský est surtout connu pour sa volonté de donner un statut scientifique à la muséologie, en la dotant d'un objet d'étude qui dépasse le musée tel que nous le connaissons de nos jours. Ses travaux et les concepts qu'il a développés ont influencé des générations de muséologues, dans les pays de l'Est mais aussi en Europe et en Amérique latine. Cette anthologie présente une sélection d'articles de Stránský, la plupart traduits en français pour la première fois, permettant au lecteur de mieux appréhender la pensée de cet auteur emblématique de la muséologie.

  • Comme jamais auparavant, le musée s'est popularisé, partout à travers le monde. Du temple réservé aux initiés il y a encore cinquante ans, il s'est largement ouvert à la société et se définit maintenant à partir du rôle qu'il peut jouer en son sein. Alors que les enjeux économiques se sont immiscés dans le débat, la notion même de patrimoine (industriel, naturel, immatériel...) se déploie dans des perspectives totalement inédites. Partant d'une recherche sur l'histoire de l'institution et d'une observation constante de ces lieux depuis de nombreuses années, l'auteur s'interroge sur les similitudes que l'on peut observer entre la fréquentation des musées et celle des églises ou des temples : similarité de l'architecture, expérience initiatique, chemins de pèlerinage, rapport au sacré... Quels liens le musée entretient-il avec le religieux ? Existerait-il une religion spécifique, dont le musée serait le seul lieu de culte ? François Mairesse est Professeur d'économie de la culture et de muséologie à l'Université de Paris 3 - Sorbonne nouvelle. Il est rattaché au Centre de recherche sur les liens sociaux et enseigne également la muséologie à l'École du Louvre. Ancien directeur du Musée royal de Mariemont (Belgique), il est président du comité international pour la muséologie du Conseil international des musées (ICOM). Ses recherches portent sur la définition de la muséologie et l'exploration des frontières du champ muséal, la gestion des musées et, notamment, la logique du don. Il a été élu membre de la Classe Technologie et Société de l'Académie royale de Belgique en 2009.

  • L'évaluation du musée ne consiste pas seulement en l'étude de son public et l'analyse des réactions de ses visiteurs. Un nombre important d'outils ont été envisagés pour décrire les multiples activités des musées : rapports d'activité, évaluations des publics, procédures d'accréditation, évaluations économiques, indicateurs de performance. Cette étude repose sur une vaste enquête réalisée au sein des musées de Bruxelles et de Wallonie.

  • Quel point commun entre la visite guidée d'une exposition d'art contemporain, un atelier d'initiation à la musique baroque organisé au cours d'un festival et un ciné-club de quartier ? Le médiateur culturel. Son rôle ? La transmission. Sa raison d'être ? Permettre au plus grand nombre d'avoir accès à l'art.
    Pendant longtemps, la médiation culturelle est restée informelle. Aujourd'hui, elle se professionnalise. Bruno Nassim Aboudrar et François Mairesse dressent le portrait d'un acteur méconnu et pourtant indispensable à la démocratisation de la culture. Où l'on verra que ce métier, au coeur des questions sociales, politiques et économiques contemporaines, est promis à un bel avenir.

  • Si le concept de médiation apparaît dans bien des domaines, le secteur culturel lui réserve une place particulière tant celui-ci est constitutif de son action. La volonté de démocratisation s'est formalisée avec le souci de partager avec le plus grand nombre, tant des oeuvres artistiques que des savoirs produits par les sciences. Le public se trouve de ce fait placé au coeur de tous les domaines de la culture, du spectacle vivant et des musées, comme des bibliothèques et des archives, de la création contemporaine comme du champ patrimonial.
    L'efficacité de la communication avec les différents publics passe par des techniques, qualifiées couramment de médiation culturelle. 
    Cet ouvrage se propose de revenir sur l'histoire et les enjeux de la médiation culturelle, ses fondamentaux, ses impératifs, les champs disciplinaires qu'elle convoque et les techniques nécessaires pour la mettre en oeuvre. Cette deuxième édition s'enrichit de nombreux encadrés terrain de bonnes pratiques de professionnels. 

  • Cet ouvrage est une introduction générale à l´économie de la culture. Il s´adresse à un public (étudiants, milieux culturels) n´ayant, pour la plupart que très peu ou pas de notions d´économie, et plutôt réfractaires aux formules mathématiques (l´économétrie est évoquée, mais n´est pas privilégiée). Il présente, dans un langage simple, les outils économiques classiques, les discours privilégiant l´intervention de l´Etat (voire l´économie planifiée), mais aussi une réflexion sur le don et les enjeux actuels liés à l´essor du numérique dans la culture.

  • Patrimoine immatériel, musées virtuels, alibis touristiques, marchandisation du patrimoine... au seuil du XXIè siècle, les musées connaissent des bouleversements dont il est difficile de percevoir les conséquences. Peut-on encore parler de "musées" pour décrire certains de ces nouveaux espaces ? A l'heure où le Conseil international des musées (ICOM) se penche sur la question de la définition du musée, son comité propose à travers cette série d'essais, quelques jalons permettant de baliser les enjeux actuels auxquels les musées sont confrontés et d'en définir de nouveaux contours.

  • Le terme d'inclusion sociale, étroitement associé à celui d'exclusion, est apparu à partir des années 1990. Face à la montée des inégalités, de nombreuses politiques ont été ainsi mises en oeuvre pour tenter de lutter contre les mécanismes d'exclusion sociale, visant des pans entiers de notre société. Cet ouvrage analyse la notion d'inclusion sociale en explorant ses origines, son fonctionnement actuel et ses perspectives d'avenir, à travers plusieurs études menées en France et au Québec dans le monde de l'éducation et de la culture.

empty