Fayard

  • Les biocarburants sont une formidable trouvaille, mais pour qui ? Dans le monde entier, usines et raffineries poussent comme des champignons après la pluie. Le blé, le colza, le tournesol chez nous, le palmier à huile, la canne à sucre, le soja ou le maïs dans les pays du Sud servent désormais à remplacer le pétrole. De fabuleux végétaux, utilisés depuis les débuts de l´agriculture pour nourrir les hommes, remplissent aujourd´hui les réservoirs des bagnoles et des camions. Fabrice Nicolino a décidé d´écrire sur le sujet un pamphlet, d´envoyer un coup de poing à ceux qui prétendent que ce bouleversement est une bonne nouvelle, mais aussi aux naïfs qui croient le discours officiel sur ces nouveaux carburants présentés comme «écologiques ». Car la réalité est aux antipodes. En France, le lobby de l´agriculture industrielle, activement soutenu par l´État, cherche depuis la réforme européenne de 1992 de nouveaux débouchés pour ses productions de masse. Le boom des biocarburants relance aussi la machine à engrais et à pesticides, et il détruira bientôt ces réservoirs de biodiversité imposés que sont les « jachères ». Ailleurs dans le monde, c´est bien pire. De l´Indonésie au Brésil, en passant par le Cameroun, les rares forêts tropicales intactes sont dévastées pour laisser la place à ces nouvelles cultures. La demande indécente du Nord, qui veut continuer à rouler en bagnole quoi qu´il en coûte, fait exploser le prix de certains produits de base : dans un monde qui compte près d´un milliard d´affamés permanents, le système industriel préfère donc l´automobile au droit pourtant imprescriptible de manger à sa faim. Et le comble, c´est que les biocarburants ne sont nullement écologiques. Ils contribuent et contribueront toujours plus au dérèglement climatique, comme le montrent de très nombreuses études. Ce petit livre dévoile une mystification totale. Et dénonce ses profiteurs, plus nombreux qu´on croit. Car derrière l´automobile individuelle, il y a nous.

  • Le vent du boulet

    Fabrice Nicolino

    • Fayard
    • 27 Mai 2009

    Frédéric Tran, ancien journaliste, rumine ses défaites au fond d´un verre quand un avocat lui demande d´enquêter sur une étrange affaire : l´explosion inexpliquée d´un immeuble dans le Sud de la France, quelques années plus tôt, qui a fait plus de dix victimes mais pas vraiment l´objet d´investigations sérieuses... Spécialiste des petits arrangements du pouvoir politique et suspicieux par nature, Tran accepte, fataliste, histoire de prendre l´air et de rendre service. Mais dévider la bobine de la vérité n´est pas sans danger. Secousses, répliques, souffles et bris de verre vont jalonner son voyage. Il a mis le doigt dans l´engrenage du secret où s´affrontent les intérêts de la justice, du pouvoir et de l´argent. Pour se sauver, il va devoir accepter, entre les bras fougueux d´une femme, de se libérer de ses propres démons... Vingt-deux ans après Jours sang, Fabrice Nicolino, enquêteur passionné par les grandes questions d´actualité, renoue avec le polar pour révéler, entre les lignes, des expériences de terrain. Son écriture nouée aux tripes, pleine d´humour, désabusée mais non désespérée, confère à ce texte une humanité franche, riche et aimable, au sens propre du terme.

  • C'est un sujet qui peut nous paraître lointain, et pourtant il nous concerne tous. Car les pesticides sont partout, jusque dans la rosée du matin. Et dans la pluie des villes, bien sûr, de toutes les villes de France. Pour cette raison et quelques autres que vous apprendrez, les conséquences sanitaires de l'exposition aux pesticides sont d'ores et déjà massives. Des centaines d'études, à l'échelle internationale, montrent que ces produits de la chimie de synthèse agissent, même à des doses infinitésimales, sur notre équilibre le plus intime. Le cordon ombilical du foetus, le système endocrinien, la fabrication du sperme sont atteints. Les cancers et les maladies neurologiques se multiplient. Ce n'est pas drôle ? Non. Mais les auteurs de ce livre ont pris un parti : celui de raconter des histoires avec de vraies gens. Vivantes, parfois extravagantes. Depuis 1945, l'industrie des pesticides a pris le pouvoir en France, sans que personne s'en doute. Cet ouvrage donne des noms, livre des dates, fouille les archives. Oui, on a truqué des congrès prétendument scientifiques. Oui, les industriels ont infiltré, et continuent de le faire, les commissions officielles chargées du contrôle des pesticides. Oui, l'« agriculture raisonnée », que les pouvoirs publics français présentent comme la solution de l'avenir, est une farce, une incroyable manipulation. En lisant ce récit passionnant, vous découvrirez le rôle scandaleux de la haute administration de notre pays dans la mort de milliards d'abeilles. Vous découvrirez comment on dissimule l'existence de milliers de malades. Vous découvrirez une vérité que personne ne pouvait soupçonner.

empty